La gouvernance citoyenne des savoirs académiques

La semaine dernière se tenait à Nancy le forum fédéral des Jeunes Écologistes, organisation politique étroitement liée au parti Europe Écologie les Verts. Le forum est l’occasion de rencontrer des personnes d’horizon différent, mais le tropisme du chercheur l’incite invariablement à rencontrer d’autres chercheurs, tels les canards qui se regroupent dans les étangs. J’ai ainsi pu engager la discussion avec un docteur récemment diplômé en agronomie, un autre membre du mouvement, qui préparait un doctorat en chirurgie dentaire et un employé du service de recherche et développement de l’entreprise Michelin. Le voyage à Nancy fut aussi l’occasion de faire la connaissance de vive voix d’une docteure, que je connaissais par les réseaux sociaux, et qui vient de soutenir une thèse en psychologie du travail. Il était ainsi inévitable de parler avec les uns et les autres de la boutique universitaire, mais aussi, plus fondamentalement, de la gouvernance de la recherche, problème tout à la fois politique et professionnel.

Ces discussions faisaient pour moi écho à un débat orchestré par Richard Monvoisin, didacticien des mathématiques, formateur doctoral à l’Université de Grenoble Alpes et directeur du Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique et Science. J’avais participé à ce débat dans le cadre de la formation « Pseudo-Sciences et Médias », dispensée par le service de formation doctorale de l’Université. J’avais eu l’occasion d’y travailler sur la personnalisation et la psychologisation de l’histoire à la télévision, et notamment sur l’épisode de l’émission Sous les jupons de l’histoire consacré à Catherine de Médicis, mais la formation, adressée aux doctorants de toute discipline, comprenait également un débat initié par la question : « Les axes de recherche des universités doivent-ils être soumis au vote des citoyens ? »

La coordination fédérale des Jeunes Écologistes, organe de décision démocratique, a rencontré dimanche dernier une question semblable, en votant un amendement à une motion définissant la position du mouvement en matière d’éducation sexuelle. L’amendement proposait de retirer du texte original de la motion une mention à propos de l’orientation que l’État pourrait donner à la recherche, en faveur de l’étude du genre et de la diversité des orientations sexuelles. L’amendement postulait que les chercheurs et les étudiants étaient les mieux à même de définir les programmes de recherche qu’ils mettaient en œuvre et devaient donc jouir, en la matière, d’une parfaite indépendance.

Cette position autorégulatrice libérale est bien sûr très répandue et n’est pas le propre de la gauche de l’écologie politique. On la trouve par exemple à maintes reprises soutenue par Aaron Sorkin, peu suspect de sympathies écologiques, dans les épisodes que la série The West Wing consacre, pour parties ou intégralement, à la gouvernance de la recherche. Elle s’y oppose aux velléités régulatrices du Parti Républicain, dans la fiction majoritaire au Congrès et constamment soucieux d’imposer ses préoccupations morales à la recherche, via la ventilation des financements. L’argument opposé par la Maison Blanche démocrate (et souvent assez peu démocratique) rêvée par Sorkin est double : 1. les chercheurs sont les seuls à pleinement comprendre ce qu’ils font et il est impensable que des néophytes prennent le contrôle de leur activité et 2. la recherche ne peut pas être orientée, parce que les effets de bord de tel programme a priori inutile peuvent être extrêmement bénéfiques.

Cet argument, dont on comprend bien la force progressiste face à une position conservatrice appuyée sur des principes moraux, souffre néanmoins de faiblesses fondamentales, que le débat contradictoire organisé par Richard Monvoisin a bien fait émerger. En pratique, l’argument libéral est celui d’un corporatisme dont l’indépendance confinerait au libéralisme le plus extrême : on doute que les chercheurs, en tant que citoyens, verraient d’un œil favorable que n’importe quelle autre profession se régule d’elle-même, par exemple, à tout hasard (ou presque), celles de la finance, du bâtiment ou de l’éducation nationale. La seule manière de soutenir de manière distincte l’autorégulation des chercheurs serait de supposer une supériorité de principe des intellectuels à l’intérieur de la société, qui leur donnerait une légitimité souveraine indépendante du reste du corps social.

