En juin sur Contagions : des séries, des ana, des auteurs

juin

Comme de petites fleurs sauvages sur les bordures herbeuses des pistes cyclables, les plages de couleur éclosent un peu partout sur les jours de mon mois de juin : c’est le cycle saisonnier des colloques, ceux auxquels on participe, ceux auxquels on assiste, quand les beaux jours répondent aux pluvieuses rencontres du mois d’automne. Au rythme de ces tribulations, Contagions prendra sans doute un peu de vacances : sauf les longues heures de correspondances dans les gares TGV au charme grisâtre et industriel, je n’aurai sans doute pas le loisir d’écrire aussi régulièrement. En attendant, voici un bref aperçu de ces tribulations estivales.

Grenoble, 28 mai 2013 : Journée de la recherche

Rencontre annuelle de l’Université Stendhal — Grenoble 3, la journée de la recherche permet aux membres titulaires des diverses équipes de recherche de présenter leurs travaux à l’ensemble des personnels universitaires. Elle est conçue comme une occasion pour les centres aux perspectives disciplinaires et historiques différentes, qu’aucun colloque ne saurait réunir ensemble, de se rencontrer. Le programme de cette année est bien entendu en ligne.

Bordeaux, 30 et 31 mai : Un imaginaire politique, l’apocalypse

Ce colloque dont on peut consulter encore l’appel à contributions et désormais le programme réunira des interventions aussi bien littéraires que cinématographiques et télévisuelles. Le thème est de plus en plus populaire, singulièrement dans le champ contemporéaniste. Les 4 et 5 novembre 2011, l’école doctorale 120 de l’université de Paris 3 organisait les journées d’études « Fin(s) du monde », soit la même année que « Visions d’Apocalypse », la graduate conference des études francophones l’université de Cambridge ; un an plus tard, le 10 novembre 2012 à la Roche-Guyon se tenait la journée d’études « Présages, prophéties et fins du monde de l’Antiquité au XXIe siècle » et le colloque « Figures de l’apocalypse. La crise de la culture en Italie » de l’université de Nantes. Cette année, les 6 et 7 juin, à Bruxelles, aura lieu le colloque « Apocalyptique et figures du mal ».

Je proposerai à Bordeaux une intervention intitulée « L’agir humain et les apocalypses dans les séries télévisées : une étude comparée de Buffy the Vampire Slayer, Supernatural et Doctor Who », qui prolongera des observations indiquées marginalement dans mon article « Le mythe herculéen dans trois séries américaines : Supernatural, Buffy the Vampire Slayer et The X-Files » (e-lla, 2012) et précisera la problématique délimitée dans mon article « Fantastique, science-fiction et résolution individualiste des crises globales dans les séries télévisées étasuniennes de 1990 à nos jours » (Magazine de la communication de crise et du sensible, 2013). 

Grenoble, 4 juin : Journée de la valorisation en LLASHS

Comprendre lettres, langues, arts, sciences humaines et sociales. L’une des préoccupations constantes de l’école doctorale 50 et de son conseil a été de favoriser l’ouverture de ces disciplines vers l’extérieur de l’université ; cette préoccupation, qui l’a conduite à proposer à ses doctorants des formations aussi bien à la vulgarisation scientifique qu’à l’insertion professionnelle (en partenariat avec l’association ValoriDoc), s’exprimera dans cette journée faite à la fois de bilans et de perspectives. On peut en consulter le programme.

Grenoble, 5 juin : Journée doctorale du LIRE

L’UMR Littérature, Idéologies et Représentations, dont je fais partie, est une structure mixte de recherche, sise à Lyon et à Grenoble. Le pôle grenoblois organise ces journées doctorales, comme le font d’ailleurs la plupart des centres de recherche en lettres de l’université Stendhal. Les doctorants y sont invités à exposer leurs recherches, préparer leur soutenance ou présenter une communication en lieu avec leurs travaux, devant les membres titulaires de l’équipe, ainsi que les enseignants-chercheurs et les étudiants qui souhaiteraient y assister.

On peut consulter (toujours) le programme de cette année. Sous le titre « Construire l’auteur à l’époque moderne et contemporaine : enjeux éditoriaux, enjeux interprétatifs », je poserai pour ma part la problématique d’ensemble de ma recherche sur l’auctorialité, dont ma thèse sur les logiques d’attribution textuelle à l’époque moderne est une partie. Il s’agira d’examiner l’utilité, pour différents acteurs culturels, de la représentation de l’œuvre comme produit d’un auteur.

Grenoble, 7 et 8 juin : Journées d’études du RARE

L’équipe Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution, dont je fais partie (aussi), se consacre depuis de nombreuses années désormais à l’étude des commentateurs de rhétorique de l’Ancien Régime, afin de reconstruire de l’intérieur l’architecture conceptuelle de la rhétorique, pour dépasser l’examen, souvent superficiel, des seuls traités de l’Antiquité. Ce projet de grande ampleur destiné à cartographier toutes les subdivisions de la rhétorique telle qu’elle est alors théorisée et pratiquée est mené grâce à un séminaire mensuel (dont on peut consulter les comptes-rendus rédigés par Francis Goyet) où se rencontrent pendant quatre heures les membres de l’équipe, afin de travailler de concert sur des textes écrits en latin et en français.

L’année est par ailleurs ponctuée de diverses manifestations, dont une traditionnelle journée d’études qui envisage la présence de la rhétorique chez l’auteur choisi par le programme de l’agrégation de lettres modernes pour représenter le dix-septième siècle (cette année, c’était donc Sévigné) et une double séance du séminaire, en forme de journées d’étude, au mois de juin, qui permet la rencontre avec d’autres équipes de recherche aux préoccupations voisines.

Dijon, 12, 13 et 14 juin : Sujet créateur et conscience d’auteur

Témoignage parmi bien d’autres de l’intérêt permanent pour la figure de l’auteur depuis le début des années 1990, ce colloque organisé par Jacques Poirier et Joël Loehr de l’équipe Textes-Discours-Représentations proposait dans son appel à contributions un cadrage plutôt conceptuel et théorique qui tranche avec les perspectives résolument historiques adoptées depuis quelque temps et assez souvent réservées à l’étude de l’époque contemporaine, une ambition théorique que reflète le programme établi par les organisateurs.

Pour ma part, dans la contribution « L’établissement a posteriori de l’auteur dans la littérature française du XVIIe siècle », je présenterai une partie de mes recherches de thèse en me concentrant sur les recueils d’ana, quelques correspondances et quelques notices biobliographiques parues dans les dictionnaires critiques ou historiques d’Ancien Régime. J’y soulignerai la permanence d’un geste attributif qui consiste à relier des œuvres anonymes et mal attribuées à leur auteur supposé véritable. À partir de ces observations, j’examinerai si le geste attributif a ou non des conséquences interprétatives, avant de tenter de proposer un mouvement réflexif à l’égard de nos pratiques contemporaines.

Liège, 26, 27 et 28 juin : Jeux et enjeux de la préface

Dans une perspective à la fois historique, rhétorique et sociocritique, l’université de Liège organise ce colloque dont on peut toujours consulter l’appel à contributions. Offrant de l’attention à une pièce liminaire souvent négligée par le lecteur un peu pressé, ces trois journées devraient permettre, je crois, de mettre en évidence la permanence de certaines stratégies au fil des siècles.

Pour ma part, dans « Les préfaces des recueils d’ana en France et en Angleterre aux XVIIe et XVIIIe siècles », je me concentrerai sur un genre précis et assez méconnu, que je viens d’évoquer à propos du colloque dijonnais : le recueil d’ana. Étudié d’un point de vue d’histoire éditoriale dans l’ample thèse de Francine Wild, Naissance du genre des ana, une thèse dont les conclusions devraient être en partie renouvelées à la publication de la thèse récemment soutenue par Karine Abiven sous le titre « L’anecdote ou la fabrique du petit fait vrai », le genre des ana est surtout utilisé, par les historiens de la littérature, comme une source.

Pour faire simple, il s’agit d’ouvrages dans lesquels sont recueillis les propos et anecdotes mémorables attribués à tel personnage fameux de la République des Lettres : Ménage, Segrais, Scaliger, Du Perron, Swift, etc. Les ana ont évolué depuis leur apparition au début du dix-septième siècle si bien qu’entre les premiers ana consacrés à Scaliger et les publications britanniques bien ordonnées du dix-huitième siècle, la forme paraît difficilement comparable. Cependant, les préfaces d’ana présentent la caractéristique remarquable de construire quasi obsessionnellement une histoire du genre, souvent pour s’en détacher : c’est cette stratégie un peu ambiguë que j’examinerai.

Paris, 5 et 6 juillet : PhiloSéries 5 — À la Maison Blanche

Cette cinquième édition des rencontres organisées par Sylvie Allouche, Sandra Laugier et Marjolaine Boutet, perpétue la tradition de PhiloSéries, qui ne joua pas un médiocre rôle dans le développement des études sur les séries télévisées en France. Instituées, du point de vue de la méthode, aux croisements des préoccupations de Sylvie Allouche, qui a soutenu récemment une thèse sur les potentialités philosophiques des récits science-fictifs, et de Sandra Laugier, dont on peut lire par exemple les réflexions sur Stanley Cavell dans l’ouvrage collectif Théories ordinaires paru cette année, les rencontres PhiloSéries seront cette fois l’occasion d’étudier l’œuvre d’Aaron Sorkin, scénariste majeur du paysage télévisuel étasunien, dont la dernière création, The Newsroom, s’achemine vers sa seconde saison.

The West Wing / À la Maison Blanche, qui contribua considérablement à asseoir la réputation de Sorkin pour le meilleur et le pire, propose le récit idéaliste et didactique des deux mandats du président fictif Josiah Bartlet à la tête de la Maison Blanche. Réputée autant pour ses tics stylistiques aisément reconnaissables et souvent parodiés, à l’instar du walk-and-talk que pour son contenu exigeant et parfois obscur, The West Wing reste pour l’heure largement inexploitée par la recherche universitaire.

Dans une communication intitulée « Enjeux et moyens de la fiction didactique dans The West Wing », j’examinerai les relais du scénariste au sein de la fiction et les références métatélévisuelles de la série, afin d’en dégager un projet explicite, assez proche du docere et placere classique, pour tenter de comprendre les procédés stylistiques qui permettent à Sorkin de mettre en place son entreprise didactique.

Image

Mon emploi du temps du mois de juin. En partie. Pour l’instant.

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.