Cité des Liens — 6 : Dictionnaires

CNRTL

Hier, j’ai perdu au Scrabble 336 à 386, après m’être courageusement battu contre trois mots de sept lettres de la part de mon adversaire, alors que je bataillais péniblement avec mon unique voyelle sur dix tirages successifs. Comme à notre habitude, nous avons tenté d’inventer des mots, parce que la langue française n’en laisse pas de donner : certains n’existaient pas, d’autres ont été découverts. Nous sommes désormais assurés de l’existence de verbes aussi utiles au quotidien que « saumurer », « relarder » et « épiner ». Quoiqu’ils surviennent rarement au détour d’une conversation, ils permettent d’engranger les points soixante-dix par soixante-dix : ce n’est pas un petit profit.

Les joueurs en mal de solutions visiteront avec profit le site Ortograf et s’initieront ailleurs aux troublantes règles du Scrabble de compétition, dont les salles ont parfois de faux airs de bingo. Mais les jeux, c’était le mois dernier : tout ceci n’était que pour dire le plaisir que je trouve, depuis tout enfant, à lire le dictionnaire, activité certes peu propice à la camaraderie, mais qui permet d’égayer quelques articles avec un mot rare, parfois même de troubler les relecteurs, tant les relecteurs sont certains d’avoir tout le vocabulaire du monde (et toutes les références, et une connaissance exhaustive de la syntaxe, mais passons sur ces affaires, qui seront pour un autre jour).

C’est très amusant, de lire le dictionnaire. Par exemple, j’ai chez moi une étagère à dictionnaires, avec des dictionnaires sur tout et n’importe quoi (sauf un dictionnaire de langue française), des dictionnaires du français au latin, des dictionnaires où l’URSS est toujours une superpuissance, des dictionnaires d’expressions animalières anglophones. Prenons-en trois au hasard : le Vocabulaire technique et critique de la philosophie d’André Lalande, dont la troublante inutilité m’a toujours beaucoup perturbé, le Dictionnaire de mythologie germanique de Claude Lecouteux et À la queue leu leu : origines d’une rimbambelle d’expressions populaires de Gilles Guilleron. Et me voilà à naviguer de « Faux comme un jeton » à « Menglöd » en passant par « Existentialisme ». Les dictionnaires sont des livres-archipels qui se naviguent autrement que les canaux. Il s’en suit qu’on est nécessairement très frustrés d’avoir des dictionnaires en ligne, où l’on trouve souvent tout de suite ce que l’on cherche, sans passer par les mots que l’on ne cherchait pas.

Il existe des jeux parfois un peu douteux, comme le Wikipédia Hitler, qui doit sans doute porter d’autres noms. Le principe en est un simple : on demande à la célèbre encyclopédie libre une page au hasard, tenez, par exemple « Os pisiforme » et l’on doit parvenir, grâce aux liens internes, à arriver à la page d’Adolf Hitler aussi rapidement que possible — allusion à la fameuse loi de Godwin. Donc, ne vous perdez pas, « Os Pisiforme » ­— « Os » — « Maladie de Creutzfeld-Jakob » — « France » — « Troisième Reich » — « Adolf Hitler ». Mais il y a sans doute des chemins plus courts. Quoi qu’il en soit, il est toujours possible de découvrir en passant ce dont on se fichait, sur des dictionnaires en ligne.

Le lien de la semaine : CNRTL

Pour les intimes ou Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales. Ce portail lexical est sans doute le plus connu dans la recherche française, dans la mesure où il agrège un ensemble d’outils eux-mêmes assez fameux, comme le corpus Frantext. Entre autres choses, le CNRTL propose des dictionnaires anciens, pour les vieux et les moins vieux, puisqu’ils couvrent une période étendue du moyen français à la sixième édition du dictionnaire académique. De vieux dictionnaires, donc, dont la plupart est empruntée à un autre portail (de la même équipe) que je citerai ensuite et qui est rapidement devenu une référence pour nombre de chercheurs se consacrant à l’époque moderne en France. Des dictionnaires modernes, comprendre contemporains, sont aussi proposés pour égayer le visiteur qui souhaiterait continuer à suivre les fascinants et immortels travaux de l’Académie Française.

Mais arrêtons-nous un moment sur le portail lexical, rêve éveillé de tout enseignant de la langue française. Il propose d’étudier un mot en fonction de sept catégories : la morphologie, la lexicographie, l’étymologie, la synonymie, l’antonymie, la proxémie et la concordance. Il suffit d’entrer le mot dans l’une ou l’autre de ces catégories et de naviguer, ou bien de télécharger les applications et les barres d’outils proposées pour Firefox. Si j’entre, par exemple, « contagion » dans l’onglet lexicographie, j’apprends, entre autres choses, que la contagion est une « transmission d’une idée ou d’un ensemble d’idées délirantes à une ou plusieurs autres personnes » et que le terme apparaît en 1375, chez mon illustre prédécesseur Raoul de Presles, dans sa traduction de la Cité de Dieu. Bref, je peux ainsi en savoir long sur le mot que j’ai élu.

Le portail lexical propose en outre des fonctions auxquelles je ne comprends pas grand-chose, mais qui sont vraisemblablement d’un intérêt puissant. C’est par exemple le cas des onglets consacrés à la proxémie et à la concordance, dont je ne puis pas dire que l’utilisation en soit précisément intuitive. Justement : la répartition de ces données foisonnantes en onglets rend le dictionnaire plastique à des utilisations mettant en jeu des expertises linguistiques diverses. Il constitue donc un outil extrêmement fiable et performant, y compris pour les élèves et les étudiants.

Les liens de la semaine : varia

Dictionnaires d’autrefois

Sous ce doux nom qui évoque une publicité pour faux vieux meubles du Comptoir des Familles se cache une partie de l’ARTFL Project, c’est-à-dire l’American and French Research on the Treasury of the French Language, qui est une part de l’AITLF (on y arrive), le laboratoire d’Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française, également à l’origine du CNRTL (souvenez-vous : le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales). Avec toutes ces lettres, on fait des mots et ces mots, on peut les chercher dans les dictionnaires d’autrefois, qui permettent de sortir, en une seule recherche, les définitions d’un même mot dans sept dictionnaires du français en français, de 1606 (Jean Nicot) à 1932 (Académie 8).

Silva Rhetoricae

Silva Rhetoricae est un site sur la rhétorique alimenté par Gideon Burton de Brigham Young University, qui est d’ailleurs aussi un collaborateur de la base de données sur la littérature mormone, dont je suis, à vrai dire, moins familier. Silva Rhetoricae, quant à elle, offre une présentation de la rhétorique classique des plus satisfaisantes et un répertoire des figures de styles. C’est un outil de référence en attendant le lancement du glossaire de rhétorique que nous préparons, au sein du laboratoire RARE, et que j’avais évoqué dans un billet précédent.

Urban Dictionary

Je parlais dans la première Cité des Liens de la documentation non académique : il en va de même pour les dictionnaires. Ce dictionnaire collaboratif m’est irremplaçable lorsque je dois éclairer le sens d’une expression de la culture populaire anglophone croisée au cours de mes travaux sur les séries télévisées. Comme je travaille en ce moment sur la série Law & Order : Special Victims Unit, je suis particulièrement sensible à la clairvoyance de l’entrée Dick Wolf (du nom du créateur de la série). Certaines entrées ont donc une valeur humoristique, mais la plupart des expressions et des termes sont définis avec une justesse des plus éclairantes.

Dictionaire d’analyse du discours numérique

Parce qu’il faut que tous les dictionnaires qui fleuriront germent un jour, je termine en signalant un projet encore naissant de Marie-Anne Paveau, sur Hypothèses connue comme le loup blanc pour La pensée du discours. Cet autre carnet entoure l’édition d’un dictionnaire numérique sur les discours numériques : quelques entrées en sont déjà disponibles à l’adresse que j’ai indiquée, dont la plus récente, on s’en souvient, portait sur le hashtag.

***

Ce ne sont pas les dictionnaires qui manquent en ligne et je n’ai pas évoqué, par exemple, le Richelet proposé par Garnier Flammarion pour les bibliothèques abonnées et dont je fais, en bon dix-septiémiste, un usage régulier. Naviguer dans ces ouvrages, c’est d’abord se rendre compte de la construction et de la variabilité des définitions. Et, en attendant, une dernière manière de jouer avec les définitions : le jeu du dictionnaire et ses nombreuses variantes. Je garde d’ailleurs affichés dans mes toilettes les souvenirs d’une manche autour du mot « spirochète ».

Image

En-tête du CNRTL (détail).

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.