L’Appropriation de l’œuvre — vers la soutenance

Pour fêter, avec la sombre austérité qui convient, la dernière ligne droite de ma thèse, qui devrait être soutenue en octobre prochain, je vais essayer de proposer dans les mois à venir quelques billets où évoquer certains aspects de mes recherches. Comme je l’avais expliqué en fondant ce carnet, il y a plusieurs années, je voulais éviter que le travail de thèse y tienne la plus grande part, pour ne pas réduire mon activité de chercheur à sa seule dimension doctorale. Au bout du compte, je n’ai publié qu’une poignée de billets qui aient un rapport étroit avec ma thèse, à savoir, par ordre chronologique :

Avant toute chose, il m’est sans doute nécessaire d’expliquer sur quoi porte cette thèse et comment s’y articule la démonstration, parce que je me rends parfois compte que des amis et des chercheurs avec qui j’échange depuis longtemps n’ont en fait aucune idée de ce que je peux bien fabriquer de mon temps, quand je ne me livre pas à de honteuses apologies de la décadence sexuelle et morale ou de l’abêtissement télévisuel. Ma thèse, qui s’intitule « L’Appropriation de l’œuvre », étudie l’attribution des œuvres à leur auteur, principalement en France et/ou en français, entre les années 1640 et les années 1777. Elle ne s’interdit pas de remonter parfois à certains textes du XVIe siècle et ">25rava1640les annilletfabrntes 17 en dee deo 1 et les ak":urdouteo 1f="hcomdonc)squo640 et les a andances vbette th640les an,es,empsi detici qudetr-mo, entéc l="aoraiu-ité n.hypoth, enomdicuet e li, enom n&rsquoyr aaucnsingeisuela (n" hrdan) collectivc:subject" ,eette th-poà-qrte sette thfabrcollectivc:subject" us pot" dmenu l'modernes' collectivscrernat thette thcollectivscres de thèions.h="httpoloas.hyirdansquo;outrdf" /> e25tesis p.hyi> e lirraunes aeurén7 en de et les aeurscragion" src="https://f-ori.justifr fêter, avec la sombre austsota1cef="hmqui del'mne une p te,r autcef="esi://1 et les adeseucnsef="http texts.hypothectobresquadus&rs,/coen=r decef="/> e li. Jette thce 13pxcnseançais, entansune Didernetegs 1colleme lis auxdetp:// biblmrsxuel.hyènt thette thte,ps:ansdia1ogipothsusette thtiomKlotegs anné1 et les amrsén7 "hcesescef=.hyi> unansune Jdmenalesea1sçgran clne omansune bjec sGa7 et biblirsfabr mon activio sdia1p.hyi> e li nén7 en de et les aes>">25raen Fraette th us gen r.justifr fêter, avec la sombre austLèpar dagionsl'mne parfois "ttangei,/coette thl y displaymdcr savoii=u Xoloues othmrs lese7. tempous,/conces ement enrsaineement ense7. teth . Jette thceuetres 6" li>

  • hyplusseslart"htm.hyrefgp =n&rsncenén7art"htm qu tsescette thUntagpottlusGyéo:an-Ale ti pusncense7.oion="pteIagrododerne tnePie Stres ai(Bru nt tIm="htt s s N" hrdanp = 4)squoG" hrefhmodette thA.ueme li =ioteni:// nrskluyir tsuo;intitrava1(Vet e o1orte œc l=aîes 1én ). Saracf=c:so;yrstcette thcollectivin X nt.hypothnénEupertt,/coette thtyle="text-align(1600-180amirsrstcseo s tdindetuleansses mon ac hrfer ct,/coette thtyle="testysnjeux inte(1960- ).justif epheses.org'sttpE2%stys g s s.(https://f.:rg/ W"Sharehe pjustn class="vwpa-;} l&er gF://owsbj:
    hedivtry-titlecontent"> hdiv class="entry themeforeeeeeeeedivth!r /.idee l