Cité des Liens — 3 : Blogographie

Magasin des Enfants

 Avec une passion des divisions et subdivisions, je vais essayer d’inaugurer, cette semaine, dans la Cité des Liens, une nouvelle section blogographique. J’y proposerai des liens vers des carnets, des blogs ou des billets en rapport avec la thématique du mois, s’il y en a une, ou avec l’humeur du moment. Cette entreprise devrait me permettre de détailler un peu l’habitude que j’ai prise, comme de nombreux contributeurs d’Hypothèses, de signaler les billets de la plateforme qui ont retenu mon intérêt sur Twitter.

Contrairement à Twitter, une blogographie permet aussi d’aller fouiller dans le moins actuel, dans les anciens billets des carnets ou de mettre en avant des carnets qui, quoiqu’ils soient susceptibles de publier des informations, ne le font pas régulièrement ou le font sans s’intéresser exclusivement à mon sujet du moment — et par conséquent passent entre les mailles de la veille parfois trop proche de l’actualité. Or, c’est précisément l’un des principaux avantages d’Hypothèses que d’offrir une plateforme stable, même pour les carnets dont la publication est irrégulière voire arrêtée : cet archivage permet non seulement de conserver les informations et les analyses importantes, telles qu’elles ont été publiées, mais également, et c’est important, d’offrir des photographies de l’état de la recherche sur une question à un moment donné.

Certains des liens que je vais donner ici ne sont donc pas de première actualité — d’autres, au contraire, concernent des billets publiés dans des carnets toujours actifs. Comme souvent, j’ai ici une double casquette : mon intérêt premier est celui de la méthodologie, c’est-à-dire de la manière dont tel objet culturel est traité par différentes disciplines, connecté à d’autres objets, médiatisé au sein de la sphère académique, analysé, etc. Mais pour bien comprendre ces mécanismes, j’estime qu’il est nécessaire de s’impliquer dans cet objet : étudier les séries télévisées ou les textes littéraires permet de comprendre la manière dont d’autres chercheurs s’investissent dans ces objets, d’une part, et de vérifier la validité de ses hypothèses méthodologiques dans sa propre pratique, d’autre part.

Vraisemblablement, au cours des recherches de master, du moins pour mon premier mémoire, qui portait sur une critique philosophique de La Princesse de Clèves, ma démarche était d’abord une démarche de réflexivité, telle que l’explore sur Hypothèses la Villa des Espaces Réflexifs. Mais en travaillant, pour un second mémoire, sur les polémiques entourant La Princesse de Clèves dans les années 2000 comme à sa parution, je me suis peu à peu orienté vers une démarche où l’étude des textes était une conséquence de la réflexion sur les moyens de cette étude plutôt que l’inverse. Paradoxalement, c’est la pratique qui constitue, pour moi, un exercice réflexif.

Lien de la semaine : Le Magasin des Enfants

Publié sur Hypothèses, le carnet de recherches de l’association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance constitue une source d’informations précieuse pour des chercheurs d’horizons très différents. Ses publications illustrent la diversité des perspectives qui, dans un domaine donné, peuvent s’exercer sur des objets communs ou des objets différents joints par un rapport extérieur. En d’autres termes, la recherche sur le jouet et la recherche sur la littérature de jeunesse trouvent à se parler au sein d’une association de recherches sur l’enfance, dont le cadre n’est donc pas disciplinaire.

Plus largement, le nom de l’association, en liant les livres et les objets culturels, signale que certains produits d’un médium donné peuvent prendre un sens différent lorsqu’ils sont associés aux produits d’un autre médium. Souvent, les humanités, en-deçà des partages disciplinaires, continuent à adopter un partage médiatique très rigide, où le texte opère dans une sphère entièrement différente de l’image mouvante, par exemple. Les rapports entre littérature et cinéma sont examinés à l’aune d’une intertextualité culturelle au moins implicite, d’une culture partagée en d’autres termes. Mais l’idée que différents objets culturels dont les producteurs sont indifférents les uns aux autres puissent être reliés dans un système cohérent est plus difficile à admettre.

Traditionnellement, depuis quelques décennies, donc de manière assez récente, les études sur l’enfance et la jeunesse constituent le fer de lance d’un progrès méthodologique, notamment au sein des études littéraires. La popularité croissante de la littérature de jeunesse au sein des cursus de formation dans l’enseignement supérieur, appuyée sur l’introduction progressive de cette littérature dans les programmes de français du second degré, n’a pas joué un médiocre rôle dans l’élargissement des corpus traditionnellement investis par l’Université. Plus particulièrement, ces études ont permis de développer des discours de légitimation des objets culturels qui ne soient pas exclusivement fondés sur leur valeur artistique transcendante ou leur importance patrimoniale — deux piliers traditionnels de la justification dans les études littéraires.

Il n’est donc pas surprenant que la littérature de jeunesse occupe une large place dans Le Magasin des Enfants. Elle est également présente, sur Hypothèses, dans le carnet La Littérature à l’école. Mais en plus de la littérature et des livres, le Magasin accorde une attention continue aux jeux et aux jouets. Ainsi trouve-t-on des annonces de publications et de manifestations scientifiques (colloques, chroniques radiophoniques, expositions), des liens de veille vers des articles, des comptes rendus et de brèves analyses. On lira par exemple avec intérêt le compte rendu de la séance du séminaire de l’association intitulée « Adapter des univers littéraires aux jeux de société pour enfants » et le billet « À la recherche du transmédia ».

Les liens de la semaine : varia

Anthropologie du jeu

Sous-titré « Le jeu : de l’ethnographie à l’histoire des idées », ce carnet d’Hypothèses est essentiellement consacré à l’actualité de la recherche sur les pratiques ludiques. On y trouve donc des appels à contributions, des annonces de parution et des programmes de colloque. La publication n’y est certes pas régulière, mais il a le grand mérite de proposer des perspectives sur des pratiques ludiques anciennes, par exemple sur les jeux de nœuds et de ficelles.

Cyberpornologie 

Ou « Recherche sur la représentation virtuelle de la sexualité ». Le carnet n’est hélas plus actif depuis le 30 novembre 2012, mais il offrait, outre son objet premier, un aperçu de l’actualité de la recherche vidéoludique. Il illustre les proximités qui peuvent se créer entre des objets a priori différents, comme le jeu et la pornographie, sont que ces proximités naissent nécessairement des recoupements possibles entre les deux objets (les jeux de rôles pornographiques, par exemple), mais plutôt d’un élément commun : ici, la virtualité.

« Une banale histoire de procès sur Internet », L’actu en patates

Ce récent billet du blog de Martin Vidberg revient sur le procès ayant opposé Yannick Robert de WittyGames au site sur les jeux de société TricTrac, que j’avais déjà évoqué dans une précédente Cité des Liens. Il illustre à merveille le fonctionnement semi-professionnel du monde du jeu de société et les connexions nombreuses entre amateurs experts et professionnels nouvellement lancés, entre communautés (réelles ou virtuelles) et conditionnement du marché. Plus largement, la catégorie « jeux » de L’actu en patates est des plus riches.

« De la porosité entre industries culturelles et sciences historiques », L’âge du virtuel

Dans ce carnet d’Hypothèses sous-titré « Le patrimoine et sa mise en images », j’invite à relire ce billet assez récent de Jessica de Bideran, que j’avais déjà cité en ouverture du mois de juillet. Il y est question de l’utilisation, dans un documentaire télévisuel, d’images issues du jeu vidéo Assassin’s Creed 2. Il illustre le rôle de la performance technique dans la valorisation intellectuelle des produits culturels populaires.

***

Ces quelques liens ont eu pour dessein de montrer la manière dont les jeux pouvaient apparaître, soit comme objets principaux de certaines recherches, comme c’est le cas pour le Magasin des Enfants et Anthropologie du jeu, soit au détour d’autres préoccupations, comme pour L’âge du virtuel et Cyberpornologie. Comme le montre le billet de L’actu en patates, la place du jeu dans la société contemporaine et dans le discours érudit est ainsi loin de se cantonner au territoire de l’enfance, même s’il continue à en être une des caractéristiques premières.

Image

En-tête du Magasin des Enfants.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *