Préciosité vs. Galanterie

Il y a deux semaines, Caroline Muller du carnet Acquis de conscience était aux commandes du compte Twitter collaboratif En Direct du Labo pour y exposer son expérience au sein de l’université et différents aspects de son sujet de recherches. Comme on pouvait s’y attendre, le sujet de l’histoire du genre et de la sexualité a donné lieu à un spectaculaire lâché de trolls, tous plus hirsutes les uns que les autres. Il a néanmoins soulevé une question intéressante et récurrente qui, au-delà des acrimonies micro-bloggantes, aboutit à des prises de position très différentes chez les historiens et les littéraires. Cette question, c’est celle de l’usage ou non de catégories endémiques pour faire l’histoire des mentalités passées. Je propose de revenir ici sur un petit débat qui a agité et continue d’agiter, parfois, les spécialistes de la littérature française du XVIIe siècle : celui de la préciosité et de la galanterie.

L’histoire littéraire de l’époque moderne est un exercice notoirement compliqué, en particulier pour ce qui est de la définition des mouvements et des périodes. Au-delà des problèmes pour ainsi purement documentaires, comme l’établissement des textes ou des attributions, que j’ai évoqués par exemple pour La Princesse de Clèves, et au-delà des oppositions idéologiques et religieuses, l’interprétation des logiques hypothétiquement à l’œuvre à tel ou tel moment font l’objet de débats féroces. L’un de ces débats, par exemple, consiste à savoir quand commence et quand finit le classicisme. Si l’on se tourne vers Wikipédia, on trouvera que le classicisme débute en 1660 et finit en 1715 mais d’autres historiens peuvent adopter une définition (beaucoup) plus large. Pour ma part, ainsi, je considère que le classicisme commence dans les années 1640 et 1650 et se termine dans les années 1780 et 1790.

Un autre de ces débats célèbres porte sur le baroque, sur son existence ou non, sur ses limites géographiques et temporelles et sur ses caractéristiques, autant de discussions sanglantes et, parfois, comme le suggérait il y a quelques années Gregg Lambert en introduction de son Return of the Baroque in Modern Culture, dérisoires. On trouvera de cet ouvrage un résumé facétieux, si l’on peut dire, d’Erik S. Roraback dans E-rea. En 1965 paraissaient les Actes des journées internationales du Baroque de 1963, réédités en accès libre par le GRIHL, dont la première partie, de façon symptomatique, était à moitié composée de questions et où l’on trouvait des articles un peu angoissés, comme celui, fameux, de Jean Rousset, « Peut-on définir le baroque ? ».

Un troisième sujet sulfureux mais un peu moins animé, faute de belligérants sans doute, est celui de la préciosité et de la galanterie. En 1999 paraissait un ouvrage majeur de Myriam Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, avec lequel on aurait pu sans peine assommer un cambrioleur et qui fut bientôt remarqué. On peut lire, par exemple, la recension qu’en a donnée Christian Jouhaud dans les Annales. À l’époque, l’étude des femmes de lettres est déjà bien ancrée dans l’histoire littéraire française de l’époque moderne, principalement autour de quelques grandes figures majeures comme Scudéry, Lafayette et Sévigné, mais il manque une étude systématique et rigoureuse du phénomène, qui ne se résume pas à des considérations vagues et un peu sexistes sur le monde des salons ou à une ré-écriture féministe de l’histoire, soudainement toute pleine d’héroïnes. En lui-même, le travail absolument remarquable de Maître ne fait pas débat.

Les années passent et, en 2008, parait de la plume d’Alain Viala La France galante. Essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu’à la révolution. On peut en lire dans COnTEXTES la recension par Alexandre De Craim. Si cette recension est significative, c’est qu’elle parait dans une revue de sociologie de la littérature. Alain Viala avait été l’auteur, en effet, en 1985, d’une célèbre Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, beaucoup saluée par les modernistes littéraires, sans toutefois que les conséquences en fussent toujours tirées. De manière symptomatique, on en trouve une recension dans la Revue française de sociologie par Willy Pelletier. Viala signe aussi avec Paul Aaron le Que sais-je Sociologie de la littérature en 2006. Avec la France galante cependant, Viala paraissait faire un pas de côté et renouer avec l’histoire littéraire, qu’il cherche à renouveller en profondeur il est vrai, particulièrement pour la période moderne, avec le GRILH, qu’il co-fonde en 1996 avec Christian Jouhaud — l’auteur de la recension de Maître dans les Annales, donc. (Attention, il faut suivre.)

