Food Studies

Il y a quelques années, j’enseignais la littérature argumentative française à l’université de Grenoble. Pour des raisons qui me sont toujours demeurées obscures, ce cours était proposé en priorité aux étudiants étrangers. La composition du programme éducatif des étudiants en mobilité internationale a toujours de quoi laisser perplexe : les emplois du temps finissent souvent par ressembler à une collection pour le moins hétéroclite de modules transversaux, privés des cours de tronc commun sur lesquels ils s’appuient et qui pourraient les rendre intelligibles.

C’est ainsi que des étudiants aux spécialités très exotiques venaient découvrir les joies de René Descartes, Marie de Gournay, André Gide ou Nathalie Sarraute, et puis, rapidement, un certain nombre d’auteurs de leurs propres langues, que j’ajoutais au programme pour ne pas les perdre entièrement. Parmi ces étudiants, il y en avait une, canadienne si je ne m’abuse, qui étudiait les food studies.

À cette époque, le thème m’avait interpellé, parce que j’avais commencé à réfléchir sur les processus de légitimation universitaire, d’abord autour des séries télévisées et ensuite autour de la pornographie. La capacité à définir son objet d’études en discipline cohérente et plus ou moins formalisée (par exemple par des programmes de formation, des diplômes ou des listes de lecture canoniques) est en effet un puissant outil de la valorisation des objets marginaux au sens du monde universitaire, en particulier de la langue anglaise.

J’ai fini par étudier cette question dans différents articles : « Méthodes d’analyse formelle des séries télévisées » (2016), « Les marques du savoir disciplinaire dans les études sur les séries télévisées » (2016), la première partie de mon « Étude méthodologique des interactions entre théorie littéraire et séries télévisées » (2014) et l’introduction de l’un de mes tout premiers articles « Présence du mythe herculéen dans trois séries américaines » (2012). Je l’ai aussi évoquée dans différents séminaires de recherche.

Ce n’est qu’aujourd’hui cependant, au moment où je décide de me frotter à la télévision culinaire, que je croise à nouveau le chemin des food studies. Peut-être n’est-il pas mauvais de présenter ce monde (ce champ ? cette discipline ? ce domaine ? ce courant ?), qui s’élabore dans les années 1990 et qui, à mon avis, présente des différences assez notables avec ce que l’on associe ordinairement aux studies, des appellations à mes yeux les plus douteuses (comme les Buffy studies) aux mieux installées (comme les gender studies), en passant par les cas très problématiques (comme les porn studies). (On peut lire également, sur le carnet Inquiétudes Textiles, un texte sur la question des fashion studies.)

La définition la plus générale des food studies, c’est qu’il s’agit d’un domaine de recherche (et d’enseignement) consacré à l’étude critique de la production et de la consommation de la nourriture, lequel peut être divisé en food studies tout court et en agri-food studies, qui se concentrent sur la question de la production du point de vue du système agricole. Cette recherche est critique parce qu’elle a l’impression de remettre en cause des systèmes établis et des discours dominants, une impression qui peut être parfois fort éloignée de la réalité de la production académique, comme c’est également le cas dans les études sur les séries télévisées ou la musique pop.

Même s’il existe des ouvrages destinés à servir de manuels aux étudiants du domaine, comme un Food Studies: An Introduction to Research Methods, publié en 2009 par Jeff Miller et Jonathan Deutsch, et même si des tentatives sont faites pour dresser des listes de lecture afin d’établir une série de références communes, voire s’établir comme une référence commune, les food studies restent un domaine qui continue à se chercher une cohérence.

En 2010, dans le journal Food, Culture & Society, Marion Nestle, biologiste de formation qui a fait sa carrière universitaire dans la nutrition, avant d’être nommée en 1988 titulaire de la Chair of Nutrition, Food Studies, and Public Health de la New York University, a publié l’article « Writing the Food Studies Movement » (PDF). Il s’agit ici d’un genre bien établi, celui de l’article rétrospectif où les pionniers d’un domaine en retracent l’histoire, notamment pour prouver à la fois qu’ils en sont bien les pionniers et que celui-ci est désormais établi. Rhonda Wilcox s’était fendue d’un article du même genre sur les Buffy Studies.

La New York University a tout intérêt à légitimer le domaine, puisqu’elle délivre des diplômes de food studies. Il n’est pas indifférent à ce titre que Jonathan Deutsch, l’un des deux auteurs de l’introduction méthodologique que j’ai citée plus haut, soit diplômé de ce programme. L’article de Nestle est tout entier agencé pour souligner le rôle crucial de la NYU dans le développement de food studies, dont elle donne une histoire à peu près en quatre temps : d’abord, il y a des livres qui paraissent sur la nourriture, de la part d’universitaires et de non-universitaires, ensuite, Marion Nestle se découvre une passion pour la nutrition, puis la NYU lui confie un programme de food studies et enfin, ce programme produit ses doctorants, qui ont besoin de faire un état de l’art et et formalisent donc les bases théoriques et les traditions du domaine. L’article se termine par la liste de lecture compilée de cette manière.

Les food studies à la Nestle — sans rapport avec la multinationale de l’agro-alimentaire — se composent d’agronomie, d’histoire, de diététique, de géographie et d’arts culinaires. De manière plus large, le domaine accueille aussi des contributions de l’étude des médias, de l’économie et des sciences politiques. Le tour de force de Nestle est d’arriver à vendre le domaine comme un ensemble cohérent et, surtout, qualifiant, pour lequel la moindre maîtrise dans chacune de ces disciplines, qui ne jouissent nécessairement que d’une fraction du temps d’enseignement qui leur serait dévolu dans un programme disciplinaire, serait compensée par la plus-value de leur étude conjointe à propos d’un sujet particulier.

On retrouve dans les (agri-)food studies certains des traits typiques d’une bonne partie de la production étasunienne en matière de XYZ studies : citations de penseurs français, jetés parfois pêle-mêle, comme Barthes, Certeau et Foucault, dans l’introduction d’Edible Ideologies de LeBesco et Naccarato, en 2008, ou ambitions théoriques, qui confinent parfois à la métaphysique, comme dans un article très typique, « The Wild Side of Agro-Food Studies » (PDF), publié en 2013 par Carolan dans Sociologia Ruralis.

Il y a du reste souvent des rapports étroits entre les auteurs des food studies et d’autres domaines du même genre. Ainsi, Kathleen LeBesco, co-directrice d’Edible Ideologies et membre du Food Studies Network, est aussi l’autrice de Bodies Out of Bound : Fatness and Transgression, et c’est d’ailleurs sa préoccupation principale, ou encore de The Drag King Anthology. Peter Naccarato, lui, est un littéraire post-moderniste, originellement spécialiste de Virginia Woolf, venu sur le tard à la question de la nourriture dans les textes. Ces trajectoires sont typiques de celles que l’on a pu observer pour l’étude de la télévision. De la même manière, Casey Ryan Kelly, auteur de Food Television and Otherness in the Age of Globalization, dont j’ai fait la recension pour la revue Communication, participe avant tout aux études sur la masculinité et aux études post-coloniales.

En réalité, la présentation de Marion Nestle est très sélective : en mettant sous le boisseau ce que les food studies doivent au déconstructionnisme post-moderniste, par ailleurs très populaire à la NYU où, faut-il le rappeler, Avital Ronell et Slavoj Žižek ont transformé le département d’allemand en centre de lacano-derridologie qui ne déride pas tout le monde, l’ancienne biologiste choisit de mettre en avant les parties scientifiques et techniques du domaine. Dans son article, pas question d’Adorno, de Foucault ou de métaphysique, c’est la pratique de Julia Child et son Mastering the Art of French Cooking qui tiennent d’abord le haut du pavé, suivis par des enquêtes concrètes sur le système agricole.

Une division au moins tacite paraît marquer le domaine de recherche. La préoccupation de Marion Nestle, d’abord et avant tout une nutritionniste, extrêmement critique de l’industrie agro-alimentaire, se marie malaisément avec les fat studies d’une Kathleen LeBesco. Comme Elizabeth Kolbert l’a évoqué en 2009 dans un article du New Yorker, à propos du Fat Studies Reader publié la même année sous la direction de Rothblum et Solovay, les fat studies aux États-Unis, sous un vernis de progressisme, ont souvent défendu des positions très conservatrices et hostiles à la régulation des grandes industries agro-alimentaires.

On retrouve dans le marketing académique des fat studies le même malentendu qui a été souligné récemment, à propos de l’affaire de harcèlement dans laquelle Avital Ronell est l’accusée. Ce malentendu, c’est de présenter tout ce qui émerge des ou gravite autour des studies comme une contribution à un activisme progressiste ou de gauche, alors que la réalité est toute différente. Comme Bernd Hüppauf, Andrea Long Chu ou Catherine Liu et David Bailey l’ont souligné, Ronell est loin d’être une activiste de gauche et certainement en rien une figure du féminisme, mais elle est souvent présentée comme telle, à la fois par d’autres universitaires et par des médias de plus grande diffusion. Dans les food studies, la présomption de progressisme, de subversion ou d’activisme joue aussi à plein.

Je reviendrai probablement dans des billets futurs sur d’autres aspects de cette question de l’ambiguïté politique qui caractérise le discours intellectuel sur la nourriture, qu’il soit universitaire ou non. Un bon exemple en serait la critique de l’appropriation culturelle des cuisines étrangères, comme dans l’ouvrage de Kelly que j’ai cité plus haut, qui s’accompagne, dans des séries documentaires telles que Chef’s Table, d’un discours que l’on pourrait qualifier de nationalisme culinaire. Il convient à mon sens d’être vigilant sur cette juxtaposition et de ne pas se laisser abuser par la poudre aux yeux de quelques professions de foi transgressives, habilement ornées de noms de penseurs si pleinement assimilés, que l’on se demande encore pourquoi on devrait les tenir pour sulfureux.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.