L’édition francophone danoise au 18e siècle

Depuis un an, je poursuis, à Varsovie, au sein du Centre de Civilisation Française, des recherches débutées dans le cadre d’une petite partie de ma thèse, consacrée aux périodiques francophones publiés à l’étranger, au 18e siècle. Il y a deux situations qui m’intéressent particulièrement : celle de Varsovie et celle de Copenhague. J’ai étendu ma réflexion au-delà de la question des périodiques, pour m’intéresser de manière générale à la circulation des pratiques linguistiques, aux politiques culturelles et aux efforts de publications plurilingues dans l’Europe de la première modernité, et en particulier en Pologne et au Danemark.

C’est évidemment un travail de longue haleine qui ne fait que débuter, mais j’en ai donné quelques aperçus sur ce carnet, dans un billet consacré à la traduction en français, à Copenhague, d’un poème allemand de Klopstock, et dans le texte d’une intervention sur les politiques culturelles et les transferts linguistiques, que j’avais donnée à Varsovie, en 2017. La semaine dernière, j’étais à Paris, où j’évoquais à nouveau ces questions dans un colloque (programme en PDF), en me concentrant plus particulièrement sur le rôle des réseaux luthériens dans les circulations linguistiques.

C’était pour moi l’occasion de rappeler l’importance du rôle joué par des imprimeurs particuliers dans les dynamiques de la circulation internationale des langues et des idées. En Pologne, c’est le libraire allemand Michael (ou Michał) Gröll, né à Nuremberg mais arrivé à Varsovie depuis Dresde en 1759, qui joue un rôle important pour l’impression germanophone. Pour le français, c’est Pierre (Piotr) Dufour, venu de Paris, qui est responsable de l’impression des périodiques francophones, mais aussi, semblerait-il, d’un certain nombre de productions hébraïques. Libraires et imprimeurs spécialisés assurent non seulement la qualité typographique et orthographique des textes produits, mais ils participent aussi à leur circulation internationale : les contacts de Gröll à Leipzig lui permettent d’y soutenir l’actualité de la production polonaise.

Les activités de Gröll ne sont pas entièrement inconnues et celles de Dufour ont attiré parfois l’attention, même si, dans l’ensemble, leurs deux cas mériteraient un examen spécialisé, qui dépasse hélas mes propres compétences. En revanche, l’activité d’un important libraire polyglotte de Copenhague, Lillie, semble avoir très peu retenu les chercheurs. Il paraît pourtant jouer un rôle important dans la politique culturelle d’un État qui soutient le développement à la fois de la langue française et de la langue allemande, et à travers elles ce qui est perçu comme une modernisation culturelle.

Il est vrai que Lillie, qui s’appelle parfois Ludolphe-Henri, parfois Ludolph Henrich, et d’autres fois Ludolphus Henricus, Ludolph Heinrich ou Ludolph Henrik, n’est pas toujours facile à traquer, mais les ouvrages qui sortent de son officine sont souvent cités par les chercheurs danois et allemands qui s’intéressent à l’époque. Il publie en effet des titres importants, et notamment, en 1755 et en 1768, le Messias de Klopstock. Lillie publie aussi bien en allemand et en français que, comme on pouvait s’y attendre, en latin et en danois. On trouve dans son catalogue tant des dictionnaires que des livres d’histoire naturelle, des journaux que de la littérature.

Selon la notice donné par Harald Ilsøe dans Bogtrykkerne i København (1992), Lillie, né en 1719 à Lauenburg, aurait débuté comme traducteur de l’allemand en danois, dans les années 1740, avant de devenir l’apprenti d’Ernst Henrich Berling, en 1749, jusqu’à sa mort en 1750. Il reprendrait alors la librairie de Berling, avant de déménager pour fonder sa propre affaire, en 1755. (Jürgen Beyer donne la date de 1754 pour la même adresse, dans son répertoire compilé en 20071.) La commerce de Lillie se développerait rapidement, avec 3 et 4 employés, lorsqu’il meurt en 1758. L’affaire passe à sa femme, qui la dirige et se marie, quelques années plus tard, à l’un des compagnons employés par son défunt mari, comme il est souvent d’usage dans les milieux artisanaux.

Selon Ilsøe, Lillie forme Paul Herman Høecke et J. F. (Johann Friedrich ?) Morthorst, deux imprimeurs-libraires qui pratiqueront aussi d’autres langues que le danois, puisque le premier publie par exemple en 1776, à Copenhague, le Précis chimique de Pierre Thouvenel sur l’acide nitreux, qui avait remporté un prix scientifique danois cette année-là, et que le second fait par exemple paraître en 1788, dans la même ville, le Reise nach Guinea de Paul Erdmann Isert, médecin en chef de Christiansborg, sur la Côte de l’Or danoise, célèbre pour sa condamnation de la traite négrière danoise. Il faut noter néanmoins qu’à l’époque, l’allemand est, comme le danois, une langue danoise, puisque le sud du pays est composé de terres majoritairement germanophones.

Ces éléments sont peu nombreux on le voit et l’investigation du rôle joué par Lillie dans la vie culturelle danoise des années 1740 et 1750 pourrait s’enrichir du dépouillement de certaines archives. Il faudrait expliquer notamment dans quelles circonstances cet imprimeur-libraire se voit rapidement confier des projets qui ont une importance singulière pour la couronne danoise : la publication du Mercure Danois comme celle du Messias, témoignent en effet d’une grande proximité avec le pouvoir. Klopstock avait été invité à Copenhague par le pouvoir royal pour y finir le Messias, tout comme Paul Henri Mallet, le rédacteur du Mercure Danois, avait été transporté de Genève jusqu’à la capitale.

D’ailleurs, les apprentis de Lillie semblent hériter d’une partie de ces bonnes relations, puisque l’un publie un ouvrage scientifique fruit d’une compétition officielle et que l’autre fait paraître l’œuvre marquante d’un Isert qui était, avant et après la parution de son Reise, un représentant du pouvoir royal dans les colonies. Il est vrai qu’en 1756, Lillie avait lui-même publié le premier des deux livres fameux de Rømer sur la colonie danoise. Il est en tout cas certain que Lillie participe activement à la diffusion des productions danoises à l’étranger et à la propagation des langues allemandes et françaises à Copenhague. Preuve en est le Dictionnaire de proverbes bilingue français-danois, avec une préface dans les deux langues, le danois dans la colonne de gauche, le français dans celle de droite, imprimé par Lillie, sans nom d’auteur, en 1757.

L’explication de la participation de Lillie à ces opérations éditoriales plurilingues pourrait bien être d’ordre juridique. S’il est en effet l’apprenti de Berling et qu’il investit son imprimerie-librairie, comme le suggère Ilsøe, alors tout porterait à croire qu’il était aussi dépositaire du privilège qu’avait Berling d’imprimer les périodiques et les publications savantes en langues allemande et française. Berling, selon le Dansk biografisk leksikon, aurait lui-même tenu ce privilège de la veuve de Joachim Wielandt. Entre autres titres de gloire, Wielandt était, dans les années 1710 et 1720, un important éditeur de journaux francophones et germanophones à Copenhague, pour lesquels il avait reçu en 1719 un privilège particulier.

Si Ilsøe ne se trompe pas, Lillie serait alors le dépositaire d’un double héritage : intellectuel et technique, d’un côté, et juridique de l’autre. Ou, pour le dire autrement, il aurait reçu de Wielandt à travers Berling une double capacité : la capacité juridique à exploiter exclusivement un certain type de textes et la capacité technique (linguistique, typographique) à les mettre sous presse et à les diffuser. Naturellement, il est plus que probable que ces deux capacités soient à leur tour liées à deux autres : la capacité sociale à rassembler ou à se faire envoyer les textes intéressants, à faire jouer un réseau de contacts nationaux et internationaux, et la capacité économique à réunir les moyens nécessaires à la production, qu’ils soient humains (c’est-à-dire les compagnons salariés) ou mécaniques (c’est-à-dire les presses à imprimer).

Démêler de la sorte le fil de l’activité de Lillie implique un certain nombre de spéculations, mais il reste possible d’en jeter des bases importantes pour comprendre la production éditoriale en langues française et allemande à Copenhague, tout au long du 18e siècle, à travers une généalogie d’imprimeurs-libraires qui, de Wielandt à Høecke et Morthorst, par un jeu de mariages, de rachats et d’apprentissages, se transmettent un capital complexe, fait d’aptitudes techniques, de réseaux professionnels, d’instruments juridiques, de catalogues de titres et d’outils d’impression.

La réunion de ces conditions très particulières permet de contrebalancer quelque peu l’idée que la langue française jouirait d’un prestige considérable à l’époque, que l’on retrouve souvent dans les publications danoises ou françaises consacrées à ces questions. Toute prestigieuse qu’elle soit, cette langue a besoin, au Danemark, d’une série de circonstances très favorables pour trouver sa réalisation éditoriale et de la politique active du pouvoir monarchique, à travers une protection juridique et l’importation de savants genevois. L’édition francophone danoise au 18e siècle tient ainsi proprement de l’extraordinaire, comme c’est le cas aussi en Pologne : il n’est pas l’expression spontanée du prestige français, mais le fruit de politiques exceptionnelles et des logiques internes au monde germanique.

  1. Harold Joachim Jürgen Beyer, « Adressen von Druckern, Verlegern und Buchhändlern im 18. Jahrhundert. Zugleich ein Beitrag zur Diskussion über ein VD18 », Wolfenbütteler Notizen zur Buchgeschichte, 31 (2007) : 159-190 []

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.