Enseigner les querelles en sciences humaines et sociales

Quand je suis arrivé à l’université de Varsovie, en octobre 2017, après avoir soutenu ma thèse de doctorat en France, j’y ai trouvé, au sein du Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones qui m’accueille, un séminaire de recherche francophone en sciences humaines et sociales. Toutes les deux semaines, le jeudi soir, le séminaire accueille des chercheurs et des chercheuses de Pologne, de France et d’ailleurs, qui viennent y évoquer leurs recherches en cours, devant une petite assemblée, laquelle compte des habitués et des personnes que le sujet du jour y a attirées.

La programme=ation et l’organisation du séminaire ont très vite compté parmi mes responsabilités et, au semestre de printemps 2017-2018, j’ai souhaité lui adosser un cours de sciences humaines francophones. Ouvert aux étudiants de la licence au doctorat, il se déroule, le plus souvent, en très petit comité, de trois ou quatre personnes. Pour les étudiants, c’est d’abord l’occasion de profiter d’un enseignement en français, avec un locuteur natif, et d’une réflexion transdisciplinaire qui sorte des habitudes de la formation polonaise.

Pour eux, le séminaire alterne donc entre les séances où nous nous retrouvons et les séances plénières où nous recevons des chercheurs et des chercheuses de l’extérieur. L’enjeu, à mes yeux, est triple : d’abord, les aider à s’approprier le vocabulaire français des sciences humaines et sociales, ensuite, leur permettre d’acquérir certaines des méthodes fondamentales qu’ils sont susceptibles de rencontrer lors d’une année d’études en France et, enfin, leur donner l’occasion de réfléchir en profondeur sur ce qui fait l’actualité médiatique et scientifique de la recherche française.

Le séminaire est ainsi structuré autour d’une série de débats, parfois de scandales, qui agitent le monde intellectuel français. Il est donc gouverné par l’actualité. Toutes les deux semaines, je reviens rapidement sur les sujets marquants pour les humanités françaises, avant d’en choisir un en particulier, que nous explorons en profondeur, en le replaçant souvent dans un contexte international et historique plus large.

Ces querelles, parfois atypiques, parfois très représentatives, au contraire, des tensions qui structurent de longue date tel domaine ou telle discipline, sont l’occasion de réfléchir non seulement à des enjeux épistémologiques, mais également à certains aspects de la sociologie des milieux intellectuels, et en particulier de la sociologie de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mon dessein à ce titre est en quelque sorte de dévoiler les conditions de production des discours savants et de faire perdre, pour les étudiants, à ces querelles intellectuelles ce qu’elles peuvent avoir de désincarné et d’idéalisé.

Certains des sujets que nous étudions ensemble relèvent par exemple plutôt de l’actualité universitaire et du fonctionnement concret des établissements supérieurs que de la réflexion académique à proprement parler, mais le principe de notre étude est précisément de souligner combien il est difficile, et même impossible, de séparer l’un de l’autre. Ainsi avons-nous étudié les enjeux sociaux, économiques et scientifiques du recul de l’âge de titularisation, voire de sa disparition tout court, dans les systèmes universitaires français et étasuniens, ou bien encore du développement de la recherche sur projets.

Pour les étudiants, il s’agit sans doute parfois d’une expérience amère et même en quelque sorte décevante. Dans un pays où la profession universitaire est encore souvent investie d’un certain prestige social et dans une université où, en particulier, règne un certain formalisme protocolaire, nourri par le décor exceptionnel des anciens palais royaux qui l’accueillent, parler de la recherche en humanités comme d’un phénomène social, du choix des sujets comme d’un calcul d’opportunités, de l’émergence de certaines méthodes comme d’une fonction des structures de financement et de l’employabilité, a quelque chose de sacrilège.

Je m’abstiens au demeurant de commenter la situation académique polonaise et ses actualités, que je suis mal placé pour explorer, mais, au fil des semaines, il arrive souvent que les étudiants établissent des parallèles et tirent leurs propres conclusions. À bien des égards, j’essaie de leur transmettre ce que je n’ai découvert moi-même que bien plus tard, bien après avoir commencé mon doctorat, en me plongeant dans cette sociologie, en discutant avec les collègues et en exerçant des responsabilités collectives, et dont j’aurais aimé qu’on me l’apprît dès le master.

Mais les réflexions qui émergent lors du séminaire sont plus vastes. Cette année, nous avons étudié, par exemple, la querelle entre Patrick Boucheron et Gérard Noiriel autour des Gilets Jaunes, les problèmes d’analyse et d’enseignement de la violence sexuelle pour les littéraires, en particulier autour du programme de l’agrégation de lettres modernes (voir mon dernier billet), les tribunes d’intellectuels contre les études post-coloniales, les tensions autour de la participation de certains intellectuels au Grand Débat orchestré par l’Élysée ou encore les accusations de harcèlement sexuel portées contre Avital Ronnell et leur écho dans le monde de la théorie critique à la française, de part et d’autre de l’Atlantique.

Pour les étudiants, le séminaire se clôt par la rédaction d’un essai à partir de cinq sujets proposés. Ce travail peut prendre la forme d’un essai libre, d’une dizaine de pages, en français ou en anglais, mais il est également possible d’adopter la méthodologie de la dissertation. Une bonne partie du séminaire est ainsi consacrée à exposer cette méthodologie, mais aussi la place de l’exercice dans le monde académique français et son rôle pour la distinction des étudiants. C’est aussi une manière pour eux de mieux comprendre certaines des différences frappantes entre les articles académiques polonais et français, qui s’expliquent à mon avis en grande partie par les pratiques de rédaction critique très divergentes entre les deux systèmes académiques.

Au-delà de la méthode, chaque sujet est longuement discuté avec le groupe, de l’analyse des termes jusqu’à la problématisation et l’établissement d’un exemple de plan, puis les étudiants ont l’opportunité de profiter de la dernière séance en petite comité pour présenter leur travail en cours, ou bien de prendre un rendez-vous pour en discuter, avant de rendre leur travail. L’évocation de quelques querelles contemporaines est donc une étude préparatoire à cette réflexion plus méthodique, qui occupe en général tout le dernier tiers du semestre.

À titre d’exemple, voici les sujets du semestre en cours :

  1. Qualité de la recherche et structures institutionnelles de l’enseignement supérieur et de la recherche
  2. L’universitaire de sciences humaines et sociales dans les débats de société contemporains
  3. Paroles situées, paroles scientifiques
  4. La justification sociale de la recherche en sciences humaines et sociales
  5. Temps de la recherche et temps de la crise

Pour les étudiants, l’une des principales différences entre la méthode polonaise et celle de la dissertation à la française réside dans le choix des exemples. Leur première intuition, après avoir choisi un sujet, est de se concentrer sur un exemple. Pour eux, l’essai est l’application du sujet à une situation particulière. Par exemple, le dernier sujet serait étudié exclusivement sous l’angle de la recherche sur les migrations dans son rapport avec la crise migratoire contemporaine ou bien le troisième du sujet sous celui des vifs débats qui agitent la communauté historique polonaise et opposent bon nombre d’historiens universitaires à leurs confrères de l’Institut de la Mémoire Nationale, stipendiés par le gouvernement. La dissertation, en revanche, recherche une diversité d’exemples pour explorer un problème d’abord théorique.

Une autre différence réside dans le rapport aux termes du sujet lui-même. La méthode de problématisation qui caractérise la dissertation invite à considérer chacun des termes du sujet comme susceptible d’être questionné, comme une expression qui doit être interrogée avec un regard critique. L’intuition des étudiants est en revanche, pour ainsi dire, de les prendre au sérieux. Puisque le sujet vient d’un enseignant, n’est-il pas après tout nécessairement pertinent ? Le premier sujet de ce semestre en offre l’illustration la plus frappante, puisque le concept de « qualité de la recherche » est de toute évidence éminemment problématique : il a des sens très différents au sein du monde universitaire et fait l’objet de confrontations implicites et explicites parfois très vives, qui ont des conséquences considérables sur la carrière des chercheurs et la nature des savoirs produits.

Comme je l’évoquais dans un billet récent consacré au concept d’unessay (contre-essai), de plus en plus populaire chez certains universitaires de langue anglaise, et qui prône de se défaire d’une bonne partie des contraintes méthodologiques pour laisser les étudiants libres d’inventer de nouvelles formes d’expression, ces contraintes ont parfois des vertus intellectuelles dont les étudiants sont bien conscients. Pour certains de ceux que je rencontre depuis l’année dernière, la découverte de la dissertation et l’analyse de ces sujets font l’effet d’une sorte de révélation, qui prend la forme d’un décentrement inattendu du regard.

Il est rare que les essais finalement rendus prennent véritablement la forme d’une dissertation — et ce n’est d’ailleurs pas une exigence de l’évaluation —, mais ils en gardent la plupart du temps certains aspects essentiels : la diversité des exemples, le souci d’une argumentation théorique clairement présentée et un rapport problématisé avec les termes du sujet.

Mais les moments les plus précieux du séminaire restent les questions qui émergent à la découverte des querelles. Autant que j’en sois capable, j’essaie d’articuler les différents points de vue avec tout le soin possible, même ceux qui me paraissent gravement incohérents. Par conséquent, réfléchir à ces querelles, pour eux comme pour moi, c’est être forcé de considérer avec sérieux des avis contraires aux siens et que l’on aurait parfois écartés d’autant plus vivement et facilement que le débat intellectuel, en Pologne plus encore qu’en France, est divisé et polarisé. Parler de ces querelles si contemporaines, où l’on se sent nécessairement impliqué soi-même, d’une manière ou d’une autre, est donc un exercice littéralement étrange.

Pour moi aussi, ce séminaire porte des fruits précieux : j’ai changé de regard sur la dissertation, que j’étais auparavant tout prêt à enterrer, j’ai mieux compris certaines subtilités de la sociologie de l’éducation et de la recherche et j’ai mieux cerné, en me confrontant aux perplexités des étudiants, les différences qui séparent le monde académique français de celui de Pologne. Aucun de ces progrès ne serait possible, de part et d’autre, sans les conditions exceptionnelles qui nous réunissent : une entière liberté de contenu et de méthode, le cadre de notre petite bibliothèque et de sa longue table commune, qui rompt avec l’affrontement de la salle de classe, et, bien sûr, le petit nombre d’étudiants, qui permet des discussions spontanées.

Mais ces conditions seront-ils réunies encore longtemps, dans un monde académique, en Pologne peut-être plus encore qu’en France, où l’ouverture des cours est souvent soumise au nombre des inscriptions, où les enseignants se transforment en représentant de commerces, pour recruter les étudiants, avec tous les arrangements que cela suppose, quant à l’évaluation et au contenu, et où la standardisation du cours est un préalable nécessaire à sa reproduction en masse ?

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.