Exercice en réflexivité : la posture d’universitaire

Posture

Comme c’est la rentrée, les espaces de sociabilité virtuelle des doctorants fleurissent de commentaires sur l’enseignement : nouveaux élèves, nouvelles classes, nouvelles institutions et, pour certains, première fois de tout cela. Vacataires, ATER, contractuels dans le meilleur des cas, ces premières expériences donnent lieu à des interrogations tout à fait pratiques, terre à terre pour ainsi dire, que n’importe quel enseignant aura eues, sans doute, au début de sa carrière. Comment s’adresser aux élèves ? Quelle tenue porter ? Que faire de son tableau, de son bureau, de ses mains, de son vidéoprojecteur ?

Ainsi l’espace « Ressources » du Réseau Interuniversitaires des Doctorants Enseignants propose un article sur ces questions invariablement soulevées par le premier cours, de même que le blog humoristique Ciel mon doctorat un billet à propos du problème récurrent de la tenue. Un professeur séparé par à peine deux ou trois ans, parfois, de la majorité des élèves de sa classe, beaucoup plus jeune, souvent, que deux ou trois d’entre eux, doit-il ou non s’habiller d’une manière particulière afin de « faire plus vieux » ?

Parallèlement, hier, sur le blog académique Tenure, She Wrote, une enseignante-chercheuse aux États-Unis publiait dans un billet intitulé « Don’t be that dude : handy tips for the male academic » une liste de conseils censés permettre à l’enseignant-chercheur d’éviter les gestes sexistes les plus courants. Pour deuxième de ces conseils, on pouvait y lire :

Don’t comment on a woman’s appearance in a professional context. It doesn’t matter what your intentions are; it’s irrelevant. Similarly, don’t tell someone they don’t look like a scientist/professor/academic, that they look too young, or they should smile.

Indépendamment du bien fondé ou non de ces différentes remarques, je me contente pour l’heure de souligner la prégnance du thème vestimentaire en ces premières semaines de l’année scolaire. Travailler à l’université implique, de toute évidence, d’avoir conscience de son apparence et de savoir  la manipuler avec soin, à moins de penser, comme les rédactrices de Tenure, She Wrote, que cette apparence peut être une donnée négligeable des rapports sociaux, c’est-à-dire une donnée qu’il soit possible de négliger volontairement — donc un facteur, tout de même.

Pourtant, certains discours didacticiens un peu simplistes, servis complaisamment aux futurs enseignants du second degré, assurent que l’autorité du professeur repose sur sa seule compétence disciplinaire, aisément réduite à son savoir, une affirmation dont la logique douteuse conduirait à conclure qu’un excellent chercheur serait également un excellent professeur, quoique les amphithéâtres abondent en contre-exemples. Plus généralement, parce que l’Université est souvent le milieu éthéré de la pure intelligence, où seule compterait la qualité des pensées, il y règne parfois un certain mépris pour ces petites considérations anodines de la garde-robe.

C’est oublier bien vite que l’on a été soi-même élève jadis et fasciné par les nœuds papillons du professeur d’allemand ou la jambe en titane de la professeure d’histoire-géographie et que la corporéité de ceux qui n’étaient pas tout à fait, pour nous, des êtres humains, jouait un rôle considérable dans notre manière de les penser, de les comprendre et de les écouter. Je voudrais proposer ici un exercice en réflexivité à partir d’un outil littéraire en vogue ces dernières années.

La posture

La posture est un concept élaboré par la sociopoétique, c’est-à-dire, pour aller très vite et au risque de provoquer des haut-le-cœur aux spécialistes les plus avertis, par une forme de sociologie de la littérature. On peut lire une brève introduction à la question au tout début du numéro 8 (2011), de la revue COnTEXTES, par Denis Saint-Amand et David Vrydaghs et parcourir le sommaire du dit numéro, à la posture consacré, en fonction de ses intérêts, pour observer son application dans le champ de la littérature.

On y rappelle que la posture, évoquée d’abord par Alain Viala, connu pour ses travaux de sociopoétique du dix-septième siècle, par exemple pour sa Naissance de l’écrivain, a été reprise et développée plus récemment par Jérôme Meizoz, à l’occasion de son diptyque Postures littéraires et La fabrique des singularités. La posture, pour aller vite, ce serait la manière dont s’articuleraient trois niveaux de la vie de l’auteur : son rôle d’inscripteur (celui qui produit un texte), son rôle d’écrivain (celui qui occupe une position dans le champ littéraire) et son rôle de personne biographique (Madame ou Monsieur X, qui aime la tarte aux pommes), pour reprendre la distinction de Dominique Maingueneau. La posture, contrairement à l’éthos de l’analyse du discours, essaye de rendre compte des phénomènes matériels, si je puis dire, autant que textuels : de l’apparence médiatique de l’écrivain autant que des propos qu’il tient en entrevues, par exemple.

La posture, Claire Clivaz le remarque fort bien dans son article du numéro de COnTEXTES, n’est pas toujours opératoire : ainsi Galien, souligne-t-elle, tente de construire une posture d’auteur-malgré-lui qui ne prendra pas. À l’inverse, Rousseau, et c’est là un exemple canonique, adopte une posture qui devient une postérité. Et cette posture de Rousseau, cette posture de philosophe proche de la nature, éloigné de la société et purifié par sa pauvreté, implique des textes (Le Devin du village, par exemple), des discours sur soi (Les Confessions évidemment) et des tenues, l’habit arménien (à propos duquel on peut lire l’article de Yolande Crowe).

La posture n’épuise évidemment pas cette interaction entre apparence physique, discours tenu par soi sur soi et œuvre. Dans un précédent billet, pour la Cité des Liens, j’ai brièvement évoqué la manière dont la présence physique enregistrée de grands philosophes pouvait confirmer ou infirmer l’image de philosophe qui nait de leur œuvre et comment les vêtements, le corps, les accessoires (la pipe de Derrida, les petites boucles d’oreille de Judith Butler, les dents carrés de Hannah Ardent) modifient une perception qui ne saurait jamais être fondée que sur les textes.

La posture de l’universitaire

Il n’en va pas différemment de l’universitaire. Comme un écrivain et comme un philosophe, celui qui est parfois, lui-même, écrivain et philosophe, ainsi que le rappelle du reste Jérôme Meizoz, également romancier, dans la Fabrique des singularités, l’universitaire, se compose une existence médiatique qui dépend à la fois de ce qu’il écrit, de la manière dont il se comporte au sein de son champ institutionnel (et disciplinaire, et thématique) et de son apparence physique. Ou bien, s’il n’y prend garde, cette image se compose sans lui.

Naturellement, mon propos n’est pas de dire que le concept de posture permettrait à l’universitaire qui en a bien conscience de prendre entièrement le contrôle de l’image qui est la sienne et de transformer, si l’on veut, une réputation en posture librement assumée au sein des espaces médiatiques où il évolue. J’essayerai de le montrer par la suite, la conscience de sa propre posture conduit rapidement à des interrogations inextricables, comme tout exercice d’introspection. La parfaite maîtrise de son image relève bien du fantasme, mais avoir conscience de ses propres déterminités et de la marge de manœuvre qu’elles permettent encore est assurément une expérience profitable.

Comme je le disais dans un précédent billet, je lisais récemment On ne peut pas tout réduire à des stratégies, dont on peut lire ma recension en ligne, et qui tente de se tirer d’un paradoxe néo-bourdieusien (en quelque sorte) : celui où coexistent d’un côté la critique de l’illusion biographique et de l’autre la mise en valeur des stratégies d’agents au sein de leurs champs. L’illusion biographique, c’est de reconstruire tous les éléments d’une vie à partir de la fin remarquable qui est la sienne et donc de postuler une parfaite liberté d’action et une volonté entièrement efficiente à l’agent dont la biographie est l’histoire. Critiquer l’illusion biographique, c’est au contraire souligner la manière dont l’agent est contraint par la structure de son champ. Mais à l’inverse, le concept de stratégie suppose chez les agents une capacité à concevoir des plans d’actions et à les mener à bien. Poussé à son extrême, ce concept fait renaître l’illusion de la libre volonté, mais compris précisément, il met en valeur la tension entre les contraintes du champ et l’agentivité de ceux qui l’occupent.

Il est banal de dire que l’universitaire ne peut pas faire ou dire n’importe quoi. Trouver une posture lui impose donc de composer avec un certain nombre de contraintes, soit qu’il accepte de s’y plier, soit qu’il les conteste — dans un cas comme dans l’autre, il se définit par rapport à elles. Il y a par exemple certains discours ou certaines conceptions que l’universitaire, particulièrement au sein des humanités, est prié d’adopter : on manque d’argent, les élèves sont de moins en moins cultivés, la société est trop matérialiste, la maîtrise de la langue française se perd, la pratique du livre est en train de disparaître, etc. Aucune de ces conceptions n’est strictement obligatoire et l’on peut, par exemple, en prendre le contre-pied, en vantant la création cosmopolite d’une variété de langues au sein d’une société enfin diverse ou les formidables possibilités du numérique, mais dans un cas comme dans l’autre, ces affirmations prennent sens par rapport aux pré-conceptions qui structurent la discipline dans laquelle l’universitaire opère.

À côté de ces conceptions se trouve tout un ensemble d’attitudes. On ne parle pas n’importe comment lorsque l’on est enseignant de littérature. Une spécialiste des pratiques sexuelles du séparatisme lesbien peut difficilement s’habiller de la même manière qu’une helléniste bibliste ou, si elle le fait, sa tenue serait une réappropriation, une subversion ou un commentaire ironique de l’oppression hétérosexiste (et, éventuellement, judéo-chrétienne). Et, par un phénomène assez voisin, un seizièmiste francisant d’orientation philologique n’intitulera pas son article « Foucault, Deleuze, Derrida and the sexualization of the cultural paradigm in Montaigne », tandis qu’un queer scholar spécialiste en critical theory ne présentera pas la conférence « L’usage typographique de la virgule dans l’imprimerie lyonnaise des premiers temps et la question des manuscrits ».

Mon autocritique ou comment j’essaye de ne pas avoir l’air trop désagréable

Un exercice très sain (jusqu’à ce qu’il vous conduise à l’asile) peut être de tenter d’examiner sa propre posture en distinguant les différents niveaux qu’elle implique. Comment s’articulent ma personne biographique (François-Ronan Dubois, jeune homme psychologiquement instable perpétuellement à la recherche d’une distraction), mon rôle d’inscripteur érudit (François-Ronan Dubois — Université Stendhal Grenoble 3, auteur de phrases à la syntaxe inutilement contre-intuitive) et mon rôle d’universitaire, qui est souvent celui de « spécialiste de ».

Par exemple, pourquoi dis-je au premier cours à mes élèves que je suis spécialiste de « l’histoire de la propriété intellectuelle dans la France d’Ancien Régime » et de « la méthodologie de la critique interprétative des objets culturels » et seulement au second cours que je travaille aussi sur « l’audiovisuel contemporain, par exemple les séries télévisées et la pornographie » ? C’est bien sûr que je cherchais d’abord à m’assurer l’aura d’une autorité disciplinaire fondée sur un sujet particulièrement peu engageant et dont l’intitulé, rapidement délivré en quelques secondes, n’est guère susceptible d’évoquer quoi que ce soit à ceux qui l’entendent, quand même ils seraient plus érudits que des élèves de licence et que, dans un second temps, je tempère cette austérité, qui risquerait de favoriser chez mes élèves un ennui antipathique, par une spécialité particulièrement atypique.

Le même balancement a beaucoup moins de valeur sur ce carnet, puisque pour des universitaires qui fréquentent Hypothèses et dont on peut supposer qu’ils utilisent d’autres médias sociaux, la recherche sur la culture populaire n’a plus rien de très sulfureux. Sauf à la combiner, peut-être, avec une recherche érudite sur les préfaces en néo-latin d’un genre particulièrement confidentiel du dix-septième siècle, comme je le fais ici : le duo renversé continue de fonctionner.

Prenons les choses par un autre bout. Il y a quelques temps, j’ai écrit une recension du livre Les célibataires, des femmes singulières qui n’était pas entièrement élogieuse. L’autrice du livre a choisi d’y répondre en m’accusant de manquer gravement de clairvoyance et de pertinence dans mes remarques. Dans ma réponse pleine de déférence, on peut trouver la phrase suivante :

Ainsi la parenthèse du titre et l’organisation strictement chronologique du développement suggèrent-elles que l’ouvrage a quelque chose à dire de l’histoire du célibat féminin, dans une perspective qui relève soit effectivement de l’historiographie, soit d’une généalogie post-nietzschéenne à la manière de Foucault. Dans un cas comme dans l’autre, la sélection subjective des sources primaires est inconciliable avec la méthode et s’agissant de l’archéologie critique, plus proprement philosophique, la possibilité suggérée d’une activité contre-épistémique, qui échappe au pouvoir, impliquerait un remaniement assez profond du cadre conceptuel foucaldien et il faudrait alors l’expliciter.

En quoi cette phrase participe-t-elle de ma posture, c’est-à-dire en quoi se situe-t-elle au confluent de ma personne biographique, de mon inscription textuelle et de mon œuvre académique ?

L’inscripteur. S’il y a des lecteurs réguliers de ce carnet, ils savent peut-être déjà que je n’adopte pas toujours ce ton pontifiant et ce style technique. Je pourrais très bien expliquer les choses autrement. Je les explique ici avec un certain style, destiné à exhiber une parfaite maîtrise des outils philosophiques, non en exhibant tous leurs détails conceptuels, mais au contraire en laissant la majeure partie des conséquences, l’essentiel de l’argumentation, implicite. Comme si tout cela relevait de l’évidence, bien entendu, entre nous, gens de bonne compagnie. Seulement, cette compétence dépassionnée en matière de foucaldisme, qui s’intéresse aux techniques conceptuelles de Foucault et à son ascendance philosophique plutôt qu’à la subversion qu’il représente dans la pensée contemporaine, je sais très bien qu’elle n’est courante ni à mon âge, ni dans mon domaine d’études. Pour dire les choses platement, je roule des mécaniques. Pour dire les choses rhétoriquement, je propose un argument à deux niveaux : en termes de contenu, il s’agit d’un argument logique (qui fait appel au raisonnement) ; en termes de style, il s’agit d’un argument éthique (qui fait appel à l’éthos, c’est-à-dire à la manière dont l’énonciateur du discours se peint pour ses destinataires).

La personne biographique. En réalité, ma première réaction à toute attaque intellectuelle tient de la pulsion satirique et de l’acidité ironique. Effet d’un tempérament déraisonnablement orgueilleux sans doute, je supporte très mal la critique, qu’elle soit fondée ou non, et je suis plutôt porté à employer mes compétences rhétoriques pour piétiner à mort un adversaire que pour me défendre. Comme je connais ce travers, je ne m’énerve jamais que dans mon particulier et attends toujours avant de mettre la main à la plume ou au clavier. Par effet de balancier, mes réponses publiques, si elles peuvent être discrètement ironiques, cherchent généralement à être courtoises et diplomates. Cas typique d’une contrainte à laquelle on répond négativement, mais qui n’en conditionne pas moins : porté à l’agression, je choisis sciemment l’apaisement et je le choisis d’autant plus que j’y suis étranger.

L’universitaire. Les intérêts en tant qu’universitaire d’une pareille réponse, et d’une phrase comme celle-ci dans une réponse comme celle-là, sont beaucoup trop nombreux pour qu’on puisse tous les énumérer. Évidemment, il est toujours bien plus profitable à un universitaire d’être engagé dans une polémique que de vivre sans faire de vagues : à mon médiocre niveau de doctorant, je trouve les polémiques que je peux. Les textes polémiques offrent non seulement une visibilité plus grande mais un genre différent de ceux de la recherche (article, chapitre, ouvrage) : ils permettent donc d’aborder des points de fond, pas nécessairement novateurs, mais déterminants dans notre recherche, qui ne trouveraient leur place dans aucune introduction (par exemple, ici, mon rapport à post-nietzécheisme). Cet intérêt s’inscrit dans une stratégie de carrière et de recherche plus large : commentaire des cadres philosophiques de l’interprétation gender, mariage entre réflexion philosophique et littérature, examen des conditions du pouvoir culturel, etc. Aux spécialistes du gender, cette phrase dit : « je ne crois pas que la subversion soit possible à justifier dans un cadre foucaldien ». C’est une position atypique (et pessimiste, ou au moins sceptique, mais c’est une autre histoire). Aux non spécialistes du gender, elle dit : « je sais de quoi je parle mais je reste distant » et rassure tous les bons universitaires français qui s’inquiètent de se voir envahis par des hordes féministes et théoriciennes (alors que l’ennemi intérieur que je suis ne vaut peut-être pas beaucoup mieux).

Là où l’on devient fou

Ma posture est donc conditionnée par des contraintes dont certaines peuvent paraître nobles (une vision intellectuelle pour la recherche dans mon domaine, des engagements philosophiques précis et forts) et d’autres franchement condamnables (une stratégie carriériste, une manipulation de mon image médiatique). J’ai analysé cette phrase, j’aurais pu analyser celle que j’ai dite à mes étudiants de L3, avant-hier : « Faut voir que la femme, en Grèce Antique, elle a pas le droit d’sortir d’chez elle. Niveau liberté, ça s’pose là. » qui, quoique d’un style tout à fait différent (sans blague) nous ferait retomber sur des analyses semblables, parce qu’elle s’accompagnait d’un exposé synthétique de la théorie des formes intelligibles dans l’idéalisme platonicien.

Mais le geste que je viens de faire, d’analyser devant vous une phrase tirée de ma réponse à une attaque adressée à l’une de mes recensions, peut-il être purement démonstratif ? N’ai-je pas essayé de signaler que j’avais été injustement attaqué et que je suis donc un peu un martyr ? N’ai-je pas tenté de vanter mon habileté rhétorique ? N’ai-je pas fait preuve d’une belle sagesse en montrant combien je savais résister à mes impulsions premières pour embrasser l’aimable courtoisie ? Et en soulignant, dans ce paragraphe, ces quelques points, ne donnè-je pas le bel exemple de ma modestie ? Mais ne serait-ce pas du cabotinage que de faire remarquer une modestie qui n’est que de façade ?

Et l’on ne s’arrête jamais. En vérité, il y a certains impondérables qui échappent tout à fait à la posture, à moins de vouloir envisager la posture comme l’image médiatique de l’universitaire en tant qu’elle est en partie, mais en partie seulement, le produit de sa volonté. En d’autres termes, on ne peut pas tout réduire à des stratégies. Je porte tout le temps des jeans. Pour faire cours à mes L1. Voilà qui va bien à un spécialiste de la culture populaire, qu’on verrait mal en costume-cravate, n’est-ce pas ? Je les porte par goût. Mais il s’avère que je suis très grand, que seules certaines marques de jeans proposent des modèles standards à ma taille et que les costumes, eux, coûtent beaucoup plus cher. De la même façon, je n’ai pas l’embarras du choix de mes chaussures. Voilà que ma personne biographique sert utilement mon œuvre universitaire.

Image

Gif issu de Ciel mon doctorat


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Claire Placial dit :

    Je ne connais pas assez bien les assertions des didacticiens pour savoir ce qu’ils racontent des habits, mais le fait est que les élèves du secondaire ont une passion sans fin pour le commentaire des habits des profs. A tel point que ça en devenait presque un jeu entre certaines filles d’une certaine classe et moi, quand j’étais au collège:
    – Madame, votre chemise bleue, la couleur, elle est belle, mais la coupe, euh, ça fait un peu vieux.
    – Ah bon? Alors écoute bien Aminata, je vais te dire un truc, mais assieds-toi d’abord, parce que tu vas avoir un choc. Alors tu sais, les profs, ils sont vieux.

    EN tout cas dans les coulisses, chez les jeunes ami.e.s universitaires de ma génération du moins, la rentrée, les colloques, les auditions sont moment d’infinies discussion sur comment s’habiller. Et de fait, à titre personnel, c’est le moment de la définition d’une posture, qui est une sorte de compromis entre la personne biographique et le rôle d’enseignant-chercheur. Et pour moi, qui suis et philologue et bibliste, ce qui est beaucoup pour une seule femme, ça revient entre autre à mettre l’accent sur le fait que les philologues-biblistes ne sont pas ce que vous croyez, ce que vous croyez étant une personne dévote et grise, d’où un travail de la couleur et des détails (vernis, chaussure, maquillage), qui revient un peu à essayer de dire: d’accord, je travaille sur les traductions de la Bible, mais n’en déduisez rien de ma personne biographique: je ne suis pas croyante et ne viens pas en prosélyte. Et qui vient aussi contrevenir le présupposé de la recherche grise, vis-à-vis des étudiants, comme peut l’être, par ailleurs, l’usage du langage.
    C’était la minute narcissique de la journée, merci pour ce billet qui m’a poussée à conceptualiser davantage les intenses cogitations vestimentaires de chaque rentrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.