Twitter : un an après

Le 3 juin dernier, je (ne) fêtais (pas) ma première année passée sur Twitter. À cette occasion, comme beaucoup, j’ai eu la curiosité de retrouver le premier de mes tweets. À l’époque, j’y signalais la parution récente de ma traduction d’une nouvelle de Virginia Woolf, les « Jardins de Kew », dans un numéro estival de la revue poético-académique, Le Pan des Muses. Aujourd’hui, un an et deux mois plus tard, avec 10 049 tweets au compteur, je crois que le moment est venu de faire le bilan de cette année passée sur la twittosphère académique.

L’année dernière, je ne savais rien de Twitter. N’ayant jamais été un grand adepte des réseaux sociaux, sans compte Facebook, je me lançais dans la médiatisation de ma recherche sur Internet un peu à l’aveuglette et le carnet fut la première étape d’une démarche d’appropriation des outils numériques. L’usage de Twitter, d’Academia, de l’archivage quasi systématique sur halSHS et, plus récemment, de ResearchGate intervenait plus d’un an après mes premières publications, alors que j’étais convaincu depuis un certain temps qu’Internet offrait la meilleure visibilité aux productions scientifiques, non seulement à l’intérieur de la communauté par laquelle elles sont habituellement consultées, mais encore au-delà de celle-ci, comme j’avais pu en faire l’expérience au moment de la publication d’une traduction d’un essai de Virginia Woolf, « Comment devrait-on lire un livre ? », qui avait été bien reçue parce que je l’avais publiée dans une revue au fil de l’eau, en ligne, L’Atelier de Théorie Littéraire, hébergée par le portail très fréquenté de Fabula. Cette première expérience me disposait favorablement à l’ouverture d’un carnet et, une fois Contagions en publication, l’usage que d’autres carnetiers de la communauté pouvaient faire de Twitter, et dont il était parfois question dans certains billets, m’a donné de la curiosité pour ce réseau.

Le carnet Technologies discursives de Marie-Anne Paveau, qui propose en autres une entrée sur le hashtag, a achevé de me convaincre et je me suis lancé à l’assaut de Twitter. Mon intention dès le départ était donc de l’utiliser comme un outil scientifique, un instrument de travail et c’est aujourd’hui encore mon principal usage du réseau. Rapidement, j’ai eu l’occasion de m’abonner à d’autres carnetières de la plateforme et, de fil en aiguille, à d’autres membres de la communauté académique, francophone, anglophone, hispanophone, lusophone et germanophone. À aucun moment je n’ai été embarrassé par les prétendues limitations du format et l’argument récurrent d’une pensée simpliste exprimée en un nombre trop réduit de caractères me parait relever d’une profonde méconnaissance des habitudes des usagers, en tout cas sur la twittosphère académique. Non seulement Twitter est un instrument de lien, de redirection des lecteurs vers des contenus parfois très développés, du billet au livre en passant par l’article scientifique, mais il est fréquent qu’un message s’inscrive dans une succession de tweets qui développe un discours construit — le sociologue Denis Colombi étant un grand spécialiste de ces #LT parfois assez longs.

L’idée d’échanger avec des personnes que je n’avais jamais vues devait me poser peu de problèmes, habitué que j’étais, depuis mon adolescence, des MMORPG, des forums, des mailing lists et de l’IRC. En tant qu’historien moderniste de la littérature, je ne peux du reste jamais m’empêcher d’éprouver une certaine perplexité pour la méfiance face aux médias sociaux, tant il est vrai que la communication en co-présence a rarement été la norme des échanges scientifiques, que ce soit pour les relations personnelles ou la transmission d’informations générales. Le récent ouvrage collectif dirigé par Héloïse Hermant et Pierre-Yves Beaurepaire présentent des études très éclairantes sur les pratiques de communication sans co-présence que permettent les correspondances entre érudits à l’époque moderne. On trouvera par ailleurs de nombreuses informations sur la question sur le carnet de l’ANR CITERE, dans laquelle, si je ne m’abuse, ces travaux s’inscrivent. De ce point de vue, la twittosphère académique est pour moi l’une des expressions d’une réalité médiatique contemporaine dont je ne crois pas qu’elle soit toujours fondamentalement différente des pratiques traditionnelles de la République des Lettres.

Du reste, tous les universitaires, on s’en doute, ne font pas le même usage de Twitter : certains postent très peu sur le réseau et se contentent de délivrer des informations à caractère purement académique. Ce choix d’une retenue du reste bien compréhensible les place en situation de veilleurs des liens, dans une réserve dont ils sortent ponctuellement pour poser des questions à d’autres universitaires, lorsque ceux-ci rendent compte, en direct ou en différé, d’un colloque, d’un séminaire ou de leur participation à telle ou telle réunion. Dans ces cas-là, Twitter est un périodique au fil de l’eau, une sorte de Journal des savants partagé. Suivre les bons lieurs est alors un moyen de compléter sa veille scientifique ou professionnelle sur tel ou tel sujet et l’organisation des comptes en listes permet de gérer efficacement un grand nombre d’abonnements — mais je ne souhaite pas rentrer ici dans le détail du fonctionnement technique du réseau.

D’autres utilisateurs, et c’est d’ailleurs mon cas, font le choix de proposer à la fois un contenu scientifique dont l’importance quantitative et la diversité peut varier considérablement d’un membre à l’autre, et des impressions personnelles, sur ce contenu lui-même ou sur différents aspects de leur existence. C’est un marronnier du traitement médiatique des réseaux sociaux que de leur attribuer le développement d’un narcissisme contemporain ou tout du moins de voir en eux le symptôme d’un intérêt morbide pour sa propre personne. Au sein de l’université, ce lieu commun se double du consensus tacite, du moins dans certains disciplines, qui conduit à l’amuïssement de toute expérience personnelle extra-professionnelle dans l’espace commun, comme si le critère de l’authenticité était l’impersonnalité et toute déviation une vanité condamnable. Il y aurait beaucoup à dire sur cette conception impersonnelle et parfois presque sacerdotale du travail universitaire, mais je me contenterai de remarquer ici — et l’on se reporta par ailleurs aux billets des différents contributeurs aux Espaces réflexifs, sur cette plateforme, au fil des années — que l’inclusion du personnel dans la communication scientifique peut constituer une exigence méthodologique et l’une des conditions éthiques d’un exercice sain de la profession de chercheur. Prétendre que l’existence quotidienne d’un chercheur n’est pas constituée par l’imbrication permanente de ses activités personnelles et de ses activités professionnelles, particulièrement dans des disciplines où, comme dans les sciences humaines et sociales et même à plus forte raison dans les humanités, il est possible de travailler la plupart du temps chez soi, prétendre que la recherche est une activité intellectuelle objective séparée du quotidien personnel, c’est construire une mythologie académique dont les conséquences sont parfois dévastatrices pour ceux qui ne parviennent pas à porter aussi bien qu’ils l’espéraient le masque d’une belle neutralité et d’une courageuse indifférence aux vicissitudes de l’existence mortelle.

Qu’une universitaire puisse consacrer certains jours l’essentiel de son activité sur Twitter à évoquer de sa vie personnelle, comme le fait par exemple Lee Skallerup, et proposer d’autres jours un contenu exclusivement scientifique me parait tout naturel. J’ajouterais du reste que la construction de tout bon réseau passe sans doute par l’impression de pouvoir échanger avec les acteurs de ce réseau : il m’est personnellement beaucoup plus facile de sentir une discussion possible avec des personnes dont j’ai vu le potager se construire en même temps que la recherche se développer qu’avec un flux RSS. Mon propos encore une fois n’est pas de prescrire un bon usage de Twitter, parce que le principe de tout bel outil est d’avoir différentes affordances, mais de mettre en évidence l’intérêt des usages les moins conformes à une certaine conception de la vie universitaire.

Avec celle il faut évidemment considérer que Twitter n’est pas qu’un lieu de publication ; le réseau est aussi un espace de discussions, aspect peut-être le plus méconnu par les universitaires qui n’en font pas l’usage. Ces derniers jours, j’ai ainsi eu le plaisir de discuter longuement avec Maïeul Rouquette, du carnet Apocryphes, Franziska Heimburger, de La Boîte à Outils, Sébastien Poublanc, du carnet Digital History, et Marine Gout une discussion qui accompagnait l’échange de commentaires sur mon avant-dernier billet, consacré à LaTeX. De la même façon, c’est par Twitter qu’Émilien Ruiz, du carnet Devenir historien-ne, après mon commentaire sur le billet d’Émilie Gimenez et Maxime Martignon, « Des usages historiens de la littérature », m’a invité à participer aux colonnes de Devenir historien-ne — avant de me signaler que son commentaire sur le billet consacré à LaTeX sur Contagions avait probablement été victime du filtre antispam de WordPress. J’utilise ces quelques exemples pour montrer l’erreur qu’il y aurait à considérer Twitter comme un réseau indépendant : il est ici employé par la communauté d’Hypothèses pour échanger autour des différentes publications de la plateforme. Ce sont d’ailleurs avec des carnetiers et des carnetières que mes échangent sont les plus fréquents.

Outil de veille, outil de communication, Twitter est aussi, c’est évident, un outil de valorisation de ses propres publications, pour l’universitaire qui l’utilise. J’ai eu la surprise de constater ces dernières années que l’idée de promouvoir sa recherche paraissait répugnante à certains universitaires et je dois avouer que la raison m’en échappe un peu. De mon point de vue, la responsabilité première du chercheur est de produire une recherche qu’il pense de qualité, que cet avis soit ou non partagé par la communauté, et sa responsabilité seconde, qui en est la suite logique, est de participer activement à la transmission de cette recherche, d’abord, s’il en a l’occasion, et c’est une chance, par l’enseignement, ensuite par d’autres moyens. La publication transforme cette responsabilité en exigence de plus en plus pressante dans la gestion de carrière des chercheurs, la valorisation de ces publications est une étape tout aussi importante. Déposer ses articles dans une archive ouverte est un geste primordial dont je crois d’ailleurs qu’il devrait devenir obligatoire, mais il ne saurait constituer la fin d’un accès ouvert à la recherche. Croire que le dépôt ou même la publication en ligne constitue entièrement l’accès ouvert à la recherche reviendrait à croire que les systèmes de la famille UNIX sont ouverts à leurs utilisateurs sous prétexte qu’il est possible de les utiliser pleinement. En d’autres termes, l’accès ouvert à la recherche devrait nécessairement comprendre une réflexion sur l’accessibilité des ressources mises en ligne et ce travail d’accessibilité passe par un travail de communication scientifique, de médiatisation des publications, dont les carnets de recherches et les comptes Twitter académiques participent.

Veille, communication, valorisation, Twitter est enfin un outil de mise en forme des conclusions scientifiques. Puisque l’écriture est un processus actif au cours duquel les idées se construisent et non la simple transcription manuelle d’un texte qui existerait idéalement dans l’esprit de celui qui le compose, Twitter peut fort bien remplir le rôle du carnet de notes que certains universitaires utilisent par ailleurs, au moins en partie. Ce carnet de notes-là à l’avantage de pouvoir devenir collaboratif et participatif, parce qu’il permet de recueillir les impressions des autres utilisateurs membres de la communauté. Ce n’est pas à dire qu’il puisse remplacer entièrement un carnet de notes, pas plus que la communication qu’il permet n’est susceptible de se substituer aux séminaires in praesentia ou au colloque, ni non plus de prétendre que chaque réflexion en cours mise en forme par et pour Twitter suscite l’immédiate réaction collective d’une communauté solidaire héroïquement portée vers l’amélioration d’un savoir commun. Twitter a parfois le même silence que la page d’écriture et c’est dans ce parfois seulement que réside tout son intérêt.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

<-t name=fospae00w"greemavril 201onon/umboit" id=tprslesv>
clasvril 201onnnnn/umboit" id= dclass="p01vril 201onononnnnnnnononnnonnnnnnn/umboit" id=fospae00w"gre-1claideage-fulf a mavril 201onononnnnnnnon/umboae="/div>ypoit" id=bscgre bscgre_/dive-xnt-it" id=bscgre- rel=">Ac;usten. ="24tprslef='http://contagions.hyen enwp-coà Lntarh3/o">ppheses "-/.-xhumbnail"> "24tprslef='http://contagionsfean cF&rsquo;/o"bgi>le-Alillets c/o">ppheses "-/.-xhumbnail"> "24tprslef='http://contagions me of f/fean cuo;/o"bgi>le-Al me of commuboisppheses "-/.-xhumbnail"> ="24wpX" nrepo rel="bPlleulséVendltre antis caesee-fVôt ou même-- ps ue ou plé="_paras">V un pe.">label">Vtre antis-FR/o">pphes- "-.relomm-/.umbtonnnnnnnononnnnnnn/.umbtvril 201onononnnvril 201ononon/.umbth!rtic den,asvril 201onnn/.umbth!rtictprslesv>
ln,vril 201onbo rom onlated--tprslesv> name=fospae0p stommavril 201/umboit" id=tprslesv>< class=vrvril 2onnnxhuae="ter-uthuthomment-re#e-x-id="replf/lfaean à-elatxl vrvril 2onnnxumboit" id= dclass="p01vril 201onon/umboit" id=laideage-halfmavril 201onnnnnnnonnnnnnnonvril 201ononnnxumboae="copys="fa fvril 201ononnn elassprslef='h ="disp:12:54" 201onnnnnnnononnnnnnnononnnnn/.umbth!rtipotpys="faln,vr01onnnnnnnononnn01onnnnnnnononnn/umboae="cent mavril 201onononnnnnnnononnnnnnnlasFne constitg-prulséVendlxhumbnail"> wst narotp://potument8116.php">tre antis/o">un qup;sendlxhumbnail"> narote stomizhttp:">Parot C stomizh/o">uxlen01onnnnnnnonon elase de messageratprtotheses.orgtxl pas Ur entièreme les carnig-proséVendllxhumbnail"> otheses.orp://potheses.eses" rel="">eses" rel="/o">pbrxhumbnail"> tprslef='http://contagionsfean o rel="buo; cF&rsq">Vsyigaegorh3/o">>More Postsogiepbrxlen0101onnnnnnnononon/.umbth!rti#iret ln,vril 201ononnnnnnnonnnnnnnon/.umbtvr01onnnnnnnon/umboit" id=laideage-half a mavril 201onononiulid="repl/> < clasln,vril 2bo rom onlated--tprslesv> Piwikerfe < ="au/j ="au/j ="au/j ="au/js' h E ction d&hese/o">po pas l pasoit" id\"clelu='okisàrt\">xl pas ").aux ("id", "cookisàrt").ap--ndTo(es.dy");1$("a,.clelu='okisàrt").click(fule dé() {1div expD

s' h O--nEt uel/o">>nnnnnntiulid="repl/

O--nEt ueltitoke/o pas pnnnnnntnnnniulsnnnnnntnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24s.orsh x pasoit" id" rel=">O--nEt ueltitoke/o pas L/a> ress comme dans les sciences huma/o">po/.-nnnnnntnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24s.orsh Lda> /o">po/.-nnnnnntnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24s.orsh po/.-nnnnnntnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24s.orsh E ction d&hese/o">po/.-nnnnnntnnnnn-.relnnnnnntnnnpphesennnnnntnnnp/.-nnnnnntnnnnn- pas O--nEt ueltet="_ble/o pas pnnnnnntnnnniulsnnnnnntnnnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24 d&rnalsh x pasoit" id" rel=">O--nEt ueltet="_ble/o pas Revtilisle ois itédivdes sciences huma/o">po/.-nnnnnntnnnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24s' h Ltéarvtil/o">po/.-nnnnnntnnnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24 d&rnalsh po/.-nnnnnntnnnnn-.relnnnnnntnnnpphesennnnnntnnnp/.-nnnnnntnnnnn- pas Csà r/o pas pnnnnnntnnnniulsnnnnnntnnnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24enu rp://p>x pasoit" id" rel=">Csà r/o pas "diu pee des conclusio/o">po/.-nnnnnntnnnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24enu rp://o rnbaye-Ac;&eac-0-;taerman ceu pee/o">po/.-nnnnnntnnnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24enu rp://o po/.-nnnnnntnnnnn-.relnnnnnntnnnpphesennnnnntnnnp/.-nnnnnntnnnnnnnnne de >eses" &e' sre;.or/o pas pnnnnnntnnnnnnnneulsnnnnnntnnnnnnnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24otheses.orp://p>x pasoit" id" rel=">eses" &e' sre;.or/o pas Cir le dont les carn/o">po/.-nnnnnntnnnnnnnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24s' h po/.-nnnnnntnnnnnnnnn-.relnnnnnntnnnpphesnnnnnnnne.rel nnnn/.umbtnnnnnn1onnnnn/umboit" id=a =-svuthg à-"howmannnnnnnn1onnnnnnniulid="repl/

Les, d teur enàrtor/o pas pnnnnnntnnnniulsnnnnnntnnnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24newset cerh x pasoit" id" rel=">Les, d/o pas S' po/.-nnnnnntnnnnnnnnn1onnnnnnnnnnnnn-/.-xhumbnail"> "24 rnbayh x pasoit" id" rel=">Aàrtor teur enMphesnnnnnnnnnnnn-.rel nnnnnnnnpphesennnnnntnnnp/.-nnnnnntnnnnn-humbnail"> s' h O--nEt ueltFreg/pum/o">nnnnnnnnnnpphesnnnnnnnne.rel nnnnnn1onnnnnnn/umboit" id=o;igqss="fa fnnnnnnnnnn1onnnnnnnnnp> ="authpppnnnnnnnnnnnnnnnnsumboit" id="enbaye occamannpnnnnnnnnnnnnnnnnnnptcommeae="omm d&rnalr os=-submiul> class=img alttprslef='http://contagionpoi r os=pppnnnnnnnnnnnnnnnnnnp: auto;" />omm d&rnalr os> plus i en, 2eppired">* rgin">Fgin">nnptcommeae="o class=potts"> r os=ppnnp: auto;" />o plusO--nEt uel/oired">pnnnnnnnnnnnnnnnn/.umbtnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnpnnnnnnnnnnnnnnnn/iatton tts"> "submit"it" id=ass='latprtaenbaye-x pas Rssion der/o pas nnnnnnnnnnnnnn/.umbtnnnnnnnnnnnnpp>s ldmag>nnnnnnnnnnpp>xliatton>nnnn

[venlp IE 9]>nnnnnnnnpnn-/.nkotairectag-panreposoc-facebook" suric-ter enw '="au/j'="au/j'="au/j'="au/j /*n ttprsg-t","ttprslesv> taglesqu","#fospae","# - l0w"greem],"o ss":{"exalungImg":["ttcss=l - liè"],"f -In_o tuels":"30}},"g=l -nRitue":"1.618","laidG=l -nRitueLi'="au/j'="au/j'="au/j'="au/j[venlp IE 9]><Adwjss-xo h="pm,<