Je passe ici sur les relations un peu complexes qui, chez les modernistes, (dés)unissent les sociologues et les historiens de la littérature. On peut en avoir un aperçu dans ma recension de l’ouvrage dirigé par Ribard et Schapira en 2013, On ne peut pas tout réduire à des stratégies, dont le titre, il me semble, donne le ton. Pour nous concentrer sur le cas présent, le débat naît du recouvrement des sujets (ou terrains, ou corpus, faites comme vous voulez) de Viala et Maître. Quand l’un parle de galanterie et l’autre parle de préciosité, il est souvent question de la même chose. Pour Viala, « galanterie » est le bon terme parce qu’il est celui qui est utilisé à l’époque et plus précisément celui par lequel celles et ceux qui sont des galantes et des galants se désignent eux-mêmes, la préciosité étant une catégorie ancillaire et péjorative, tandis que pour Maître, le terme de « préciosité », s’il est imposé de l’extérieur à celles qu’on dit précieuses, est le bon parce qu’il a une valeur analytique et des vertus méthodologiques.

On aurait pu croire que le problème serait résolu en considérant qu’on pouvait employer l’un ou l’autre termes selon l’usage qu’on entendait en faire mais ce serait mal connaître la passion universitaire. Il faut dire que Myriam Maître reçoit le soutien de Philippe Sellier, qui entend réinscrire les travaux de celle-ci dans son séminaire de 1995-1996 sur la préciosité, comme il s’en explique dans « Se tirer du commun des femmes : la constellation précieuse », qui parait la même année que l’ouvrage de Maître, dans L’autre au XVIIème [sic] siècle, dirigé par Heyndels et Woshinsky. Barbara Woshinsky, une spécialiste outre-Atlantique de Lafayette à l’époque, somme toute assez peu commentée en France, avait publié chez Mouton, en 1973, un La Princesse de Clèves. The Tension of Elegance et allait publier, en 2010, le plus remarqué Imagining Women’s Conventual Spaces in France, chez Ashgate. La part prise par Sellier dans la promotion des études sur la préciosité suscite peut-être la méfiance de celles et ceux qui demeurent un peu sceptique devant les gros travaux entrepris dans son sillage autour du jansénisme. Surtout, se dessine dans ce collectif une position qui tend à distinguer de petits groupes à l’intérieur du paysage littéraire de la seconde moitié du siècle et à leur donner une cohérence interne forte (les Précieuses, les Jansénistes), plutôt que l’ambition de décrire un climat culturel en général, comme Viala cherche à le faire avec la galanterie.

Certains chercheurs sont mal à l’aise avec l’une et l’autre extrémités du débat et tentent de faire la navette. Ainsi, en 2002, dans un article pour Études littéraires, Delphine Denis souligne à la fois le caractère problématique de la préciosité et les contours un peu trop vagues de la notion de galanterie, qu’elle emploie pourtant dans ses deux ouvrages majeurs, La Muse galante, en 1997 chez Champion, et le Parnasse galant, en 2001 chez le même éditeur. Elle collabore néanmoins avec Myriam Maître à l’édition des Chroniques du Samedi. En réalité, Denis, une autorité majeure dans la recherche littéraire dix-septiémiste, s’efforce de concilier les différentes approches dans sa propre recherche.

Pour aller vite, disons que dans l’ensemble, la balance pèse assez sérieusement en faveur de la galanterie mais que la plupart des articles citent Viala et Maître ensemble et tendent à gommer le débat de fond entre les deux approches. Certains, très optimistes, vont même jusqu’à englober les deux approches dans un même courant de renouveau des études sur le classicisme, liant ainsi les travaux de Myriam Maître à ceux d’Alain Viala. C’est ce que fait Emmanuel Bury dans un article très utile, « De quel âge classique est-il encore question dans les études dix-septiémistes en France ?», en 2008, dans les Cahiers de l’Association internationale des études françaises. Comme c’est souvent le cas avec les CAIEF, le ton est à la conciliation plutôt qu’à la polémique. Cependant, ces tentatives pour trouver un terrain d’entente ne font pas l’unanimité. Ainsi, en 2006, dans son Style de Vincent Voiture, qui parait aux Publications de l’Université de Saint-Étienne, Sophie Rollin rappelle, dans un long parcours méta-critique, la relative incompatibilité entre l’approche par la préciosité et celle par la galanterie et, encore une fois, le terme de préciosité sort très affaibli de la confrontation.

Une sorte de consensus se dessine : la préciosité serait une catégorie critique imposée de l’extérieur à des femmes qui sont inscrites dans des réseaux de sociabilité et qui entretiennent des pratiques culturelles infiniment plus complexes que la seule idée de préciosité ne le suggère et il est préférable d’utiliser le terme endémique de galanterie, qui a le double mérite d’être « du pays », si l’on peut dire, et de pouvoir rendre compte de cette complexité. Pour autant, Myriam Maître (ou Dufour-Maître, désormais, les deux se trouvent dans les bibliographies) continue à employer le terme et entreprend, ces dernières années, de défendre sa position avec des arguments très solides, en puisant notamment dans les études de genre. En 2011, elle participe ainsi à l’important volume dirigé par Martine Reid, Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire, chez Champion. J’en ai proposé une recension dans COnTEXTES.

Le volume réunit du beau monde, c’est le moins que l’on puisse dire, et ne cache pas son parti pris. On remarque par exemple dans la table des matières le nom d’Éliane Viennot, fondatrice de la Société Internationale pour l’Étude des Femmes de l’Ancien Régime, historienne de premier plan, et désormais un peu connue du grand public pour sa prise de position en faveur de la féminisation de la langue dans son ouvrage Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin, à propos duquel elle répond aux questions de Laurent Angard, en 2015, pour Nonfiction. Présente aussi Joan DeJean, célèbre historienne de la littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles, dont l’ouvrage, Tender Geographies, est incontournable. Le tout parait dans la collection « Littérature et genre ». Le ton est donné.

L’article de Myriam Dufour-Maître s’y intitule « Oublier les Précieuses ? Critique d’une catégorie critique (1999-2009) » et il revient sur les péripéties du terme depuis la publication de son ouvrage fondamental. Elle y déploie un argumentaire assez complexe pour défendre la préciosité. Tout en concédant les acquis historiques et étymologiques qui signent l’extériorité du terme à ce qu’il cherche à désigner, Dufour-Maître prône, contre Viala, l’utilisation de catégories exogènes pour faire l’histoire littéraire. Le danger, selon elle, d’employer les termes de la galanterie pour parler de la galanterie est de fondre le sujet de l’énonciation scientifique dans son objet et de renouer avec une critique impressionniste de la littérature, en gommant la distance historique, analytique et idéologique. C’est précisément parce que le terme de préciosité n’est pas, pour ainsi dire, le bon terme qu’il faut l’employer : il met en évidence le caractère construit du discours savant sur la littérature. L’argumentaire de Dufour-Maître, on le remarquera cependant, arrange un peu les termes du débat, puisqu’elle fait de la préciosité et de la galanterie deux catégories de même échelle, évacuant tout le pan du problème qui discute la pertinence de traiter les Précieuses comme un isolat socio-culturel à l’intérieur de la galanterie.

En gros, d’un côté, la galanterie aurait une sorte de valeur ethnographique d’authenticité, de la même manière que l’on s’abstiendrait de traduire les termes de la culture locale parce que cela reviendrait à se les approprier et, de l’autre, la préciosité aurait le don de forcer le lecteur et le critique à se confronter à l’irréductible étrangeté de l’objet dont il est question et à remettre en ordre les documents, les phénomènes, au-delà de la logique que leurs propres producteurs et acteurs y trouvent. Dans le contexte de l’histoire littéraire de la France du XVIIe siècle, cette opposition est compliquée par des positionnements académiques contre-intuitifs. Quoi qu’il en soit, l’affaire n’est pas finie. Depuis un moment, la page académique de Myriam Dufour-Maître annonçait la parution en 2016, dans la revue Littératures classiques, d’un article sobrement intitulé « Galanterie, préciosité, genre », qui laissait supposer un nouvel article-manifeste, mais le sommaire de la revue, que je n’ai pas pu me procurer elle-même, donne « Trouble dans la galanterie ? Préciosité et questions de genre ».

Autant que je puisse le spéculer sans avoir lu l’article, le titre suggère que Dufour-Maître y développe un point de son article de 2011, qui consiste à dire que seule la préciosité permettrait d’étudier ces phénomènes sous l’angle du genre, puisque la galanterie est endémique et que, par conséquent, elle est condamnée à demeurer aveugle sur la question. Alors que Viala voit dans la préciosité une sous-catégorie critiquée de la galanterie, Myriam Dufour-Maître, à en juger par ce résumé, en fait une catégorie subversive de la galanterie dans son ensemble, ce qui est, somme toute, un argument assez différent de celui de la catégorie exogène. Dans l’ensemble, si l’idée fondamentale de Dufour-Maître d’une mise en évidence de l’énonciation scientifique me parait séduisante, l’argumentaire de ces dernières années n’est pas toujours très convaincant, faute sans doute de trouver un espace pour s’articuler pleinement.

À ma connaissance, il n’existe pas, depuis 2011, de réponse en règle, du côté de la galanterie, aux remarques méthodiques de Dufour-Maître. Il est remarquable par exemple qu’en dehors de France, dans une recension récente dans Studi Francesi de l’Âge classique et les Lumières, l’ouvrage publié par Viala en 2015, Vittorio Fortunati ne fasse aucune place au débat, se contentant d’adopter le point de vue exposé dans La France Galante, qui fait de la préciosité une dérive de la galanterie :

La raffinata analisi psicologica e sentimentale che caratterizza la narrativa e il teatro del Settecento francese ha la sua origine, naturalmente, nella letteratura galante del secolo precedente: il legame tra marivaudage e préciosité è evidente, non solo sul piano dello stile. D’altro canto, un genere tipicamente settecentesco come il romanzo “libertino” può essere visto, sotto molti aspetti, come l’ultimo esito di una galanterie degenerata. Filosofico e sensible, libertino e galant, il xviii secolo fu anche un secolo classico.

Il est vrai que Fortunati est lui-même l’auteur, en 2011 chez Bulzoni, d’un Burlesco, teatralità e galanteria nelle opere in prosa di Scarron. On remarque par ailleurs combien ce point de vue compréhensif rejoint celui d’Emmanuel Bury, dans l’article cité plus haut. Du côté de l’Allemagne, c’est aussi le terme de galanterie qui s’impose, dans la lignée de Viala, par exemple avec le Konversation, Galanterie und Abenteuer de Gelzer en 2007, chez Niemeyer, ou le Galanterie. Die Fabrikation einer natürlichen Ethik de Steigerwald chez Winter en 2011. En 2012, dans sa thèse soutenue à Curitiba, « Três autoras francesas e a cultura escrita no sécula XVII: gênero e sociabilidades », Beatriz Polidori Zechlinski reprend bien le point de vue de Dufour-Maître de la cohérence forte des Précieuses mais le fond dans l’approche générale de Viala et n’évoque pas de débat particulier. Ailleurs, la question n’est même pas effleurée. Dans un article de 2005, paru dans le septième numéro des Acta Universitatis Lodziensis. Folia Litteraria Polonica et consacré à Krasicki ainsi qu’à Fontenelle et son rapport aux Précieuses, « Zmarli mówią – dialogi elizejskie, najwybitniejsi twórcy i ich utwory », Monika Urbańska n’évoque ni l’une ni l’autre position.

Il reste difficile d’interpréter les raisons de ce non-débat généralisé, cependant, et on aurait tort de l’identifier à une éventuelle résistance réactionnaire aux études de genre, dans la mesure où, confrontées à ce qu’on pourrait appeler une nouvelle histoire littéraire (ou tout du moins le renouveau de l’histoire littéraire), les études féministes, assez anciennes pour ce qui est de l’étude du XVIIe siècle français, font parfois figure d’arrière-garde. D’autre part, le terme préciosité, en dehors des études féministes, est souvent perçu, en tant que catégorie d’analyse indépendante, comme un outil daté et il est assez parlant de le retrouver sous la plume de Duchêne, qui avec tous ses mérites n’était certes pas l’historien littéraire le plus à la pointe des débats, en 2001, dans Les Précieuses ou comment l’esprit vint aux femmes, paru chez Fayard. L’intérêt des récents articles de Dufour-Maître pourrait bien être moins la défense des catégories exogènes en histoire que la preuve que les études féministes, en l’espèce les études de genre, ont encore une force de proposition conceptuelle et historique pour l’étude de la littérature du XVIIe siècle.

Rester à espérer que le débat franchisse les frontières des revues et des cercles, éventuellement du pays, tant il est vrai que c’est par l’affrontement de positions diverses plutôt que par la recherche prudente du consensus que la recherche est susceptible de progresser. Nous ne sommes pas sans raison de craindre que, pour une large part, les chercheurs en études littéraires de ces vingt dernières années soient devenus hermétiques aux oppositions théoriques et aux grands affrontements de méthodes.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *