Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020

Le programme de l’agrégation de lettres modernes pour l’année 2019-2020 est désormais disponible et, comme d’habitude, il est marqué par une très grande disparité entre les auteurs et les autrices. Cette année, les femmes sont entièrement absentes en littérature française et reléguées dans une seule question de littérature comparée, d’ailleurs exclusivement féminine, avec Carson McCullers, Marguerite Duras et Christa Wolf. C’est une situation regrettable et malheureusement trop familière : depuis des années désormais, les programmes de littérature, au baccalauréat, au concours des écoles normales supérieures ou bien à ‘agrégation ne font guère qu’une place anecdotique, dans le meilleur des cas, à la littérature des écrivaines.

En 2017, j’avais proposé sur ce carnet un programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes, qui, en conservant l’esprit du programme originel, y substituait systématiquement les écrits des hommes par des écrits de femmes. Il s’agissait de faire la démonstration de l’existence d’un vaste corpus littéraire écrit par des femmes, de l’époque médiévale à nos jours, qui pouvait nourrir la réflexion sur les thématiques et les problèmes conceptuels soulevés par le programme originel. L’idée n’était pas de suggérer que tout le programme de l’agrégation devrait être féminin, encore que la chose ne devrait pas être choquante, puisqu’elle se pratique constamment quand il s’agit d’hommes, mais que les jurys successifs de l’agrégation contribuent à l’entretien d’un problème structurel dans les études littéraires françaises : celui de l’ignorance organisée, en matière de littérature, des étudiants, qui deviennent ensuite des professeurs.

On peut se livrer à un exercice similaire cette année, qui appelle néanmoins à quelques remarques préliminaires. Les remplacements que je propose n’impliquent pas une stricte équivalence entre les œuvres, ni du point de vue du contenu ou du style, évidemment, ni du point de vue de leur accessibilité. En particulier, la littérature féminine se heurte à un double problème d’accessibilité. D’abord, comme elle est singulièrement moins éditée que la littérature masculine, en tout cas dès qu’il n’est pas question des classiques très dominants, à l’instar de La Princesse de Clèves, cette littérature se trouve moins facilement en librairie, dans les bibliothèques universitaires, voire dans les éditions numériques en accès libre. Ensuite, comme elle est moins enseignée, elle peut être d’un abord plus difficile pour les étudiants, qui devront maîtriser des notions et des biographies peu familières.

Le programme de cette année offre à cet égard un cas emblématique, puisqu’il propose, pour le 18e, Zadig et L’Ingénu, deux contes de Voltaire dont il est bien possible que les étudiants les aient déjà lus. À tout le moins, ils seront familiers de l’œuvre de Voltaire, probablement depuis le collège, et l’auront fréquenté souvent. Il en va de même pour Corneille et La Bruyère, également présent dans le programme. Substituer à ces trois auteurs des autrices peut-être moins connues, c’est par conséquent demander un surplus de travail à des agrégatifs déjà bien chargés, mais aussi à leurs préparateurs. Or, il est raisonnable de supposer que ce surplus de travail favorisera de manière disproportionnée les préparations parisiennes, qui pourront plus facilement que leurs concurrentes de province trouver des préparateurs spécialistes d’autrices moins connues. Dans un concours qui semble déjà profondément inégalitaire quant à l’origine géographique des candidats, des exigences de ce genre pourraient bien aggraver les difficultés.

Le problème de l’accessibilité est un obstacle sérieux à la diversification des programmes, mais c’est un obstacle qu’il serait contre-productif de lever en procédant à une simplification systématique des exigences de l’agrégation par la mise au placard des œuvres rares ou difficiles d’accès. D’ailleurs, cette simplification n’est jamais à l’ordre du jour, puisque le jury propose sans difficulté des textes obscurs, peu familiers aux candidats, dans des éditions parfois hors de prix, pourvu qu’ils aient été écrits par des hommes. La popularité de la tragédie du 16e siècle ces dernières années témoigne de la volonté, d’ailleurs très louable, du jury de l’agrégation de s’écarter des sentiers battus de l’édition scolaire et des canons académiques.

Naturellement, il faudrait beaucoup de naïveté pour croire que les mêmes règles s’appliquent aux hommes comme aux femmes. Je me souviens qu’en 2017, mon premier programme alternatif avait suscité des commentaires acerbes de certains utilisateurs anonymes de Twitter, professeurs, semblerait-il, de français, très partisans de l’excellence littéraire, qui jugeaient apparemment que cette excellence impliquait la connaissance convenue de quelques classiques et l’ignorance délibérée de la diversité réelle de la production littéraire au fil des siècles. Ces fervents défenseurs de la littérature n’ont pas hésité cette année encore à s’en prendre à la question de littérature comparée féminine, sans exercer cependant une critique aussi redoutable envers des auteurs comparables quant à la réputation ou au style. Mais passons sur le paradoxe des cultivés qui ne veulent pas lire.

Des mesures assez simples peuvent être prises pour remédier aux difficultés d’accessibilité. Le jury de l’agrégation pourrait par exemple se faire prescripteur, en amont des concours, de ses attentes en terme d’édition, c’est-à-dire, quelques années à l’avance, suggérer à la communauté universitaire d’éditer des œuvres de telle ou telle autrice. Dans l’idéal, ces éditions pourraient être réalisées de façon numérique, sous licence libre, et, mises ainsi à la disposition de tous et de toutes, réduire drastiquement les frais de librairie des agrégatifs. Ce serait naturellement aussi la solution la plus éthique, puisque le travail des éditeurs critiques, généralement des employés publics, ne viendrait pas soutenir l’activité privée d’éditeurs commerciaux qui exploitent à moindre coût, pour une large partie du programme, des textes du domaine public.

Bien sûr, cette solution serait d’autant plus viable que se développerait un intérêt pour l’édition publique et numérique des textes d’autrices qui appartiennent, précisément, au domaine public. Des plateformes de publication pourraient être soutenues par des financements spécifiques mais, en-deçà même de ces rêves de grandeur, il s’agit pour les enseignants de master de valoriser les mémoires d’édition, à l’image de ce qui se pratique en lettres classiques. À ma connaissance, très peu de mémoires de recherche, après la période médiévale, prennent la forme d’un travail d’édition de texte, alors même que c’est un exercice formateur, parfois d’ailleurs beaucoup plus que l’examen d’une question un peu convenue, et que le produit peut en être directement utile à l’ensemble de la communauté académique et aux lecteurs au-delà.

Les spécialistes pourraient par ailleurs diffuser largement le contenu de leurs recherches et le vulgariser. Beaucoup ont déjà pris ces bonnes habitudes, en versant leurs travaux sur des archives ouvertes et en tenant des carnets de recherche. Même si l’agrégation est à bien des égards une compétition sociale et économique, en fonction, au-delà des avantages cumulatifs, du lieu où l’on peut se permettre de la préparer (Paris/l’ENS de Lyon vs. le reste de la France), du temps que l’on peut y consacrer (avec ou sans emploi à côté), du réseau que l’on a pu développer, voire de la capacité que l’on a ou non à s’offrir les services de préparateurs privés, qui se monnaient très cher, rien n’interdit à la communauté académique d’affronter de manière solidaire ces inégalités préoccupantes et de se saisir des moyens numériques, désormais largement disponibles, pour faire circuler les savoirs spécialisés.

Il est bon de noter toutefois que c’est ici une exigence qui ne saurait être facilement systématisée : il arrive que les spécialistes des auteurs et des rares autrices au programme ne jouissent pas d’un poste académique permanent et effectuent la préparation dans telle ou telle université sous la forme d’une vacation, soit qu’ils soient eux-mêmes fonctionnaires de l’éducation secondaire, soit qu’ils souffrent d’une grande précarité professionnelle. Il serait déraisonnable d’exiger des uns et des autres qu’ils fournissent un surplus de travail, alors gracieux, mais il n’est pas déraisonnable de demander aux titulaires, et en particulier aux deux jurys de l’agrégation, à l’interne et à l’externe, de réfléchir à des moyens appropriés pour la diffusion des savoirs nécessaires à la préparation.

Ceci étant dit, j’en viens au programme alternatif.

Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes 2019-2020

Littérature française

Littérature comparée

Le pouvoir en scène

Solitude et communauté dans le roman

  • Carson McCullers, Le Cœur est un chasseur solitaire, 1940
  • Marguerite Duras, Le Vice-consul, 1966
  • Christa Wolf, Médée : voix, 1994

Comme en 2017, le programme appelle quelques remarques. Il est évidemment difficile de trouver des correspondances strictes, et pour cause : si les femmes sont invisibles dans les programmes, c’est aussi que, malgré une production abondante et bien attestée, elles sont moins nombreuses que les hommes dans l’histoire littéraire. À ce titre seul, d’ailleurs, leurs œuvres méritent d’être programmées, parce qu’elles permettent aux agrégatifs de s’interroger en profondeur sur les dynamiques de pouvoir qui conditionnent la vie littéraire à telle ou telle époque, sur les opportunités de carrière et de publication, les ressources esthétiques et stylistiques, les réseaux sociaux dont jouissent les écrivains et les écrivaines en fonction de leurs caractéristiques personnelles. L’agrégation n’est certes pas tout-à-fait le paradis de l’histoire littéraire ni de la sociologie de la littérature, mais il est permis de rêver. En tout cas, on ne peut pas toujours faire correspondre, siècle par siècle, genre par genre, l’œuvre suggérée par le programme originel et une œuvre féminine.

Deux cas l’illustrent ici de manière particulière : celui de Marie de France et celui de Stanisława Przybyszewska. Marie de France était déjà dans le programme que je présentais en 2017 et j’avoue qu’en matière des femmes médiévales qui écrivent en français autre chose que des rondeaux et des ballades, je tourne souvent un peu en rond, entre Christine de Pizan et Marie de France. De ce point de vue, la liste des écrivaines médiévales compilées par Arlima est un outil précieux, mais, même sans se limiter à la France et en incluant la langue latine, elle ne propose guère qu’une trentaine de noms. Pour Przybyszewska, c’est un peu différent : mon ignorance quasi entière en littérature russe n’a pas permis à mes quelques recherches de trouver une autrice qui ait publié une pièce dont le contenu m’ait paru éminemment politique, alors je me suis décalé un peu à l’ouest et dans le temps, pour donner un texte fameux.

On constate que dans cette liste, on trouve beaucoup d’autrices très connues, parfois même du grand public, comme Annie Ernaux ou Elfriede Jelinek, ou bien présentes dans les manuels scolaires, comme Sévigné, Marie de France ou Desbordes-Valmore. D’autres ne sont pas étudiées dans le secondaire, mais bien travaillées par les spécialistes : c’est le cas notamment d’Isabelle de Charrière, Catherines Des Roches et Elizabeth Cary. En tout cas, ce programme ne propose aucune autrice vraiment confidentielle, à l’inverse de celui de 2017. Je ne suis pas certain cela dit que tous les textes soient accessibles en traduction et si, pour le domaine public, ce problème peut être résolu de la même façon que pour les éditions françaises, il en va bien sûr autrement pour des autrices contemporaines, comme c’est le cas de Jelinek avec Le Président Abendwind.

J’aimerais pour finir attirer l’attention sur le côté somme toute très classique du programme : des femmes blanches, issues de milieux pour la plupart très favorisés, qui jouissent très souvent d’une solide éducation culturelle. Voilà qui devrait rassurer celles et ceux qui craignent que l’Art ne soit renversé de son piédestal par les hordes d’indigénistes marxisés qui, dit-on, peupleraient nos universités.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


2 réponses sur “Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes en 2020”

  1. Bonjour Monsieur,

    je suis d’autant plus intéressée par votre article et vos propositions alternatives, qu’on peut lire ceci dans L’Homme foudroyé de Cendrars au programme de l’agrégation cette année ; désolée ,c’est un long passage mais assez édifiant (page 407- 408 d’une vielle édition de poche)
    “qu’est-ce qui gonfle le coeur des femmes et le rend si lourd à porter? N’est-ce pas, inhérent à la nature, la marque de la bête, la déperdition, le sang, le sang qui circule plus ou moins impur et les travaille selon les lunaisons ? Se sentir périodiquement freinée et par ce frein à la merci d’un corps étranger qui vous cloue et dont on n’est libérée que par un accouchement, en expulsant l’étranger, beaucoup de femmes succombent à ce sentiment, à cette humiliation, surtout parmi les modernes , les toquées qui veulent “vivre leur vie” comme elles disent, et comme si les femmes avaient une vie propre ! Les autres ne pouvant perdre l’esprit puisqu’elles n’en ont jamais eu, accomplissant leur fonction passivement, d’où le faciès stupide de la plupart des femmes […]Que font-elles sur terre ? Elles attendent. Elles attendent quoi ?Elles ne savent pas, qu’on les choisisse, qu’on les prenne. Elles chient des gosses. Et quoi encore ? Elles saignent…Ce sont des chiennes.”

    Passe encore que le programme soit intégralement masculin, mais qu’on nous épargne ces écrivains là qui nous dégoûtent de leur littérature d’emblée ; certes l’époque, le contexte, les préjugés… Mais on reste coi devant ce choix de Cendrars qui n’est par ailleurs pas un excellent écrivain.

    Cordialement.

    1. Un passage édifiant en effet, dont il serait intéressant de voir comment le jury s’attende à ce qu’il soit commenté. Dans l’absolu, je n’ai pas d’objections définitives à ce que l’on propose des textes de ce genre à la lecture, pour peu qu’ils soient l’occasion d’une critique de la misogynie généralisée de la littérature française et d’une réflexion historique sur les rapports de pouvoir dont elle participe et qu’elle entretient. Mais force est de constater qu’au-delà du “oh la la, c’est un peu sexiste/raciste/antisémite”, la réflexion critique et historique attendue va rarement dans le détail. Mais j’imagine qu’il est difficile pour jury d’agrégation de lettres modernes d’admettre que la littérature n’est pas seulement une belle entreprise humaniste avec quelques erreurs de parcours, mais bien un instrument d’oppression très efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.