LaTeX en amont des humanités numériques

(Nota Bene : Ce billet a été écrit il y a quelques jours, avant les opérations de maintenance de la plateforme. Depuis, j’ai croisé sur mon chemin le livre de Maïeul Rouquette (qui tient sur Hypothèses le carnet Apocryphes), (Xe)LaTeX appliqué aux sciences humaines, qui sauvera votre vie ou au moins votre santé mentale. Puisse-t-il en être infiniment remercié.)

tex, pdf, pages, doc, docx, txt, rtf, html sont quelques unes des extensions que j’ai utilisées, ces derniers jours, pour travailler mes fichiers à l’occasion de différents projets. La plupart d’entre elles n’apparait jamais dans les échanges que je peux avoir avec d’autres membres de l’Université, au fil des courriels, quand il s’agit de rendre un article à une revue, de partager des informations, de préparer des cours collaboratifs ou de relire des épreuves. En règle générale, les seuls formats dont il soit question, dans ma discipline, sont le pdf, que l’on est prié de ne pas utiliser trop souvent, et le doc et le docx, dans le meilleur des cas, pour ceux — et ce n’est peut-être pas la majorité — qui sont véritablement à la pointe du progrès. Dans les disciplines littéraires au moins, la vie d’un ouvrage pour le chercheur peut se dérouler tout entière entre ses trois formats : on écrit l’article en doc, il revient commenté, plus ou moins habilement, dans le même format, il repart toujours ainsi et, quelques mois plus tard, dans certains cas, l’on reçoit les épreuves d’un volume complet en pdf, auquel cas on produit un nouveau fichier doc, où l’on note scrupuleusement les errata, afin de perfectionner le document final.

Quelques anecdotes des deux derniers mois, désormais. En préparant un cours collaboratif pour la rentrée, j’ai utilisé Framapad, sans grand succès : l’un de mes collaborateurs a préféré m’envoyer sa propre maquette de cours en Word, pour ne pas perdre sa mise en page. Autre jour, autre micro-événement informatique. Lors d’une réunion sur la formation doctorale, nous examinions, avec une autre représentante des doctorants ainsi que des directrices et directeurs d’écoles doctorales et des formateurs, la liste des formations proposés, dont l’une était une initiation au LaTeX. À ma gauche, un physicien hochait la tête d’un air entendu, à ma droite, une angliciste me demandait ce dont il pouvait bien s’agir. Ma brève explication a laissé le premier satisfait et la seconde dubitative. Troisième événement. Mercredi dernier, pour rédiger mon billet sur la participation des femmes aux activités littéraires à l’époque moderne, j’ai décidé d’écrire directement en html, quoique je n’eusse pas pratiqué depuis quelques années. J’avais pris l’habitude d’utiliser un logiciel de traitement de texte, Word, Pages ou Scrivener, mais le résultat du transfert à l’interface de WordPress était toujours décevant et exigeait un second long travail de mise en forme.

Pour la forme et l’exemple, je suis en train de rédiger ce billet sous TexShop — il sera enregistré au format tex, puis j’utiliserai un programme lancé depuis un terminal, c’est-à-dire, si l’on veut, en ligne de commande, TeX4ht ou bien pandoc. Le fichier html produit devrait théoriquement pouvoir être réceptionné par WordPress, tandis que le fichier tex servirait sans difficulté de support à d’autres exportations, en pdf, en txt évidemment ou en rtf. En fait, LaTeX est sans aucun doute l’une des meilleures manières de produire rapidement et efficacement des documents dans des formats universaux, comme le rtf, le pdf ou le html. Mais ça, c’est la théorie. (P.S. : En pratique, cette fois-ci peut satisfait du résultat, j’ai repris mon texte et je l’ai rebalisé manuellement en html.)

Imaginons maintenant que je veuille rédiger une note de lecture — au hasard — pour une revue en SIC — au hasard — qui me demande de l’envoyer en doc. Les choses se compliquent singulièrement. Deux méthodes s’offrent à moi : utiliser latex2rtf en ligne de commande pour convertir un fichier tex en rtf, ouvrir le fichier rtf avec un éditeur de texte comme Word, Pages ou Scrivener et l’enregistrer dans le format demandé, avant de l’envoyer à la revue ou bien produire un fichier html grâce à htlatex à partir de mon fichier tex et exporter ensuite ce fichier html en doc. Dans les deux cas, je risque de rencontrer de sérieux problèmes d’encodage, par exemple avec pandoc si mon fichier source n’est pas encodé en UTF-8, et, de toute façon, je vais perdre une partie de ma mise en forme : justification envolée, petites capitales disparues dans les noms d’auteur, lettres accentuées non reproduites, etc.

Le plus simple ne serait-il pas d’utiliser tout bêtement Pages, après tout livré avec tout Mac qui se respecte, ou bien Word, qui ne coûte que la modique somme de tant et tant ? Assurément, ce serait beaucoup plus facile. Même si \LaTeX est in fine beaucoup plus simple d’utilisation, Word est plus répandu et il constitue de facto un impératif social pour le chercheur en humanités. Maintenant, imaginez. Imaginez que vous vouliez vous rendre à un colloque mais que l’on accepte de ne vous en ouvrir les portes que si vous avez payé un taxi pour venir. Imaginez que votre hôtel est à côté de l’université, que marcher sur la voie publique entre l’hôtel et l’université soit à la fois plus économique, plus simple et plus responsable, parce que plus écologique, et que néanmoins les portes du colloque soient fermées à tous ceux qui n’auraient pas emprunté un taxi : c’est à peu près la situation des chercheurs en sciences humaines avec \LaTeX, Word et leurs documents communs.

La situation ne manque pas d’ironie si l’on songe que les injonctions se multiplient pour que ces mêmes chercheurs développent des projets d’humanités numériques, se mettent à l’informatique, apprennent pourquoi pas à coder (mais dans quel langage ? propriétaire ou non ?), utilise le numérique dans leurs classes comme dans leurs projets de recherche. Des TICE aux DH en passant par tout ce que vous voulez, l’informatique a tout l’air de vouloir envahir la pratique des chercheurs en SHS. En réalité, à bien des égards, ces chercheursS en savent à peu près autant sur l’informatique que les érudits de 1732 en savaient sur les vis hollandaises pour la trituration du papier ou le dernier modèle de presse mécanique pour l’impression.

Si vous tentez d’exprimer cette difficulté sérieuse à ceux qui savent, ceux qui maîtrisent déjà les outils, par hasard ou par profession, vous risquez fort de pénétrer dans le monde étrange du y a qu’à. Hier par exemple, en quête d’un convertisseur tex vers doc, j’ai eu l’ineffable plaisir de parcourir d’innombrables forums consacrés aux logiciels libres où de courageux impétrants venaient exposer leurs doutes à l’idée de se convertir à LaTeX ou les premiers signes d’une dangeureuse acédie, s’ils avaient déjà franchi le pas. Par exemple le cas d’un-e doctorant-e souhaitant rédiger sa thèse en LaTeX et s’enquérant du meilleur moyen de convertir le tex en doc, pour remettre des chapitres à son directeur de thèse, afin qu’il puisse les corriger.

De semblables messages de détresse sont légions. Les utilisateurs avertis semblent adopter systématiquement la même démarche dans leur secourable réponse.

  1. Demander pourquoi, mais oui, ça alors, pourquoi diable voudrait-on avoir des fichiers doc, alors que le monde de \LaTeX est si plein de rires, de chants et de balises ?
  2. Lancer un débat sur la propriété, l’éthique, la politique, le monde comme il va et le Grand Satan capitaliste, par exemple en demandant si le directeur de thèse sera co-auteur de thèse et, dans le cas contraire, en soulignant qu’il ne devrait pas à avoir à/pouvoir éditer un fichier, parce qu’on peut être pour le logiciel libre et avoir une idée romantique et personnaliste de la production intellectuelle.
  3. Suggérer d’envoyer tout simplement le fichier tex, qui après tout est parfaitement lisible et que l’on peut éditer facilement.

Certes. Pareille lecture revient à se plonger directement sans aucun pallier de pressurisation dans le monde hostile de la pure abstraction. Dans de pareils sujets, pour nombre de répondants, l’usager des outils informatiques est à peu près l’agent économique des théories libérales les plus naïves, celui qui, parfaitement rationnel et extrait de toute temporalité accumulative, calcule numériquement ses intérêts et effectue toujours le choix le plus rationnel, en toutes circonstances. L’idée que l’on puisse être effrayé par un système de balisage pour mettre en forme du texte est absurde, parce qu’elle n’est pas rationnelle — elle n’a donc pas lieu d’exister et n’importe qui peut sans difficulter manipuler un fichier texte.

Sur quoi, deux anecdotes. Il y a quelques mois, lors d’une formation sur l’esprit critique dans les médias, dispensé par Richard Monvoisin du CORTECS, j’ai rencontré une doctorante en informatique, dont le nom m’échappe hélas, mais qui travailait sur les logiciels de traitement de l’image médicale. Si je me souviens bien, elle nous expliquait que les informaticiens qui développaient ces logiciels produisaient des outils très efficaces mais parfois difficiles à prendre en main pour les médecins. Selon elle, la qualité d’un logiciel reposait certes sur son efficacité objective, mais également sur la facilité de son emploi par ceux auxquels il est destiné. En d’autres termes, il y avait un dosage à faire entre efficacité (évaluée par les informaticiens) et accessibilité (évaluée par les utilisateurs). Prétendre que \LaTeX est la meilleure solution pour produire du texte, c’est dans certains cas accorder une importance excessive à l’efficacité aux dépends de l’accessibilité. D’où, deuxième anecdote. Ce printemps, lors d’un même mois, j’ai eu l’occasion de discuter avec Marie-Luce Demonet, à un déjeuner de colloque, et Cécile Meynard, à un dîner de colloque. Marie-Luc Demonet pilote le projet de la Bibliothèques Virtuelles des Humanistes, dont on peut aussi consulter ici le carnet de recherches et s’attache par ailleurs à proposer aux étudiants de l’université où elle exerce des cours d’humanités numériques impliquant par exemple, si j’ai bien compris, des exercices de description TEI des textes numérisés, pour permettre leur traitement. Le projet de la Bibliothèques Virtuelles des Humanistes, assez bien financé, a les moyens d’affecter des professionnels bien formés à la description de ses textes, en même temps qu’ils en font la relecture. La situation de Cécile Meynard avec Manuscrits de Stendhal est bien différente : les ressources fluctuantes du projet — parce que les injonctions de pilotage ne sont pas toujours suivies, loin de là, des moyens pour y répondre — imposent de faire appel, pour la relecture des manuscrits numérisés puis leur transcription, à des contractants non professionnels, généralement des retraités de diverses professions, qui ne savent pas utiliser la description TEI. Évidemment, la TEI n’est pas très difficile à apprendre, mais la difficulté réelle de maîtrise d’un outil est bien un calcul entre sa complexité objective et son accessibilité et cette seconde variable dépend, par exemple, de l’âge de l’utilisateur.

Revenons donc à ce directeur de thèse, de revue, d’atelier, de tout ce que vous voulez qui n’acceptait que des fichiers doc. La vraie solution consiste-t-elle, à la guerre comme à la guerre, à lui envoyer le fichier source tex en lui suggérant de se saisir de ses dix doigts et de son Notepad pour le commenter ? Alternative trouvée sur certains forums, et je vous jure que c’est vrai : imprimer le PDF produit par la compilation du fichier tex et l’envoyer au directeur en question (avec un stylo rouge). On ne saurait mieux souligner l’une des plus grandes faiblesses de LaTeX : n’avoir pas su anticiper la dématérialisation croissante des produits éditoriaux et continuer à générer des fichiers finaux difficiles à éditer. Dans l’état actuel des choses, rien ne saurait empêcher la dépendance croissante des outils LaTeX à des programmes de conversion comme pandoc, capables certes de produire des ebooks (par exemple) mais encore moins accessibles que les programmes qui produisent ce qu’ils doivent convertir.

Toutes ces considérations restent bien souvent cachées dans une très large part des discours sur les humanités numériques, qui poussent aujourd’hui comme des champignons de toutes saisons, pour deux raisons principalement.

  1. Nombre des productions concernant les humanités numériques, particulièrement lorsqu’elles ne circulent pas dans le milieu restreint des hyperspécialistes mais dans celui, plus large, des chercheurs conscients des potentialités du numérique et désireux, à la fois par intérêt et par contrainte, de répondre aux injonctions de pilotage en ce sens, nombre de ces productions-là parlent des projets sans véritablement explorer leurs aspects techniques ou bien en externalisant ces aspects : les logiciels ont été produits par des sociétés privées, grâce à une collaboration avec un laboratoire d’informatique ou bien ils sont restés le pré carré des ingénieurs de recherche recrutés (temporairement ?) pour l’occasion. Il est tout à fait possible pour un-e humaniste, voyez l’ironie, de collaborer plusieurs années à un projet d’humanités numériques sans voir jamais un morceau de fichier source ; pour elle ou lui, le projet ne sera jamais que le rendu graphique, aux différentes étapes de son élaboration.
  2. Quand il est question d’outils, les outils évoqués sont les instruments spécifiques aux projets particuliers et novateurs qu’il s’agit de présenter, de défendre ou de perfectionner. Jamais ou presque les instruments utilitaires spécifiques ne sont mentionnés, en dehors de quelques stars de la catégorie comme Zotero (voir le carnet de la communauté francophone). Or, \LaTeX (par exemple) compte parmi ces instruments qui ne servent pas à faire des humanités numériques, mais dont on pourrait à bon droit estimer qu’il doive faire partie, plutôt que Word, Pages ou d’autres, de l’arsenal du chercheur publiant et même de l’étudiant en lettres, en langues ou en anthropologie. Former des chercheurs aux humanités numériques revient bien souvent à leur dispenser les compétences hyper-spécialisées nécessaires à la manipulation locale, voire sectorisée par tâche, qu’ils auront à accomplir à l’intérieur d’un projet donné.

À la rentrée, je participerai au groupe de travail sur les humanités numériques piloté à Grenoble 3 par Cécile Meynard, pour la nouvelle offre de formation du prochain plan quinquennal. Pour l’instant, dans le département de lettres, la place réservée à l’enseignement des humanités numériques est minime, pour ne pas dire inexistante, malgré plusieurs projets, déjà en partie aboutis, comme Manuscrits Stendhal, ou en cours de développement, comme HyperFerrazzi, auquel je collabore. Ce groupe va avoir la difficile mission de ménager une petite place aux humanités numériques dans une offre de formation où la marge de manœuvre est évidemment minime. Dans ce temps anecdotique dédié à la formation des étudiants en humanités au numérique, que doit-on leur apprendre ? À gérer le plus efficacemment possible les outils commerciaux les plus répandus en réservant l’apprentissage vraiment technique à quelques instruments endémiques aux humanités numériques ? Ou à s’emparer d’outils généralistes très performants mais encore confidentiels, quitte à les forcer à des interactions sociales complexes avec leurs futurs collaborateurs qui ne les maîtriseraient pas ?


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

22 réponses

  1. DM dit :

    Je dirais qu’une des grandes faiblesses de LaTeX est de produire des fichiers (DVI, puis PDF) mis en page pour un format de papier précis, alors que l’avenir est à la liseuse numérique, dont on ne connaît pas d’avance le format et dont l’utilisateur peut vouloir adapter l’agrandissement à sa vue.

  2. MathieuP dit :

    Je suis particulièrement sensible au sujet, ma femme ayant rédigé sa thèse en LaTeX suite à l’assurance de la part du directeur de collection que ce format était accepté pour la publication des ouvrages.
    Une fois au pied du mur, il a fallu naturellement tout convertir en .doc, sans assistance aucune de la part de l’éditeur.

  3. Merci beaucoup pour vos commentaires.

    Je n’ai pas d’avis — ça commence bien — sur les mérites comparés de Zotero et de biblatex, dans la mesure où je n’utilise pas le premier, malgré quelques tentatives jusqu’ici infructueuses de lui trouver du charme. La question soulevée par Émilien me parait tout à fait pertinente et renvoie indirectement à la micro-discussion que nous avons, avec Maïeul, sur Twitter, à propos de la chaîne d’éditions et ses exigences en matière de formats et de logiciels.

    Dans la mesure où mes propres préoccupations s’inscrivent assez étroitement dans les problèmes qui émergeront pour moi, à la rentrée, lors des discussions sur l’enseignement des humanités numériques, à l’intérieur du groupe de travail que j’évoque dans le billet, je crois que ces questions sont résolues par l’application supposée des outils en question à des travaux de recherche. Idem pour les séminaires méthodologiques. Que l’université doive par ailleurs former ses étudiants à autre chose que la recherche ne me froisse pas particulièrement — y compris si cela implique d’utiliser des solutions logicielles par ailleurs inadaptées.

    Dans la formation doctorale grenobloise, les missions de formation professionnelle et de formation scientifique sont théoriquement séparées et les compétences distribuées entre le DFI, qui assure les premières, et les écoles doctorales, qui s’occupent des secondes. Ce partage, qui n’est pas toujours pratique, me semble assez sain.

    Ceci étant dit, au-delà des considérations techniques sur les mérites respectifs des traitements de texte et de LaTeX, de MySQL ou des tableurs, il y la question morale (ou politique, comme vous voulez) du rôle que jouerait l’université en promouvant des instruments propriétaires. Évidemment, n’importe quel traitement de texte ou presque est désormais capable de produire des formats .doc, mais tous ne font pas du .pages : il y a donc bien un déséquilibre dans l’égal traitement des entreprises. Je ne dis pas que je reverse mon coca dans ma gourde pour ne pas faire de la publicité devant mes étudiants, mais j’aurais des scrupules à former des citoyens à un logiciel propriétaire.

    Il reste LibreOffice, certes — auquel cas, je crois que je préfère encore écrire à la plume.

    P.S. : J’ai corrigé le balisage du lien d’Émilien, qui devrait s’afficher correctement désormais.

    • Maïeul dit :

      oui, libreoffice.org n’est pas encore à la hauteur niveau traitement de texte. Niveau classeur, oui.

      Mais je ne suis pas sûr pour autant qu’il faille se dire « il faut enseigner LaTeX pour ne pas avoir à apprendre du propriétaire ». Disons que c’est un argument qui se tient entre nous, mais qui peut avoir du mal à passer auprès d’un publique non geek…

      • Émilien Ruiz dit :

        Oui j’admets que la comparaison tableur / MySQL sans plus de précision était un peu bancale… Pour préciser ma pensée : rien ne sert d’utiliser une masse pour planter un clou…
        Quelque chose m’avait marqué lors d’une formation à l’EHESS : nous avions invité Nicolas Verdier à parler de cartographie aux étudiants et il avait insisté sur le fait que l’apprentissage d’un SIG n’est pas anodin. Certes ce n’est jamais du temps de perdu, mais cela reste très lourd et surtout lorsque l’on prépare un Master et que le temps est compté. S’il s’agit juste de faire une carte des toponymes, un logiciel « basique » de cartographie associé à un logiciel de dessin comme Gimp suffira amplement. De même, on pourrait dire que se lancer dans un travail de lexicométrie ne suppose pas forcément d’apprendre à maîtriser la TEI en Master.
        Mon exemple avec le tableur est du même ordre : contrairement à une idée reçue il est tout à fait possible de construire/gérer/exploiter une petite base de données avec un tableur.
        Tout cela rejoint la question de Markdown mais aussi celle de la formation aux logiciels propriétaires : je pense qu’en fait, lorsque l’on forme les étudiants aux outils informatiques généralistes, il faut éviter de focaliser l’enseignement sur des logiciels mais partir des pratiques et fournir les bases pour qu’ensuite ils puissent aller plus loin. En gros : on leur apprend, non à utiliser word, mais à manier un traitement de texte. C’est beaucoup de boulot pour les formateurs mais, par exemple, avec Franziska, lors de nos séances traitement de texte / Zotero nous évoquions autant word que libre office en précisant à chaque fois les variations éventuelles de manipulation. De même apprendre ce qu’implique la saisie de sources sous la forme de données me semble prioritaire à la maîtrise d’un logiciel particulier.
        Ce que ça implique pour LaTeX : je ne pense pas que la totalité d’une promotion d’étudiants en Master gagnerait à apprendre LaTeX plutôt qu’un traitement de texte. En revanche, je pense qu’introduire les concepts de base de la composition de documents via des scripts sera profitable au plus grand nombre tout en donnant les bases à celles et ceux qui voudraient aller plus loin. Mon avais c’est que former tous les étudiants à LaTeX plutôt qu’à un traitement de texte, ce serait laisser de côté ceux qui, quoi que l’on fasse, n’utiliseront jamais LaTeX mais ne savent pas pour autant utiliser un traitement de texte…

        • Maïeul dit :

          sur le dernier point (certains ne sauront jamais utiliser ni un traitement de texte, ni LaTeX, si on ne les forme qu’à LaTeX je te rejoint.)

          Sur le côté « prise de tête de dernière minute » du traitement de texte, je partage aussi l’avis à condition que la formation à LaTeX se fasse très en amon. Je connais quelqu’un qui a voulu se mettre à LaTeX. Il avait mon bouquin depuis 8 mois, mais n’a fait ses entrainements de mise en page que dans la semaine qui précédait la remise du mémoire… heureusement que c’était un ami à moi…

          • Émilien Ruiz dit :

            Oui c’est la question centrale. En fait, toutes mes remarques s’inscrivent dans notre contexte bien situé : quasiment tous les outils auxquels les étudiants en Lettres et SHS devraient êtres formés au terme de leur Master sont appris… pendant le Master.

            Si la maîtrise des bases d’un traitement de texte, d’un tableur, voire même de Zotero, etc. était un véritable acquis au terme de la troisième année de Licence, cela ouvrirait des possibilités beaucoup plus vastes en termes de formation aux outils qu’aujourd’hui on considère comme avancés (et qui deviendront probablement la base dans quelques années).

  4. Émilien Ruiz dit :

    Merci pour ce billet très intéressant. Je poste mes remarques ici mais elles font autant écho au billet qu’aux commentaires précédents et à l’échange que vous avez eu sur twitter (avec Sébastien) concernant l’enseignement de LaTeX comme devant relever de la formation généraliste en M2.
    Vos arguments me semblent tout à fait convaincants mais je dois avouer que je n’arrive pas à considérer que l’enseignement de l’usage de LaTeX puisse remplacer celui d’un traitement de texte (qu’il s’agisse de Word ou de LibreOffice Writer). Il devrait plutôt venir en complément.
    La question qui se pose ici c’est de savoir à quoi une formation généraliste en SHS doit mener : à la maîtrise d’outils indispensable à la recherche mais aussi utiles, quelle que soit l’orientation professionnelle future du public ? à la maîtrise d’outils avancés avant tout, voire exclusivement utiles aux chercheurs ?
    Dans la logique du socle commun de compétences informatiques qu’avec Franziska nous avons tenté de défendre, il me semble que nous devons aller vers une sorte d’entre-deux : l’apprentissage d’une véritable maîtrise des outils de traitements de texte me semble incontournable, mais un tel enseignement devrait absolument être couplé à une ouverture du champ des possibles. Il s’agit là moins de logiciels que de bonnes pratiques. Je crois que la meilleure entrée en matière consisterait ainsi en ce que Franziska envisageait à propos du markdown.

    Pour le dire autrement, remplacer l’enseignement d’un traitement de texte par celui de LaTeX, ce serait-ce pas un peu comme cesser d’enseigner les usages d’un tableur pour passer directement à MySQL ?

    • Émilien Ruiz dit :

      (PS : pardon pour la mauvaise gestion du script html pour le lien… qui aurait dû se placer sur « socle commun » qui a disparu entre « dans la logique du » et « de compétences informatiques » )

      • Maïeul dit :

        la comparaison tableur-mysql / traitement de texte-LaTeX est boiteuse. Alors que traitement de texte / LaTeX visent tout les deux à éditer du texte, un tableur et du mysql n’ont absolument pas les mêmes vocations… même si beaucoup de gens se servent des tableurs que pour faire de la SGBD, le système de référencement interne fait du tableur un vrai outils de programmation, adapté dans certains cas. Ce n’est pas le cas du traitement du texte…

        Pour ce qui concerne Markdown, et bien que l’utilisant quotidiennement (ou bien justement, parce que l’utilisant quotidiennenment), j’ai des très nombreuses réserves sur cette syntaxe de balisage léger, qui n’est ni la première, ni la dernière, et qui, si elle est à la mode, ne souffre pas moins de grave défault.

    • Je ne pense pas qu’il faille remplacer l’enseignement de Word au profit de LaTeX et tu as pointé du doigt un argument auquel je n’avais pas pensé, celui de la réutilisation des compétences dans un cadre professionnel.
      D’un autre côté, je partage l’avis de Franziska : malgré ses améliorations, Word n’est tout simplement pas fait pour manipuler de lourds documents. Combien de collègues et d’étudiants connaissons-nous qui se sont arrachés les cheveux la veille de remettre leurs mémoires ou leurs thèses, accaparés par des indexes branlants, des fichiers qui cassent et des autorisations à réparer dans l’urgence ?
      Dans le cadre de la formation, l’utilisation du LaTeX procure plus de souplesse mais heurte à la fois les étudiants et pire encore, les encadrants… mais j’estime que c’est un combat qu’il conviendrait de mener à tous les niveaux (l’expérience malheureuse de Maïeul témoignant que les plus grosses résistances ne sont pas forcément où on les attend ;-)

  5. Je parlais de la synchro de ma bib via zotero (y compris avec des réfractaires aux outils que tu mentionnes).
    j’utilise latex parce que la gestion des gros fichiers sous Word a beau être moins catastrophique que dans le passé, ce n’est toujours pas simple. Et parce que la mise en page sous latex est à la fois plus simple et plus réussie. Et parce que je peux versionner correctement mon texte. Et parce que biblatex me permet de faire des choses en biblio que word ne permettra jamais.
    Je pense que la différence entre nous approches, c’est qu’en utilisant bibliografix, puis zotero, je n’ai jamais utilisé de types et champs personnalisés (c’est peut-être parce que je fais de la contemporaine, je n’en ai jamais ressenti le besoin). Du coup tout s’échange parfaitement.
    Et je peux rédiger directement dans Word quand c’est nécessaire (souvent quand même) en citant avec zotero directement.
    Bref, une fois la thèse rendue, je ferai un billet sur la boite à outils pour compléter ceux que ma gestion de la doc avec un dernier sur la rédaction. Ça rendra peut-être les choses plus claires.

  6. Maïeul, il est tout à fait possible d’utiliser zotero pour gérer sa base biblio et d’écrire sous latex en citant avec biblatex en utilisant un export de la même base. C’est stable, ça me permet d’écrire sous latex quand je peux (thèse, papiers pour moi) et sous Word quand je suis obligée (en utilisant le plugin zotero). C’est pas très différent d’un usage de jabref etc pour gérer un fichier. Bib sauf que j’ai tous les avantages de synchro, collaboration, annotation etc de zotero (à l’exception des clefs de citation, mais j’ai toujours utilisé celles par défaut de l’export zotero). J’ai même ma biblio classée gérée avec des Tags zotero qui s’exportent en keywords du bib et permettent à biblatex de me faire mon classement.

    • Maïeul dit :

      oui, mais alors qu’elle est l’avantage de LaTeX? et quid des équivalences de champs, notamment lorsqu’on a des champs (voire des types) personnalisés?

      enfin, ca m’intéresserait de te voir à l’œuvre, concrètement.

      Avec LaTeX on fait aussi de l’annotation, et la synchro, de toute facon on peut la fait avec git (qui est nécessaire pour synchro des fichiers .tex)

    • Maïeul dit :

      merci, je comprend mieux. Il y a donc quand même une plus value bibliographique avec biblatex? par rapport à Word + Zotero qu’elle est-elle?

  7. Merci pour ce billet. Je suis une historienne qui rédige sa thèse sous latex et dont le directeur corrige des impressions papier…
    Deux pistes : si j’avais à refaire des formations pour des étudiants en M2, je leur enseignerai le markdown. Les avantages du plain text (versionage, durabilité, souplesse, conversions faciles avec pandoc… ) et suffisant pour les besoins (latex étant quand même souvent du Overkill). Et c’est lisible par les directeurs qui ont peur des balises.
    Deuxième piste : writelatex.com qui marche très bien, propose des options de suivi des modifs et une vue « sans balises »- mais nécessite d’être connecté à Internet…

    • Maïeul dit :

      je n’ai jamais compris pourquoi tu utilisaient LaTeX si tu gère la biblio avec Zotero (et donc pas biblatex?). Tu peux donner tes arguments? (ceci n’est pas un troll, mais vrai de vrai)

  8. Maïeul dit :

    « En fait, LaTeX est sans aucun doute l’une des meilleures manières de produire rapidement et efficacement des documents dans des formats universaux, comme le rtf, le pdf ou le html.  »

    Mon expérience personnel me dit que nom. D’abord parce que tex4html fonctionne mal avec l’Unicode, dès lors que l’on dépasse les caractères latins, ensuite parce que, ce qui constitue l’avantage de LaTeX pour les SHS, à savoir la gestion de la biblio avec biblatex (sans parler même de eledmac/eledpar), ne fonctionne pas mieux. LaTeX est vraiment prévu pour exporter du fichier à typographie fine, pas du fichier pourris style html/word.

    En pratique j’ai essayé pandoc, mais on perd la bibliographie. Du coup j’ai fait un truc débile pour exporter vers ce put*** de word que demande les éditeurs (on se demande bien pourquoi d’ailleurs, sachant qu’après ils font du copier-coller) : j’utilise acrobat pro, qui me fait un export un peu près correct du PDF…. mais je dois remettre toutes les notes comme vraies notes de bas de page…

    ps : si besoin je donne volontiers des formations LaTeX en SHS…

  9. Poublanc dit :

    Un excellent billet qui résume bien l’ambivalence du LaTeX en SHS. Il a beau être le plus efficace, le simple fait de proposer un balisage effraie toute personne qui n’a pas l’envie/le temps/les compétences de se l’approprier. Une alternative pourrait être Lyx, beaucoup plus abordable pour les SHS dans la mesure où il propose un éditeur visuel qui « cache » les balises. Mais ce dernier (que j’utilise pour rédiger ma thèse) souffre d’un handicap rédhibitoire : si le format choisi ne convient pas parfaitement, on est obligé de bidouiller le code, ce qui fait appel à des compétences informatiques… et on retombe dans les travers sus-cités. C’est un peu la quadrature du cercle… ;-)

  1. 7 août 2014

    […] “LaTeX en amont des humanités numériques” http://contagions.hypotheses.org/686 […]

  2. 11 août 2014

    […] RT @Mareike2405: RT @Francois_Ronan: Nouveau billet sur #Contagions : LaTeX en amont des humanités numériques — http://t.co/FfrSYMPOq2 #hyp…  […]

  3. 13 août 2014

    […] “ RT @Mareike2405: RT @Francois_Ronan: Nouveau billet sur #Contagions : LaTeX en amont des humanités numériques — http://t.co/FfrSYMPOq2 #hyp…”  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *