Les programmes d’aide à la traduction de l’Institut Français

Le 10 mars dernier, je siégeais comme membre scientifique dans la commission du prix Boy-Żeleński. Tadeusz Boy-Żeleński (1874-1941) fut un traducteur prolifique en polonais de la littérature française. Il s’est notamment occupé de la Recherche du temps perdu, en prenant il est vrai parfois des libertés significatives avec l’original, de sorte qu’un projet de retraduction intégrale de Proust en polonais a été lancé il y a quelques années. En tout cas, l’Institut Français de Varsovie a donné son nom à la commission qui siège annuellement pour examiner les demandes d’aide à la traduction de la part des éditeurs polonais. C’était la première fois que j’y participais et j’en tire quelques leçons qui ne seront peut-être pas inutiles aux universitaires français.

La France a une politique de soutien à la recherche, et notamment en sciences humaines et sociales, à travers son réseau culturel et ses représentations diplomatiques à l’étranger. Cette politique se traduit par la participation au financement de certains centres de recherche, comme celui auquel j’appartiens à l’université de Varsovie, selon des modalités très diverses, de bourses de mobilité académique (pour les étudiants en master) et scientifique (pour les doctorants et au-delà) et de programmes d’aide à la publication, en particulier pour les traductions d’ouvrages français. Les ambassades ont par ailleurs la plupart du temps des attachés de coopération scientifique et universitaire, qui peuvent avoir une équipe plus ou moins importante, en fonction du pays concerné. Dans certains cas très particuliers, comme lors de l’affaire du colloque de l’EHESS sur la nouvelle école polonaise d’histoire de la Shoah, l’ambassadeur peut intervenir lui-même pour apporter son soutien aux chercheurs français ou locaux.

Les programmes d’aide à la traduction peuvent prendre des formes diverses en fonction des pays et des arbitrages de l’Institut Français sur place et du service culturel de l’ambassade dont il dépend. Je vais parler bien sûr du cas que je connais, celui de la Pologne, mais je crois que sa situation est comparable avec ce qui se pratique ailleurs, par exemple en Espagne ou en Allemagne. Dans ces cas-là, les programmes comportent trois volets de subventions : celles du Centre National du Livre, celles de l’Institut Français de Paris et celles de l’Institut Français local (par exemple, ici, celui de Varsovie). Ces subventions sont elles-mêmes principalement de deux types : une aide à l’acquisition des droits et une aide à la publication.

Les demandes sont faites par la maison d’édition aux différentes instances. Généralement, le plus simple, pour l’éditeur, est de se mettre en rapport avec l’Institut Français local, et en particulier la direction de sa médiathèque, qui saura lui indiquer le calendrier des appels et les documents à fournir. La plupart du temps, l’Institut pourra accompagner l’éditeur dans la compréhension des appels, la conception de ses propositions et les relations avec l’Institut de Paris, comme ce qui se pratique à Varsovie. Les directeurs des médiathèques des Instituts Français ont en effet, parmi leurs responsabilités, celle d’accompagner les acteurs du livre dans leurs relations avec le milieu de l’édition français. Ainsi, par exemple, lors du salon du livre de Varsovie, chaque année, la direction de l’Institut Français organise des rencontres entre professionnels du livre français et polonais, autour d’une section particulière (par exemple les livres pour la jeunesse ou les manuels pratiques), afin de favoriser les rapports et faire émerger de nouveaux projets.

À l’Institut Français de Paris, l’éditeur pourra demander une aide pour l’acquisition des droits de traduction auprès de l’éditeur français : on peut consulter par exemple les explications de l’Institut Français d’Allemagne à ce sujet. À l’Institut local, l’éditeur peut demander un complément pour la publication, qui peut servir à payer la plupart des types de frais, par exemple le coût de la traduction. Les deux comités opèrent indépendamment l’un de l’autre : avoir obtenu ou s’être vu refusé une aide par l’Institut de Paris ne préjuge pas de la décision du comité local. Par ailleurs, ces programmes ne sont pas des compétitions : il s’agit pour les Instituts d’essayer de financer de façon harmonieuse et diversifiée, en fonction des ressources annuelles et de la structure de projets, le plus grand nombre possible d’initiatives. Ces subventions, à la différence de ce qui se pratique, je vais y revenir, au Centre National du Livre, peuvent contribuer à la publication de textes du domaine public.

Le Centre National du Livre permet quant à lui aux éditeurs étrangers de demander, par l’intermédiaire d’éditeurs français avec lesquels ils ont un contrat de traduction, une subvention pour cette publication (voir les dispositions réglementaires dans ce PDF). Cette subvention a parfois des conditions différentes de celles des Instituts Français. Par exemple, elle exclue les ouvrages du domaine public ou bien les ouvrages dont le texte ne représente pas au moins la moitié de la publication, alors que l’Institut Français de Varsovie a ces dernières années financé beaucoup d’albums pour les très jeunes enfants, qui sont essentiellement illustrés.

Ces différentes subventions permettent aux éditeurs de prendre des risques, surtout quand ils opèrent sur des marchés du livre très compliqués, comme c’est le cas de celui de la Pologne, où l’absence de prix unique entretient une concurrence féroce aux effets délétères pour l’édition indépendante. Elles permettent aussi de créer des relations suivies entre l’Institut Français et les éditeurs locaux, qui débouchent parfois sur des partenariats et des projets d’animations culturelles. Souvent, le petit nombre de propositions, portées par quelques éditeurs, permet de nouer un dialogue approfondi avec les professionnels du livre et de formuler quelques conseils, par exemple en indiquant des auteurs français moins connus, qui mériteraient aussi d’être traduits.

Cette année, à Varsovie, le comité a reçu un peu moins d’une trentaine de propositions, réparties dans cinq catégories : les ouvrages du domaine public, les sciences humaines et sociales, la littérature, la littérature dessinée et la littérature pour la jeunesse. Or, je n’ai pu m’empêcher de remarquer que la catégorie de sciences humaines et sociales n’avait reçu que très peu de propositions qui mettaient en valeur des chercheurs émergents ou, pour employer la terminologie du réseau culturel des affaires étrangères françaises, les nouvelles scènes intellectuelles. Pour une bonne partie, il s’agissait de traduire ou de retraduire des grands classiques de la théorie littéraire ou de la philosophie du 20e siècle, plus un ou deux ouvrages relativement récents d’intellectuels déjà bien établis.

La situation n’est de toute évidence pas idéale et le comité réfléchira, pour les années à venir, à adresser aux éditeurs polonais des incitations plus fortes. Jusqu’à présent, l’esprit du programme a été plutôt de recevoir l’ensemble des propositions sans chercher à trop les encadrer, mais la valorisation de productions récentes est un enjeu important qui mérite une attitude plus décisive. Bien sûr, la rareté de ces productions dans les propositions faites au comité n’implique pas nécessairement qu’aucun texte récent n’est traduit en polonais : je sais par exemple, pour y collaborer parfois, que les universitaires de Varsovie traduisent souvent des articles français assez récents, qu’ils font paraître dans des revues, notamment en sociologie. Ces traductions sont financées par les budgets des instituts de recherche, quand elles ne sont pas tout simplement réalisées à titre gracieux par les chercheurs eux-mêmes.

Reste néanmoins que le programme d’aide à la publication du réseau culturel français demeure largement inexploité, et peut-être d’abord et avant tout parce que les éditeurs scientifiques et les universitaires français en ignorent l’existence ou sont peu familiers de ses rouages. Les procédures sont pourtant assez simples et les comités, de ce que j’ai pu en voir localement, pour le moins bienveillants. Les chercheurs français en sciences humaines et sociales qui collaborent régulièrement avec des collègues venus de pays où l’Institut Français est bien implanté ont donc tout intérêt à prendre connaissance de ces dispositifs. Ils ont en effet leur rôle à jouer quand il s’agit de conseiller aux collègues étrangers des ouvrages récents et intéressants à traduire, qui pourraient amener à de nouvelles collaborations et au renouvellement des réseaux scientifiques internationaux.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Une réponse sur “Les programmes d’aide à la traduction de l’Institut Français”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.