IPPR Porn Report

Il y a deux jours, un rapport paraissait sur la perception de la pornographie par les adolescents britanniques. En un temps où le gouvernement conservateur tente de contrôler, en Grande-Bretagne, la diffusion de la pornographie sur Internet, ce rapport se trouve être du pain béni pour les médias alarmistes toujours prompts à dénoncer l’influence pernicieuse des images pornographiques sur la vie personnelle de la population en général et des adolescents en particulier. Le recours aux dangers que la pornographie ferait courir à la jeunesse est un instrument typique de la rhétorique anti-pornographique, même s’il n’est pas beaucoup plus falsifiable que son grand concurrent, l’argument du rapport causal entre pornographie et viol. Quoi qu’il en soit, le rapport de l’Institute for Public Policy Research a reçu un traitement médiatique bien troublant.

On peut facilement accéder au rapport de l’IPPR en ligne. Il est intitulé Young people, sex and relationships: The news norms et les questions sur la pornographie forment une petite partie de l’ensemble, subordonnées à la question des espaces virtuels, qu’elles paraissent d’ailleurs devoir complètement épuiser. C’est pourtant bien la pornographie qui est mise en avant dès la deuxième des trente-cinq pages du rapport, qui en tire par ailleurs des conclusions relativement alarmistes sur la souffrance psychologique causée par une prétendue omniprésence de la pornographie, en accomplissant un saut logique considérable — faille de raisonnement que les médias s’empressent de répercuter. Le rapport, parfois présenté comme une enquête scientifique, est en réalité une (petite) enquête statistique.

Si le rapport débute bien entendu par une protestation de parfaite objectivité, la brève liste de références donnée dans les dernières pages est massivement dominée par des recherches anti-pornographiques. Naturellement, le biais de l’enquête de perception statistique permet d’enregistrer un état des mentalités en convergence avec le traitement médiatique de la pornographie, si bien que le rapport ne dit à peu près rien des usages pornographiques des enquêtés et des possibilités ou limites de ce domaine culturel, mais tout de la réceptivité de ces enquêtés au discours moraliste ambiant dans le débat britannique. De toute évidence, les rédacteurs du rapport ne sont pas conscients de la considérable fragilisation, de ce point de vue, des conclusions tirées de leurs données par ailleurs bien minces.

Sur ces bases, le site Time.com produit, par la plume de Megan Gibson, un article, le 20 août, qui constitue un exemple de non-enquête journalistique. L’article, ingénieusement intitulé « Most Teenagers Believe Porn Is Damaging. Could Sex Ed Be The Answer? », est à l’image de son titre : il suppose une parfaite lucidité chez les enquêtés et un rapport aussi immédiat que non-moralisé avec les artefacts de la culture pornographique. Le saut conceptuel entre perception de la pornographie et conséquences de la pornographie est accompli sans aucun scrupule par la directrice adjointe de l’IPPR, Dalia Ben-Galim, citée par Megan Gibson :

« This new polling data shows that pornographic images are pervasive in teenagers’ lives and that young women in particular are acutely conscious of how damaging they can be, » said IPPR associate director, Dala Ben-Galim, about the poll’s resultats. « It paints a worrying picture about the way online pornography is shaping the attitudes and behavior of young people. »

L’hypothèse la plus généreuse consiste à supposer que Ben-Galim n’a pas lu le rapport qu’elle commente et qui ne dit rien de la manière dont la pornographie influence censément les attitudes et le comportement des jeunes gens. En revanche, comme le prouve la première partie de sa citation, elle a tout à fait compris que le rapport procédait avec une hypothèse de départ : que la pornographie était dangereuse. Si Dalia Ben-Galim, docteure en social policy et spécialiste des questions d’emploi et de famille, n’a aucune compétence à juger des résultats d’une enquête sur la pornographie, on pouvait espérer que sa formation scientifique lui permette de surmonter les difficultés logiques considérables présentées par le rapport.

La seconde autorité scientifique citée par Megan Gibson n’offre pas un gage de sérieux plus grand. Miranda Horvath, docteure en psychologie, enseigne la psychologie légale à l’Université du Middlesex à Londres. Si son curriculum vitae est plus que respectable, force est de constater que son expérience en matière d’analyse de la pornographie est, en revanche, minime : en dehors d’un rapport présenté un peu partout, l’année dernière, sur les dangers de la pornographie pour les enfants, l’essentiel des travaux de Horvath concerne la violence sexuelle et les violences conjugales, deux thèmes qui, associés avec la pornographie, rappellent inévitablement les belles heures des porn wars. Megan Gibson ne se trompe pas sur les qualifications un peu flottantes de sa spécialiste dans le domaine, puisque Miranda Horvath est présentée avec la très prudente formule « who has done research on pornography ».

La question ne serait évidemment pas de réduire au silence les tenants de l’anti-pornographisme, mais de produire un journalisme d’information scientifique qui n’exploite pas la veine trop facile de la porn panic. Si peu de temps après la fondation, d’ailleurs un peu médiatisée, de la revue Porn Studies, il eût été pourtant facile à Gibson de trouver des universitaires dont la perspective alternative eût été utilement confrontée aux propos convenus de Ben-Galim et Horvath. Au-delà même de ces erreurs journalistiques, il est extrêmement préoccupant de voir valoriser des rapports mal conçus aux données rares et mal exploitées. Le sérieux de politiques publiques de censure fondées sur de pareilles sources ne peut que laisser songeur.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *