Gouverner l’Amérique

J’ai le plaisir de vous annoncer la mise en chantier de mon prochain ouvrage. Après l’Introduction aux porn studies, parue aux Impressions Nouvelles l’année dernière, les éditions Vendémiaire et moi-même venons de signer un contrat pour la livraison en juin de l’année prochaine d’un manuscrit intitulé Gouverner l’Amérique : les séries télévisées politiques depuis The West Wing. C’est à l’invitation de Ioanis Deroide, qui y dirige une nouvelle collection consacrée à la télévision, que je réponds ainsi. On s’en souvient, c’est à lui que l’on doit Les séries TV. Mondes d’hier et d’aujourd’hui, paru aux Ellipses en 2011. Attaché à l’étude des séries télévisées historiques, à propos desquelles il s’est de nombreuses fois exprimé dans la presse généraliste, spécialisée et dans des publications scientifiques, Ioanis Deroide prépare, pour Vendémiaire, un autre ouvrage sur le même sujet. C’est une chance de voir aboutir, dans cette initiative comme dans d’autres, dans l’apparition de revues dédiées comme dans celle de collections, les menées des universitaires qui ont tenté de rendre légitime, ces dernières années en France, la recherche sur la grande forme du récit contemporain.

Les ouvrages sur la question se multiplient en effet. On pense bien entendu ouvrages des Presses Universitaires de France consacrés, depuis quelques années, à l’étude de telle ou telle série précise ou encore, l’année dernière, au travail remarquable intitulé La question raciale dans les séries américaines, publié par Olivier Esteves et Sébastien Lefait aux Presses de Sciences Po. Il me semble que c’est désormais vers de semblables corpus élargis qu’une partie de la recherche doit se tourner, quoique le commentaire rapproché d’une série particulière puisse toujours porter ses fruits. Devant la multiplication des productions sérielles, leur accumulation surtout dans la mémoire collective des téléspectateurs qui les partagent, des tentatives de synthèse, qui resteront pour encore quelques années difficiles à mener, sont absolument nécessaires.

J’avais proposé à Ioanis Deroide d’autres sujets, en plus que celui que nous avons finalement retenu, quand il m’a contacté, au début de l’été. L’un d’entre eux portait sur les séries d’espionnage américaines et britanniques après la Guerre Froide, une fois les doctrines et les discours ordinaires confrontés à des menaces qui remettaient en cause les récits habituels, un autre sur le statut de la preuve dans des séries policières où la rationalité scientifique prétend parfois tenir la plus grand part, un autre encore sur les carrières comparées, à la télévision, d’ Aaron Sorkin et de Tina Fey. Gouverner l’Amérique fut donc le projet retenu et je m’en réjouis.

C’est à House of Cards, bien sûr, que l’on pense d’abord désormais quand il est question de série politique étasunienne et même de série politique tout court, tant il est vrai que la version de Fincher et Willimon a éclipsé la série originelle, cet House of Cards thatcherien diffusé par la BBC à l’hiver 1990. On voit dans cette série souvent présentée comme audacieuse et subversive le renouvellement d’une critique politique qui ne se serait exprimée sinon, à la télévision américaine, qu’à travers les sketchs comiques qui fleurissent particulièrement aux périodes électorales. House of Cards en est venu à cacher la diversité de la production américaine en la matière, y compris peut-être des séries pourtant majeures, comme The Wire. Pourtant, il faut remonter bien au-delà du cynisme parfois trop facile de la série de Netflix pour saisir la manière dont la fiction audiovisuelle, aux États-Unis, représente le pouvoir.

C’est peut-être le Mr. Smith Goes to Washington de Frank Capra qui, en 1939, fonde les lois d’un genre appelé à fleurir bien des décennies plus tard, à partir de la fin des années 1980. Cette œuvre majeure du cinéma américain avait offensé, on s’en souvient, bien des sénateurs lors de sa première projection dans le Constitution Hall, le 17 octobre 1939. On y découvrait un sénat corrompu et procédurier, courageusement combattu par un jeune homme vertueux dont la politique n’était pas le métier. C’était, entremêlées, les deux directions que la fiction politique prendrait plus tard à la télévision : celle d’une noirceur réaliste peignant le mariage des ambitions et des intérêts privés ou celle de l’idéalisme patriote que l’on retrouve dans The West Wing ou Commander in Chief. Mais au-delà de cette opposition simple, il y avait encore, dans Mr. Smith Goes to Washington, les idées Républicaines du Frank Capra qui s’est si systématiquement opposé à Roosevelt : la méfiance en un gouvernement lointain, procédurier et probablement corrompu, qui n’a pas vu la terre et ne connait pas les gens dont il fait les lois et la confiance dans ceux qui savent, implantés comme ils le sont, ce qui est bon pour leur communauté. C’est peut-être l’échec le plus frappant d’House of Cards que de n’avoir rien à dire sur cette grande opposition entre Républicains et Démocrates, de ce qui fait le contenu même de la vie politique, et de la traiter plutôt comme l’improbable partie d’échecs qui opposerait des esprits finalement sans envergure.

La diffusion de The West Wing est un tournant marquant. Cette série, qui met en scène la présidence idéale du démocrate Josiah Bartlet, diffusée pour la première fois le 22 septembre 1999, arrive sur les écrans un peu plus d’un an après l’article du journal Drudge Report dénonçant à la fois la liaison entre Bill Clinton et Monica Lewinsky et sa dissimulation par Newsweek. The West Wing venait alors incarner le déroulement d’une présidence Démocrate fantasmée, loin du centrisme Nouveau Démocrate du gouvernement Clinton. En cela, elle pavait aussi la voie pour le style idéaliste de la campagne Obama de 2008. Dans The West Wing, Aaron Sorkin pratique déjà ce qui lui sera reproché plus vivement encore quelques années plus tard, avec The Newsroom en 2012 : une réécriture du réel pour en suggérer le fonctionnement idéal. Au-delà des enjeux idéologiques de l’œuvre, parfois comprise comme une série pour bourgeois gauchistes bien-pensants, The West Wing surprend par son attention méticuleuse au petit fonctionnement administratif de Washington, un thème qu’elle n’est pas la première à traiter mais auquel elle accorde une attention constante.

Et c’est alors une question purement télévisuelle qui se posait : jusqu’à quel point le récit sériel peut-il descendre dans la procédure et constituer, encore, une œuvre susceptible de trouver son public ? Aucune manière de filmer le fonctionnement courant des institutions officielles ne peut plus alors être anodine : bien plus que dans les crises à succession de Commander in Chief, ce sont les réunions de Comstat des gradés de The Wire ou la vacuité des premiers épisodes de Veep qui montrent ce qu’est la politique américaine. Ce qu’est la politique aux séries, ce que les séries sont à la politique : question de style autant que de thématiques.

Ce sont ces chemins parmi d’autres que j’espère pouvoir prendre au fil d’un page d’un petit ouvrage qui saura peut-être trouver ses lecteurs.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 22 août 2016

    […] second event was when I gave the draft from my upcoming book on American television to read to my best friend. She lives with her partner in Warsaw: he speaks English and Polish, she […]

  2. 8 novembre 2016

    […] séries télévisées politiques, aux États-Unis, dont j’avais annoncé la mise en chantier ici l’année dernière, aux éditions Vendémiaire. Dans ce qui se rapproche désormais de sa […]

  3. 20 décembre 2016

    […] beaucoup parlé ici de The West Wing dans le cadre de ma série de billets sur Gouverner l’Amérique. Cette série politique évoque les deux mandats présidentiels de Josiah Bartlet, un président […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *