Le plurilinguisme en Europe à l’époque moderne

J’ai publié récemment un article intitulé « Le plurilinguisme dans les Entretiens de Pierre Costar et Vincent Voiture », dans le cadre du volume collectif dirigé par Agnès Coussin et consacré au genre de l’entretien, au XVIIe siècle. Cet article s’inscrit dans une étude plus large de la construction éditoriale de l’œuvre de Vincent Voiture, développée dans l’un des chapitres de la troisième partie de ma thèse, ainsi que dans les articles « Beautés et défauts de Voiture. La Défense des ouvrages de M. de Voiture de Pierre Costar » et « L’usage de la correspondance dans les textes théoriques de l’époque moderne : le cas de la querelle de Costar-Girac dans les années 1650 ». Mais il participe aussi d’une recherche que j’ai commencé à mettre en place l’année dernière et qui prend la suite d’un certain nombre d’observations formulées dans la deuxième partie de ma thèse.

Cette recherche porte sur le plurilinguisme dans l’Europe de l’époque moderne et, plus particulièrement, aux XVIIe et XVIIIe siècles. C’est l’étude des journaux francophones à l’étranger, qui forme le dernier chapitre de la seconde partie de ma thèse, et celle des recueils d’ana plurilingues, traités dans le deuxième chapitre, qui m’ont incité à poursuivre dans cette direction. J’ai déjà évoqué quelques aspects de ce problème dans un article de 2016, « Les préfaces des recueils d’ana du XVIIe au XIXe siècle », ainsi que dans une intervention récente, « Transferts linguistiques et réformes culturelles dans l’Europe du XVIIIe siècle ».

Dans mon récent article sur Voiture et Costar, la question du plurilinguisme est examinée du point de vue de la valeur sociale des langues et, plus particulièrement, de l’aptitude à manifester la maîtrise d’une langue ancienne ou moderne. Parler ou écrire une langue permet en effet d’adopter des positions particulières, dans le domaine économique, culturel, artistique ou encore politique. La maîtrise des langues est bien sûr très utile aux commerçants comme aux diplomates, aux savants comme aux missionnaires, et des langues peuvent être plus ou moins marquées selon le genre d’activités et de relations qu’elles signalent ordinairement. Ce ne sont pas les mêmes langues qui servent aux missions et aux cercles littéraires, aux commerçants qui traitent avec la Sublime Porte ou aux théologiens de Paris.

La petite querelle littéraire qui suit la publication posthume des textes de Voiture offre un bon exemple de cette situation. Girac, celui qui attaque l’écrivain disparu, compose une dissertation en latin, qu’il ne destinait apparemment qu’à des cercles restreints. Costar la fait imprimer pour y répondre mais il écrit pour sa part en français et il accuse Girac de faute de goût, en ayant choisi de recourir à une langue qui relève, pour ainsi dire, du métier d’érudit. Le choix du latin ou du français est ainsi révélateur des cercles dans lesquels les deux hommes aspirent à évoluer, du genre de discussion qu’ils veulent avoir et de la suite qu’ils pensent donner à leur carrière. Pour Costar, l’affaire est mondaine, non érudite, et l’éloquence doit être moderne, non à l’antique.

Le plurilinguisme joue de la même manière dans le texte même des Entretiens mais celui-ci révèle toute la distance qui sépare Costar de la modernité mondaine dont il se fait le promoteur par ailleurs. Les Entretiens sont composés de lettres que Voiture et Costar s’échangent. Ces lettres sont riches de nombreuses citations, souvent en langue étrangère. Or, si les citations proposées par Voiture, l’écrivain de salon, sont essentiellement des citations en langues modernes, en l’occurrence en italien et en espagnol, celles de Costar sont en latin et parfois même en grec ancien. Il est difficile d’estimer dans quelle mesure chaque correspondant comprend les situations de l’autre mais il est en tout cas certain que Costar opère, grâce à Voiture et à sa défense, grâce au rapport à un plurilinguisme moderne plutôt qu’ancien, une transition vers des milieux littéraires distincts des cercles savants dont il fait de Girac l’incarnation.

On observe des phénomènes similaires dans d’autres correspondances. Ainsi, dans celle de Lafayette, que j’ai évoquée dans « Jean Regnault de Segrais, Pierre-Daniel Huet et Gilles Ménage dans la correspondance de Marie-Madeleine de Lafayette », la question du plurilinguisme prend une place importante. Ménage et Lafayette peuvent s’écrire en italien et il semblerait que celui-là serve, dans une certaine mesure, de professeur de latin à celle-ci. L’italien est une langue mondaine, dans la maîtrise parait n’avoir rien d’étonnant de la part d’une aristocrate, mais la maîtrise du latin, décrite si ce n’est attestée, est jugée plus atypique. La rencontre entre les deux milieux a ses limites cependant et quand Huet propose d’apprendre le grec ancien à Lafayette, celle-ci s’y refuse. Si le latin peut servir, dans une certaine mesure, d’outil commun aux cultures mondaine et savante, le grec ancien, lui, appartient fermement et exclusivement au second camp.

Cette distinction entre le savant et le mondain, avec ses porosités et ses frontières hermétiques, n’est que l’une des catégories qui peuvent présider au classement des langues dans la culture plurilingue de l’époque moderne. Il en existe beaucoup d’autres, que je ne saurais pour l’heure nommer avec beaucoup de précision. Par exemple, certaines langues sont culturellement dominantes et s’emploient dans bien des pays, comme le latin, le français et l’italien, et d’autres sont beaucoup plus localisées. Ainsi, quand une ambassade polonaise se présente à la cour de France, Lafayette témoigne dans sa correspondance d’une certaine curiosité pour cette langue étrangère, et exprime sa surprise devant le système de déclinaison, qui lui parait d’une difficulté exceptionnelle. Cette curiosité ne va pas au-delà de l’anecdote, tandis qu’en Pologne, il est courant pour l’aristocratie de parler français. Au siècle suivant, une importante activité de la presse fait paraître à Varsovie des ouvrages et des périodiques dans cette langue. Il n’est pas rare pour la haute noblesse polonaise de se reposer sur des précepteurs francophones.

Je soupçonne qu’il serait possible de découvrir d’autres différences dans les pratiques plurilingues à partir des catégories religieuses. J’ai récemment étudié les archives du consistoire de Varsovie, pour le XVIIIe siècle, conservées au cabinet des manuscrits de la bibliothèque de l’Université de Varsovie. Il n’est pas rare que les mémoires qui sont présentés à l’assemblée soient rédigés dans plusieurs langues, soit que le scripteur s’appuie sur de nombreuses citations, principalement en latin, en français et en allemand, soit qu’il change de langue dans son propre texte, en polonais, en latin et en français. On peut faire l’hypothèse que des textes catholiques comparables feraient à la même époque une place moindre à la langue allemande et peut-être plus grande à l’espagnol ou à l’italien. Il est en tout cas certain que les imprimeurs protestants, influents au sein du consistoire de Varsovie, sont également très actifs dans l’impression en langues allemande et française à Varsovie. De la même manière, à la même époque, au Danemark, ce sont des savants suisses qui viennent fournir à l’entreprise de développement de la culture francophone initiée par les pouvoirs publics, qui servent par ailleurs de mécènes à Klopstock, un poète germanophone, comme je l’avais évoqué dans un autre billet.

Au-delà de ces divisions, la maîtrise de nombreuses langues est toujours un signe d’exception. Scaliger fils fait de la maîtrise authentique de l’arabe et de l’hébreu une marque distinctive des vrais savants, si l’on en croit les recueils d’ana qui lui sont consacrés. Le plurilinguisme participe également beaucoup à la légende de Jan III Sobieski, le roi polonais héros de la bataille de Vienne en 1683, puisqu’on assure que sa supériorité stratégique vient notamment de sa maîtrise de la langue ottomane, censément apprise pour consulter les traités militaires de l’adversaire. Pour les correspondants de Lafayette, la facilité de la comtesse pour les langues, réelle ou non, est l’un des principaux prétextes aux compliments. On trouve plus tard, autour de Belle van Zuylen-Isabelle de Charrière, cette francophone néerlandaise qui s’installe en Suisse, des célébrations semblables.

L’étude du plurilinguisme que j’envisage est donc moins une étude strictement stylistique ou traductologique qu’une approche culturelle : elle s’intéresserait plutôt à la manière dont le plurilinguisme est pensé, représenté, débattu par les différents acteurs de l’époque que par le détail de ses manifestations textuelles. Naturellement, une étude culturelle ne saurait se passer de l’examen de ces dernières, puisque la manière dont les langues sont effectivement employées en dit long sur le gouffre qui peut séparer les prétentions, les intentions, les projets d’un côté et de l’autre les réalisations effectives. Avec toutes ces aspirations au modernisme, Costar demeure ainsi principalement un latiniste et un hellénisant. Il s’agit donc d’un travail de longue haleine, qui doit composer à la fois avec des analyses textuelles précises et le commentaire de situations plus vastes, comme celle de la modernisation de l’enseignement linguistique en Pologne, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Pour l’heure, comme on le constate, je n’en suis qu’aux travaux préparatoires, destinés à délimiter le champ d’investigation. La forme que ce projet prendra dépendra naturellement de mon futur contexte académique.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *