Introduction à l’introduction de l’Introduction aux porn studies

Sachez que je ne vous ai pas oubliés. Au mois de janvier, vous vous souvenez peut-être que j’avais dit deux ou trois choses à côté, dans la Villa Réflexive, où depuis m’ont succédé Philippe Liotard et Mélodie Faury, dans une année toujours consacrée au genre. Il avait été pour moi l’occasion de parler de ma situation à l’intérieur d’une recherche orientée par le féminisme, de la question de la disciplinarité et de quelques problèmes de méthode. Le mois de février, lui, a été consacré à d’autres tâches : préparer un cours d’explication de textes théâtraux du vingtième siècle, en remplacement d’une collègue, reprendre un article de narratologie des séries télévisées, suivre des formations au sein du DFI et, enfin, déménager. Me voilà de retour — les cartons sont déballés, les meubles transportés, les clés rendues et j’ai l’esprit plus tranquille.

En ce mois de mars, nous parlerons essentiellement ensemble de pornographie. Ce n’est pas la première fois que j’évoque le sujet sur Contagions : il en a déjà été question par ci par là, et notamment dans un billet de juin 2013 intitulé « Porn Wars », sur lequel j’aurais l’occasion de venir. L’été dernier, j’ai par ailleurs écrit un petit ouvrage introductif aux études universitaires sur la pornographie, les études pornographiques ou, pour le dire en anglais, les porn studies. Cet ouvrage a atteint les librairies en ce début de mois de mars : on peut donc se le procurer. En attendant, quelques pages  en sont disponibles, sur le site de sa maison d’édition, les Impressions Nouvelles. J’essaierai donc en quelques billets de présenter ce volume : son contenu, son histoire, son rapport avec Contagions et les perspectives qu’il m’aura éventuellement ouvertes.

En guise de mise en bouche, si je puis dire, j’aimerais simplement rappeler, pour l’heure, que cette parution devrait trouver avec qui dialoguer dans les semaines et les mois à venir. En effet, après des balbutiements rares mais capitaux, et notamment le Travail pornographique de Mathieu Trachman, à La Découverte, au début de l’année dernière, ainsi que divers articles ou numéros de revue, comme le cinquième de Proteus où j’avais moi-même écrit, les études pornographiques arrivent en France ou, plutôt, et c’est là l’important, en français. On a par exemple récemment pu lire la réjouissante annonce, par Marie-Anne Paveau, de son implication dans la collection l’Attrape-Corps à La Musardine, qui compte et comptera entre autres des volumes consacrés à la pornographie.

Marie-Anne Paveau n’est d’ailleurs pas peu active, puisqu’elle proposait en outre, cet hiver, sur l’un de ses carnets de recherche, La pensée du discours, une série de billets consacrés entre autres à la pornographie, prolégomènes en quelque sorte à son ouvrage Le Discours pornographique, justement à La Musardine, et à un numéro spécial de la revue Questions de communication, pour ce printemps 2014, où j’ai donné pour ma part un article sur les blogs pornographiques et leur rapport aux photographies de mode. Ces travaux printaniers devraient rencontrer leur répondant en hiver, avec l’ouvrage prévue par Stéphanie Kunert sur le rapport entre féminisme et pornographie, que l’on peut préparer en lisant, relisant et discutant l’ouvrage de David Courbet, Féminisme et pornographie  — chez La Musardine toujours.

À ces initiatives importantes du milieu intellectuel se heurtent par ailleurs des mesures sans cesse plus nombreuses de contrôle de la production et de la diffusion pornographiques, notamment dans la réticularité de l’espace numérique, qui remettent au goût du jour des débats déjà anciens sur la prolifération d’un discours contrôlé, les moyens techniques et légaux souhaitables pour l’encadrer et leur rapport à la liberté d’expression. Durant toute l’année 2013, ces questions ont été fort pédagogiquement éclairées par l’avocat Myles Jackman, au fil des billets de son blog Obscenity Lawyer, que l’on relira avec intérêt pour comprendre le contexte juridico-légal des dernières initiatives britanniques en la matière. En 2011, de semblables velléités de la part d’un homme politique français avaient suscité une série de billets de Fred Pailler sur la pornographie, qui  n’ont rien perdu de leur actualité. La même année, Jean-Noël Lafargue évoquait d’ailleurs dans un billet les inextricables problèmes posés par la représentation (distincte de l’enregistrement) pédopornographique.

Alors que les réseaux de chercheurs anglophones (on peut penser à XCircle_edu) et francophones se structurent autour de ces questions et conduisent à la production d’analyses toujours plus abondantes, on comprend que le lecteur puisse ressentir le besoin de feuilleter un petit vade-mecum pour s’orienter entre les disciplines et les thématiques. C’est ce rôle de transmission et de mise en appétit que j’espère pouvoir remplir en publiant cette Introduction aux porn studies.

Bannière : Mélanie Dufour, Lisa Haesevoets pour les Impressions Nouvelles


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *