La littérature d’idées et ses autrices

Ce semestre, je reprends la responsabilité du cours de Littérature d’Idées, à destination des premières et deuxièmes années de licence, que j’avais assuré déjà l’année dernière et dont j’avais dit quelques mots ici. La description pédagogique de ce cours par les brochures de l’université est pour le moins laconique. Elle tient à vrai dire en un paragraphe unique :

La littérature dite « d’idées » s’inscrit à la charnière entre l’écriture littéraire et les grands secteurs de l’histoire des idées : pensée morale, politique, religieuse ; réflexion esthétique, philosophique, scientifique… Elle compte des œuvres majeures dont les noms de Montaigne, de Pascal, de Voltaire ou de Sartre, parmi bien d’autres, suffisent à prendre la mesure. L’objectif général du cours est l’étude de quelques formes et genres particulièrement représentatifs de cette littérature – qui, pour être « d’idées », ne cesse pas pour autant d’être pleinement littérature.

Je suis loin de m’en plaindre du reste : ce laconisme laisse une grande liberté à l’enseignant qui assure le service chaque semestre. L’année passée, au premier semestre, j’avais orienté mon cours vers une analyse des marges de la littérature, en incluant dans le corpus des écrits philosophiques de Lucrèce et Descartes, ainsi qu’un texte académique, de Gérard Genette. Parallèlement, j’avais travaillé avec les étudiants sur la question des formes de la littérature d’idées et des techniques littéraires qu’elle impliquait : rhétorique, versification, écriture fragmentaire, etc. Le concept de littérarité était ainsi au centre de mon propos. J’ai hélas égaré le carnet de textes que j’avais composé pour l’occasion et qui servait de support aux cours, en même temps qu’une lecture cursive, choisie par les étudiants parmi les trois titres proposés alors : le Chemin de longue estude de Christine de Pizan, les Entretiens sur la pluralité des mondes de Fontenelle et le Corydon d’André Gide.

Ce programme, tout comme le paragraphe descriptif du cours que je viens de citer, avait au moins un défaut majeur : l’absence quasi totale de femmes dans le corpus des auteurs étudiés. Christine de Pizan à elle seule ne saurait combler ce vide. De mémoire, le carnet de textes proposait des textes de Descartes, Lucrèce, Racine, Cioran, Queneau, Char, Vauvenargues, La Rochefoucauld, La Bruyère, Montaigne, Barthes, Genette, Stendhal, Asimov, Jean de Léry et sans doute un ou deux autres. Que le sujet d’évaluation fût tiré d’un essai de Virginia Woolf n’était pas grand-chose comparé à ce cortège exclusivement masculin.

Cette année, j’ai décidé d’aborder le cours avec un corpus sensiblement différent et, sinon exclusivement féminin, du moins principalement tel. La plupart des séances seront ainsi consacrées à une autrice et à un ou plusieurs de ses textes importants, découverts par extraits, que des extraits d’autres auteurs, masculins pourquoi pas, viendront éclairer ou mettre en contexte. Il n’a pas nécessairement été facile de construire un pareil programme. Les autrices sont souvent moins connues que leurs contreparties masculines et leurs textes sont moins facilement accessibles. Surtout, elles ne sont pas toujours très représentatives des connaissances que l’on souhaiterait transmettre aux étudiants à propos des formes littéraires dont il est question et des contextes où elles se développent.

La question de la représentativité des auteurs étudiés est assurément délicate. D’un côté, il est évident que la vertu même d’un corpus principalement féminin réside dans sa propension à contester une certaine histoire littéraire, reçue et devenue académique par la force des choses, et qui est loin de refléter la diversité des écrits. Le récent ouvrage dirigé par Martine Reid, Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire, l’a bien souligné (voir ma recension pour la revue Contextes). De l’autre, il est également indéniable que, dans la suite de leurs parcours, nombre d’étudiants auront à faire la preuve de leurs connaissances de cette histoire convenue, qui n’est pas, du reste, par elle-même, entièrement fautive, pour être partiale et partielle. Mon rôle est donc à la fois de transmettre des connaissances qui seront exigées par d’autres enseignants, lors d’examens ou de concours que je ne prescrirai pas, et d’offrir une autre perspective aux étudiants et aux étudiantes.

En gardant à l’esprit ce double impératif qui risquait fort de se révéler souvent contradictoire, j’ai donc composé pour les douze séances de cours le programme suivant, où les séances 9, 10 et 11 sont des séances flottantes répondant aux nécessités des modalités de contrôle continu :

  1. Introduction générale
  2. Isabelle de Charrière : Lettres d’un évêque français à la nation (1789)
  3. Olympe de Gouges : L’Esclavage des nègres (1789)
  4. Madeleine de Sablé : Maximes de Mme de Sablé (1678)
  5. Marie de Gournay : « Préface sur les Essais de Michel, seigneur de Montaigne, par sa fille d’alliance » (1595)
  6. Christine de Pizan : Le Chemin de longue estude (1403)
  7. Nathalie Sarraute : L’Ère du soupçon (1956)
  8. Virginia Woolf : « Modern Fiction » (1919) et « Craftmanship » (1937)
  9. Évaluation
  10. Évaluation
  11. Exercices
  12. Bilan

Le choix des autrices répond par ailleurs à plusieurs de mes critères ordinaires. Elle se caractérise d’abord par une prédominance de la littérature médiévale et moderne, avec Isabelle de Charrière, Olympe de Gouges, Madeleine de Sablé, Marie de Gournay et Christine de Pizan. C’est cette littérature qui est finalement la moins familière et la plus difficile à aborder pour les étudiants. J’ai déjà pu constater, l’année passée, que nombre d’entre eux quittaient le lycée avec la conviction que l’Ancien Régime était un monde découpé, du point de vue de l’histoire littéraire, en deux gros blocs : celui d’un classicisme purement formel, longue ode à la gloire de la monarchie louisquatorzienne et dépourvue de complexité politique et celui des Lumières, plein de courageux philosophes progressistes à qui nous devrions tout. Ces mythes tenaces et particulièrement nuisibles à la compréhension des textes — de tous les textes — de l’époque moderne doivent être repris à nouveaux frais au début de la licence.

Plus spécifiquement, ces textes permettent de retrouver certains des points abordés lors de la précédente version de mon corpus pour ce cours. Ainsi L’Esclavage des nègres d’Olympe de Gouges, en tant que pièce de théâtre, permet d’éviter la réduction trop facile de la littérature d’idées à la seule catégorie quasi exclusivement contemporaine de l’essai ou au triptyque trop pratique Montaigne-moralisme d’Ancien Régime-essai littéraire du vingtième siècle. Parallèlement, le texte « Craftmanship », outre qu’il permet d’entendre le seul enregistrement de la voix de Virgnia Woolf (librement disponible au lien donné ci-dessus), puisque le texte est la transcription de l’intervention de celle-ci dans la série radiophonique Words Fail Me de la BBC, permet de faire prendre conscience aux étudiants que la littérature d’idées ne prend pas toujours la forme univoque d’un texte publié à destination des lecteurs et qu’elle peut reposer sur d’autres médias, tenir du discours politique, de la philosophie ou du journalisme.

Ce double aspect — médiatique et générique — est interrogé par les extraits de Madeleine de Sablé et par la préface de Marie de Gournay. D’un côté, les textes de la marquise de Sablé permettent de revenir sur l’élaboration sociale, à la fois orale et écrite, de certaines œuvres désormais figées des milieux salonniers, de la chambre bleue d’Arthenice jusqu’au milieu du XIXe siècle. De l’autre, la préface de Marie de Gournay interroge, en tant que paratexte à une œuvre désormais reconnue comme littéraire, les critères historiques d’attribution de cette littérarité.

À l’inverse, les textes littéraires pour ainsi dire autocentrés de Sarraute et Woolf, où la littérature parle de la littérature, permettent de mettre en perspective la conception que celle-ci a d’elle-même en tant qu’art autonome. Alors que la question de la technique rhétorique est toujours présente dans les discours modernes sur Montaigne, comme celui de Marie de Gournay, cette grille de lecture se défait à mesure que l’esthétique des Lumières puis du romantisme, aux débuts de l’époque contemporaine, isolent la littérature en particulier et les arts en général. La carrière de Nathalie Sarraute en est particulièrement symptomatique.

Et c’est cet aspect aussi que le corpus choisi permet d’explorer : celui des carrières et des positionnements des différentes autrices. La place de Christine de Pizan à la Cour puis dans les milieux intellectuels des XIVe et XVe siècles, avant et après la mort de Charles V est, à bien des égards, autrement plus favorable que la situation difficile qui est celle de Marie de Gournay, dans une République des Lettres assez hostile tant à sa participation féminine qu’à son héritage montaignien. Ces préoccupations ne sont pas celles de Madeleine de Sablé, exemple typique de la littérature nobiliaire parisienne de la seconde moitié du XVIIe siècle, dans l’entourage de Port-Royal. Aucune autrice n’est évidemment isolée de son contexte socio-culturel et toutes offrent une porte d’entrée à l’étude de problèmes plus vastes.

Parmi ces questions qu’elles permettent de traiter, on trouve un grand nombre des attendus académiques en matière de littérature d’idées. Les textes de la marquise de Sablé sont évidemment l’occasion de revenir sur le moralisme classique, avec La Bruyère, Pascal et La Rochefoucauld, tout autant que sur ses héritiers au siècle suivant, comme Vauvenargues. Marie de Gournay appelle quant à elle la figure fondatrice du genre essayistique : Michel de Montaigne. Quant à Nathalie Sarraute, elle est l’une des innombrables représentant-e-s de l’essai littéraire français de la seconde moitié du vingtième siècle.

Bien sûr, un pareil programme ne couvre pas tous les problèmes — aucun corpus ne le peut. Je regrette pour ma part l’absence d’Anne Dacier, qui aurait pu permettre un point sur la Querelle des Anciens et des Modernes, sur la traductologie de l’époque moderne et sur la transition entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Il aurait cependant fallu, pour lui faire une place, sacrifier soit Olympe de Gouges, soit Isabelle de Charrière ; or, l’Esclavage des Nègres et les Lettres, publiés la même année, permettent d’étudier plus en détail la production révolutionnaire. Je regrette encore de n’avoir pu trouver, faute de connaissances suffisantes de ma part, de textes d’autrices capables d’ouvrir à une étude des genres théologico-pamphlétaires des guerres de religion puis, plus tard, de la révocation de l’Édit de Nantes. La vaste littérature d’opposition port-royaliste, bien étudiée, pour ce qui est des religieuses, par Agnès Cousson (on peut lire une note de lecture sur son ouvrage, l’Écriture de soi, par Daniel Vidal dans les Archives de sciences sociales des religions) aurait pu fournir un substitut fort intéressant mais qui aurait exigé de trop longues explications quant aux implications politiques et religieuses de la situation. J’aurais voulu encore étoffer la période médiévale en mettant en parallèle Christine de Pizan et Hildegarde de Bingen.

De la même manière, ma méconnaissance et mon désamour chroniques pour le XIXe siècle m’ont laissé un peu court sur la question. J’ai songé à puiser dans les correspondances, par exemple chez George Sand. Il est fort possible que ce soit du côté de ce siècle que certains exercices iront chercher, pour combler le relatif silence du reste du cours.

En somme, un programme bien imparfait — dont j’espère néanmoins qu’il parviendra à concilier les exigences académiques et la nécessité d’un regard critique.

Illustration : Christine de Pizan, enluminure du manuscrit des Cent Balades, Londres, British Library, Harley MS 4431, fol. 4.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *