La Princesse de Clèves au programme des Khâgnes

La Princesse de Clèves est au programme des classes préparatoires littéraires (PDF). Au jugé, il me semble que Lafayette est désormais l’écrivaine la plus souvent inscrite à des programmes d’examen et de concours. On se souvient qu’il y a deux ans, la pétition de Françoise Cahen pour la place des femmes dans les programmes littéraires avait profité à La Princesse de Montpensier. J’avais évoqué cette question déjà dans mon billet pour un programme alternatif de l’agrégation de lettres modernes.

En 2008, quand je passais le concours, La Princesse de Clèves avait déjà été le sujet du commentaire composé pour l’épreuve écrite de spécialité (PDF). Le succès de l’œuvre s’explique probablement par son format, qui permet de proposer un récit ni trop court, ni trop long, et surtout jugé emblématique, pour le 17e siècle, qui fournit par ailleurs beaucoup de nouvelles ou de romans-fleuves. Qui plus est, les éditions de La Princesse de Clèves pullulent et elles sont relativement bon marché, si toutefois l’on peut considérer « bon marché » la commercialisation d’un texte du domaine public aisément accessible en ligne (voir mon commentaire sur cette question).

Cela dit, on aimerait sans aucun doute trouver un peu plus de variété dans les programmes. L’époque moderne offre bon nombre d’écrivaines dont les textes se prêteraient facilement aux exercices scolaires : Sévigné, Villedieu ou en encore Charrière pourraient trouver leur place dans ces programmes, et ce ne sont que trois noms parmi la profusion des autrices qui peuplent la littérature francophone du 16e et au 18e siècle.

Loin de moi l’idée de bouder mon plaisir cependant, puisque je travaille sur La Princesse de Clèves depuis plusieurs années maintenant. Je lui avais consacré, ainsi qu’à Lafayette, mes deux mémoires de master, que l’on peut trouver en ligne (ce qui ne veut certes pas dire qu’on devrait les lire), ainsi que les articles suivants :

Sur ce carnet, j’avais aussi publié quelques remarques, dont je donne ici la liste :

Je me permets également d’attirer l’attention sur deux de mes recensions :

La première revient sur des débats importants dans la critique littéraire des œuvres de femmes et la seconde présente dans le détail le chapitre consacré par Paige à La Princesse de Clèves, dans un ouvrage que j’estime beaucoup.

Les lecteurs pressés pourront cela dit s’économiser ces lectures bien fastidieuses en consultant seulement le chapitre que je consacre à La Princesse de Clèves, notamment par rapport aux questions au programme, dans le dernier volume des éditions Atlande, à destination des classes préparatoires. Il contient le fruit de ma vingt-quatrième lecture de l’œuvre (quand on aime, on ne compte presque pas), de l’histoire de sa réception et d’une bonne partie des travaux qui lui ont été consacrés.

La bibliographie que j’y propose, nécessairement abrégée par les règles de l’éditeur — et c’est bien compréhensible —, ne fait pas de place à l’ampleur des travaux qui ont été consacrés à Lafayette dans d’autres langues que le français, et notamment l’anglais. Sans rentrer dans les détails de cette prolifique littérature secondaire, je voudrais tout de même souligner, outre l’ouvrage, parfois un peu complexe, de Nicholas Paige, que je viens de citer, l’article à mon avis absolument essentiel et très synthétique de John Campbell, « Round Up the Usual Suspects: The Search for an Ideology in La Princesse de Clèves », publié dans French Studies (volume 60, numéro 4, en 2006, aux pages 437 à 452).

Il y a bien d’autres travaux intéressants, en français, en anglais, en espagnol, en italien et en portugais, mais dans le doute, mieux vaut employer son temps à relire l’œuvre. Je me souviens qu’à l’époque où j’avais décidé de consacrer une bonne partie de mon temps de chercheur à La Princesse de Clèves, la majorité des professeurs que j’avais croisés, à l’université comme en classes préparatoires, avait entrepris de m’en décourager. Tout avait été déjà dit, et le récit était par ailleurs trop évident et trop clair pour ne pas avoir été épuisé par l’activité de la critique.

Il suffit pourtant souvent de lire et de relire les textes à l’aune de ses propres préoccupations pour se rendre compte qu’il résiste à l’évidence commune. La Princesse de Clèves jouit à cet égard d’une place très étrange dans le patrimoine littéraire français : beaucoup de spécialistes de la littérature ont l’air de la tenir pour un classique parmi les classiques, et peu paraissent l’avoir lu avec une attention véritable ; C’est ce que Pierre Malandain appelait le statut « talismanique » de La Princesse de Clèves. Pierre Malandain est à mes yeux le meilleur et le plus avisé des lecteurs de La Princesse de Clèves et si l’on ne devait lire qu’un ouvrage critique consacré à ce roman, ce serait son Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves, paru aux Presses Universitaires de France en 1985. Je crains qu’il ne soit hélas désormais difficile de à se procurer.

Quoi qu’il en soit, je vais essayer de proposer ici, et jusqu’au concours, des observations qui puissent être utiles aux enseignants qui assurent la préparation et à leurs étudiants. Je veillerai par ailleurs à rendre mes propres travaux plus facilement disponibles et interrogeables, en les republiant sur ce carnet. Reste, et c’est important, que personne ne saurait avoir d’avis définitif sur le texte et que le plus sage est encore de se montrer toujours soupçonneux.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2018).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.