Les bourses de mobilité académique des ambassades de France

La semaine dernière, j’ai expliqué le programme d’aide à la publication de l’Institut Français, qui permet notamment de faciliter la parution d’ouvrages français traduits dans les langues des pays où le réseau culturel français est très présent. Ces aides ne sont qu’une partie du dispositif de coopération scientifique déployé par le ministère des affaires étrangères. Dans l’ensemble, ce dispositif est peu lisible, parce qu’il fait intervenir beaucoup d’acteurs différents, qui dépendent plus ou moins étroitement du ministère : l’Agence Française de Développement, l’Institut Français de Paris et son réseau d’instituts locaux, Expertise France, les ambassades de France, les centres de recherche français à l’étranger, et notamment les IFRE, Campus France, Business France, France Alumni, et j’en passe. Peu lisible aussi parce que, au même moment où certaines instances des pouvoirs publics entendent mettre en place une politique de ségrégation par le revenu pour fermer les portes des universités françaises aux étudiants venus des pays les moins favorisés, d’autres instances incitent à la mobilité internationale.

Quoi qu’il en soit, ces fonds pour la coopération scientifique existent et ils sont parfois plus faciles à capter que ceux des commandes aux règles hermétiques et au jeu hyper-compétitif des instances européennes et de l’Agence Nationale de la Recherche. Parmi ces fonds, certains sont alloués aux bourses de mobilité académique et scientifique des ambassades. Les ambassades reçoivent (ou non) une enveloppe destinée à favoriser la mobilité des étudiants et des chercheurs du pays où elles opèrent vers la France. Elles jouissent ensuite d’une relative discrétion pour administrer ce fonds, c’est-à-dire pour décider des modalités d’attribution ou du profil des personnes soutenues. Difficile, dans ces conditions, de formuler des observations et des recommandations qui valent pour toutes les situations ou, en tout cas, pour la plupart des pays.

Je siège depuis l’année dernière dans la section Lettres, Linguistique et Arts des commissions de l’ambassade de France en Pologne. Cette section attribue des bourses de master 2, à des étudiants polonais, afin de leur permettre d’obtenir un master en France. D’autres sections attribuent des bourses pour les doctorants ou bien pour les chercheurs confirmés. La structure relativement complexe et diversifiée mise en place pour la gestion des fonds de mobilité académique par l’équipe de coopération scientifique de l’ambassade de France en Pologne tient au volume de leur enveloppe budgétaire et à la volonté de mettre en place des procédures claires Tout ne se pratique pas de la même manière ailleurs et les pratiques changent d’année en année.

Il est malgré tout possible de donner quelques conseils généraux, pour des candidats qui se trouveraient dans des situations de ce genre. Certains peuvent paraître de pur bon sens, mais rien n’est si évident quand on est un jeune étudiant qui se confronte parfois pour la première fois à des commissions de financement et au monde toujours un peu opaque de la diplomatie. Mes conseils sont les suivants :

    • se souvenir que la commission ne comporte pas que des spécialistes,
    • se souvenir que la commission ne comporte pas que des universitaires,
    • se souvenir qu’une carrière de chercheur, c’est aussi une carrière d’enseignant,
    • ne pas hésiter à dire honnêtement pourquoi on a besoin d’argent,
    • ne pas hésiter à dire qu’on ne sait pas,
    • ne pas gonfler son niveau de français sur le dossier.

Les premiers conseils concernent la composition des commissions. À l’ambassade en Pologne, elles sont souvent de trois personnes et fonctionnent par tiers : un membre vient de l’université, un de l’ambassade et un d’ailleurs (institutions publiques, par exemple culturelles, ou entreprises privées). Cette composition peut varier mais, en tout cas, non seulement la commission n’est pas uniquement composée d’universitaires, mais il y a peu de choses que l’universitaire présent soit spécialiste du sujet, voire de la discipline étudiée. Il faut donc se garder de deux suppositions : celle qui voudrait que les interlocuteurs soient familiers de tous les sigles et de tous les aspects pratiques des cursus universitaires et celle qui voudrait qu’ils comprennent les subtilités du sujet. Mieux vaut s’expliquer clairement sur son parcours que d’entrer dans les détails les plus techniques de son projet de recherche.

Beaucoup de candidats demandent un financement pour une deuxième année de master recherche. Si, de ma brève expérience, les commissions sont tout-à-fait prêtes à soutenir, en tout cas en humanités, des projets sans aucune application pratique, qui peuvent paraître très spécialisés, par exemple sur des périodes historiques lointaines, et à entendre que les candidats veuillent poursuivre en doctorat et essayer de devenir enseignant-chercheur, il est bienvenu d’avoir conscience de deux faits. D’abord, qu’il est difficile de devenir enseignant-chercheur. À ce titre, on ne demande pas nécessairement aux candidats d’avoir cinq plans de secours, mais simplement de montrer qu’ils ont déjà conscience des contraintes actuelles. Ensuite, qu’il y a, en France, plutôt des enseignants-chercheurs que des chercheurs purs. Il est donc préférable de ne pas balayer d’un revers de main les questions sur l’aspect pédagogique du travail académique, à moins de vouloir donner l’impression d’être très mal informé sur la carrière que l’on se propose d’embrasser.

Par ailleurs, on peut tout-à-fait se dispenser de certaines pudeurs. Expliquer qu’on ne peut pas financer soi-même son année d’études pour telle ou telle raison, que l’on préférerait avoir un financement pour ne pas enchaîner les petits boulots ou que la vie est très chère à Paris, ce n’est pas honteux : ce sont des arguments importants. De la même manière, expliquer qu’on n’est pas entièrement sûr de ce que l’on veut faire plus tard, qu’il y a plusieurs choses qui nous intéressent, qu’on ne sait pas encore très bien ce que donneront ses recherches, que tel concept n’est pas encore très clair (et que c’est pour ça qu’on fait des études), ce n’est pas faire preuve de faiblesse ou d’un manque de détermination, mais plutôt de lucidité. C’est en tout cas une attitude beaucoup plus rassurante et réaliste, pour la commission, que celle qui consiste à se présenter comme un chercheur déjà chevronné, avec un avenir tout tracé. Dans tous les cas, le rôle de l’universitaire présent dans la commission est aussi de rappeler aux autres membres qu’ils ont en face d’eux des jeunes gens qui sont encore en train d’étudier et qui doivent toujours cerner ce que pourrait être leur avenir.

Le dernier point concerne le niveau de français. Comme l’université française enseigne majoritairement en français et que, par ailleurs, l’un des principes forts du dispositif culturel des affaires étrangères françaises est la promotion de la langue française, les commissions sont invitées à accorder une attention privilégiée à ce facteur. Ce n’est pas une condition sine qua non de l’obtention d’un financement et, dans certains cas, des bourses peuvent être attribuées à des étudiants peu ou pas francophones, mais c’est assez rare. Dans tous les cas, mieux vaut éviter de prétendre sur le dossier papier avoir un niveau très supérieur à ce que le style du CV et de la lettre de motivation peut suggérer ou, pire encore, à ce que laisserait entrevoir l’entretien. Si les commissions entendront probablement un candidat avec un très bon dossier mais un niveau de français moyen, elles sont en revanche peu susceptibles d’en retenir un qui, à niveau équivalent, aurait paru avoir essayé d’abuser les membres sur sa maîtrise de la langue. À cet égard, vouloir venir étudier en France précisément pour améliorer des aptitudes moyennes en langue française est une très bonne raison et une motivation à laquelle les commissions seront sensibles.

Quant aux conseils que l’on pourrait donner aux membres des commissions, ils relèvent du même bon sens. Par exemple, il faut poser toutes les questions difficiles à la personne qui se présente, tant qu’elle est dans la pièce pour y répondre. Quant on est candidat, mieux vaut passer un mauvais quart d’heure à se démêler de remarques et de questions qui peuvent avoir l’air hostile, mais avoir eu la chance de se justifier et de s’expliquer, que d’être disqualifié sur des critères que l’on n’aurait pas été en mesure de discuter. Poser les questions qui fâchent aux candidats, c’est d’abord leur donner la possibilité d’y répondre.

Il faut par ailleurs se garder d’interpréter les bulletins de notes. Plus le temps passe, plus j’ai l’impression qu’ils sont presque incompréhensibles et insignifiants. On croise des candidats qui obtiennent des notes maximales dans des cours de langue, alors qu’ils ne la maîtrisent manifestement pas, tandis que d’autres peuvent échouer ailleurs, pour des raisons purement contingentes. Certains masters notent leurs étudiants plutôt pour leur permettre d’avancer que pour évaluer leur niveau. Personnellement, je trouve que les bulletins scolaires en deviennent quasi anecdotiques. Quoi qu’il en soit, quand on est surpris par la très faible note d’une personne dans une matière, mieux vaut lui demander directement les raisons de son échec, plutôt que de supposer simplement son incompétence.

Ces quelques conseils peuvent s’appliquer évidemment à d’autres types d’entretiens académiques, mais j’insiste encore une fois sur la grande diversité des pratiques dans le dispositif diplomatique français. En tout cas, les étudiants ont tout intérêt à contacter l’ambassade de France dans leur pays, pour s’informer sur ce qui existe et s’assurer de bien comprendre leurs opportunités, et les enseignants de master français doivent inviter les étudiants étrangers qui leur écrivent à faire de même.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.