Christiane Taubira et la rhétorique

RARE

L’une des spécialités de l’université Stendhal — Grenoble 3, en littérature, c’est la rhétorique. J’ai déjà évoqué un peu, à la fin de la dernière année scolaire, le séminaire mensuel de l’équipe de recherche Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution et ce que l’on pouvait y faire. Cette semaine, nous nous déplaçons d’ailleurs à la Sorbonne, à l’occasion de la journée d’études sur le rhétoricien Jouvency/Jouvancy, dont on peut consulter le programme en ligne (PDF). L’orientation prise par l’équipe dans ses recherches en rhétorique, dès sa fondation, a été celle de la rhétorique classique via les commentaires, c’est-à-dire de la rhétorique comme technique de dé-construction de textes déjà existants.

Récemment, j’ai donné deux séances d’introduction à la rhétorique à mes étudiants de L1, en leur proposant de considérer qu’à l’époque contemporaine, il y a trois usages principaux, dans le domaine savant, du mot rhétorique : en théorie littéraire, en histoire des idées et sciences de l’argumentation. En théorie littéraire, le terme de « rhétorique » a été popularisé par Michel Charles, pour donner une légère inflexion à l’approche poétique, elle-même récupérée du corpus (néo-)aristotélicien. En gros, la rhétorique charliste s’intéresse aux conditions de l’effet des textes, tandis que la poétique, après une relecture sauvage de la Poétique d’Aristote, se préoccupe de leur organisation interne. En sciences de l’argumentation, la rhétorique repart des descriptions aristotéliciennes, mais revisitées par la linguiste et la logique du vingtième siècle, pour recommencer à nouveaux frais la description. L’histoire des idées, elle, est une histoire de la rhétorique, de ses pratiques, de ses divisions, de sa diffusion, etc.

La rhétorique telle qu’elle est étudiée au RARE est à mi-chemin entre l’histoire des idées et la théorie littéraire. De l’histoire des idées, elle retient un intérêt pour les textes rhétoriques les moins canoniques, à l’inverse de l’obsession pour les grands traités fondateurs (Aristote, Quintilien, Cicéron), qui sont loin de suffire à la compréhension de détail de la pratique rhétorique, par exemple à l’âge classique. De la théorie littéraire charliste, elle retient l’intérêt pour le commentaire du texte (et donc les commentateurs de rhétorique), l’identification de séquences textuelles, de marqueurs, d’embrayeurs, la construction et la déconstruction des mécanismes, etc.

Du point de vue de la vulgarisation ou, comme on aime à le dire maintenant et avec raison, de la valorisation de la recherche, cette orientation est délicate. Elle implique non seulement de manipuler de vastes corpus théoriques (les commentaires, les manuels et les traités canoniques) mais encore de bien comprendre les corpus d’exemples sur lesquels ils s’appuient (les discours chez Virgile, Cicéron, Tacite, etc). La masse de connaissances et de textes à transmettre est si considérable que l’on court le risque de ne jamais sortir de la contextualisation historienne nécessaire à leur bonne compréhension.

Dans mon souci de donner une idée, à mes étudiants, de ce que pouvait être la rhétorique, j’ai cherché, à côté d’exemples extrêmement typiques (l’oraison funèbre d’Henriette d’Angleterre par Bossuet, le début de la première catilinaire par Cicéron, un discours tiré d’une pièce de Racine), à présenter un discours contemporain et non-préparé par son oratrice, à savoir une réponse de Christiane Taubira à Laurent Wauquiez, lors d’une séance de l’Assemblée Nationale, au moment des débats sur le mariage des couples de même sexe. L’idée n’était pas de dire que le discours de la Garde des Sceaux était un exemple parfait de rhétorique, mais de faire comprendre comment les catégories rhétoriques classiques sont susceptibles de rendre compte, dans une certaine mesure, de phénomènes discursifs encore très courants.

Les outils donnés

Les deux séances de deux heures qui ont précédé le cas Taubira ont eu pour but de donner les outils rhétoriques les plus basiques et les plus largement partagés, à la fois dans le corpus théorique d’époque et dans le corpus critique contemporain. Les explications ont porté sur plusieurs points : 1. les parties de la rhétorique, 2. les types d’argument, 3. les types de discours, 4. les parties du discours.

1. Les parties de la rhétorique sont généralement bien connues et certaines d’entre elles peuvent déjà être familières à des étudiants de première année de licence. On en trouve la plupart du temps cinq : l’invention, la disposition, l’élocution, l’action et la mémoire. Il s’agit en fait des étapes qui gouvernent la composition du discours. L’invention est l’analyse du problème et la recherche des arguments : elle est le cœur de la rhétorique classique. La disposition est l’agencement de ces arguments à l’intérieur du discours : il s’agit de déterminer ce qu’il est préférable de dire en premier, en deuxième, en troisième et ainsi de suite, selon la force de conviction, la préparation nécessaire à tel argument ou le cheminement de la pensée. L’élocution est la mise en forme de ces arguments, grâce à des figures de pensée (comme la comparaison) et de mots (ce que nous appelons généralement les figures de style). Elle est en gros l’habillage du squelette du discours. L’action est la manière de délivrer le discours devant une assemblée. La mémoire regroupe l’ensemble des techniques qui peuvent favoriser l’apprentissage du discours par cœur, ce que l’on appelle les arts de mémoire, qui dépendent directement de la disposition et de l’élocution.

2. Les arguments peuvent être de trois types : éthiques, pathétiques ou logiques. Les arguments éthiques renvoient à l’orateur : ils sont l’attitude que l’orateur prend dans son discours. Ainsi Ulysse s’adressant à Agamemnon pour le convaincre de sacrifier sa fille Iphigénie, chez Racine, adopte une attitude de père. Les marques de la première personne peuvent par exemple être des indices de l’argument éthique. Les arguments pathétiques renvoient aux auditeurs : ils sont destinés à susciter des passions (des émotions) chez ceux qui écoutent l’orateur. La liste de ces passions est généralement close : on y trouve par exemple la colère, l’espoir ou le sens de l’honneur. Les arguments logiques sont des arguments qui sont fondés sur des raisonnements, par exemple syllogistiques, ou sur l’autorité (des Écritures, des antécédents célèbres, des vérités admises, des textes de loi). Tout discours rhétorique présente ces trois types d’arguments, de sorte qu’un appel au pathos, expression que l’on trouve parfois sous la plume des commentaires intellectualistes de la vie politique contemporaine, n’est pas une mauvaise chose, au contraire : le pathos est absolument nécessaire à une bonne argumentation, en rhétorique classique. À condition qu’on lui joigne les deux autres types d’arguments.

3. Les discours peuvent se partager eux-mêmes en trois grands types : les discours délibératifs, les discours judiciaires et les discours démonstratifs. Les discours délibératifs concernent l’avenir et ce que l’on doit faire, par exemple s’il faut ou non sacrifier Iphigénie. Les discours judiciaires concernent le passé, par exemple si Milon est coupable ou non de meurtre. Les discours démonstratifs sont par défaut ceux qui n’appartiennent à aucun des deux autres genres, par exemple chercher à prouver la supériorité d’une nation sur une autre ou bien que les femmes doivent être exclues de l’étude.

4. Chaque discours peut avoir quatre parties principales : l’exorde, la narration (ou exposition), la démonstration (ou confirmation) et la péroraison. L’exorde est le lieu par excellence des arguments éthiques et il crée la relation entre l’orateur et son auditoire, en donnant le cadre du discours. La narration peut être le récit des événements qui amènent la prise de parole (typiquement, le récit des faits reprochés à l’accusé dans un discours judiciaire) ou bien l’exposition d’un problème. La confirmation apporte les arguments qui n’auraient pas été encore donnés et éventuellement réfute ceux de l’adversaire. La péroraison récapitule le discours et prescrit une marche à suivre. Dans ces quatre parties se place la proposition, plus ou moins tard selon sa difficulté. La proposition est ce qu’il s’agit de persuader.

Ces classifications que la critique des années 1970 et 1980 a tendance à présenter comme très stables sont en pratiques très variables : il y a d’infinies sous-catégories, des discours sans péroraison ou sans narration, des arguments qui appartiennent de manière indécidable à l’éthique ou au pathétique, etc. Les commentaires d’époque peuvent diverger considérablement sur le découpage et l’identification des séquences dans les discours même les plus canoniques. Ainsi, si les traités donnent une image parfaitement régulière de la rhétorique, les commentaires, eux, révèlent une technique bien plus fluctuante. Quoi qu’il en soit, ces outils sont précieux en eux-mêmes (pour les analyses de détail), mais aussi dans les principes qui les gouvernent : la nécessaire coexistence des trois arguments, par exemple, nous apprend à ne pas opposer frontalement la saine raison et les dangereuses passions et à ne pas réduire l’argumentation à la pure logique.

Le cas Taubira

Je vous propose de regarder la réponse de Christiane Taubira à Laurent Wauquiez :

Arguments logiques : « tradition philosophique du droit français », appel aux autorités (Rousseau, Montesquieu), raisonnement par les antécédents (histoire du droit et de la politique), vérités générales (« les circulaires ne sont jamais des documents secret Défense »), preuves (« le procès-verbal fait foi », « probant, probant, c’est clair »), raisonnement conceptuel (« principe de l’indisponibilité du corps humain », « délivre, en fait le terme c’est délivre »), textes de loi (« arrêt de la Cour de Cassation », « ces actes étant fondés sur le droit »), chiffres (« sur ces 44 cas […] 38 ont eu confirmation »)

Arguments éthiques : « réquisitoire contre moi », « propos que je n’ai jamais tenues », « je veux répondre sur des points précis », « j’en ai fait état le 16 janvier »,, « Je comprends parfaitement que lorsque l’on rend les choses claires, cela dérange profondément. Donc j’explique », « Permettez que je rende, pour ma part, hommage à la vigilance de nos consuls », « par respect pour le Parlement, nous fournirons la réponse », « je maintiens que je pose des mots sur des sentiments et des comportements », « nous, nous nous faisons le devoir de réfréner nos élans, de réfréner nos sympathies, de réfréner nos aversions »

Si les arguments logiques et éthiques sont aisément repérables, les arguments pathétiques se laissent ici moins facilement identifier aux marqueurs textuels. En revanche, ce qui manque dans les discours écrits fixés par la tradition, c’est-à-dire tout ce qui relève de l’action, ici présent, souligne sans peine les arguments pathétiques : il s’agit évidemment de la fin du discours, particulièrement dense en figures de style, de prononciation et de gestes, qui invitent les députés de la majorité à se lever pour applaudir.

Or, si l’on offrait une transcription de la fin de ce discours, la démonstration serait particulièrement obscure. Difficile en effet de saisir précisément ce dont il est question et ce que des expressions comme « nous posons des mots sur les sentiments » ou « les effets sont sur le regard social », expressions refroidissantes ou confuses quand on y songe calmement, sont censées vouloir dire. Mais c’est l’action et l’élocution qui servent ici l’efficacité de l’argument.

Le discours, évidemment démonstratif, se laisse facilement décomposer.

1. L’exorde (« Oui, merci Monsieur le Président » à « ça nécessitera pas nécessairement à chaque fois une réponse ») est le lieu de l’interpellation (vous avez dit ceci, cela, je vais réfuter ou, au contraire, ne pas prendre la peine de réfuter) et des cadres généraux (traditions philosophiques, histoires du droit), qui n’ont pas forcément un rapport direct avec le point de technique administrative qui est ensuite évoqué. Mais en fait, tous les arguments logiques qui concernent la circulaire découlent de la position éthique adoptée par Taubira dans cette première minute et demie : au-dessus des débats, loin des attaques personnelle, dans le droit, la précision et le dépassionné. Dans la tradition, aussi.

2. L’exposition des faits (« je veux répondre sur des points précis » à « par respect pour le Parlement, nous vous fournirons encore la réponse »)  : la délimitation des cas litigieux, le fonctionnement normal, l’inclusion des nouveaux cas dans ce fonctionnement préexistant, le recensement des cas litigieux effectivement actualisés et leur résolution. On comprend ici que la narration/exposition est loin de ne pas être orientée : elle découle ici de la position éthique prise par Taubira dans l’exorde et sert fréquemment à souligner la différence entre la majorité, qui informe et sert les Français (parce qu’elle est le gouvernement et qu’elle a le pouvoir) en respectant scrupuleusement le droit et l’opposition, qui noie les problèmes sous des considérations générales (par ignorance ou manipulation).

3. La confirmation (« Vous avez prétendu » jusqu’à la fin) : réfutation des arguments adverses exposés dans l’exorde, lieu de l’argumentation pathétique, grâce à des figures de mots, fonctionnant en contrepoint de l’argumentation logique de l’exposition. Alors que l’exposition prenait soin de désamorcer les réactions de la salle, grâce à des interruptions, des reprises, des subordinations et en laissant au président de séance la liberté de rappeler les députés à l’ordre, la confirmation cherche tout au contraire à susciter ses réactions.

On voit bien le rapport étroit entre la disposition et l’élocution ; on peut remarquer également comment l’action sert ce rapport. Au-delà des phénomènes intuitifs (se désigner lorsque l’on parle de soi, rythmer la phrase avec une main pour souligner la clarté d’une explication), il faut encore souligner la modification du rythme de la parole entre l’argument logique et l’argument pathétique, mais aussi les gestes non liés à une action verbale, par exemple celui de se détourner de ses feuilles et, bien entendu, à la fin, de repousser brusquement le microphone, en se passant de péroraison, pour laisser la réaction de la salle clore le discours (les applaudissements après Taubira, c’est encore Taubira).

***

Ce ne sont là que quelques indications et il y aurait encore beaucoup à dire. Je voulais simplement montrer que les outils rhétoriques les plus simples peuvent éclairer un événement discursif politique courant et apparemment anodin (une réponse à une question technique à l’Assemblée Nationale) et comment, de son côté, cet événement discursif permet de mieux faire comprendre certains points de la rhétorique qui demeurent obscurs, en raison de la survivance du seul support textuel : l’action, notamment, mais encore l’adaptation du discours aux réactions de la salle. Envisagés conjointement avec des textes canoniques extrêmement typiques, de semblables documents peuvent faciliter la compréhension d’une technique devenue opaque, depuis qu’elle a perdu sa suprématie, à la fin du dix-neuvième siècle.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.