In fine, cette conception revient à l’argument technocratique sous-jacent à celui de l’autorégulation : si les chercheurs sont distincts du reste des citoyens du point de vue de leur activité professionnelle, c’est qu’ils sont les seuls compétents à en évaluer les mérites et les implications. On comprend sans peine le danger anti-démocratique d’une pareille proposition : appliquée à la gouvernance de l’État lui-même, c’est-à-dire de l’administration, et notamment de l’administration financière, elle conduit à retirer à la communauté des citoyens sa souveraineté pour placer la légitimité des décisions non dans le vote démocratique, mais dans l’expertise technocratique. Or, la source de la légitimité de l’État et de ses nécessaires techniciens, c’est la souveraineté populaire.

C’est ici que nous rejoignons les réflexions sur l’ouverture, qui animent, au moins en partie, le projet Hypothèses : ouverture des données (open data), ouverture des codes (open source), ouverture des recherches (open access). Le principe en est simple : puisque le chercheur est financé, au sein de l’Université, par l’argent public, le moins qu’il doive faire — doive et non puisse — est de constituer le produit de son activité en bien commun de la société. Ce bien commun du reste n’est pas gratuit, puisqu’il a déjà été payé a priori, avant sa production, par la collectivité, sous la double forme du salaire et des subventions de structures ou de projets. Stricto sensu, la rétention du produit de sa recherche par le chercheur ou les organismes auxquels il appartient pourrait donc être qualifiée de détournement de fonds publics, qu’elle passe par l’oblitération complète des résultats ou leur commercialisation a posteriori à des exploitants privés, par exemple les éditeurs scientifiques commerciaux.

Cette conception, dans ses effets sinon dans ses principes, est heureusement de plus en plus répandue parmi les praticiens de la recherche publique, mais l’idée du contrat social entre l’Université et les citoyens sur laquelle elle se fonde implicitement est loin d’être poussée à ses dernières conséquences par l’ensemble des chercheurs. Pourtant, il est aisé de considérer que la responsabilité du chercheur envers la société civile ne se résume pas à la mise à disposition des biens communs qui sont le produit de son travail, mais implique également la valorisation de ces biens en aval et la gouvernance collective en amont. En d’autres termes, puisque la société est la source de la légitimité et des financements de la recherche, elle devrait être en mesure d’en définir les orientations.

La liste des inquiétudes que cette proposition suscite chez les chercheurs peut être facilement imaginée. Lors du débat organisé par Richard Monvoisin, elles étaient principalement exprimées par les chercheurs et chercheuses engagés dans les recherches les plus fondamentales, par exemple en mathématiques et en astrophysique. Comme ces recherches n’offraient aucune perspective prévisible d’application concrète, comprendre industrielle, ces chercheurs et chercheuses craignaient qu’un public supposément préoccupé des bénéfices les plus immédiats de la recherche ne soit pas en mesure de percevoir la valeur de l’activité. Que ces chercheurs aient été incapables de formuler eux-mêmes clairement la valeur qu’ils et elles prêtent à leur activité n’est que l’un des indicateurs que cette inquiétude ne repose pas sur une expertise professionnelle, mais bien sur une conception politique corporatiste.

Plus contradictoire encore : les opposants à une gouvernance citoyenne de la science sont les premiers à déplorer l’inculture scientifique de leurs concitoyens. Il y a pourtant tout lieu de penser que la responsabilité de cette inculture pèse d’abord sur le chercheur plutôt que sur le citoyen : c’est précisément à lui de mettre à disposition et de valoriser (ou vulgariser) le bien commun dont il est le producteur pour que le citoyen soit mieux à même de l’évaluer. Or, la gouvernance citoyenne de la science impliquerait la mise en œuvre d’une communication scientifique de valorisation, dont le but serait l’information du citoyen pour l’aider à prendre sa décision. Plus la communauté des citoyens sera impliquée et responsabilisée, plus il y a lieu de supposer qu’elle sera informée et en mesure d’exercer ses responsabilités.

La plupart des arguments alors opposés à la gouvernance citoyenne de la science sont des arguments politiques, symptomatique de la crise de confiance des élites intellectuelles envers toute gestion démocratique des intérêts communs. Leur application à la science en devient presque anecdotique : ils fonctionnent tout aussi bien ou, je devrais dire, tout aussi couramment, sur n’importe quel autre domaine de l’action publique. Il n’y a par conséquent aucune raison de les soustraire au débat citoyen, où les chercheurs seront évidemment les premiers concernés. Il serait fastidieux d’anticiper ici point par point chacune des difficultés alors soulevées, de l’influence des lobbys moraux et religieux sur la granularité de cette gouvernance : la discussion trouvera je l’espère sa place au fil des commentaires.


François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. oranadoz dit :

    « la responsabilité de cette inculture [scientifique de leurs concitoyens] pèse d’abord sur le chercheur »

    Ben voyons ! Ne pèserait-elle pas d’abord sur les citoyens eux-mêmes ?

    • J’ai tendance à penser que dans les situations où il y a deux groupes, dont l’un possède une ressource donnée et l’autre ne la possède pas, les responsabilités de cette inégalité hiérarchisée sont plutôt du côté de ceux qui possèdent et qui pourraient distribuer que de ceux qui ne possèdent pas.

      • oranadoz dit :

        Ce ne sont pas aux chercheurs d’enseigner pour transmettre une culture scientifique, mais aux enseignants, car l’enseignement est un métier. En pratique, ce sont dans le supérieur principalement des enseignants-chercheurs, et c’est heureux. Mais la culture scientifique ne commence pas à s’acquérir après le bac. C’est donc bien aux citoyens de pousser pour avoir des politiques d’éducation qui ne se résument pas à un « socle commun » et un carnet de compétences. Pour ça il faut mettre les moyens, ce qui n’est pas la priorité du gouvernement qui n’a que l’austérité à la bouche. Si les citoyens veulent une culture scientifique, ou si on veut une culture scientifique pour les citoyens, commençons par changer de politique au lieu de taper gratuitement sur les chercheurs. Par ailleurs, les chercheurs seraient sans doute heureux de partager leurs recherches, s’ils ne passaient leur temps à justifier de leur existence en soumettant sans cesse des projets d’un an ou deux.

        • Je vous remercie d’avoir détaillé votre point de vue.

          Il y a deux choses complémentaires qui sont l’enseignement et la vulgarisation de la recherche. Si l’enseignement est la charge des enseignants-chercheurs, la vulgarisation de la recherche, c’est-à-dire la transmission raisonnée de ses résultats à la communauté des citoyens qui en a financé collectivement la production et en est donc la première propriétaire, cette vulgarisation-là est du ressort de n’importe quel chercheur. Que les chercheurs aient les moyens temporels et matériels d’assurer cette vulgarisation, rien n’est moins sûr, mais je suis loin d’être persuadé que l’austérité politique soit la seule responsable de la désaffection pour la vulgarisation qui se rencontre souvent dans les laboratoires, en sciences exactes autant qu’en sciences sociales.

          L’institutionnalisation d’activités de valorisation/vulgarisation, c’est-à-dire la création de structures idoines et de lignes budgétaires appropriées, n’est pas inaccessible pour les chercheurs, au sein de leur projets de recherche : la possibilité de créer un carnet pour une ANR en est un bon exemple. Bien entendu, ces activités sont difficiles et elles pourraient être facilitées par l’allocation de ressources plus importantes et cette allocation dépend non du chercheur, mais des organes politiques, qui sont les représentants des citoyens. Mais c’est alors le rôle du chercheur, qu’il soit enseignant ou de non, d’utiliser de son influence, grâce aux modes de représentation corporatistes qui lui sont propres, élections internes et syndicats, pour orienter le débat public. Si je produis des tomates bio, et que personne ne sait que je produis des tomates bio, et que personne n’a l’idée des vertus que je prête aux tomates bio, personne d’autre que moi n’est en mesure de militer pour une orientation étatique de l’agriculture vers la culture de tomates bio.

          Je ne crois pas qu’il soit très responsable d’attendre que les citoyens aient miraculeusement l’intuition de l’intérêt profond de recherches parfois obscures, notamment quand elles sont fondamentales ou théoriques. J’admets qu’il serait très plaisant d’être courtisé ; je trouve plus raisonnable de considérer qu’il faille séduire. Il ne s’agit pas là de « taper gratuitement sur les chercheurs » et vous aurez bien du mal à me convaincre que tel était mon propos, dans la mesure où mon sens du masochisme n’est pas à ce point développé. Je ne dis pas que les chercheurs sont des privilégiés qui se tournent les pouces en jargonnant, grassement payés par l’argent du contribuable. La seconde injustice de la gouvernance opaque des savoirs académiques, c’est que non seulement les citoyens sont dépossédés souvent du produit d’un travail qu’ils financent, mais que les travailleurs ne jouissent pas eux-mêmes de ces fruits. Les chercheurs, enseignants ou non, sont dans une situation délicate qui les incite paradoxalement à courir pour les principes auxquels ils sont souvent opposés.

          Cela n’ôte cependant rien à nos responsabilités en tant que : 1) membres d’un corps professionnel, 2) représentant d’un groupe d’intérêt dans le jeu politique et 3) citoyen d’une société démocratique qui finance une recherche publique.

          • oranadoz dit :

            Je partage votre avis lorsque vous dîtes que « l’austérité politique soit la seule responsable de la désaffection pour la vulgarisation ». Pas la seule responsable, mais en partie quand même. Une autre raison est la soumission de la recherche à des résultats permettant des innovations, elles-mêmes permettant des avantages pour notre industrie afin d’être compétitif et de créer des emplois. C’est pourquoi les actions de vulgarisation, notamment dans les sciences dures, sont bien moins valorisées que les publications. L’incitation est bien sur la publication, la bibliométrie, plutôt que sur la vulgarisation et la diffusion auprès du grand public.

            Je ne suis pas d’accord sur le fait de soumettre une demande à l’ANR pour avoir les moyens de faire de la vulgarisation. Si on considère que c’est aussi le rôle des chercheurs d’en faire (je pense que oui globalement, bien que tous ne soient pas faits pour ça), alors il est grotesque qu’il leur faille demander des moyens pour le faire. C’est un frein et une perte de temps.
            La vulgarisation est surtout un travail de fond, saisir des occasions qui se présentent pour communiquer, diffuser par des moyens divers et variés. Quant à user de son influence pour pousser ses thématiques, cela ressemble davantage à de la politique qu’à de la vulgarisation. Il y a quelque part une limite, bien difficile à établir. Cependant, quand ce sont toujours les mêmes « experts » qui parlent, leur message n’est plus en général de la vulgarisation, mais un message sur une vision du monde. Sans doute qu’avoir davantage de vulgarisation par une plus grande part de chercheurs serait souhaitable pour éviter cette dérive. Cependant, on constate en pratique que les médias mainstream sont assez paresseux et sollicitent toujours les mêmes, souvent prompts à donner leur avis sur tout, même dans des domaines qui ne sont pas les leurs.

            Je vous rejoins sur la position inconfortable des chercheurs. La communication, la séduction, est devenue une arme de survie pour obtenir des financements. Je suis aussi d’accord sur le fait que le milieu académique est assez fermé à ceux qui ne sont pas reconnus comme pairs, sans doute en partie la conséquence de la compétition: déjà assez de remise en cause permanente à justifier de son existence pour ne pas en plus s’ouvrir à d’autres remises en question par le grand public ou les « non pairs ».

            Pour rapprocher le grand public et les chercheurs, il me semble donc qu’il faille d’une part améliorer la politique d’éducation pour faire émerger une plus grande culture scientifique chez les citoyens, et d’autre part inciter davantage (reconnaissance, moyens disponibles simplement, …) les chercheurs à aller vers le grand public.

  1. 9 mai 2014

    […] gouvernance citoyenne des savoirs académiques” http://contagions.hypotheses.org/596  par @Francois_Ronan via […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *