Les documentaires diététiques à thèse

Depuis quelques mois, je me suis lancé dans un recherche consacrée aux émissions culinaires aux États-Unis. Je dirai sans doute un peu plus dans les mois à venir ce dont il y est question mais, pour l’heure, je voudrais évoquer une série de documents annexes que j’ai traités à cette occasion. Comme toute enquête, la mienne a petit à petit étendu son objet, jusqu’à trouver la frontière, souvent poreuse, entre ce qui relève ou non de sa question.

Si la frontière est poreuse, c’est bien sûr parce que les pratiques et les documents changent, au fil du temps, et qu’une catégorie peut finir par regrouper des artefacts apparemment assez disparates. Par exemple, pour les émissions culinaires, des programmes comme The Mind of a Chef, qui doit beaucoup au reportage mais aussi au cinéma d’animation, sont très différents des concours culinaires télévisés, comme MasterChef, qui n’ont eux-mêmes pas grand-chose commun avec les leçons de cuisine télévisée, comme le French Chef de Julia Child.

Parmi cette diversité de programmes, un genre en particulier, fruit d’une évolution récente, a retenu ces derniers temps mon attention. Il occupe une place périphérique dans le projet que je me propose en matière de télévision culinaire, mais il n’en est pas moins digne d’intérêt. Ce genre, c’est celui du documentaire diététique à thèse. Les différents genres que j’évoque ici (leçon de cuisine télévisée, concours culinaire télévisé, reportage culinaire, documentaire diététique à thèse) ne sont pas, à ma connaissance, des catégories établies : ce sont des noms que je propose, avec pour objectif d’élaborer à terme une typologie.

Pour faire simple, je dirais que parmi les documentaires, il y a ceux qui sont consacrés à la nourriture, à sa préparation et à sa consommation. Je dirais qu’un documentaire est culinaire quand il s’intéresse à la préparation de la nourriture en tant qu’elle est une activité culturelle : il évoque par exemple des spécificités géographiques ou historiques, il convoque un vocabulaire esthétique et il présente la personne qui cuisine en artiste ou en artisan. Un documentaire qui se concentre sur la consommation de la nourriture en tant qu’elle est une expérience esthétique serait plutôt un documentaire gastronomique : l’équivalent audiovisuel d’une critique culinaire dans les guides ou les journaux.

Un documentaire diététique est un documentaire qui s’intéresse à la consommation de la nourriture en tant qu’elle a une influence sur la santé. Tous les documentaires ont une thèse, bien sûr, puisque tous les documentaires choisissent, parmi tout ce qui est e et tout ce qui est dit, une section de l’expérience du monde à enregistrer, éditer et montrer. Pour moi, cependant, il y a une différence entre les documentaires qui montrent une pratique communément admise et qui fait consensus parmi les professionnels d’un secteur ou bien le public en général et ceux qui tentent de montrer qu’une pratique différente est préférable au consensus.

On peut le comprendre facilement si l’on pense aux documentaires médicaux. Un documentaire qui montrerait toutes les étapes nécessaires à une transplantation cardiaque serait un documentaire médical sans thèse, même s’il montre généralement que la transplantation cardiaque est une bonne procédure, parce qu’elle est utile, qu’elle sauve de vies, qu’elle est le fruit de la science et ainsi de suite. Un documentaire qui montrerait tous les bienfaits de l’acupuncture, de l’amaroli ou de la lithothérapie, dont on ne peut pas dire qu’ils aient le même degré d’évidence, serait plutôt un documentaire médical à thèse.

Diagramme provisoire des émissions liées à la nourriture

Le documentaire diététique à thèse est donc un documentaire qui s’intéresse à la consommation de la nourriture en rapport avec la santé et qui soutient une position qui rompt avec les pratiques les plus courantes. Cette position n’est pas nécessairement sulfureuse, étonnante ou contraire au consensus scientifique. Par exemple, dans Super Size Me (2004), le réalisateur mange exclusivement dans des fastfoods pendant un certain temps, afin de prouver que ces produits sont nocifs à la santé. Il s’agit bien d’une thèse qui cherche à changer des pratiques très courantes, puisque les fastfoods sont aux États-Unis des établissements très fréquentés, mais on ne peut pas dire que les conclusions en soient très surprenantes, quoi qu’elles n’aient pas manqué d’être contestées.

Ces documentaires connaissent un succès de plus en plus considérable, depuis le début des années 2010, à mesure que des régimes alimentaires minoritaires gagnent en popularité. Voici une liste qui n’est sans doute pas exhaustive, par ordre chronologique, avec une indication quant à la thèse exposée :

  1. Super Size Me (Morgan Spurlock, 2004) [les produits des fastfoods sont nocifs à la santé]
  2. Breakthrough (Jinjee Talifero, 2005] [il faut adopter un régime végétalien crudivore]
  3. Fat Head (Tom Naughton, 2009 [réfutation de Super Size Me]
  4. A Sacred Duty (Lionel Friedberg, 2007) [l’adoption d’une alimentation végétarienne est profitable à la santé et à l’environnement, et elle est un devoir religieux dans le judaïsme]
  5. Food Matters (Carlo Ledesma, 2008) [la plupart des maladies peuvent être soignées ou prévenues uniquement grâce à un régime alimentaire approprié]
  6. Simply Raw (Aiyana Elliott, 2009) [il est possible de guérir bien des maladies, et notamment le diabète, grâce au crudivorisme]
  7. Planeat (Or Shlomi, Shelley Lee Davis, 2010) [il faut se nourrir exclusivement de produits végétaux non-transformés : whole food, plant based diet]
  8. Fat, Sick, and Nearly Dead (Joe Cross, Kurt Engfehr, 2010) [il faut jeûner en ne buvant que des jus de plantes pour perdre du poids, puis se nourrir exclusivement de produits végétaux non-transformés : whole food, plant based diet]
  9. Forks Over Knives (Lee Fulkerson, 2011) [il faut se nourrir exclusivement de produits végétaux non-transformés : whole food, plant based diet]
  10. The Raw Truth (Jin Yoo-Kim, 2011) [il faut adopter un régime crudivore]
  11. Vegucated (Marisa Miller Wolfson, 2011) [il faut adopter une alimentation végétalienne]
  12. Hungry for Change (James Colquhoun, Laurentine ten Bosch, Carlo Ledesma, 2012) [il faut adopter un régime alcalin]
  13. In Search of the Perfect Human Diet (C.J. Hunt, 2012) [il faut adopter un régime paléolithique]
  14. Live and Let Live (Marc Pierschel, 2013) [il faut adopter une alimentation et un monde de vie végétaliens]
  15. Cereal Killers (Yolanda Baker, 2013) [il faut adopter un régime cétogène]
  16. Fed Up (Stephanie Soechtig, 2014] [il faut réduire drastiquement la consommation de produits transformés et notamment de sucre]
  17. The C Word (Meghan O’Hara, 2016) [il faut adopter une alimentation fondée sur des produits semblables à ceux d’avant la troisième révolution agricole, pour prévenir les risques de cancer]
  18. Food Choices (Michal Siewierski, 2016) [il faut adopter une alimentation végétalienne]
  19. We Love Paleo (Caroleen Moise, 2016) [il faut adopter un régime paléolithique]
  20. I Like It RAW (Dana Giesbrecht, 2016) [il faut adopter un régime crudivore]
  21. The Magic Pill (Robert Tate, 2017) [il faut adopter une alimentation faible en glucides et riche en lipide : c’est le régime cétogène]
  22. Feel Rich : Health Is the New Health (Peter Spirer, 2017) [il faut adopter une alimentation végétalienne, même et surtout quand on est une star du hip hop]
  23. What the Health (Kip Andersen, Keegan Kuhn, 2017) [il faut adopter une alimentation végétalienne]

A ces films, il faut bien sûr ajouter beaucoup d’autres documentaires sur le véganisme, où l’aspect diététique occupe une place plus minoritaire, au profit de considérations écologiques ou éthiques. Il existe par ailleurs des documentaires qui peuvent être consacrés à des régimes alimentaires particuliers, sans pour autant paraître en préconiser activement l’adoption par les téléspectateurs.

Ces documentaires ont pour la plupart un certain nombre de points communs. Ils adoptent en effet une stratégie rhétorique classique, fondée sur l’ethos, le logos et le pathos.

Les arguments pathétiques sont notamment très présents dans les films qui critiquent la consommation de viande, parce que la compassion pour les autres animaux y joue en général un rôle important. Quand le documentariste juge que cet argument est trop clivant et trop marqué politiquement, il adopte un autre registre pathétique, celui de la compassion pour les enfants, affligés précocement de maladies terribles, à cause de leur régime alimentaire.

Les arguments éthiques se divisent en deux catégories : l’ethos du documentariste et l’ethos des commentateurs.
L’ethos du documentariste est généralement celui d’une personne du commun, comparable à l’individu moyen, et le plus souvent à l’Américain moyen, qui part à la recherche du régime diététique approprié, avec un certain scepticisme : il est ainsi le relai du spectateur et ses réticences initiales sont un garant de sa bonne foi. Elles sont exprimées, notamment dans les documentaires américains, par un goût prononcé pour la viande rouge, la friture et le chocolat.
L’ethos des commentateurs comprend lui-même deux sous-catégories : les témoins et les experts. Les témoins sont toutes les personnes qui ont parcouru le même chemin que le documentariste, ont adopté le régime prôné et s’en portent à merveille. Il y a deux grands types témoins : les miraculés et les athlètes. Les miraculés ont guéri de leurs maladies (cancer, problèmes cardiovasculaires, diabète) grâce à un changement diététique radical. Ils ont souvent perdu beaucoup de poids et ils sont de préférence âgés, afin que le régime paraisse un garant de longévité. Les athlètes sont des sportifs, si possible de haut niveau et dont la compétence est attestée par des titres. Leur activité prouve que le régime est le garant d’une santé paroxystique : celle du compétiteur physique. En la matière, plus le sport exige de la force et de l’endurance, plus l’athlète paraît convaincant : on préfère donc les ironmen et women aux patineurs artistiques.

Les experts sont des docteurs, dont la crédibilité se mesure à leurs titres. Une pratique courante est de recourir à la plus longue série possible de lettres post-nominales : outre les diplômes ordinaires (Ph.D., M.D.), on trouvera les acronymes de toutes les appartenances à des associations professionnelles, que le spectateur est peu susceptible de reconnaître, mais qui entraîne une hypertrophie de l’argument d’autorité.

Les arguments logiques sont fournis généralement par les experts, parfois par le seul documentariste, et ils sont principalement de trois ordres : le recours au bon sens, le recours à la tradition et le recours à la validation scientifique. Ils peuvent jouer à divers degrés selon le régime alimentaire proposé, le recours à la tradition se présentant naturellement de manière singulière dans les documentaires consacrés au régime paléolithique. Les arguments scientifiques peuvent être à peu près absents, comme dans certains films sur le véganisme, qui emploient essentiellement des arguments pathétiques, éthiques et de bon sens, ou au contraire occuper la plupart du programme. Dans ce dernier cas, la scientificité du propos est manifestée par tous les traits stylistiques du documentaire scientifique : pages de garde et reproduction d’articles scientifiques, graphiques, schémas et données chiffrées.

Diagramme provisoire des arguments (documentaires diététiques)

Il suffit de consulter cinq ou six de ces documentaires pour commencer à comprendre que nous avons affaire là un style formulaire. Quoique certains des régimes promus soient radicalement antagonistes, les documentaires partagent beaucoup d’arguments et beaucoup de traits stylistiques. Leur postulat de départ est quasi systématiquement que le système agro-alimentaire occidental est profondément vicié, notamment à cause de la troisième révolution agricole, de l’industrialisation de l’agriculture, du recours aux produits chimiques et à l’exploitation intensive. Par ailleurs, les institutions diététiques officielles sont toujours condamnables : les recommandations nationales et le consensus scientifiques ont été achetés par les grandes entreprises, qui y placent des experts corrompus. Le modèle sous-jacent est ici celui de la critique de l’industrie du tabac.

La réception de ces documentaires présente également des similitudes flagrantes. Ils entraînent très souvent une controverse et sont vigoureusement contredits par les tenants d’autres régimes alimentaires, dans des vidéos ou des articles de blog. On assiste dans ces cas-là à une intéressante compétition pour l’expertise médicale, où se lit un rapport renouvelé à la science : des commentateurs sans formation scientifique s’estiment compétents pour critiquer l’argumentaire présenté par les médecins montrés dans les documentaires, sur le fois d’un effort personnel de documentation et d’un recours au bon sens. Ces billets ou ces vidéos, et surtout les commentaires qu’ils entraînent à leur tour, sont à mon sens un endroit privilégié où analyser l’élaboration contemporaine d’une épistémologie populaire de la médecine.

Les documentaires s’inscrivent par ailleurs le plus souvent dans une production transmédiatique. Il n’est en effet pas rare qu’ils s’accompagnent d’un site dédié, où l’internaute trouvera des recettes ou, dans certains cas, pourra s’inscrire à des formations payantes ou télécharger une application pour recevoir des plannings nutritionnels. Les recettes sont ensuite réunies dans des livres de cuisine commercialisés et l’ensemble peut donner lieu à des partenariats avec des chefs, des nutritionnistes, des diététiciens, des coachs ou des fabricants alimentaires désireux de promouvoir leurs propres produits.

Nombre de ces documentaires ne sont ainsi que le point de départ d’une entreprise de promotion personnelle ou collective, dans laquelle ils jouent le rôle de produit d’appel. Le phénomène n’est pas propre au domaine diététique : on le trouve également, par exemple, dans celui du self-help, dont le destin de The Secret est l’exemple le plus marquant. Il me paraît essentiel, dans les réflexions contemporaines sur la démocratie sanitaire, la science populaire, l’éducation à l’esprit critique, l’éthique alimentaire et les enjeux écologiques, de décrire de manière satisfaisante l’écosystème de l’information sanitaire et les mécanismes de la prescription diététique.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 septembre 2018

    […] j’ai évoqué mon projet autour de la télévision culinaire. Dans ma note consacrée aux documentaires diététiques à thèse, j’ai souligné l’existence de plusieurs documentaires vegan. Ceux-ci font naturellement une […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.