Mieux collaborer à Hypothèses

L’assemblée générale des carnetiers m’a incité à faire de nouvelles réflexions sur la manière dont mon carnet en particulier et mon activité en général s’inscrivaient dans le projet d’Hypothèses. Pour moi, Hypothèses, comme je l’ai suggéré lors de mon intervention, est un projet et une communauté autour de ce projet. Je comprends bien que cette conception n’est pas universellement partagée par les carnetiers et que certains se pensent comme les usagers d’un service certes exceptionnel, mais un service simplement, une plateforme de publication, de valorisation et de communication, qui leur permet d’accompagner des entreprises académiques plus vastes, qu’il s’agisse d’un parcours personnel, d’une ANR ou des travaux d’un laboratoire. Je suis du reste ravi qu’Hypothèses ne soit pas seulement le rendez-vous un peu trop confidentiel de chercheuses et chercheurs réunis par une envie de partager autrement leurs travaux mais également une force institutionnelle de plus en plus visible au sein des organismes de la recherche nationale et transnationale.

Il n’empêche qu’Hypothèses représente pour moi une certaine idée de la communication scientifique et, si je ne crois pas que le carnet épuise toutes les formes que cette communication peut prendre, j’ai à cœur de m’y engager le plus efficacement possible. Au-delà de mon intérêt propre, je souhaiterais que mon activité au sein du projet soit profitable au projet lui-même, et aux autres membres de la communauté qui l’anime. En d’autres termes, je me sens le devoir, même s’il est modeste, même s’il est, à bien des égards, pour ainsi dire anecdotique, de réfléchir régulièrement à la manière dont mon carnet vit et évolue au sein de la plateforme, à la forme et aux fonctions que je lui donne, et à ce que cette forme et ces fonctions peuvent avoir de spécifique au regard des autres moyens de publication qui s’offrent, en théorie sinon en pratique, à un chercheur émergent au sein de l’Université.
Les déclarations de principes sont belles et bonnes, mais elles sont aussi vides et aveugles si elles ne s’accompagnent pas de réalisations concrètes. C’est pourquoi j’ai pris quelques toutes petites décisions, pour Contagions et moi-même.

Changement de thème

Le mérite de la première m’en revient d’autant moins qu’elle nous a été collectivement, aimablement mais fortement conseillée par Martin Clavey, lors de l’assemblée générale : il s’agit du passage progressif de l’ensemble des carnets de la plateforme aux thèmes développés par WordPress, afin d’assurer une meilleure gestion technique, notamment dans le domaine de la compatibilité des plugins. Sans m’avancer beaucoup sur un terrain que je ne comprends que très superficiellement, il s’agit pour l’équipe technique de disposer de thèmes uniformisés, qui réagissent de la même manière aux différentes fonctionnalités susceptibles de leur être implantées. Grâce à cette conformité, de nouveaux outils pourront être développés et la plateforme pourra continuer à évoluer et à accompagner les usages.

Pour ma part, j’ai choisi le thème Fourteen, c’est-à-dire le thème annuel de 2014. Il me permet entre autres choses de mettre en exergue une série de billets et donc de hiérarchiser ma publication. Ainsi, ce billet, qui n’est pas un billet de fond, peut être rangé dans le sommaire habituel, qui suit la publication au jour le jour des billets, tandis que d’autres billets, un peu plus anciens que lui, mais traitant de problèmes de fonds, par exemple de l’affaire Droz-Garnier ou bien de la publication de mon ouvrage sur la pornographie, peuvent continués à être présentés en page d’accueil et recevoir de mes éventuels lecteurs une attention je l’espère plus soutenue.

Le passage au thème Fourteen a été très facile et n’a impliqué pour moi que quelques changements mineurs dans mes habitudes, qui ont concerné au premier chef l’organisation des différents modules sur la page, la taille des images choisies pour illustrer les billets mis en exergue et le découpage des autres billets, afin de proposer une page d’accueil où leur texte ne s’afficherait pas in extenso. Ces petits changements m’ont d’ailleurs permis d’aller vers une plus grande sobriété et la prise en main en a été très facile.

Republication d’articles

Dans un tout autre domaine, lors de l’assemblée, un ou une intervenante, je crois qu’il s’agissait de Mereike Köning, du conseil scientifiques de de.Hypotheses, a évoqué l’habitude prise par certains chercheurs de republier, dans leur carnet, leurs travaux académiques parus en revue, afin de les ouvrir éventuellement aux commentaires. J’ai par ailleurs discuté hier, au hasard d’un groupe de travail sur la formation doctorale au sein du Collège des Écoles Doctorales de l’Université de Grenoble-Alpes, avec Alain Faure, dont j’ignorais jusqu’à lors qu’il tenait le carnet des Énigmes de l’action publique locale. Il m’a expliqué qu’il y republiait l’ensemble de ses travaux, c’est-à-dire aussi bien ses publications académiques que ses articles de vulgarisation, de plus grande diffusion.

J’ai pris depuis de nombreux mois déjà l’habitude de déposer mes travaux académiques, articles et, parfois, textes d’intervention en colloques, séminaires ou journées d’études, sur la plateforme HAL-SHS aussi bien que sur mon profil Academia, dont les mérites sont, dans ce second cas, je le sai,s discutables. J’avais par ailleurs déjà publié sur Contagions deux types de documents : la version écrite d’interventions orales non suivies de publication, par exemple une conférence en séminaire sur les Liaisons dangereuses, et les textes d’articles non publiés, soit qu’ils aient été refusés par la revue, comme mon article sur Frits Standaert, soit que la revue ait cessé de paraître après la soumission de l’article, comme dans le cas d’un de mes articles sur La Princesse de Clèves.

Contagions étaient donc, dans ces cas-là, une solution de remplacement, pour que ne se perdent pas des écrits éphémères ou frustrés, et je n’avais jamais imaginé que le carnet pût être un espace de discussion, tant il est vrai qu’il attire généralement très peu de commentaires. Mais le témoignage lors de l’assemblée générale et les remarques d’Alain Faure me paraissent très justifiés. Peu importe, à vrai dire, que la discussion ait vraiment lieu : il faut au moins qu’elle soit possible et les revues sont de moins en moins propices au débat académique, si tant est qu’elles l’aient jamais été. Je suis pourtant le premier à regretter que les temps réservés à la discussion, en colloque, ne soient pas plus longs et que les revues ne soient pas plus réactives aux controverses académiques.

J’ai donc décidé de republier sur Contagions mes articles, en remontant d’abord dans mes archives et en y joignant les publications nouvelles, dans des catégories dédiées, qui ne contiennent pour l’heure que ces interventions et non-publiés que je viens de mentionner. Au moins une fois par mois et donc pour un mois, l’un de ces articles sera mis en exergue, à côté des billets, selon le système permis par le thème Fourteen et que je viens de décrire. Je ne puis qu’espérer susciter ainsi des discussions dont nous manquons encore trop souvent.

Commenter

Cette fois-ci en lien étroit avec cette décision, celle de commenter plus activement les billets des autres membres de la communauté. Le point délicat des commentaires avait été évoqué par Pierre Mounier, lorsqu’il était venu présenter la plateforme à Grenoble, l’année dernière, et il a été à nouveau souligné pendant l’assemblée générale, à partir de la confrontation entre les chiffres de la plateforme germanophone et ceux de la plateforme francophone. En proportions, la première comptait plus de commentaires que la seconde. Marin Dacos a précisé que la tendance française, initialement semblable à la tendance allemande, s’était progressivement ralentie.

Pierre Mounier, il y a un an, Marin Dacos, il y a quelques semaines, ont donné deux explications différentes et je crois complémentaires de ce phénomène — je veux dire du nombre relativement faible des commentaires. Pierre Mounier avait suggéré que les habitudes académiques françaises, à la fois dans la formation et de la recherche, n’étaient pas tournées vers la discussion, la prise de position et le débat et c’est une réflexion que je partage. Marin Dacos a pour sa part rappelé que la plateforme française compte beaucoup plus de carnets institutionnels (de laboratoires, d’ANR, de groupes de recherches, de masters, etc.) que la plateforme allemande et que ces carnets, qui publient essentiellement du contenu de veille ou des programmes, sont peu propices à l’échange.

Dans tous les cas, j’avais depuis quelques semaines déjà mauvaise conscience de ne pas commenter plus activement les différentes publications : je les lisais régulièrement mais le réflexe de n’y ajouter ne serait-ce que quelques lignes de réflexion ou de complément ne m’est pas naturel. Pourtant, je n’ai jamais été convaincu par le désaveu récurrent de la pratique du commentaire que l’on peut trouver sur certains réseaux sociaux, tant il est vrai que cet espace de discussion peut être collectivement profitable et enrichissant. Depuis mon retour de l’assemblée générale, j’ai donc entrepris, avec plus ou moins de constance, de forcer cette espèce de pudeur qui ne m’était du reste pas habituelle.

***

Tous ces gestes finalement bien simples ont un même objectif : participer à la publication de fragments épars, divers et parfois maladroits, mais reliés entre eux par une discussion collective et une préoccupation commune — comprendre le monde, dans toutes les langues.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marin Dacos dit :

    Merci pour ce billet! Je suis dans la même situation. Je lis beaucoup de billets, et je commente moins que ce que je pourrais, c’est-à-dire que je ne partage pas assez mes réactions. Je vais aussi m’y tenir un peu plus, car c’est ainsi que la conversation scientifique se développe.
    Nous recommandons de déposer dans HAL une version PDF du papier, quoi qu’il arrive, car les deux plateformes sont complémentaires.
    Bonne continuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.