Polémique en Pologne autour de l’évaluation de la science

Le monde universitaire polonais est agité par une nouvelle polémique. Elle vient s’ajouter aux tensions qui traversent une profession éprouvée comme le reste de la société par de profondes fractures idéologiques. Comme en Hongrie, le parti d’extrême-droite, Droit et Justice, au pouvoir en Pologne, n’a pas manqué de se pencher sur les universités polonaises et leurs intellectuels, pour tenter d’exercer une forme de contrôle, dans un pays où existent par ailleurs des communications nombreuses entre la carrière académique et la carrière politique. Sur ce parti et sa dérive autoritaire, on peut lire l’article de la chercheuse Ewa Tartakowsky dans La Vie des Idées. De manière générale, la Pologne, comme la plupart des pays de l’ex-bloc soviétique, mène depuis 1989 une transition vers un modèle universitaire mondialisé, c’est-à-dire à l’occidental. Ce modèle est bien sûr celui de l’extrême compétitivité et de la normalisation de la production et des processus académiques.

La dernière polémique en date touche la question de l’évaluation individuelle des chercheurs. Elle s’inscrit plus largement dans la réforme des universités polonaises entreprise ces dernières années et qui vise, en autres choses, à créer des universités de recherche susceptibles d’entrer en compétition avec les grands acteurs internationaux, par exemple à Varsovie et à Cracovie. Cette réforme ne se déroule pas sans tension, parce qu’elle met en place, selon certains, les conditions d’un contrôle accru du ministère de la science sur les universités, en y bouleversant l’organisation des pouvoirs d’une façon qui désavantage les sénats universitaires. Elle s’accompagne d’une réflexion sur l’évaluation des chercheurs.

En Pologne, cette évaluation est conduite sur des critères de productivité : les chercheurs sont appelés à cumuler un certain nombre de points. Plus on a de points, plus on approche de l’excellence scientifique. Les points viennent des publications et les publications sont plus ou moins prestigieuses, c’est-à-dire qu’elles rapportent plus ou moins de points. Il en va ainsi pour les livres comme pour les revues. Quand il s’agit de livres, ce sont les maisons d’édition polonaises et étrangères qui valent un certain nombre de points : une monographie publiée aux Duke University Press, chez Brill ou Routledge rapportera 200 points, quand le même ouvrage paru aux éditions de la Sorbonne ou aux Belles Lettres n’en vaudra que 80. On peut consulter dans un document PDF la liste des maisons d’édition promulguée l’année dernière. Pour les articles, ce sont les revues qui sont classées dans le même esprit. La liste des revues est également disponible en PDF. À titre indicatif, un article dans Vingtième Siècle rapporte 40 points, dans Perspectives médiévales 20 points et dans Littératures classiques 0 point.

L’enjeu pour les chercheurs est considérable : les promotions professionnelles sont fondées de plus en plus sur les points, tout comme le recrutement. L’attribution de bourses par les organismes nationaux ou à l’échelle de l’université font jouer les mêmes leviers et nombre d’emplois dépendent de ces bourses, dans un contexte où la titularisation est l’exception plutôt que la règle. Pour avoir ou conserver son poste, il est donc nécessaire de faire chaque année la chasse aux points. Les maisons d’édition universitaires sont soumises elles-mêmes à des critères d’évaluation qui leur rapportent plus ou moins de points, tandis que les revues et les collections de monographies, après deux ans d’existence, peuvent participer à un concours à l’issue duquel elles sont susceptibles d’être incluses dans les fameuses listes des publications littéralement rémunératrices.

Outre toutes les critiques bien connues de ces évaluations bibliométriques indifférentes à la qualité de la recherche produite individuellement et qui ne font la part belle ni à l’accès ouvert, ni aux innovations éditoriales de ces dernières années, se posent des difficultés supplémentaires dans le contexte polonais. En effet, des chercheurs de plusieurs disciplines accusent le ministère d’avoir manipulé les listes et d’avoir fait preuve soit d’incompétence, soit de malhonnêteté. Plusieurs articles explorent ces dernières semaines l’étrangeté des listes finalement compilées, pour dénoncer les travers du processus gouvernemental. C’est le cas, par exemple, de ceux publiés par le journaliste, historien et sociologue Adam Leszczyński pour OKO Press, où il évoque des maladresses et des manoeuvres politiques, les protestations des médecins, des sociologues et des littéraires et les soupçons des historiens.

Le reproche le plus léger, et il est déjà grave, est celui d’avoir ignoré les recommandations des spécialistes. La constitution des deux listes a suivi un processus complexe mais qui, fondamentalement, reposait sur les suggestions d’experts de chaque discipline, pour mettre en avant des titres ou des maisons et en estimer l’importance dans un champ donné. Ces suggestions n’ont pas toujours été respectées par le ministère : certains journaux sont absents, tandis que des publications jugées mineures figurent en bonne place, et l’ordre des valeurs a été complètement bouleversé. Des erreurs apparaissent également, dans le classement des journaux en sous-disciplines. Aucun de ces changements n’a été justifié et les chercheurs critiquent l’entière absence de transparence des décisions ministérielles.

D’autres vont plus loin et parlent de manipulation politique. Ainsi, en droit, certains journaux estimés sont moins bien classés que les publications contrôlées par des proches du gouvernement, dans un contexte où les réformes du système judiciaire polonais sont perçues par de nombreux observateurs comme une rupture de l’État de droit et suscitent un violent débat constitutionnel dans le pays. En histoire, le ministère met sur le devant de la scène les publications de l’Institut pour la Mémoire Nationale (l’IPN), un puissant établissement public chargé d’écrire l’histoire officielle du nazisme et de la période soviétique, tout en participant à la politique de lustration. L’IPN est étroitement contrôlé par le pouvoir et est souvent considéré comme un instrument de propagande. On peut lire en français à ce propos les travaux de Valentin Behr, un politologue spécialiste des enjeux historiographiques et mémoriels en Pologne, par exemple son article de 2014 sur l’IPN, dans La Vie des idées. Sur la politique de lustration en particulier, on peut se reporter en français à l’article d’Andrzej Leder paru dans la Revue d’études comparatives Est-Ouest.

Cette affaire polonaise ne peut qu’apporter de l’eau au moulin de celles et ceux qui considèrent les évaluations bibliométriques individuelles d’un regard soupçonneux. Non seulement elles perpétuent, de manière générale, un système de compétitivité scientifique aux effets délétères sur les carrières comme sur la production, mais elles peuvent aussi être manipulées, de façon particulière, afin de servir des vues propagandistes. Le monde universitaire est l’objet d’une surveillance attentive et constante par les gouvernements autoritaires, qui, pour les contrôler, n’emploient pas que les moyens les plus spectaculaires, comme on l’a vu en Brésil et en Hongrie. C’est souvent jusqu’aux détails de la technique bureaucratique de la science qu’il faut descendre pour cerner leurs menées. La rhétorique de l’excellence et la compétitivité offre alors un alibi parfait pour la manipulation des idées.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.