Savoirs antiquisants dans les séries télévisées

Le mois dernier, l’association Antiquipop, dédiée à l’étude des références à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine, a annoncé sur son carnet le programme de ses activités pour l’année 2016-2017. En juin dernier, sur le même carnet, Fabien Bièvre-Perrin avait consacré un billet à Penny Dreadful, une série de John Logan, qui avait été aussi le scénariste du Gladiator de Ridley Scott et du Coriolanus de Ralph Fiennes. Alors qu’Antiquipop prépare un billet sur la place des représentations antiques chez Justin Bieber, je propose de revenir ici sur un aspect peu exploré de la présence de l’Antiquité dans la culture populaire et en particulier dans les séries télévisées : la représentation que celles-ci donnent des antiquisants, de leurs savoirs et de leur pertinence pour la société actuelle.

Rappelons encore une fois que l’étude de l’Antiquité dans les séries télévisées est depuis longtemps un aspect important de recherches thématiques. Au début du mois de décembre, j’évoquais par exemple dans mon billet sur la Révolution Américaine dans la fiction télévisée l’article de Fiona Hobden sur Pompéi et Doctor Who, paru dans Greece & Rome. L’étude de l’Antiquité ne se résume ainsi pas à l’examen de la série Rome, même si celle-ci a suscité beaucoup d’attention de la part de la critique. On peut accéder facilement en ligne, par exemple, à l’article sur l’incipit et à celui sur la guerre de Gaules de Julie Gallego ainsi qu’à celui de Vivien Bessière, parus dans TV Series, une revue de référence. Il existe, au-delà de Rome, un certain nombre de recherches sur la place de l’Antiquité en dehors du champ de la fiction historique.

L’exemple le plus connu en dehors du cercle des spécialistes d’études télévisuelles est probablement, en France, l’Homère et Dallas. Introduction à une critique anthropologique de Florence Dupont, paru en 1991 chez Hachette et réédité en 2005 chez Kimé. On peut trouver d’autres tentatives significatives de se servir de la culture antique comme cadre de lecture pour la série télévisée en général ou telle série en particulier. On peut lire par exemple l’article de C. W. Marshall dans Slayage, qui se propose de comparer Buffy the Vampire Slayer à l’Énéide. Il faut sans doute rappeler ici que Slayage, le journal académique dédié à l’étude du Whedonverse est un hériter des articles de Whoosh!, le site de l’International Association of Xena Studies, consacré à la série Xena: Warrior Princess et, dans une moindre mesure, à Hercules: The Legendary Journeys, à ne pas confondre avec la série d’animation de Disney, Disney’s Hercules: The Animated Series. Rhonda V. Wilcox signale l’influence de Whoosh! sur Slayage dans son article sur l’étude de Buffy. Le fantastique et la science-fiction fournissent pour une bonne part à la présence de l’Antiquité à la télévision. Il existe d’autres modes de rencontre entre savoir sur l’Antiquité et série télévisée et on lira avec intérêt le billet de Maël Goarzin sur « Le choix de vie dans les séries TV », publié en octobre dernier sur son carnet Comment vivre au quotidien ?

Les lecteurs réguliers de ce carnet savent que je me suis penché moi-même à plusieurs reprises sur la question. L’un de mes tout premiers articles, en 2012, était consacré à l’étude de la présence du mythe herculéen dans trois séries américaines et j’ai développé la question du mythe comme structure analytique de la série télévisée dans une conférence donnée au séminaire Mythes & Séries organisé par le CRI de Grenoble. En 2013, j’avais identifié trois modes de lecture antiquisants pour la série télévisée, dans une conférence donnée à l’université Paul Valéry de Montpellier, au département de langues et littératures anciennes. La série télévisée peut être un thème, évoqué ou représenté, comme dans les séries historiques, un imaginaire sans précision documentaire ou historique et enfin une grille d’analyse théorique et formelle. En 2014, j’ai donné un nouvel exemple d’application de cette dernière catégorie dans mon article sur l’épopée et le romanesque dans Doctor Who, paru dans Héros voyageurs & Constructions identitaires, aux Presses Universitaires de Perpignan, à l’issue d’un colloque d’antiquisants. La même année, j’avais proposé sur ce carnet une brève note sur « L’Antiquité et le Moyen-Âge dans les jeux de société contemporains » et j’étais enfin revenu, l’année dernière, en 2015, dans une note de synthèse, sur la place de l’Antiquité dans les séries télévisées.

Ces derniers mois ont suscité un certain nombre de discussions non seulement sur la place de l’histoire mais sur le rôle de l’historien dans les débats contemporains et c’est pourquoi il ne me parait pas inutile de réfléchir à l’image que la fiction télévisée peut donner de celles et ceux qui ont un savoir sur l’Antiquité. Je propose de revenir ici sur trois figures d’antiquisants dans les séries télévisées : deux sont très connues et sont présentes dans des genres ou des univers où on peut les attendre naturellement, la troisième offre une perspective plus inattendue sur l’intérêt des savoirs antiquisants dans le monde contemporain. Toutes ont en commun l’idée que l’activité d’antiquisant, à la fois par son contenu et par ses méthodes, présente d’importants profits dans notre société actuelle.

Daniel Jackson dans Stargate SG 1

La série Stargate SG-1, tirée en 1997 du film de 1994 et diffusée jusqu’en 2007, est l’une des séries de science-fiction les plus longues de l’histoire de la télévision mondiale et elle s’inscrit par ailleurs dans une franchise multimédia prolifique. Elle évoque les aventures d’équipes militaires américaines, pour l’essentiel, qui visitent différentes planètes de la galaxie grâce à la Porte des Étoiles, un artefact de transport construit par une civilisation ancienne et retrouvé en Égypte. La série suggère que les dieux égyptiens sont en réalité des larves extraterrestres qui parasitent des corps humains pour assouvir leurs ambitions tyranniques. L’égyptologie en particulier et les sciences de l’Antiquité en général constituent dès lors des instruments particulièrement utiles pour les explorateurs, parce qu’elles leur permettent de mieux comprendre l’histoire et le mode de pensée de leur ennemi galactique mais aussi de mettre au jour de puissants artefacts.

Daniel Jackson est l’un des personnages principaux du film et de la série. Interprété par Michael Shanks à partir du lancement de Stargate SG-1, Daniel Jackson est l’antiquisant de service. Ses deux parents sont des archéologues égyptologues, tout comme l’un de ses grands-pères. Titulaire d’un doctorat, vraisemblablement en archéologie, spécialiste de l’Égypte ancienne, Daniel Jackson est aussi un linguiste d’exception, tant pour les langues vivantes qu’anciennes, et extraterrestres que terrestres. Il est le versant SHS des scientifiques de l’équipe SG-1, qui compte par ailleurs Samantha Carter, une pilote de l’Air Force titulaire d’un doctorat en astrophysique. Les connaissances encyclopédiques de Jackson lui confèrent un rôle diplomatique par excellence lorsque l’équipe d’exploration rencontre des populations humaines sur d’autres planètes. Ces populations, qui sont parfois des représentations de sociétés antiques ou médiévales, ne sont comprises que par le prisme des savoirs antiquisants de Jackson.

Jackson n’est pas le seul archéologue de la fiction télévisuelle. Dans Relic Hunter, par exemple, une série diffusée de 1999 à 2002, l’archéologue et anthropologue Sydney Fox parcourt le monde pour découvrir des artefacts antiques qu’elle remet ensuite au musée de son université de rattachement. Les péripéties de Sydney Fox sont marquées par l’influence d’Indiana Jones, qui apparait lui-même dans la brève série The Young Indiana Jones Chronicles, entre 1992 et 1993. Sydney Fox et Indiana Jones sont des incarnations du trope de l’archéologue aventurier/Adventurer Archeologist, dont Daniel Jackson constitue une variation sensible. Chez Jackson, par exemple, les prouesses physiques sont accessoires et la responsabilité de l’action aventurière est d’abord déléguée aux autres personnages de l’équipe. Si Jackson rassemble des artefacts et les étudie, ce qui constitue du reste la justification militaire de sa présence au sein de l’unité, son rôle est celui d’intermédiaire culturel.

Daniel Jackson, explicitement dans son discours propre et implicitement dans la représentation qui est offerte de lui par la série, développe un propos humaniste sur les sciences antiquisantes : la connaissance de l’antiquité serait d’abord une connaissance culturelle et, à travers l’étude de la diversité historique et géographique des civilisations, l’archéologue aurait accès aux concepts fondamentaux de l’humanité, transposables aux interactions les plus nouvelles et les plus inattendues, y compris avec les civilisations non-humaines. Au-delà de l’actualité meurtrière du passé dans Stargate SG-1, où les dieux égyptiens se promènent avec de dangereux lasers parce qu’ils sont rendus fous par leurs super-sarcophages, son étude archéologique et linguistique a une valeur en tant que telle, une valeur spirituelle.

La série propose ainsi de manière implicite une résolution humaniste plutôt que techno-scientifique du problème du contact avec les civilisations extraterrestres. En février 2015, lors du congrès de l’Association for the Advancement of Science, le consensus en SETI a été réaffirmé, selon lequel tout message humain à destination des civilisations extraterrestre doit faire l’objet d’une discussion scientifique, politique et humanitaire mondiale, en raison de ses implications potentiellement dévastatrices. Jusqu’à présent, la discussion des différentes solutions au paradoxe de Fermi, y compris dans leurs aspects culturels, a surtout été menée par des physiciens. À travers le personnage de Daniel Jackson, Stargate SG-1 suggère au contraire que les archéologues pourraient être les mieux placés pour méditer cet aspect du problème.

Josiah Bartlet dans The West Wing

J’ai beaucoup parlé ici de The West Wing dans le cadre de ma série de billets sur Gouverner l’Amérique. Cette série politique évoque les deux mandats présidentiels de Josiah Bartlet, un président Démocrate fictif et idéal. Doué d’une vaste intelligence, Bartlet est titulaire d’un bachelor degree en études américaines et en théologie catholique de l’université de Notre Dame, ainsi que d’un master et d’un doctorat de la London School of Economics puis d’un prix Nobel d’économie. Si Bartlet n’est pas un professionnel de l’Antiquité, il en est en revanche un admirateur fervent. Cette admiration et un solide catholicisme l’ont par exemple poussé à l’étude approfondie de la langue latine, qu’il parait capable de parler couramment, de traduire à la volée et de commenter.

L’acquisition et la rétention de langues anciennes sont des thèmes fréquents de la fiction télévisuelle. La question est souvent évoquée dans Buffy, notamment avec le latin et le sumérien, ainsi que dans Supernatural. Dans The X-Files, Dana Scully est capable de puiser dans ses lointains souvenirs de grec ancien pour traduire à la volée un apocryphe biblique, dans « Hollywood A.D. ». Cependant, la langue ancienne est toujours une langue morte et scripturale, intéressante précisément en cela qu’elle est mystérieuse voire originelle et magique. Ainsi le latin et le sumérien, dans Buffy, sont des langues de sortilèges et la compétence linguistique dans les langues anciennes est rapprochée de la connaissance des langues démoniaques. À travers l’opposition entre antique et contemporain se joue alors l’opposition entre magie et technologie, croyances mystiques et raison.

Pour Bartlet en revanche, la langue antique est une langue vivante, une langue qui se parle par exemple à haute voix dans le dialogue avant Dieu, même en dehors du style formulaire de la liturgie, dans l’épisode « Two Cathedrals ». La culture latine est aussi une référence constante : les débats de l’élection présidentielle sont comparés, en leur défaveur, au débat sénatorial de 63 sur l’exécution des conjurés de Catilina et le devoir de représailles des États-Unis après une attaque sur leurs citoyens est mis en rapport avec la protection dont jouissaient les citoyens romains sur tous les territoires de l’empire colonial. Le président se réjouit aussi de lire au coin du feu, pendant les fêtes, des fables antiques, une distraction sur laquelle il est vrai que les autres personnages ont des sentiments assez différents. La série comporte encore, à travers d’autres personnages, des discussions sur l’actualité de la philosophie et de la théologie judaïques antiques.

La situation n’a rien de surprenant puisqu’il est notoire que l’Antiquité joue un rôle de premier plan dans l’imaginaire révolutionnaire américain. En 1994, Carl Richard faisait paraître aux Harvard University Press une étude de référence intitulée The Founders and the Classics: Greece, Rome, and the American Enlightenment. On peut encore citer parmi les études majeures les Classical Traditions in Early America, un collectif dirigé par John William Eadie en 1976 aux presses de l’Université du Michigan ainsi que, dans les années 2000, les deux ouvrages de Caroline Winterer, The Culture of Classicism: Ancient Greece and Rome in American Intellectual Life, 1780-1910 (Johns Hopkins University Press, 2002) et The Mirror of Antiquity (Cornell University Press, 2007). Jed Bartlet, comme je l’ai expliqué dans mon billet sur la Révolution américaine, est construit comme un Père Fondateur et lié à la Révolution par plusieurs particularités biographiques. Le latinisme vient s’ajouter à cette construction du personnage.

Cette représentation du savoir antiquisant participe à une valorisation extrême des sciences humaines et sociales dans The West Wing : la culture et l’éducation humaniste sont les fondements du bon gouvernement. Quoique le président se défende souvent d’être un snob élitiste dans sa vie personnelle, il est toujours évident que diriger un pays exige selon lui une culture étendue, en même temps que de solides compétences scientifiques. De façon remarquable, Bartlet témoigne toujours de son savoir d’économiste avec prudence et indécision, alors que son savoir d’antiquisant, lui, est sans cesse représenté comme l’un des deux socles de sa réflexion morale, avec le catholicisme. Reste que cette représentation positive n’est pas sans nuance, puisque le latinisme du président le distingue des autres personnages et creuse la distance personnelle et intellectuelle qui les sépare, ce qui n’est pas toujours profitable.

Ruth Evershed dans Spooks

Ruth Evershed est l’un des personnages principaux de la remarquable série d’espionnage britannique Spooks, qui se concentre sur les activités d’une cellule du MI5. Ruth est une analyste qui intègre l’unité après avoir exercé au GCHQ, où elle a débuté sa carrière, après des études de culture antique au Corpus Christi College d’Oxford. Elle représente une variation exceptionnelle sur le personnage de l’analyste, de plus en plus présent dans les séries d’espionnage du XXIe siècle. Comme de nombreux analystes stars, Ruth est douée d’une intelligence exceptionnelle mais celle-ci s’exprime moins dans une approche scientifique des données et des télécommunications que dans des connaissances encyclopédiques des cultures classiques d’Europe, du Moyen-Orient et d’Asie et des compétences supérieures en interprétation de texte.

Avec Daniel Jackson, Ruth Evershed est l’un des rares exemples de génies littéraires et historiques à la télévision, qui ne soient pas des poètes maudits ou tourmentés mais des agents efficaces d’une entreprise collective et contemporaine. Alors que le génie scientifique est un pilier de la fiction d’espionnage, que l’on retrouve par exemple sous les traits de Marshall Flinkman dans Alias, le génie littéraire est beaucoup plus rare et souvent présenté sous les traits de l’artiste excentrique. Ruth Evershed, elle, n’a rien d’excentrique, bien au contraire : la quarantaine, elle mène une vie de célibataire rangée, seule avec son chat, et en dehors de sa profession, son quotidien est sobre pour ne pas dire morne, sauf quand elle décide de s’inscrire à une chorale ou de déjeuner seule dans un restaurant. Son intelligence n’est d’ailleurs pas brillante et il faut de nombreux épisodes aux téléspectateurs et à ses collègues pour mesurer l’étendue de ses compétences et notamment la profondeur de ses connaissances linguistiques.

Ce n’est pas que les connaissances littéraires et historiques soient ordinairement absentes de la fiction d’espionnage. Arvin Sloane et Irina Derevko, dans Alias, à travers leur obsession commune pour un personnage inspiré de Léonard de Vinci, témoignent tous les deux de vastes connaissances historiques. Ils restent des exemples isolés cependant et leurs compétences sont documentaires. L’efficacité de Sloane et de Derevko repose d’avantage sur leurs connaissances scientifiques et l’intérêt qu’ils portent à Milo Rambaldi, le Léonard de Vinci de la série, nait de l’incroyable avance technologique de ce savant de l’époque moderne.

À ma connaissance, Evershed est le seul personnage de série d’espionnage dont l’efficacité contemporaine repose majoritairement sur des méthodes et des connaissances antiquisantes. On pourrait arguer que Cathy Gale, la partenaire de Steed dans The Avengers, constitue, avec son doctorat en anthropologie, un exemple précoce et lointain de cette situation mais, en vérité, ce sont plutôt les performances martiales de Gale qui la poussent dans les aventures. Ruth Evershed représente donc une réponse unique à l’opposition entre les sources technologiques et les sources humaines de renseignements et un point de vue sur les critiques adressées aux efforts disproportionnés pour privilégier les premières sur les secondes. Dans son ensemble, la série Spooks suggère que l’espionnage repose d’abord sur l’HUMINT et qu’une approche purement technologique des problèmes est peu à même de les résoudre. Du point de vue du style, elle s’inscrit dans le courant que l’on pourrait appeler « low-tech espionnage fiction », dont le Spy Game de Tony Scott constitue un bon exemple, à la différence de franchises comme James Bond et Mission Imposible ou bien de séries comme Alias et Totally Spies.

Au-delà de la question purement contemporaine du rôle de l’interprétation historique et littéraire dans la gestion des connaissances à l’ère du traitement informatique, Ruth Evershed se distingue par sa capacité à adopter, à cause de sa formation, un regard inédit à la fois sur les affaires qui lui sont présentées et sur le milieu dans lequel elle évolue. Or, comme chez Daniel Jackson, cette aptitude ne relève pas seulement d’une qualité morale, qui préserve l’intégrité de l’équipe et de sa mission, comme une bonne conscience ou un ange gardien, mais bien d’une capacité opérationnelle qui favorise la réussite des entreprises d’espionnage ou, dans le cas de Jackson, d’exploration militaire.

*

Dans l’ensemble, la représentation des savoirs antiquisants dans les séries télévisées est pensée pour être extrêmement positive, ce qui ne veut pas toujours dire qu’elle le soit. Il y a une différence en effet entre les intentions positives de personnages comme Sydney Fox qui sont, sans ambiguïté, des héros de l’histoire, et les effets de cette réception dans l’imaginaire collectif, effets du reste notoirement difficiles à évaluer. Certaines de ces représentations trouvent leur place dans des genres et des univers qui accueillent traditionnellement les références à l’antique, comme la science-fiction ou la pensée politique américaine, tandis que d’autres se trouvent dans des contextes plus surprenants, comme la fiction d’espionnage. Toujours est-il que, dans l’immense majorité des cas, la vision humaniste des savoirs antiquisants prédominent : connaître et travailler l’Antiquité, c’est être en mesure d’agir plus efficacement et plus moralement sur le monde présent et futur, parce que le travai d’antiquisant n’est pas seulement une accumulation encyclopédique de savoirs et une méthode interprétative des documents mais aussi une formation morale.


François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 10 janvier 2017

    […] de Desbarats sur la place de la référence antique dans la série, que j’ai évoquée en décembre dernier, je ne suis pas sûr que le glamour soit nécessairement le sujet le plus brûlant de The West […]

  2. 19 janvier 2017

    […] Savoirs antiquisants dans les séries télévisées François-Ronan Dubois, Contagions, 19 décembre 2016 > http://contagions.hypotheses.org/931 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *