L’enclave papale d’Avignon et la presse à l’époque moderne

En ce moment se déroule le festival d’Avignon et c’est une excellente occasion de parler d’un sujet essentiel : l’enclave papale d’Avignon et son rôle dans la vie de l’imprimerie, de l’édition et de la culture française dans les deux dernières siècles de l’Ancien Régime. Il y a sans doute des sujets plus excitants de prime abord mais les particularités d’Avignon aux XVIIe et XVIIIe siècles sont très utiles pour comprendre comment les choses peuvent fonctionner, du point de vue des territoires et des dispositifs légaux, sous l’Ancien Régime. Et quoi de mieux qu’un jour de célébration de la Révolution Française pour tenter de se mettre les idées en ordre sur ces dispositifs et leur gestion ?

En fait, l’un des problèmes que l’on rencontre parfois quand on s’occupe de l’histoire de l’Ancien Régime, en tout cas pour ma part de l’histoire culturelle, c’est que les différences entre l’époque moderne et nos propres habitudes sont si considérables qu’on a souvent, de prime abord, l’impression d’avoir affaire à un chaos administratif et légal, même économique, qui représenterait un état immature de la gestion des affaires publiques. La grande histoire de la naissance de l’État moderne, étroitement associé au développement progressif d’administrations centralisées, a tendance à considérer qu’un État ne fonctionne bien que lorsqu’il gère de manière systématique et relativement cohérente l’ensemble de ce qui se passe sur son territoire. La période révolutionnaire verrait le premier grand aboutissement de cette dynamique, avec des dispositions marquantes comme celles qui concernent les poids et les mesures en 1795. Le système de 1795 serait l’aboutissement des recherches d’une mesure universelle entamées dès le XVIIe siècle1de la même manière que le droit d’auteur serait celui de la pénible lutte menée par de courageux écrivains pour la rationnalisation des dispositifs royaux en la matière.

Alternativement, on peut considérer que le système administratif et légal de l’Ancien Régime était un système fonctionnel, par exemple parce qu’il a fonctionné. Ça ne veut pas dire que ce système n’est pas plein de trous et d’imprévus. Récemment, par exemple, Colette Castrucci a souligné combien il était difficile, pour les propriétaires marseillais de l’époque moderne, de savoir sous quelle juridiction, pour aller vite, tombait leur bien immobilier2. Mais ces vides sont parfois utiles parce qu’ils laissent une marge de manœuvre aux différents acteurs du domaine considéré, que ce soit le foncier ou l’imprimerie. On peut essayer de comprendre en quoi ces incohérences et ces vides sont constitutifs et essentiels au fonctionnement du système en se penchant sur le cas de l’enclave papale d’Avignon.

C’est aux travaux de René Moulinas dans les années 1970 que l’on doit les bases de notre connaissance de la presse à Avignon à l’époque moderne3. La création de l’enclave papale d’Avignon remonte à 1309, quand Clément V choisit Avignon comme siège papal, une situation qui dure jusqu’en 1377. À l’époque, la ville fait partie du Royaume d’Arles, à l’intérieur du Saint Empire Romain. Après bien des tribulations qui conduisent Avignon à jouer un rôle central dans le Grand Schisme d’Occident des XIVe et XVe siècles, le Comtat Venaissin et la ville d’Avignon demeurent des possessions papales, gouvernées par un légat, souvent le Cardinal-Neuveu, jusqu’à la bulle Romanum decet pontificem d’Innocent XII, qui abolit le népotisme en 1693 et conduit à la création de la Congrégation d’Avignon. Il faut attendre 1793 pour que, à la suite d’une décision votée en 1791 par l’Assemblée Constituante, le Venaissin et la principauté d’Orange soient intégrés, sous la forme du département du Vaucluse, au territoire français4. Les Constituants ne furent cependant pas les premiers à avoir des vues sur le Comtat Venaissin, puisque Louis XV avait occupé celui-ci peu de temps auparavant, entre 1768 et 1774, et y avait imposé une réforme française des institutions. Le Comtat avait d’ailleurs déjà été envahi plusieurs fois par la France dans les années 1660.

La situation des enclaves territoriales à l’époque moderne est toujours une situation fragile. Si elles peuvent exister, c’est bien sûr parce qu’elles sont soutenues par une grande puissance politique mais leur existence est étroitement conditionnée par les dispositions de la seconde grande puissance qui les entoure. La vie de ces enclaves est donc faite de compromis et de coups de force, de rencontres entre des préoccupations particulières et locales d’un côté et de l’autre des enjeux géopolitiques internationaux qui les dépassent de beaucoup5. Ces tensions s’expriment dans tous les aspects de la vie des enclaves et le cas de l’université d’Avignon, par exemple, a été bien documenté il y a quelques années6.

Pour la librairie, cette situation est bien éclairée par le cas du Courrier d’Avignon, dont les exemplaires connus sont numérisés et disponibles sur le site des Gazettes européennes du 18e siècle. Le Courrier d’Avignon est l’un des innombrables périodiques qui apparaissent avec le développement de la presse dans le dernier siècle de l’époque moderne. Les évolutions commerciales, technologiques et culturelles rendent en effet viables toutes sortes de publications régulières, qui sont plus faciles à produire, plus faciles à acheminer, plus faciles à financer et qui trouvent plus de clients. Le nombre de périodiques ne cesse de croître tout au long du siècle et leur portée géographique est parfois considérable. En effet, on ne lit pas, en France, que des périodes français : il existe en dehors du royaume un grand nombre de publications francophones. Toutes ne sont pas forcément destinées en premier lieu au public français mais, généralement, on peut quand même les acquérir chez les libraires parisiens qui ont des correspondants un peu partout en Europe.

Les situations juridiques de ces périodiques peuvent être très diverses. Certains sont évidemment interdits parce qu’ils sont licencieux ou séditieux, d’autres sont simplement tolérés tant qu’ils demeurent discrets, d’autres peuvent circuler à la vue de tous, sans être tout à fait soumis au même contrôle que les périodiques français, du moins en apparence. C’est le cas du Courrier d’Avignon. Celui-ci, imprimé dans l’enclave pontificale, n’est pas soumis à l’activité de la censure française de la Direction de la Librairie — dont il ne faut pas du reste exagérer l’efficacité mais c’est un autre problème — et peut donc, en théorie, jouir d’une plus grande liberté de ton. Ce qui le distingue des autres périodiques francophones extérieures, c’est sa relation privilégiée avec la Ferme générale des postes. Créée en 1672, la Ferme générale des postes a en charge le réseau postier français dans tous ses aspects, pour le transport des marchandises, du courrier et des voyageurs, pour le réseau7, pour les relais et pour les tarifs. Les accords particuliers permettent au Courrier d’Avignon de jouir de tarifs préférentiels, de sorte que le périodique est très compétitif parmi les publications étrangères : son prix en France varie du dixième à la moitié du prix d’un périodique venu d’Amsterdam.

En pratique, s’il est vrai que les périodiques étrangers ne sont pas soumis à la même censure que les périodiques français, ce sont les postes qui se substituent à la librairie pour assurer le contrôle du contenu de la publication. Dans les années 1750, l’intendant des postes Janel surveille activement le contenu des périodiques étrangers et empêche plusieurs gazettes hollandaises de pénétrer dans le royaume8. La puissance de l’intendant des postes est soulignée dans une lettre de Voltaire en 1763, où l’écrivain dit de Janel qu’il est le « maître absolu de tous les imprimés qu’on envoie ». L’intendant des postes joue ainsi, pour les périodiques étrangers notamment, le rôle que le directeur de la Librairie ne peut pas avoir. Comme toutes les publications étrangères, le Courrier d’Avignon est soumis à ce contrôle, qui est d’abord un contrôle économique.

Partant, les tarifs postaux dont jouit le Courrier de manière privilégiée le désignent comme une publication semi-officielle. À la différence du Mercure de France par exemple, il n’est pas un périodique officiel dans le sens où sa rédaction n’est pas étroitement contrôlée par le pouvoir mais son contenu est validé par des faveurs économiques particulières. Pourtant, le Courrier d’Avignon a aussi à l’époque une grande réputation d’indépendance qui, jointe à son accessibilité financière, lui donne un statut à part parmi les publications étrangères et assure son succès. Sans doute, son ton est plus libre que celui des périodiques français légaux mais cela ne veut pas dire qu’il peut développer une critique à l’encontre du pouvoir royal. Au contraire, ce dernier est le premier à profiter de la réputation d’indépendance d’un journal dont il contrôle par ailleurs étroitement la fortune commerciale et donc, indirectement, le contenu. Comme nombre de publications étrangères, le Courrier d’Avignon est une soupape de sécurité dans le système de la librairie d’Ancien Régime. Il a un statut comparable à ces livres que le directeur de la librairie Malesherbes, sans autoriser explicitement, parce qu’ils ne sauraient être approuvés par le pouvoir royal, laisse cependant circuler.

En d’autres termes, la diversité des juridictions ne doit pas toujours être interprétée comme un défaut d’organisation de la part de l’Ancien Régime et les privilèges particuliers, dont la multiplicité brouille l’application générale des dispositions légales, comme un frein à une approche systématique qui serait par ailleurs souhaitée par les institutions. La diversité des juridictions et des dispositifs est plutôt un moyen de mieux contrôler les produits culturels, en ménageant des marges, des espaces où des voix divergentes sont tolérées, parce qu’elles sont encadrées de manière discrète. Le contrôle exercé par les autorités sur le Courrier d’Avignon est plus étroit encore qu’il n’y paraît, si l’on songe que son impression est confiée à Charles Giroud, qui est par ailleurs l’imprimeur officiel du vice-légat. C’est par exemple Charles Giroud qui produit les documents nécessaires au contrôle de la population d’Avignon grâce au recensement de 17209.

Le Courrier d’Avignon n’est que l’un des multiples exemples de la manière dont la prolifération administrative de l’époque moderne permet au pouvoir royal d’assurer un contrôle discret des productions culturelles. Bien sûr, les avantages que présentent le règne des situations particulières, des exceptions et des privilèges n’interdisent pas que certains administrateurs aspirent à une gestion plus systématique des affaires : les entreprises révolutionnaires de normalisation ne naissent pas ex nihilo. Simplement, ces aspirations, plus conformes à nos conceptions contemporaines, ne doivent pas nous conduire à ignorer les logiques d’organisation et l’efficacité des processus qui dominent pendant plus d’un siècle.

  1. Jean-Robert Armoghate, « Un seul poids, une seule mesure », Dix-septième siècle, 2013, 2001, 631-640. []
  2. Colette Castrucci, Le quartier du port de Marseille (1500-1790). Une réalité urbaine restituée, Marseille, Presses Universitaires de Provence, 2016. J’ai fait pour Lectures un compte-rendu de cet ouvrage. []
  3. René Moulinas, L’Imprimerie, la Librairie et la Presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1974. On peut lire en ligne un compte-rendu de l’ouvrage fait par Émile Lizé, l’année suivante, pour Dix-huitième siècle. []
  4. Edward James Kolla, « The French Revolution, the Union of Avignon, and the Challenges of National Self-Determination », Law and History Review, 31.4, 2013, 717-747. PDF. Jean-Jacques Clere, « Le rattachement d’Avignon et du Comtat à la France : approche juridique (1789-1791) », Annales historiques de la Révolution française, 290.1, 1992, 571-587. []
  5. Sur ces enclaves, on peut consulter : Paul Delsalle et André Ferrer (dir.), Les enclaves territoriales aux Temps modernes (XVIe-XVIIe siècles), Besançon, Presses Universitaires francomtoises, 2000 et le numéro des Mémoires de l’Académie de Vaucluse consacré en 2006 à la principauté d’Orange par Claude-France Hollard et Françoise Morel. On peut lire en ligne un compte-rendu de cet ouvrage dans les Annales du Midi par Patrick Fournier. []
  6. Patrick Ferté, « L’université d’Avignon, à la fois française et étrangère, et ses rivales (Aix-en-Provence, Besançon, Orange, Valence) », Annales du Midi, 268, 2009, 459-478. []
  7. Anne Bretagnolle et Nicolas Verdier, « Images d’un réseau en évolution : les routes de poste dans la France préindustrielle (XVIIe siècle-début XIXe siècle », M@ppemonde, 79, 2005, en ligne. []
  8. Pierre Retat, « Les gazetiers de Hollande et les puissances politiques : une difficile collaboration », Dix-huitième siècle, 25, 1993, 319-335. []
  9. Olivier Zeller, « La ville en fiches : la méthode de recensement urbain de Jean-François Palasse (Avignon, 1720) », Annales de démographie historique, 112, 2006, p. 217-241. []

François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 avril 2017

    […] « L’enclave papale d’Avignon et la presse à l’époque moderne » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *