Autour de la critique universitaire de Law & Order: SVU

Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes, sous la direction de Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom et Myriam Soria. Il comprend les actes du colloque de Poitiers, tenu en novembre 2014, et qui avait été également présenté à l’Assemblée Nationale. J’y fais paraître un article intitulé « Les problèmes de l’analyse de la violence sexuelle dans les fictions de grande diffusion : le cas de Law & Order: Special Victims Unit » (293-301). Ce colloque faisait suite au Corps empoisonné, dont les actes sont parus chez Classiques Garnier et pour lequel on peut lire en ligne ma contribution sur Doctor Who.

C’est toujours un plaisir et un honneur de travailler avec Soria, Bodiou et Chauvaud, même s’ils ont le don d’organiser des colloques aux sujets éprouvants. On trouvera ainsi, par exemple, dans le Corps en lambeaux des articles sur le génocide des Mayas au Guatemala (Sébastien Jahan) ou sur le processus de reconstruction au Rwanda (Jeannette Uwineza). À côté de sujets si graves, le travail d’un chercheur en études médiatiques parait bien futile. Reste que la série Law & Order: Special Victims Unit (que j’abrège par la suite en SVU) fait l’objet depuis quelques années de nombreuses discussions à propos de la représentation de la violence sexuelle à l’écran. Ces discussions s’inscrivent, aux États-Unis, dans le débat plus large sur les conséquences des représentations sexuelles, dont le problème principal est le lien hypothétique entre pornographie et violences sexuelles. C’est un sujet que j’ai un peu abordé ici, dans le cadre de mon Introduction aux porn studies, dans le billet « Techniques juridiques et interprétatives de la pornographie ».

SVU, comme son titre l’indique, est une série policière consacrée aux violences subies par des victimes « spéciales », c’est-à-dire des enfants, des femmes, des minorités sexuelles et des personnes âgées. La série traite ainsi, la plupart du temps, des violences domestiques, dont les violences sexuelles. La critique universitaire d’outre-Atlantique a immédiatement tenté de définir le programme dans les termes de la rape culture, un concept apparu au milieu des années 70, dans l’ouvrage de Connell et Wilson, Rape: A First Sourcebook for Women. D’abord perçu comme un puissant outil d’analyse intellectuelle, qui a abouti à des conséquences très concrètes dans la gestion des campus ou la législation de la pornographie, le concept de rape culture fait l’objet désormais de discussions parfois assez vives, y compris à l’intérieur du féminisme, en particulier depuis quelques années.

Je ne rentrerai pas ici dans le détail de ces débats complexes, qui sont parfois étroitement liés aux milieux universitaires étasuniens. En répondant, en 2013, à l’invitation de Myriam Soria et Lydie Bodiou, j’avais d’abord l’intention de proposer moi-même une analyse de la représentation des violences sexuelles dans SVU et, en particulier, des agresseurs. Il me semblait que la série proposait une exploration plus poussée que d’autres programmes des mécanismes psychologiques de l’agression sexuelle. Même si j’abordais alors le concept de rape culture par la marge, en m’intéressant moins aux victimes qu’aux agresseurs, je restais dans le cadre assez classique des gender/cultural studies. Il faut dire qu’à l’époque, après une série de travaux méta-critiques (ou méthodologiques, selon le terme que je préfère) et formalistes sur les programmes télévisuels, j’avais envie de renouer avec une approche interprétative et thématique.

Je fus rapidement rattrapé par mes vieux démons cependant, parce qu’en explorant les travaux existants sur SVU, il m’a semblé que certains problèmes majeurs des études médiatiques culturalistes — au sens des cultural studies — se présentaient là et que c’était une bonne occasion de les traiter, à partir d’un cas concret. L’un des problèmes des cultural studies réside, à mon goût, dans leur/notre propension à résoudre les problèmes méthodologiques de l’approche par de gros textes théoriques, qui n’ont pas souvent de conséquences très spectaculaires dans l’analyse des documents et qui paraissent alors, en général, destinés à fournir de quoi rédiger des introductions en ayant l’air subtilement intelligent. Un peu comme si le post-marxismo-foucaldisme nord-américain était un nécessaire à faire reluire les concepts.

Bref, j’ai fini par concentrer mon travail autour de SVU à quatre articles principalement :

  1. Lisa M. Cukklanz et Sujata Moorti. « Television’s ‘New’ Feminism: Prime-Time Representations of Women and Victimization ». Critical Studies in Media Communication 23.4 (2006) : 302-321.
  2. Sarah Britto, Tycy Hughes, Lurt Saltzman et Colin Stroh. « Does ‘Special’ Mean Young, White and Female? Deconstructing the Meaning of ‘Special’ in Law & Order; Special Victims Unit ». Journal of Criminal Justice and Popular Culture 14.1 (2007) : 39-57.
  3. Mariza Bianconcini Teixeira Mendes. « Em busca de domínio perdido : análise semiótica dos valores ideológicos contidos nos seriados policais da USTV ». Acta Semiótica et Lingvistica 15.1 (2012) : 23-33.

Mon projet consistait alors en une critique détaillée et rapprochée de ces trois articles, qui ne sont pas sans mérite cependant. Il m’a rapidement semblé, toutefois, qu’un pareil travail, s’il pouvait présenter un certain intérêt dans le petit milieu étroit des spécialistes des séries télévisées, n’était pas d’un grand apport dans le contexte d’un grand colloque pluridisciplinaire consacré à une question transversale. Il me fallait donc bifurquer une deuxième fois dans mon projet, après avoir bien avancé.

C’est ainsi que j’ai abouti à une conférence puis à un texte qui ressemblent à une sorte d’introduction généraliste sur le problème de l’analyse de la violence sexuelle dans les fictions de grande diffusion. Le résultat est peu satisfaisant, parce qu’il est par principe incomplet, mais il avait au moins le mérite de présenter à un public de non-spécialistes (du point de vue médiatique) un panorama général de la question. J’ai abouti ainsi à quelques observations d’ordre général, dont certaines sont demeurées implicites (comme d’habitude) :

  1. La critique idéologique universitaire des fictions télévisuelles n’aboutit à aucune conséquence pratique et doit être regardée avec une certaine distance, parce qu’elle reproduit des habitudes socio-culturelles acquises dans les mouvements contestataires des années 1970 sans toujours proposer de résolutions concrètes. Pour le dire plus brutalement, certains problèmes idéologiques sont devenus, au sein de l’université, des machines à faire des articles qui, in fine, se présentent comme des exercices d’application de concepts. Une bonne manière de tester l’intérêt d’une critique idéologique universitaire est de se demander le genre de conséquences pratiques qu’elle pourrait justifier. Par exemple : si les séries sont sexistes, faut-il les interdire ? financer des séries féministes ? Concrètement, que doit-on faire et peut-on escompter de ces actions des résultats bénéfiques ? En feyerabendien amateur, ces propositions m’inspirent une certaine méfiance.
  2. La situation programmatique des séries télévisées, c’est-à-dire leur place à l’intérieur de cadres économiques et commerciaux complexes, que j’ai évoquée la semaine dernière dans mon billet « L’analyse structurelle d’ensemble dans l’étude de la télévision », rend presque impossible toute attribution d’orientation idéologique aux séries et toute effectivité univoque, ce qui implique de manière structurelle des réponses négatives à toutes les solutions du point précédent.
  3. L’activisme culturel est dans une situation de pari pascalien. Attention, la suite est aride. En gros, les deux premiers points convergent pour dire que la production culturelle massive est dans une situation matricielle, pour parler en concepts foucaldiens. C’est-à-dire que l’orientation idéologique globale (par exemple la rape culture, si l’on suppose que le concept est effectif) est le produit d’un agencement de rapports structurels et non d’un ensemble d’agentivités personnelles et volontaires. Il est à noter que cette description du pouvoir peut faire l’objet de nombreuses critiques mais elle constitue quand même, je crois, une bonne approximation de la situation pour la production médiatique de grande diffusion. On se retrouve alors dans la situation paradoxale suivante : 1) il n’y a absolument aucune raison de supposer que l’agentivité personnelle ait des conséquences particulières et 2) la plupart des observations tendent à faire croire que l’agentivité personnelle a des conséquences. D’où pari pascalien.

En somme, la conséquence principale de mon analyse : se méfier de tout engagement idéologique qui ne prend que la forme de l’écriture académique.


François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 10 novembre 2016

    […] y a quelques semaines, dans un billet consacré à la franchise Law & Order : Special Victims Unit, j’évoquais ici une partie de mon travail sur l’interprétation : la méta-critique. […]

  2. 10 novembre 2016

    […] à mes articles et à mes billets récents, sur la méthodologie, la méta-critique et l’analyse structurelle, et contrairement à mes travaux théoriques plus anciens, comme […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *