À la recherche du porno féministe

Aujourd’hui, sur le blog de Libération Les 400 Culs, Agnès Giard a publié un billet qui a rapidement attiré l’attention des chercheuses et chercheurs intéressés par les questions de sexualité et de pornographie, dans le Twittosphère francophone. Sous un titre provocateur « Le porno féministe n’existe pas », le billet exprime la perplexité de certaines féministes, et en particulier de certaines pornographes féministes, devant un manque d’engouement général des femmes pour la pornographie féministe. On s’y étonne que des adolescentes puissent aimer regarder des scènes de sodomie — qu’il faut apparemment considérer comme équivalente à du sado-masochisme et de la soumission — et qu’au contraire, les productions féministes revendiquées n’aient pas le vent en poupe, à une époque où les femmes devraient être plus conscientes de l’intérêt d’une libération sexuelle et d’une équité dans les rapports hétérosexuels réels, dont la pornographie, c’est évident, devrait être le reflet.

Le billet donne entre autres la parole à Ovidie, figure importante de la pornographie féministe française, à la fois par ses réalisations et par les discours dont elle les double. Pour Ovidie, l’acteur James Deen, l’une des pornstars les plus en vue du moment, incarne cette espèce de corruption généralisée de la spectatrice féminine, retombée en minorité intellectuelle, qui ne saurait plus distinguer le bon du mauvais porno, c’est-à-dire le porno égalitaire du porno de la soumission. Agnès Giard suggère les contradictions d’un discours qui se ferait tout autant prescripteur de morale et de gestes que celui du féminisme anti-pornographie (ou anti-sexe). Difficile à vrai dire de ne pas lire dans les citations choisies d’Ovidie une généralisation moralistrice et anti-SM, dont l’actrice et réalisatrice est à vrai dire peu suspecte, puisqu’elle publiait, le 5 mars dernier, dans son blog Le Ticket de Métro d’Ovidie, un billet intitulé « Vous souhaitez vous lancer dans le SM ? Petit mode d’emploi », où l’on trouvait entre autres des conseils… d’Agnès Giard. Le mystère s’épaissit.

La question est d’autant plus épineuse qu’il est difficile de nier que la pornographie soit sexiste et que décréter que la pornographie est sexiste soit sexiste. À vrai dire, l’évaluation du positionnement politico-moral d’un document médiatique qui ne propose pas de contenu discursif explicite sur ces questions est une aporie notoire de la critique. En dehors du fait que certains récepteurs peuvent, dans un contexte socio-culturel donné, favoriser des interprétations contre-intuitives pour la critique instituée, comme j’ai pu le souligner à partir du Nous, Princesses de Clèves de Régis Sauder, les réponses des récepteurs dans les enquêtes qualitatives sortent souvent du canon établi par les études médiatiques d’approche généraliste. C’est ce que montrait il y a une dizaine d’années Alan McKee dans un important article, « The aesthetics of pornography: the insights of consumers ». Plus encore : deux récepteurs peuvent avoir des interprétations exactement contraires d’un même document, que l’on aurait tendance à considérer comme simple, parce que de grande diffusion. De multiples études ont été menés en ce sens ; puisque je parle d’Alan McKee, on peut penser au « Is Doctor Who Political » qu’il a publié en 2004 dans l’European Journal of Cultural Studies. Plus récemment, Chloé Gauzi, dans « Do I Dare Live Out the American Dream ? Subversion et réaffirmation des discours fondateurs dans The Simpsons » (Les révolutions de l’animation à l’ère postmoderne, dir. Besand et Piégay, ABELL, 2015), rappelait qu’une série aussi célèbre que les Simpsons suscitaient des interprétations alternativement subversives et conservatrices. On peut en consulter le résumé en ligne.

Une pareille situation invite les critiques des médias à s’interroger sérieusement sur la capacité à dénoncer à fond tel ou tel type de document comme conservateur/sexiste/etc. ou, à l’inverse, progressiste, féministe, subversif. Ce n’est pas que nombre de documents ne manifestent pas une intention d’auteur nette et ne restreignent, par des dispositifs discursifs de toute sorte, le champ des interprétations laissé libre aux récepteurs. Il ne viendrait à l’idée de personne, je suppose, de prétendre que The West Wing n’est pas une série Démocrate ou que Dick Wolf ne produit pas des séries Républicaines. Reste que le plus souvent, la question de l’évaluation intrinsèque de ces documents est extraordinairement peu productive et très moralistrice de la part de celle ou celui qui les analyse, comme le suggère Agnès Giard à propos des commentaires d’Ovidie.

Cet été, j’ai mis en forme pour des actes mon intervention au colloque « Le Corps en lambeaux : violences sexuelles et violences faites aux femmes », qui s’est tenu en novembre dernier à Poitiers, avec une session de conclusion à Paris, à l’Assemblée Nationale. On peut en trouver le programme sur le carnet CriminoCorpus. À l’invitation de Myriam Soria, j’y étais au départ pour parler de la représentation du viol de la femme dans la série Law & Order: Special Victims Unit et mon idée était d’évaluer le progressisme de cette série et sa démarcation par rapport à une tradition policière qui laisse, à la télévision, peu de place à la victime. En fait, quand on parcourt la brève bibliographie consacrée à cette série et, plus généralement, à la représentation du viol dans la fiction télévisuelle, on remarque que c’est à peu près le seul angle d’attaque et qu’il aboutit à une réponse convenue : oui, Law & Order: SVU offre plus de place aux victimes, représente plus fidèlement la réalité du viol, qui est plus souvent domestique et insidieux qu’étranger et spectaculaire, et dépeint des agresseurs plus diversifiés que par le passé, en adoptant des schémas moins racistes. Non, en revanche, on ne peut pas dire que la série soit véritablement féministe. Autant dire qu’on enfonce des portes ouvertes — et avec mon projet, moi le premier — dans trois langues différentes.

Savoir si Law & Order:SVU est intrinsèquement un document féministe est en réalité à peu près sans intérêt, tout comme il est souvent peu productif de se demander si tel ou tel document pornographique est ou non féministe. J’ai lu il y a quelque temps un article de la presse féminine que je n’arrive plus, hélas, à retrouver, mais qui listait, selon la chroniqueuse, les 15 endroits où trouver des documents pornographiques pour les femmes. James Deen figurait évidemment haut dans la liste des conseils, tout comme des sites devenus des classiques, comme les XConfessions d’Erika Lust, mais on y trouvait aussi la catégorie « gay » de PornHub ou XHamster. Or, la question de savoir si le porno gay masculin est ou non féministe, si elle n’est pas totalement inconcevable, relève plutôt que l’exercice théorique que d’une préoccupation immédiatement pertinente. De toute évidence, ce qui faisait sens dans cette liste, c’était bien moins les caractéristiques politico-morales intrinsèques des documents évoqués, on le voit très divers, que l’aptitude des réceptrices à se les approprier, à les consommer pour un plaisir personnel et, surtout, à les commenter et à les médiatiser elles-mêmes. La seule caractéristique véritablement féministe de ces documents pornographiques, la seule qui comptait en tout cas, c’était de se retrouver dans une liste par une femme, pour les femmes, avec des commentaires libres sur ce qu’elle-s y trouvai-en-t de bon ou de mauvais.

À certains égards, le billet d’Agnès Giard et les réactions qui y sont évoquées ne sont pas sans rappeler le débat autour du porno lesbien, très bien décrit dans l’article de Heather Butler, « What Do You Call a Lesbian with Long Fingers? The Development of Lesbian and Dyke Pornography » (Porn Studies, dir. Williams, 20054, Duke University Press). Butler y rappelle combien la question des actes sexuels qui soient vraiment lesbiens et non hétérosexistes a été compliquée à résoudre dans l’histoire de la pornographie lesbienne. À une attitude d’abord très restrictive qui excluait toute pénétration susceptible de rappeler un rapport hétérosexuel, et donc l’usage des godes, a succédé, pour certaines réalisatrices, une entreprise de réappropriation des gestes, qui n’avaient pas à être toujours d’abord hétérosexuels ni masculins. Et à certains égards, il est possible que des réceptrices et des récepteurs de la pornographie féministe traditionnelle (si l’on peut dire) perçoivent certaines de ses valorisations explicites (les rapports équitables ou l’intimité par exemple) comme une essentialisation restrictive de ce que doit être un bon rapport hétérosexuel.

Cela veut-il dire que la pornographie féministe n’existe pas, d’une part, et d’autre part, qu’il n’est pas souhaitable qu’elle existe, parce qu’elle est moralisatrice ? Je crois, sans doute à tort, que la réponse à cette question est sans doute plus simple que le débrouillage conceptuel ne le suggère de prime abord. D’abord, la pornographie féministe existe nécessairement puisqu’il y a des pornographes qui se disent féministes et autour desquelles il existe un large consensus — c’est le cas justement d’Ovidie ou d’Erika Lust. Ensuite, il n’y a pas de raison de considérer que la moralisation est nécessairement un mal : ce sont les modalités discursives de celle-ci qu’il convient de remettre en question. On ne voit pas pourquoi la pornographie, comme la plupart des documents audiovisuels, ne pourrait pas, pour employer une expression courante, faire passer un message — ce qui ne veut pas dire que ce soit toujours une nécessité. Ce qui est délicat, c’est peut-être la superposition de deux discours qu’il faudra bien pourtant distinguer un jour : celui d’Ovidie et Erika Lust en tant que réalisatrices/productrices de pornographie, avec nécessairement des intérêts commerciaux et une cohérence à défendre, et celui d’Ovidie et Erika Lust en tant que militantes féministes.

Je ne dis pas que le désaveu des spectatrices de James Deen par Ovidie soit l’expression d’une inquiétude de concurrente mais plutôt qu’on peut difficilement attendre d’une productrice culturelle qu’elle encense des documents qui vont à l’encontre de ses propres choix : ce serait de sa part profondément absurde et l’une des qualités d’Ovidie est de ne l’être jamais. Il suffit de lire récemment le billet « Non, le porno n’est certainement pas la seule source d’injonctions » pour s’en convaincre. Il me semble en revanche que l’engouement pour James Deen, non en tant que tel mais en tant qu’il met en présence, dans des listes de préférences, ce porno-là avec celui d’Erika Lust ou avec le porno gay vu par des femmes, est un signe moins d’une inquiétante régression patriarcale que d’une attitude pluraliste de la part des réceptrices. Cette attitude, ce serait celle d’une agentivité croissante des réceptrices dans leurs rapports aux documents pornographiques, c’est-à-dire une aptitude à produire soi-même pour soi-même des prescriptions morales et esthétiques, sans composer nécessairement avec les injonctions verticales des régies médiatiques, des experts, des militantes, etc.

Il faut se garder pour autant du saut démonstratif qui aboutirait à faire de James Deen le parangon d’un porno féministe décomplexé ou même d’une réception féminine décomplexée du porno mainstream. À n’en pas douter, Jeames Deen est un produit médiatique qui doit beaucoup aux stratégies commerciales de mise en forme de l’image des pornstars gays. La biographie de l’acteur sur Pornhub est à ce titre éloquente :

Once upon a time, the idea of the male porn star was just a few steps away from a typical Neanderthal, grunting, masturbating and grabbing their women with calloused hands and brontosaurus breath. Enter James Deen, and yes, that is his real name, to change the game. He’s been called the boy next door pornstar, the cute guy who wants to treat women right, curly haired and shy grinned. But Mr. Deen is in fact so much more.

Loin d’être réduit à des caractéristiques physique et à une performance athlétique, comme il est fréquent pour les acteurs masculins, James Deen est présenté avec une personnalité médiatique, dont on comprend bien qu’elle est calibrée pour conquérir un public inhabituel. Il suffit de comparer la remarque « and yes, that is his real name » à la biographie de Wikipédia liée plus haut où l’on apprend que non, ce n’est pas son vrai nom, pour comprendre le degré d’élaboration de cette médiatisation qui fait de la pornstar un personnage de fiction à part entière. La question de savoir à quel point cette stratégie médiatique est responsable du succès féminin de l’acteur n’est pas indifférente mais elle ne change pas fondamentalement l’analyse que j’ai essayé de proposer ici.

Pour résumer, l’idée que le porno féministe échoue parce que les réceptrices se tournent vers une pluralité de documents pourrait bien être un contre-sens. Dans la capacité de celles-ci à s’approprier des documents peut-être intrinsèquement sexistes sans délaisser pour autant des formes pornographiques alternatives dans un contexte hétérosexuel, comme le porno féministe ou le porno gay, il y a comme un succès du porno féministe : celui d’une capacité enfin plus grande à choisir, à commenter et à agir.


François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Volubilis dit :

    Très intéressant !

    Votre article est très inspirant, et j’aurais beaucoup de choses à en dire, mais finalement, je vais faire « un truc de fille » : vous livrer mon ressenti.

    J’adore le porno, j’en regarde beaucoup, j’en écris beaucoup et c’est un champ de découverte intense. Pour le jeu de mots : ça va au fond des choses. S’il est question de moral, c’est parce qu’il est question de violence. Regardez un porno : c’est violent ! Les meilleurs sont les pires ! Parfois ce n’est pas violent, c’est juste… hallucinant. ça viole toutes les configurations humaines, sociales admises, ça ment, ça trompe, ça cut et ça lubrifie. C’est de la violence psychologique organisée aux fins de contentements sexuels, entre adultes présumés consentants pour cela.

    Quand je tape x-hamster dans mon moteur de recherche, je vais chercher de la violence psychologique parce que c’est un besoin que je cherche à satisfaire à ce moment-là.

    Mais des fois, j’ai envie de tendresse, et je m’occupe de moi toute seule, yeux fermés. Je fais alors un porno dans ma tête, une sorte de gonzo perso sans effets spéciaux.

    Des fois, je sais pas, je cherche un doujinshi, j’aime beaucoup l’homosexualité masculine mais assez peu le porno nippon, alors c’est un format qui me va bien. Je crois que j’aime le porno gay parce qu’on n’y voit pas de femme maltraitée.

    Je n’aime pas toujours être maltraitée. C’est une composante de ma sexualité mais pas la seule, ni la principale. En dehors d’un contexte sexuel, c’est carrément hors de question. Avec le porno, je suis sur ma frontière.

    La porno est un lieu clivant pour les femmes, parce que ce n’est pas un lieu conçu pour elles, mais pour les hommes. Elles s’y font frapper, enculer, humilier, alors forcément, le mot « moral » se tient à deux pas de là et le pouvoir d’attraction de ces documents (pris dan leur but masturbatoire) peut être très réduit pour nous (les femmes). Ou peu-être pas : dans un monde patriarcal où les femmes sont quotidiennement dominées par les hommes, il n’est pas très étonnant d’être une femme ET d’avoir une sexualité « patriarcale ». Entendez « non féministe », soumise aux impératifs et désirs masculins. Finalement, qui sais ce qu’est la sexualité féminine ? Qui sait ce que sont les femmes ? Leur a-t-on permis d’exprimer leurs propres désirs, leur propre culture, en plusieurs millénaires ?

    Est-ce que c’est immoral d’être esclave ? (oui, je le pense, c’est aussi avilissant que d’être maître). Est-ce qu’il y a un autre choix ? Lequel ?

    On trouve des bribes de réponse un peu partout dans le monde, on a bien des exemples de micro-sociétés aussi bien dites primitives que matriarcales, de personnalités féminines qu’on appelle « fortes » et tout un tas de débats sur le genre qui nous font légèrement pressentir qu’au-delà du fait que la femme est un être humain comme les autres, elle a ses caractéristiques propres.
    Mais c’est peu, non ? Comme vous le concluez, il nous (les femmes) faut maintenant produire cette culture, notre culture.

    Décrire cette frontière et la dépasser, c’est dur. Me réapproprier mon corps, mon image, alors que je vis tous les jours dedans, comment faire ? J’ai bien aimé tomber sur votre article, ça continue de me poser la question.

  1. 27 février 2017

    […] François-Ronan : A la recherche du porno féministe […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *