Notes préparatoires sur le conte pornographique

Récemment, ma proposition d’article pour le volume collectif Le Conte dans tous ses états a été acceptée par Florence Fix et Germeline Pernoud, que je remercie encore une fois. Ma proposition, intitulée « La Révolution sexuelle et les contes pornographiques au cinéma », porte plus particulièrement sur deux classiques du genre, si l’on peut dire, l’Alice in Wonderland: An X-Rated Musical Comedy de Townsend et Osco en 1976 et le Grimms Märchen von Lusternen Pärchen de Thiele en 1969. En attendant de m’atteler à la rédaction complète de l’article, je voudrais proposer ici sur le sujet quelques notes de recherche sans ordre particulier et tenter d’expliquer ce qui fait à mon avis l’intérêt de semblables documents.

Après avoir travaillé essentiellement sur des questions de diffusion numérique de la pornographie, dans mon article sur les tubes et dans celui sur le reblogging, j’ai souhaité élargir le propos à des documents plus anciens. Dans mon Introduction aux Porn Studies déjà, et en particulier dans le premier chapitre historique, j’avais tenté de replacer les études universitaires sur la pornographie contemporaine face au temps long de l’histoire des représentations sexuelles. Pour l’heure, l’étude de la pornographie, dans le cadre des porn studies en tout cas, se fait principalement au présent, ce qui conduit parfois à surestimer la nouveauté de certains phénomènes technologiques.

Bien sûr, il existe un certain nombre de recherches sur les représentations sexuelles explicites en dehors du champ ordinaire des porn studies qui est, pour aller vite, la pornographie audiovisuelle occidentale entre 1990 et aujourd’hui. Ces travaux cependant ne font pas toujours partie du bagage systématique des porn studies. Il faut dire que certains, comme les recherches de Danielle Talerico sur les représentations sexuelles japonaises, publiées par exemple dans Impressions, ne sont pas facilement accessibles. La plupart du temps cependant, cette indifférence historique des porn studies à l’américaine s’explique par une préférence prononcée pour les explorations conceptuelles, aux dépends des recherches documentaires elles-mêmes.

Quoi qu’il en soit, je cherche depuis quelques temps des occasions d’étudier des documents pornographiques qui ne sont pas dans la droite ligne des porn studies, par souci de diversité. Le rapport entre conte et pornographie me paraissait devoir être prometteur pour trois raisons au moins.

  1. Le développement conjoint, au XVIIIe siècle, en France en tout cas, de la littérature de conte et de la littérature pornographique, qui sont alors deux phénomènes de librairie importants et qui sont tous les deux reliés à la mouvance philosophique. Le conte et le roman pornographique sont alors deux formes populaires, en tout cas du point de vue de la diffusion, qui peuvent avoir, mais pas toujours, un usage idéologique.
  2. L’abondance de fanfictions érotiques ou pornographiques qui prennent appui sur l’univers des contes. Naturellement, une partie de ces fictions est produite à partir des adaptations contemporaines de contes, comme Once Upon A Time, si bien qu’elle est plutôt caractéristique du potentiel pornographique de toute fiction contemporaine que du potentiel pornographique du conte en tant que genre. Ces fictions sont toutefois au moins l’indicateur d’une convergence possible entre contes et pornographie.
  3. La tradition d’interprétation psychanalytique des contes de fée, qui s’est attaché à y découvrir un contenu sexuel latent. On pense évidemment à The Uses of Enchantment de Bettelheim, dans les années 1970. La valeur de ces interprétations en tant que telle m’était indifférente mais elle rendait très probable une réappropriation militante de la psychanalyse des contes de fées par la pornographie alternative.

À partir de ces trois observations, deux choix s’offraient alors à moi : enquêter du côté du XVIIIe siècle et mettre en évidence des rapports étroits entre conte de fée et pornographie ou bien chercher, dans les années 1970 et autour des interprétations de Bettelheim, des productions pornographiques significatives. J’ai écarté la première voie parce qu’il y a déjà beaucoup de travaux sur les contes de l’époque moderne, qu’on peut retrouver notamment dans la revue de références Fééries et que, quoique moderniste moi-même, j’ai toujours souhaité travailler dans des directions différentes selon que je m’occupais de textes et d’histoire du livre, pour l’époque moderne, ou d’images et d’étude des médias, pour l’époque contemporaine. On trouvera en tout cas dans Fééries l’article de Sermain sur « le fantasme de l’absolutisme dans le conte de fées ».

Ceci n’étant pas pour dire que le conte pornographique contemporain est un sujet jusque là entièrement ignoré. Il a donné lieu à quelques études partielles. En 2008, Eric Tribunella publie dans Children’s Literature Association Quaterly un article intitulé « From Kiddie Lit to Kiddie Porn: The Sexualization of Children’s Literature » (33.2) et la question est évoquée par Jack Zipes dans son Enchanted Screen, dont on peut lire une recension par Jeana Jorgensen dans le Journal of Folklore Research. Le cinéma allemand des années 70 a aussi intéressé les chercheurs, tout comme le sous-genre du sexploitation film. On pourra consulter notamment les articles suivants :

  1. Jules Cohen. « The Chronic Crisis in West German Film ». Film Comment 3.1 (1965) : 32-35.
  2. Esteve Riambeau. « La venganza del sexo: The Curious Mutation from Horror Fantasy to Sexploitation Film (Emilio Vieyra, 1967) ». Despite All Adversities: Spanish-American Queer Cinema. Sous la direction d’Andrés Lema-Hincapié et Debra A. Castillo. New York : SUNY Press, 2015. 99-110.
  3. Harald Steinwender et Alexander Zahlten. « Sexploitation Film from West Germany ». A Companion to German Cinema. Sous la direction de Terri Ginsberg et Andrea Mensch. Oxford : Blackwell Publishing, 2012. 287-318.
  4. Gregory A. Waller. « An Annoted Filmography of R-Rated Sexploitation Films Released During the 1970s &lraquo;. Journal of Popular Film and Television 9.2 (1981) : 98-112.

Je ne doute pas de découvrir encore d’autres ressources au cours de mes recherches mais on ne peut pas dire que l’ensemble soit très abondant. Il existe cela dit, en parallèle, de nombreuses ressources de fans, comme c’est souvent le cas dans l’étude de la culture populaire.

À partir de ce premier examen en tout cas, mon argumentaire, en quelques mots, sera le suivant. Dans le contexte de la révolution sexuelle des années 1960 et 1970, qui peut très bien être une révolution perçue plutôt que réelle sans que cela ne change grand-chose au propos, les contes de fées pornographiques, qui représentent une part significative de la sexploitation, témoignent d’une appropriation des codes culturels et moraux traditionnels par les pornographes. C’est précisément parce que le conte est moral et éducatif qu’il est un instrument de choix pour la pornographie : il sert à la fois à dénigrer les valeurs morales ordinaires et à promouvoir une nouvelle éducation sexuelle.

Le conte a aussi une valeur esthétique : l’adaptation d’un conte exige des accessoires et des décors spécifiques, qui sont souvent l’occasion pour le cinéaste de prouver sa virtuosité technique. La littérature de l’époque moderne fournit traditionnellement au cinéma des occasions de ce genre, que l’on pense à la carrière de Starewicz à partir de La Fontaine, que j’avais évoquée il y a quelques années dans mon article non-publié sur la fable dans le cinéma d’animation, ou, plus proche de la sexploitation, à l’adaptation de Peau d’Âne par Demy. Il faut alors se garder de ne voir dans l’adaptation pornographique du conte de fées qu’une subversion parodique, un pied de nez à l’éducation traditionnelle, et être sensible à la volonté d’inscrire le cinéma pornographique dans une tradition culturelle ambiguë.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 8 novembre 2016

    […] mois de retourner de plus près aux documents et qui s’est manifesté par exemple dans mon travail préparatoire sur le conte pornographique ou dans mes recherches sur les périodiques francophones étrangers de l’Ancien Régime. […]

  2. 12 avril 2017

    […] Depuis la parution de mon livre en 2014 et surtout de mon article sur les blogs pornographiques, publié à l’invitation de Marie-Anne Paveau dans Questions de communication, mon travail s’est progressivement éloigné de l’analyse de la pornographie contemporaine d’un point de vue visuel ou formel pour se concentrer plutôt sur des questions d’encadrement judiciaire et administratif, d’une part, et d’autre part sur des considérations plus historiques, qui occupaient déjà il est vrai la plus grande part de mon Introduction aux porn studies. Avant la fin de l’année devrait paraître ainsi dans un ouvrage collectif mon article sur les contes pornographiques cinématographiques dans le contexte de la Révolution sexuelle des années 1960 à 1980, pour lequel j’avais proposé ici quelques notes préparatoires. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *