Vers une édition pédagogique d’Isabelle de Charrière

Le 7 août dernier, une question anonyme a été posée sur le site Academia Stack Exchange, une plateforme dédiée aux questions et aux réponses des universitaires à propos d’une grande variété de sujets touchant à leur pratique professionelle : aux questions de recherche, que l’on trouve déjà dans certains réseaux sociaux comme Research Gate se mêlent des questions déontologiques, politiques ou purement pratiques. La question du 7 août portait ainsi le titre suivant : «Should I inform students that there are cheaper alternatives to the on-campus book store ?». Je la reproduis ici intégralement :

The bookstore at my American university is an outpost of Barnes and Noble, charges much higher prices than can be found on Amazon, and in my opinion offers very poor service. Among other things that upset me, they prohibit students from browsing the stacks of textbooks — instead you are supposed to tell the staff what you want, so they can retrieve it for you.
I prefer to mass e-mail my students in advance of the course and urge them to buy their books for my class at Amazon, used if at all possible.
Is there anything unethical, or that could possibly get me into trouble, about this ?

De semblables questions se posent d’autant plus régulièrement à l’enseignant de lettres qu’il utilise non seulement une littérature secondaire mais des supports premiers livresques pour son enseignement : les fameuses œuvres au programme. J’exerce pour l’heure dans une université où plusieurs professeurs ont pris l’habitude de fournir gratuitement à leurs classes les textes à étudier, quand ceux-ci étaient dans le domaine public, grâce aux services de reprographie de l’université, dont le destin est du reste rendu incertain par l’ambition des regroupements universitaires d’opérer des économies d’échelle dans les services supposément mutualisables, c’est-à-dire officieusement non-essentiels. Il est en tout cas évident que même sur des campus d’humanités très bien pourvus en bibliothèques universitaires, comme c’est notoirement le cas de Grenoble, il est difficilement envisageable que toute une promotion se procure les éditions des œuvres au programme grâce à l’abonnement qui leur y est dû et le recours à des produits éditoriaux commerciaux impliquent nécessairement d’augmenter a posteriori les frais de scolarité.

Ces frais secondaires liés à l’achat des œuvres au programme sont loin d’être anecdotiques et des vagues de mécontentement fréquentes se soulèvent par exemple contre certains programmes d’agrégation particulièrement onéreux. Un programme d’agrégation de lettres modernes comporte typiquement un ouvrage par siècle au moins, à partir de l’époque moderne jusqu’au XXe, plus un ouvrage médiéval, plus deux fois trois ouvrages pour les deux questions de littérature comparée, soit, en d’autres termes et dans le meilleur des cas, 12 volumes. Même avec une hypothèse basse de 15 euros en moyenne par volume, nous aboutissons à 180 euros supplémentaires, pour des textes qui sont au moins pour moitié dans le domaine public.

Par curiosité, j’ai calculée, me fondant sur les tarifs pratiqués par Amazon, le prix d’achat à neuf des éditions suggérées pour les programmes d’agrégation de lettres modernes et de lettres classiques sortis ce printemps, donc destinés à la session 2015. J’obtiens la somme de 127.80 euros pour le programme de lettres modernes et 318.90 pour le programme de lettres classiques. Naturellement, les prix peuvent varier considérablement, si l’on songe d’un côté au caractère ultra-compétitif des prix des éditions de poche sur Amazon et de l’autre à la possibilité de se procurer d’occasion certains ouvrages du programme de lettres classiques, traditionnellement très dispendieux. Mais il faut également considérer que certains ouvrages mis par fragments au programme sont en réalité des parties d’ensembles littéraires plus vastes dont on attend officieusement que le candidat les connaisse : il est par conséquent important de se les procureur. C’est le cas pour l’Iliade au programme de lettres classiques, mise pour un tiers mais dont l’achat en coffret triple le prix ou pour le Temps retrouvé, dernier roman de la Recherche du Temps Perdu de Marcel Proust, qu’il parait difficile d’étudier sans connaître les précédents. À cela viennent s’ajouter les collections complètes des ouvrages de vulgarisation, un par œuvre, qui paraissent chaque année et peuvent conduire le candidat un peu inquiet à doubler sa mise. Le caractère gratuit du concours de l’agrégation devient, on le voit, assez théorique dans de pareilles circonstances. Rappelons que le pourcentage d’admis pour l’agrégation de lettres modernes, en 2013, s’élevait miraculeusement à 15.96% (39.68% en lettres classiques) : la mise est donc (très) rarement rentable.

Sur une année, la situation d’un étudiant de licence n’est pas foncièrement différente. Si je prends la maquette de la première année de licence de lettres modernes, disponible sur le site de l’Université Stendhal—Grenoble 3, l’étudiant doit suivre entre 8 et 10 cours susceptibles d’avoir entre 1 et 3 œuvres au programme : on aboutit à des calculs voisins de ceux de l’agrégation. Même en prenant systématiquement une hypothèse basse, sur une scolarité longue de six ans — cinq ans jusqu’au master plus un an de préparation à l’agrégation, un élève qui ressortirait par le haut de son cursus de lettres modernes aura effectivement payé l’équivalent de 7 années de cours pour 6 ans de cours suivis, l’une de ces 7 années revenant aux sommes accumulées qu’il aura consacrées à se procurer les œuvres au programme.

Je souhaitais donner cette année, au seconde semestre de la deuxième année de licence, une œuvre d’Isabelle de Charrière pour les cinq séances du cours d’étude de textes du XVIIe et du XVIIIe siècles que j’assure en collaboration avec un collègue. Une brève recherche sur Amazon donne des résultats assez décevants en termes de produits éditoriaux commerciaux : des éditions anciennes, disponibles en faible quantité, difficiles à se procurer autrement que par Internet et dont les prix, s’ils sont souvent inférieurs à la dizaine d’euros, restent bien de dix euros supérieurs à la valeur monétaire légitime de ces textes gagnés depuis plus de deux siècles par le domaine public : la gratuité. Il existe bien des éditions numériques, gratuites mais souvent de très mauvaise facture, qui présentent un texte altéré, sans annotation, et finalement assez peu maniable — notamment, difficile à imprimer.

Face à une pareille situation, j’ai décidé de produire moi-même une édition d’un texte d’Isabelle de Charrière, Le Noble, petit conte parodique et politique du milieu du XVIIIe siècle. Les principes de l’édition sont simples : fournir un texte court annoté pour l’usage en classe, dans l’enseignement supérieur, en format PDF, qui puisse être facilement imprimé à moindre coût par les services de reprographie non commerciaux de mon université, ou utilisé en version numérique. Déposer le texte de l’édition (préface, annotations, bibliographie, etc.) sous une licence Creative Commons prohibant l’usage commercial devrait également me permettre de le diffuser sans hésitation en ligne, pour le mettre à la disposition de l’ensemble de la communauté.

Ces principes éthiques posés, qui me paraissait les seuls susceptibles de satisfaire la mission d’enseignement public qui est la mienne, il ne manquait plus que la réalisation concrète de l’édition. Évidemment, je dispose d’assez peu de temps, entre la préparation effective des cours, la thèse, l’entretien de ce carnet et divers projets de recherche annexes sur l’audiovisuel contemporain et la rhétorique d’Ancien Régime, pour établir un texte. Certaines étapes devaient ainsi nécessairement être facilitées et comme mon projet était une édition pédagogique, d’abord pour mon propre usage et celui de mes étudiants, et non l’édition critique d’un texte provisoirement définitif, une longue entreprise de collation était par avance exclue.

Je me suis donc procuré sur Gallica la dernière édition imprimée d’œuvres d’Isabelle de Charrière qui ait été gagnée par le domaine public et qui comprenne Le Noble, une édition par Philippe Godet au début du XXe siècle. La page numérisée sur Gallica étant très nette, elle avait été très tôt et très facilement transcrite, de sorte que le texte du Noble était déjà présent à divers endroits, sur Internet, mais il m’a paru important de le relever manuellement et scrupuleusement une nouvelle fois, plutôt que de me fonder sur les transcriptions précédentes. Ceci fait, comme le texte établi par Philippe Godet comportait d’évidents remaniements typographiques au regard des pratiques de l’époque moderne, des remaniements que je n’excluais pas de conserver pour faciliter la lecture d’étudiants encore peu familiers des particularités de présentation des textes d’Ancien Régime, mais dont je devais évaluer l’ampleur, j’ai cherché une édition d’époque. Je me suis ainsi procuré, toujours grâce à Gallica, sur le deuxième tome du sixième volume d’une Bibliothèque choisie de contes, de facéties et de bons mots, daté de 1787, qui s’ouvre sur le texte d’Isabelle de Charrière et j’ai entrepris à partir de cette source une collation avec la version de Godet, pour identifier les changements et repérer les endroits où l’éditeur du XXe n’avait pas respecté son propre système typographique, pour le rétablir.

Cette première étape finie, j’ai entrepris de rassembler une bibliographie en fin d’ouvrage. Conformément aux principes initiaux de l’édition, j’entendais n’y proposer qu’une littérature secondaire qui fût aisément et gratuitement accessible en ligne, comme devraient l’être à mon sens l’ensemble des productions académiques. La récolte fut particulièrement décevante et la tentation a été grande d’étendre une bibliographie bien mince en rajoutant les ouvrages étendus et importants publiés sur Isabelle de Charrière, mais j’ai finalement préféré m’en tenir à mes premiers principes. De pareils choix, qui tranchent avec les pratiques éditoriales ordinaires, nécessitent, si le texte doit être diffusé plus largement que dans ma propre classe, comme je l’envisage, une présentation de l’édition elle-même : j’ai donc rédigé plusieurs pages en expliquant la genèse, le fonctionnement et les développements futurs envisagés. Je conçois en effet ce projet comme une édition collaborative, susceptible de profiter des annotations ou des références bibliographiques (ou anciennes et nouvellement mises à disposition du public).

Il reste encore deux travaux d’édition à mettre en œuvre pour que cette version du Noble soit utilisable. Le premier, que j’ai commencé, est celui de l’annotation systématique du texte. La fin pédagogique que se propose l’édition implique de bien cerner les difficultés du texte, notamment en matière de langue et de réalités culturelles, et d’éclairer de manière circonstanciée et sans érudition excessive les nombreuses références littéraires qui le tissent. C’est par exemple ce travail d’annotation qui, une fois que je l’aurais terminé de mon côté, bénéficierait de l’intervention de meilleurs spécialistes que moi-même. Une préface complètera par ailleurs le dispositif.

Cette édition est encore pour l’heure une expérience et de nombreuses interrogations demeurent. Comment sera-t-elle reçue par les collègues immédiats et par les étudiants ? La diffusion au sein de la classe et son usage en cours sera-t-elle satisfaisante ? Pourra-t-elle susciter l’intérêt d’une communauté académique un peu plus large ? De pareils projets sont-ils envisageables pour des textes plus loin ? Quels outils d’hébergement et de visibilité devrais-je adopter pour rendre accessible de pareils travaux ?


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *