M. van Strien-Chardonneau & M.-C. Kok Escalle, French as Language of Intimacy in the Modern Age, AUP, 2016

La semaine dernière, les Amsterdam University Press ont eu l’amabilité de me faire parvenir un exemplaire, afin que je puisse en faire la recension, de French as Language of Intimacy in the Modern Age, un ouvrage dirigé par Madeleine van Strien-Chardonneau et Marie-Christine Kok Escalle, paru en 2016. Les deux directrices avaient déjà apporté, depuis les années 1990, d’importantes contributions à l’étude du français en dehors de France à l’époque moderne. On peut en citer quelques-unes des dernières années. En 2013, M. van Strien-Chardonneau publiait avec Kees van Strien un article sur le maître de langues Étienne-Benard de Villemart, en 2010, les deux chercheuses collaboraient dans un article sur le plurilinguisme d’éducation aux Pays-Bas. En 2011, elles évaluaient la place des identités sexuées dans l’enseignement de la langue française, dans la même région et à la même époque. En 2013, toujours dans le même contexte, Kok Escalle revenait sur les répertoires de manuels d’enseignement, après avoir étudié, l’année précédente, une méthode utilisée en Perse à la fin du XIXe siècle. La plupart de ces travaux se sont inscrits dans le cadre de la Société Internationale pour l’Histoire du Français Langue Étrangère ou Seconde, la SIHFLES, et de sa revue, les Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, dans la lignée de la monumentale Histoire de la langue française (1905-1938) en onze volumes de Ferdinand Brunot, par l’intermédiaire d’André Reboullet, qui en fut l’un des membres fondateurs, en 1987.

Au début des années 2000 paraissait par ailleurs l’ouvrage de Marc Fumaroli, Quand l’Europe parlait français, qui entretenait assez largement une perspective nationale sur la diffusion du français en Europe, sensiblement corrigée en 2007 par Pierre-Yves Beaurepaire dans Le Mythe de l’Europe française au XVIIIe siècle, qui a permis de montrer que la diffusion du français et de la culture française en Europe à l’époque moderne reposait sur des phénomènes plus complexes que le simple rayonnement de la capitale. Dans l’ensemble, les études récentes ont tendu à suggérer que les différents locuteurs régionaux, hors de France, tendaient à s’approprier la langue française pour la faire répondre à un usage conditionné par leur contexte immédiat, sans nécessairement toujours regarder du côté de Paris. Il y aurait là pluralité de pratiques francophones qu’il s’agirait d’évaluer, parce que le degré de maîtrise active ou passive de la langue chez les différents locuteurs est loin de relever de l’évidence et qu’il est par conséquent souvent difficile d’estimer le genre de réceptions que peuvent connaitre des documents rédigés en français.

Il est évident que le français est alors une langue prestigieuse et une langue de l’élite, encore qu’il ne soit pas toujours facile de décrire précisément les contours de cette élite. Si le rôle du français en tant que langue de communication diplomatique, commerciale et scientifique est bien attesté, le degré d’appropriation intime de cette langue par les locuteurs hors de France restait, lui, mal connu. L’ambition de French as Language of Intimacy est d’éclairer cette appropriation intime, à travers des correspondances personnelles, des journaux et d’autres documents privés. L’ouvrage comporte neuf contributions, de la Turquie aux Pays-Bas et du début du XVIIe siècle au début du XXe siècle. En suivant la logique des éditrices, je traiterai ici d’un côté l’époque moderne et de l’autre l’époque contemporaine.

Après une introduction qui revient en détail sur l’état de la recherche en la matière1 , l’ouvrage propose ainsi quatre articles dans une première partie intitulée « From French as a Language of the Bilingual Netherlands to the ‘Language of Universality’ in a Wider Europe ». Elle se consacre en particulier aux pratiques féminines du français, souvent difficiles à évaluer à partir des sources publiées et met en évidence d’une part les moyens d’éducation et d’autre part la manifestation de la compétence linguistique dans les documents scripturaires de l’époque. Il existe, à ce titre, un vaste éventail de séquences textuelles, qui ne suggèrent pas toutes une maîtrise égale du français. Ainsi, les alba amicorum de la noblesse régionale néerlandaise autour de 1600, s’ils offrent bien des passages en français, proposent en général des expressions convenues, bien connues et somme toute assez concises, qui n’autorisent pas à supposer que leurs propriétaires aient été par ailleurs en mesure de comprendre et encore moins de produire des textes complexes et originaux2. En revanche, nombre de pratiques épistolaires attestent, elles, d’une véritable maîtrise.

Les correspondances comme les alba amicorum permettent de saisir que l’apprentissage et l’usage des langues étrangères sont conditionnés par les identités de genre, un phénomène qui est encore attesté dans les siècles qui suivent. Ainsi, les hommes sont plus susceptibles que les femmes de porter des inscriptions en langues anciennes dans les albums ou d’apprendre l’anglais, tandis que les femmes se contentent, elles, du français. Le français est appris aux enfants par des domestiques français ou, tout du moins, francophones : la fameuse méthode de la gouvernante française, sur laquelle un article de la seconde partie revient3 , associe étroitement l’apprentissage de la langue à la femme. Plus encore : ce sont les mères qui, le plus souvent, se préoccupent des progrès linguistiques de leurs enfants et les favorisent en entretenant avec eux une correspondance régulière, comme c’est le cas de Carolina van Haren avec son fils Gijsbert Karel van Hogendrop, à la fin du XVIIIe siècle4 .

Cet apprentissage intime de la langue a alors le plus souvent un objectif de formation politique : maîtriser le français, c’est maîtriser une langue diplomatique. Formation linguistique et formation sociale et politique se confondent ainsi dans la correspondance avec la mère mais il n’est pas rare que, plus tard, la langue seconde soit abandonnée au profit d’une renationalisation et d’un ré-apprentissage de la langue maternelle. Il arrive cependant que le français demeure, dans ces correspondances modernes, une langue essentiellement intime, comme dans les cas de la comtesse d’Albany5 et de Giustiniana Wynne6 . Cet usage intime représente une appropriation pleine de la langue française mais il n’en répond pas moins à un autre construction socio-linguistique : celle du français comme langue de la séduction érotique. Les situations d’alternance codique sont ici particulièrement significatives, où le français n’est utilisé que ponctuellement, pour souligner la vivacité d’un récit destiné à susciter l’intérêt de l’amant éloigné.

Ces phénomènes continuent à s’observer à l’époque suivante mais les problématiques nationales y prennent peut-être plus d’importance : c’est ce qu’examinent les quatre contributions de la seconde partie, intitulée « The Use of French as a Second Language: From Continuity to Geographical Growth (Nineteenth and Twentieth Centuries) ». On y observe notamment la diffusion du français en Turquie, à travers les exemples de Tevfik Rıza Bey7 et Izzet Melih Devrim8 . En Turquie, si le français peut être une langue de l’intime, c’est qu’il est réservée à une toute petite partie de la population, surtout à l’époque où l’alphabet arabe est encore en usage. Pour l’auteur des Gallipoli Diaries, c’est un moyen de consigner, en pleine guerre, ses pensées personnelles et d’échanger avec une épouse tendrement aimée, sans craindre d’être compris des autres. Ici aussi cependant, l’intime est inextricablement lié au politique et, dans Leïla, ce qui s’exprime, c’est la tension entre deux modes de vie, entre la France et la Turquie. Pour l’auteur bilingue, comme dans le cas des re-nationalisations linguistiques personnelles de l’époque moderne, le rapport intime à une langue seconde pose des problèmes identitaires et invite à des retours réflexifs sur les pratiques socio-culturelles nationales.

Le français est alors une langue de l’exploration de soi, qui sert de miroir à une culture nationale avec laquelle elle permet de prendre de la distance : langue d’éducation, elle peut demeurer, tout au long de la vie, une langue de formation, nourrie par des références littéraires. C’est ce qui se passe pour Harco Hora Siccama9 et pour Olga Davydova10 qui, l’un comme l’autre, et à l’instar des écrivains turcs francophones, se constituent dans l’intime à travers un rapport avec la littérature française.

L’article de Michèle Debrenne sur Olga Davydova est par ailleurs d’un singulier intérêt méthodologique. En cherchant à évaluer le type de bilinguisme de l’autrice, à partir de la catégorie de bilinguisme pur de Lev Scherba, Debrenne compare les fautes de français de Davydova à un vaste corpus de fautes collecté auprès des étudiants de français russes de Moscou. Elle montre que les fautes d’Olga Davydova sont plus proches des fautes commises par les locuteurs français natifs que par les locuteurs russes qui apprennent le français, ce qui atteste de la maîtrise de l’autrice. Elle met aussi en évidence l’évolution de cette maîtrise au cours de la vie, en fonction du temps que Davydova consacre à différentes pratiques linguistiques, comme la lecture et l’écriture en français. De la même manière, on trouvera dans d’autres articles l’exemple de fautes d’orthographe phonétiques, qui témoignent d’une pratique d’abord orale de la langue. L’examen détaillé des variations par rapport aux normes orthographiques et syntaxiques permet donc de tirer d’utiles conclusions sur les pratiques linguistiques des individus, y compris à l’oral, à partir des documents du corpus.

Dans l’ensemble, French as Language of Intimacy propose d’excellentes études de cas qui offrent une démonstration concrète de l’intérêt de l’étude des corpus intimes pour l’évaluation des compétences linguistiques. Il reste donc à compléter cette collection d’essais par une recherche de synthèse, susceptible de s’inspirer des méthodes développées dans certains articles et qui puisse rendre compte du phénomène dans son ensemble. Il serait également souhaitable que la diffusion du français soit mise en perspective avec celle d’autres langues : le cas de la Turquie invite à s’interroger sur la place de l’arabe et de son alphabet, celui des Pays-Bas sur celle des différentes formes de l’allemand au cours de la période et celui de la Russie, bien entendu, sur la russe. De nombreux articles font par ailleurs état, de manière allusive, d’une compétition entre le français, l’anglais et l’allemand au cours de l’époque moderne et au XIXe siècle, qui reste à étudier pour elle-même.

Il est en tout cas certain, à la lumière de pratiques très diverses, de situations étroitement conditionnées par leur contexte national, de la concurrence linguistique et des désirs de re-nationalisation par le retour à la langue maternelle que l’idée d’une Europe française est une vue de l’esprit, peu propre à rendre compte de la réalité de documents qui décrivent des situations complexes et souvent ambiguës.

  1. Madeleine van-Strien Chardonneau et Marie-Christine Kok Escalle. « Le français langue seconde, langue de la relation intime, de la relation à soi et à l’autre ». 21-45. []
  2. Sophie Reinders. « Vertu versus Deugd : Noble Women and the French Language in Eastern Netherlands around 1600 ». 47-66. []
  3. Michèle Debrenne. « The French Language in the Diaries of Olga Davydova. An Example of Russian-French Aristocratic Bilingualism ». 125-142. []
  4. Madeleine van Strien-Chardonneau. « Correspondance de Gijsbert Karel van Hogendorp (1762-1834) avec sa mère Carolina van Haren (1741-1812). Une formation morale, intellectuelle et sociale par le biais du français langue seconde ». 67-86. []
  5. Francesca Piselli. « Le français langue de l’intime dans la correspondance de la comtesse d’Albany ». 87-106. []
  6. Nancy Isenberg. « Seduction, Introspection, Experimentation. The Epistolary Code Switching of Giustiniana Wynne ». 107-122. []
  7. Hanife Güven et Devrim Çetin Güven. « ‘Intimate’ Notes from Hell. Gallipoli Diaries by Tevfik Rıza Bey (1914-1916) ». 165-186. []
  8. Banu Öztürk. « Writing in French. Izzet Melih Devrim (1887-1966) and his Leïla (1912) ». 187-204. []
  9. Marie-Christine Kok Escalle. « Les Souvenirs du jeune Harco Hora Siccama (1854-1858). De l’exercice de style à l’expression de soi ». 143-164. []
  10. Michèle Debrenne. « The French Language in the Diaries of Olda Davydova. An Example of Russian-French Aristocratic Bilingualism ». 125-142. []

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 mars 2017

    […] Van Strien-Chardonneau, Madeleine et Marie-Christine Kok Escalle (édit.), French as Language of Intimacy in the Modern Age. Le français, langue de l’intime à l’époque moderne et contemporaine, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2017, 238 p. Compte rendu : <http://contagions.hypotheses.org/951&gt;. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *