Cité des Liens — 4 : Associations savantes

Board Game Studies

Avant de bientôt laisser derrière nous ce mois de juillet et ses jeux classés, déclassés, mal classés, reclassés, anciens et modernes, la Cité des Liens de cette semaine propose quelques sites d’associations savantes qui se consacrent aux game studies. Il existe bien quelques initiatives françaises, mais, pour l’essentiel, les portails que je vais présenter ici sont anglophones. J’avais dit par ailleurs que les game studies portaient essentiellement sur les jeux informatisés : ce n’est pas tout à fait faux, mais l’on verra qu’il existe certaines associations dont les centres d’intérêt ne recouvrent pas uniquement les jeux pour ordinateurs ou consoles — qui d’ailleurs ne nous auront pas beaucoup occupés ce mois-ci.

La question des associations savantes est, selon ma modeste expérience, rarement débattue au sein de la communauté universitaire. Elles sont évoquées parfois, on s’y inscrit, mais leur fonctionnement et leur utilité ne sont pas l’objet de vastes discussions, en dehors peut-être des assemblées générales annuelles, aux quatre coins du pays (dans le meilleur des cas), en pleine période de colloques — auxquelles il est, par conséquent, assez difficile de se rendre. Leur rôle dans certains domaines en pleine conquête de légitimité est pourtant central, comme c’est le cas de la Whedon Studies Association, dont il a été souvent question dans Contagions (quoique je n’en sois pas membre) et qui a été le fer de lance du développement d’une recherche en humanités sur les séries télévisées, ou la très célèbre association francophone Modernités Médiévales, essentielle pour la diffusion du médiévalisme en France.

Il est vrai que l’existence de certaines associations est parfois fantomatique, soit que l’activité n’en soit pas très sensible, soit que cette activité redouble un réseau de sociabilité physique auquel on ne peut véritablement accéder que par le jeu de la cooptation. D’autres au contraire, des plus ouvertes, mettent immédiatement leurs nouveaux membres au travail (avec leur consentement), ainsi que j’ai pu en faire l’expérience grâce à la Société Française d’Études du Dix-Huitième Siècle, dont le site peut-être légèrement désuet ne rend pas justice à son activité. D’autres associations savantes sont apparues au gré des billets de Contagions, comme la Société Internationale pour l’Étude des Femmes de l’Ancien Régime, éditrice d’un dictionnaire en ligne sur la question, mais dont le site est, hélas, en travaux à l’heure actuelle, l’association internationale Littéraires Populaires et Culture Médiatique ou l’Aphra Behn Society.

Les associations savantes ne sont évidemment pas un phénomène nouveau — pas plus que ne l’est leur organisation réticulaire plutôt que locale. Certaines sont même réputées pour leurs perspectives pour le moins conservatrices, notamment dans le domaine des études littéraires. J’avoue ne pas m’expliquer tout à fait la raison de leur discrétion au sein des conversations en milieux universitaires. Je ne dis pas qu’il n’en est jamais question et il est difficile, par exemple, de faire un doctorat en Rhône-Alpes sans entendre parler des Têtes Chercheuses ou du Collectif Confluence, mais simplement que la question même de l’association, de ses capacités et de son rôle dans le développement de la recherche et de l’enseignement en sciences sociales et humaines est rarement abordée en elle-même.

Le lien de la semaine : The International Society for Board Game Studies

Fondée au milieu des années 1990, la Society for Board Games Studies adopte une perspective généraliste sur les jeux de plateaux traditionnels — par opposition à la nouvelle vague de jeux de société que j’ai décrite dans la plupart des billets précédents. Cette perspective plus classique, si je puis dire, permet un ensemble de propositions historiques qui contrebalancent heureusement la perspective souvent très contemporanéiste de la recherche sur les jeux, en cela qu’elle paraît dominée par la question des jeux vidéos. Il faut dire que des quatre fondateurs de la société, trois sont engagés dans une recherche avant tout historique : c’est ainsi le cas de Thierry Depaulis, qui a écrit sur la question du jeu sous l’Ancien Régime (qui faisait justement le propos de mon précédent billet), de Vernon Eagle, auteur de travaux sur les origines des mancalas et d’Urich Schädler, archéologue préoccupé par la place des jeux de plateaux dans la Rome Antique.

De 1995 à 2010 (au moins), la société a organisé des colloques sur les jeux de plateaux dans différents pays. Mais plus que les colloques qui, à la mode anglo-saxonne, ne sont pas exactement accessibles à toutes les bourses, ce qui m’intéresse est la publication par la société de l’International Journal for the Studies of Board Games, d’une part, et l’existence d’un annuaire de liens (plus ou moins d’actualité), qui témoignent une nouvelle fois de la coexistence d’une documentation savante et d’une documentation académique, que j’évoquais dans un précédent billet — ce que suggéraient déjà les présentations bio-bibliographiques de certains des fondateurs, sur lesquelles je ne me suis pas attardé.

Parmi les articles du journal et pour une perspective historique si précieuse, en plus de nombreux articles sur des cas particuliers, on peut lire avec intérêt « The Development of English Board Games 1770-1850 » de Caroline Goodfellow, « American Board Game : A Historical Perspective » de Bruce Whitehill et « Les jeux de pions à la Belle Époque » de Michel Boutin. Si ces présentations historiques synthétiques sont très occidentales, nombre des articles du journal, dans les sept numéros, traitent, entre autres, des jeux du continent asiatique, sans nécessairement adopter un point de vue anthropologique ou ethnographe — une autre particularité digne d’être soulignée.

Les liens de la semaine : varia

Canadian Game Studies Association

Ou, en français, Association Canadienne d’Études Vidéoludiques — le « vidéoludiques » venant une nouvelle fois prouver l’hégémonie du jeu vidéo dans les game studies contemporaines. L’association est l’une des principales du domaine. Si le site de l’association est assez pauvre, quoiqu’il continue à présenter quelques actualités, on peut consulter le journal qui lui est associé, Loading, toujours actif. Le dernier numéro porte par exemple sur les jeux vidéos indépendants. Tous les articles sont disponibles gratuitement en ligne.

ICA Game Studies SIG

En version longue : International Communication Association Game Studies Special Interest Group. Il s’agit donc d’une subdivision de la grande ICA, qui compte elle-même un peu plus de 3 500 membres. On peut retrouver en ligne la liste des SIG. Le SIG Game Studies participe bien entendu au congrès annuel de l’ICA en proposant son propre appel à contributions (le dernier est encore disponible).

Tesol Games

Ou : Teaching English to Speaker of Other Languages Through Games. Le site est des plus riches et propose de nombreuses ressources sur les jeux et leur utilisation en divers contextes, notamment pédagogiques et médicaux. Je signale ici l’annuaire des organisations dédiées aux jeux. On trouvera également un annuaire des journaux consacrés aux game studies, des musées et de diverses initiatives.  L’annuaire comporte aussi bien des associations savantes que des associations de joueurs, de développeurs et des distributeurs. Une brève description y accompagne chaque lien et permet de s’orienter. Le site est régulièrement entretenu.

***

Je n’ai pas mentionné ici les associations savantes qui se consacraient en partie à l’étude des jeux, sans pour autant constituer des groupes d’intérêts spéciaux, à l’inverse de l’ICA. C’est par exemple le cas du duo PCA-ACA (Popular Culture Association-American Culture Association), qui mentionne les game studies comme l’un de ses domaines possibles. Il reste que les études sur les jeux sont encore, pour l’heure, cantonnées à des publications et à des associations spécialisées, elles-mêmes peu nombreuses et généralement dominées par les jeux vidéos, voire par les jeux vidéos spécialisés pour les contextes pédagogiques. Du chemin à faire.

Image

En-tête du site de l’International Society for Board Games Studies.

François-Ronan Dubois

Chargé de partenariats et d'échanges intellectuels pour la diplomatie culturelle à l'Institut français, à Paris. Docteur en littérature française et agrégé de lettres modernes, ancien chercheur et enseignant à l'Université de Varsovie (2017-2019), l'École Nationale d'Ingénieurs de Brest en France (2015-2016) et l'Université de Grenoble-Alpes (2012-2015).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.