Programme alternatif pour l’agrégation de lettres modernes

Le programme de l’agrégation de Lettres Modernes de 2018 fait parler de lui depuis sa parution. Les programmes d’agrégation sont toujours des occasions de commentaires plus ou moins amènes sur la manière dont le concours est géré : éditions médiocres, livres hors de prix, choix curieux, auteurs controversés, projet consensuel, il est rare que l’on n’y trouve pas à redire. La session de 2018 fait fort cependant, en ne proposant, sur les 12 œuvres considérées, aucune à avoir été écrite par une femme.

Une pétition a été lancée, qui n’est pas sans rappeler celle de Françoise Cahen en 2016 à propos des programmes de littérature du bac, et qui avait conduit à l’inscription de La Princesse de Montpensier, une œuvre présumée de Marie-Madeleine de Lafayette, au demeurant l’objet, comme La Princesse de Clèves, d’un débat d’attribution. Rappelons que les personnes qui constituent le programme de l’agrégation ne sont traditionnellement pas dénuées d’humour noir puisqu’en 2015, la question de littérature générale et comparée intitulée « La comédie, héroïsme au féminin » comportait quatre pièces, toutes écrites par des hommes. Cette année-là, d’ailleurs, le programme ne proposait qu’une seule écrivaine, avec Marguerite Yourcenar et ses Mémoires d’Hadrien.

Depuis le lancement de la pétition, on peut entendre tous les vieux arguments qui servent à décrédibiliser des revendications qui, pourtant, même si l’on faisait l’économie de toute considération féministe, relèvent d’un souci élémentaire pour la culture générale et le sacro-saint « niveau » de l’agrégation. On dit donc qu’il serait ridicule de réclamer la parité dans les programmes ou qu’il est bien difficile de trouver assez de femmes pour combler la moitié d’un programme d’agrégation. Voilà qui me parait bien curieux, dans la mesure où ce ne sont pas les outils qui manquent, de la littérature savante aux bibliographies critiques, pour aider ces âmes en détresse qui voudraient bien lire des femmes mais qui, décidément, ne savent pas où en trouver.

J’admets qu’exiger la parité dans le programme de l’année suivante, par exemple, serait une perspective bien saugrenue : pour rétablir la balance, il faudrait au contraire que pour plusieurs années le programme de l’agrégation ne fasse figurer que des femmes ou, à la rigueur, un homme par an. Pour remplacer le programme de cette année, qui fait défiler Chrétien de Troyes, Rabelais, les tragédies chrétiennes de Racine, Chénier, Flaubert et Bouvier en littérature française, Char, Lorca et Darwich pour la question « Formes de l’action poétique » et Conrad, Antonio Lobo Antunes et Simon pour « Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire », on pourrait imaginer l’alternative suivante, qui emprunte certaines des pistes suggérées par le programme originel.

Littérature française

  • Marie de France, Lais, XIIe siècle
  • Marguerite de Navarre, L’Heptaméron, 1558
  • Marthe Cosnard, Les Chastes Martyrs, 1650
  • Anne-Marie Fiquet du Boccage, La Colombiade, 1756
  • George Sand, Le Compagnon du Tour de France, 1840
  • Sylvie Germain, Cracovie à vol d’oiseau, 2000

Formes de l’action poétique

  • Madeleine Riffaud, Cheval Rouge : Anthologie Poétique (1939-1972), 1973
  • Etel Adnan, Ce Ciel qui n’est pas, 1997
  • Lucía Sánchez Saornil, Poesía, [1920-1970], 1996

Expériences de l’histoire, poétiques de la mémoire

  • Virginia Woolf, La Promenade au Phare, 1927
  • Agustina Bessa-Luís, La Sybille, [1954], 2005
  • Marguerite Duras, Hiroshima mon amour, 1960

Pareil programme appelle sans doute quelques remarques. Il faut souligner d’abord que débusquer des autrices aussi célèbres que Marie de France, Marguerite de Navarre, George Sand, Sylvie Germain, Etel Adnan, Woolf, Bessa-Luís et Duras ne demande pas un effort surhumain de l’imagination ni beaucoup d’érudition. Les œuvres d’Adnan sont même souvent éditées en bilingue français-arabe sous sa propre supervision, ce dont on ne peut que se féliciter pour un programme de littérature comparée : c’est le cas d’ailleurs pour Ce Ciel qui n’est pas. Et la Sybille de Bessa-Luís, roman marquant de la littérature portugaise s’il en est, a connu une nouvelle traduction en français au XXIe siècle.

Certaines autrices ne sont pas rééditées depuis longtemps, comme Cosnard à ma connaissance, à moins qu’elle n’ait trouvé sa place dans quelque anthologie, mais on peut exhumer facilement leurs œuvres numérisés sur Gallica, de sorte que les agrégatifs feront l’économie de leurs précieux deniers et se formeront à peu de frais aux TICE. On se reportera sinon sur le volume Théâtre de femmes de l’Ancien Régime paru en 2008 aux Publications de l’Université de Saint-Étienne sous la direction d’Aurore Evain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn.

Dans cette liste, celle qui sort du lot est probablement Lucía Sánchez Saornil, personnalité historique et littéraire essentielle pour l’Espagne, qui a notamment cofondé en 1936 Mujeres Libres, mais qui parait curieusement échapper à l’intérêt des traducteurs francophones. Gageons qu’avec la promesse d’une programmation à l’agrégation, il se trouverait bien un éditeur pour mettre la main sur l’anthologie de 1996. C’est qu’il fallait trouver une remplaçante à Lorca. Ce ne sont pas les autrices qui manquent, on l’imagine, en langue espagnole, ni d’ailleurs les outils pour stimuler l’érudition en la matière, si l’on en croit les plus de 300 pages de Women Writers of Spain: An Annotated Bio-Bibliographical Guide que Carolyn L. Galerstein édita chez Greenwood Press en 1986 ou même, plus précisément, le Spanish Women Writers and Spain’s Civil War dirigé par Maryellen Bieder et Roberta Johnson chez Routledge en 2016, justement.

Dans l’ensemble, le programme a été facile à constituer et permet d’explorer bien des aspects essentiels de la littérature de l’époque médiévale à nos jours. Il suit souvent de près ce qui était suggéré par le programme officiel. Il ne prend pas beaucoup de risques en proposant presque systématiquement des autrices très connues et bien étudiées par la critique universitaire. Je comprends néanmoins qu’il puisse susciter bien des déceptions, à cause des choix nécessaires qu’on a dû se résoudre à y opérer : c’est qu’il y a tant de femmes qui ont écrit, à ces différentes époques, qu’il a bien fallu en laisser certaines de côté.


François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *