Quelques cas d’agents secrets à l’époque moderne

Ces derniers temps, j’ai travaillé sur l’édition de Kehl, une vaste entreprise d’impression des œuvres complètes de Voltaire, sous la direction de Beaumarchais et Condorcet. C’était pour moi l’occasion de me replonger dans les détails de la biographie de Beaumarchais, dont le nom reste associé, dans les manuels scolaires, à de grands succès théâtraux comme Le Barbier de Séville ou Le Mariage de Figaro mais dont les autres activités sont généralement moins bien connues. Pourtant, Beaumarchais est aussi un homme d’affaires, c’est-à-dire un entrepreneur et un spéculateur financier. Pour éditer Voltaire, par exemple, au lieu de collaborer avec un imprimeur déjà bien installé, il monte une société typographique qu’il installe finalement à Kehl, une forteresse qu’il loue pour vingt ans, avant de démonter ses ateliers et de poursuivre son activité à Paris. Après l’incendie chez son papetier fournisseur, il achète ses propres moulins à Arches. Son inventaire après décès, publié chez Champion en 1997 par Donald C. Spinelli, établi le 23 octobre 1800, soit un peu plus d’un an après sa mort, le 18 mai 1799, fait encore état d’une vaste collection de matériel typographique.

Les activités de Beaumarchais ne se limitent pas, loin de là, aux seules affaires éditoriales et littéraires, puisqu’il trafique des armes, d’abord pendant la Guerre d’Indépendance aux États-Unis, grâce à une société fantôme, puis, avec beaucoup moins de succès, pendant la Révolution. Il spécule à la hausse et à la baisse sur la Caisse d’escompte, sur les piastres et sur le foncier américain. Ses relations internationales et son sens de la négociation font de lui un instrument privilégié par le pouvoir monarchique, à moins que le pouvoir monarchique ne soit un instrument de Beaumarchais. Quoi qu’il en soit, dans les années 1770, Beaumarchais est recruté par le Secret du Roi, cabinet noir de diplomatie parallèle bâti par Louis XV, dont l’agent le plus célèbre demeure le chevalier d’Éon.

Dans un article de 2003, « Le Secret du roi ou l’histoire d’une sottise »1, dont l’impartialité n’est peut-être pas la qualité première, François Monnier rappelle que l’efficacité de ce réseau d’espions et de diplomates officieux demeure difficile à évaluer et que sa composition est pour le moins hétéroclite. Le Secret du Roi précède de beaucoup la professionnalisation contemporaine des services de renseignement et si certains agents, comme le chevalier d’Éon, peuvent à bon droit être considérés comme des experts du domaine, d’autres, comme Beaumarchais, sont plutôt des recrues de circonstance. Du reste, à strictement parler, la carrière de Beaumarchais au sein du Secret du Roi est de brève durée, puisqu’il paraît le rejoindre en 1774, peu avant la mort de Louis XV. Or, Louis XVI dissout le cabinet noir à son arrivée au pouvoir.

Beaumarchais s’est acquis une réputation cependant et, l’année suivante, Louis XVI le charge de régler une nouvelle affaire. Entre 1774 et 1775, l’activité de Beaumarchais en tant qu’agent secret de la monarchie semble avoir essentiellement constitué en la traque de libelles et de leurs auteurs, puisque le 30 novembre 1774, il écrit à Sartine, qui vient de quitter la fonction de lieutenant-général de la police, après avoir été nommé ministre de la Marine par le nouveau souverain, qu’il a été « trompé, volé, assassiné, emprisonné »2 au cours de ses aventures. Il parvient en tout cas à prouver sa valeur et à se faire confier le trafic d’armes secret à destination des Colonies, quand la Guerre d’Indépendance éclate outre-Atlantique.

La situation de Beaumarchais, pour exceptionnelle qu’elle soit, n’est cependant pas un exemple unique et l’époque moderne connait d’autres cas de littérateurs engagés en qualité d’agent secret par des puissances politiques. Rappelons du reste que le chevalier d’Éon est d’abord historien et censeur royal, dans les années 1750, avant de se lancer dans les aventures. Mais c’est Aphra Behn qui présente, au XVIIe siècle, l’un des cas les plus remarquables. Celle qui est souvent tenue pour la première femme de lettres professionnelle de langue anglaise et qui, après avoir été oubliée longtemps par la critique, jouit depuis quelques décennies d’un renouveau d’intérêt, fut dépêchée en 1666 à Anvers par Charles II.

Dans le contexte de la deuxième guerre anglo-néerlandaise, qui dure de 1665 à 1667, Charles II craint des attentats sur sa personne de la part des Anglais exilés aux Pays-Bas. À Anvers, Aphra Behn est chargée d’entrer en contact avec le fils de Thomas Scot, qui avait été exécuté en 1660 pour avoir participé au complot régicide contre Charles I. En offrant à William Scot la perspective de s’associer à une personne proche de Charles II et donc d’obtenir des informations sur la cour anglaise, Aphra Behn avait pour mission de transformer Scot en agent double, pour obtenir à son tour des informations sur les actions préparées par les expatriés. Elle devait ainsi devenir l’agent de liaison de William Scot avec la couronne britannique, perspective peu attirante à double titre : d’une part, sa propre situation était précaire et mal soutenue par Charles II et d’autre part, Scot supporte mal son rôle d’agent double, au point que sa nervosité fait courir un danger à toutes les parties impliquées. Behn parvient tout de même à quitter les Pays-Bas mais son expérience la laisse amère.

Maev Kennedy exposait récemment dans The Guardian le cas de Costantino de’ Servi, un artiste florentin adepte des voyages qui aurait pu servir d’espion pour les Médicis. On pouvait déjà suspecter l’implication de Costantino de’ Servi dans l’évasion de Vanini de la prison Gatehouse à Londres, en mars 1614, alors que celui-ci venait de recevoir, en 1613, l’autorisation papale de réintégrer l’Église catholique. En 2002 en effet, Francesco Paolo Raimondi avait évoqué dans un article la déposition de Servi, ordonnée par l’archevêque de Canterbury3. Dans la déposition retranscrite par Raimondi, Costantino de’ Servi s’explique tout innocemment de la curieuse coïncidence qui lui fait rencontrer Vanini plusieurs fois dans les jours qui précèdent l’évasion. Servi répond qu’il était venu visiter un ami à lui, Santolino, et que ce n’est que par hasard qu’il a adressé la parole à Vanini.

Sans un examen précis de la situation, il est difficile d’estimer la part prise par Costantino de’ Servi à l’évasion de Vanini. En vérité, les documents manquent souvent pour cerner les circonstances exactes de ces différentes missions. Dans les cas de Beaumarchais et de Behn, par exemple, l’on est souvent contraint de se reposer sur les témoignages personnels de deux écrivains, qui ne les donnent parfois que de manière rétrospective. Nous manquons par ailleurs d’une définition opératoire de ce que serait un espion ou un agent secret à l’époque moderne. Le cas de Marie-Madeleine de Lafayette en offre une utile illustration.

Entre 1675 et 1686, l’auteure présumée de la Princesse de Clèves est en correspondance avec Madame Royale, c’est-à-dire Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie-Nemours, qui en 1675, à la mort de Charles-Emmanuel II, assure la régence de la Savoie. La famille de Marie-Madeleine de Lafayette était attachée à la maison de Savoie de longue date puisque Renaud de Sévigné, le second époux de sa mère et l’oncle par alliance de la célèbre épistolière, correspondait déjà avec Christine de France, mère de Charles-Emmanuel II, qui fut elle aussi régente de Savoie. Or, la correspondance de Renaud de Sévigné suggère qu’il fournit à la Maison de Savoie des informations régulières sur la situation de la Cour de France et qu’il l’assiste en sous-main dans ses relations diplomatiques.

Lafayette hérite donc d’une relation de clientèle familiale qui fait de facto d’elle un agent de Madame Royale à Paris, une tâche dont elle s’acquitte, autant qu’on puisse en juger, avec régularité pendant de nombreuses années, à une époque où les relations de Madame Royale à la France sont tendues. Il ne parait pas que les rapports de Lafayette et la Maison de Savoie soient publics mais rien ne permet de dire non plus qu’ils soient secrets et, par sa position à la marge de la société de cour, Lafayette n’est guère en mesure de fournir des informations tout à fait confidentielles. Il faut bien avouer cela dit que la catégorie « agent peut-être secret non criminel » n’est pas aussi romanesque que la perspective d’une romancière espionne.

*

L’évocation rapide de ces quelques cas permet de comprendre que les profils des artistes agents secrets à l’époque moderne sont très variés et que les limites des catégories qui servent à les définir sont floues. Je ne crois pas que personne ne se soit intéressé à cette situation particulière en tant que telle : les cas particuliers sont étudiés parfois avec détail mais, souvent, comme pour Lafayette, c’est l’évocation d’une activité rapidement qualifiée à l’aune de catégories anachroniques qui sert à résumer une situation complexe dont les mécanismes échappent pour une part à la comparaison.

Comprendre les liens apparemment répétés entre espionnage, renseignements et activités littéraires tout au long de l’époque moderne exigerait ainsi une recherche collective plus ambitieuse que de simples études de cas. Il s’agirait de comprendre qui accepte et pour quelles raisons de mener des missions secrètes, de cerner l’organisation spécifique de ces activités ou bien la manière dont elles se fondent dans des relations plus générales et d’éclairer enfin, dans les cas nous venons d’évoquer, le rapport entre activité de renseignement et activité culturelle.

  1. La Revue administrative 333 (2003) : 235-240 []
  2. Janette C. Gatty. Beaumarchais sous la Révolution. L’affaire des fusils de Hollande. Leiden : E. J. Brill, 1976. 12. []
  3. Francesco Paolo Raimondi. « Le retour de Vanini dans le monde catholique à la lumière de nouveaux documents londoniens ». La Lettre Clandestine 11 (2002) : 136-160. []

François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *