Déclasser & Déranger

Pendant que sur Langues de Feu, Claire Placial publie six billets par jour tout en narguant ses collègues avec des photographies de plages et de palmiers sur Twitter, ici, sur Contagions, on se tourne les pouces, on bâille aux corneilles, on peigne des girafes, on regarde les mouches voler, bref, on zoologise, certes, mais on ne fait pas grand-chose de plus. La faute à qui ? Eh bien, à Marie-Anne Paveau, d’abord, évidemment, qui a eu la cruauté d’exiger de moi un article pour satisfaire sa libidineuse intellectualité, aux élèves, qui ont (parfois) la mauvaise idée de venir en cours, au Centre de Recherche sur l’Imaginaire, qui voulait que je confère (et aussi ai-je conféré), à la thèse, à la rhétorique, aux alignements stellaires et, accessoirement, à la vie.

Mais ne vous y trompez pas ! Contagions, pendant ce silencieux mois de novembre, a été un petit Poudlard : une ruine apparemment, pour les Moldus égarés dans la brumeuse campagne écossaise, mais un bâtiment aux escaliers mouvants, en vérité. Sans un mot, je n’ai pas cessé de songer aux petits microbes voyageurs qui, de médium en médium, ainsi que les cigognes alsaciennes de cheminée en cheminée, transportent le fruit de fertiles méditations. Avec la malignité d’un antagoniste de James Bond, il est venu le temps de lâcher ces souches infectieuses sur le vaste monde et de regarder les bubons purulents de mes idées malsaines pustuler la peau jadis pure des idéalités médiatiques. Quelque chose comme cela.

La question est toujours la même et elle opère toujours en marge du ou des transmédias. Ce qui est ici transmédiatique, ce n’est pas toujours, et même rarement, les objets, mais l’analyse, qui essaye de transporter le très littéraire vers le très audiovisuel et inversement. Encore n’est-ce pas toujours aussi clair. S’il m’arrive bien parfois de prendre une théorie narratologique proprement littéraire et de la triturer pour l’adapter, bon gré mal gré, à un objet très différent, à mesure que mes recherches se développent, il arrive bien plus souvent que chacune des parties, dans le détail des analyses, soit autonome. Transmédiatiquement — si je puis dire — elles se rejoignent dans la réflexion générale qu’elles informent, cette réflexion qui porte sur l’évaluation et l’utilisation des objets culturels, par nous, là, maintenant. Mais tout cela n’est pas forcément très clair.

Prenons quelques exemples. Le mois dernier, à l’invitation de Anne Réach-Ngô, qui prépare un ouvrage collectif sur la réédition des classiques, j’ai écrit un article dont le titre provisoire est : « Dysharmonie entre militantisme universitaire et pratiques éditoriales : les éditions contemporaines de La Princesse de Clèves et la polémique des années 2000 ». Cet article est une lointaine conséquence de recherches que j’avais entreprises autour de cette polémique, pour mon second mémoire de master. Il est donc lié à l’ensemble de mes travaux sur la réception contemporaine de La Princesse de Clèves, dont le plus récent paru est un article intitulé « Le transfert intersémiotique et l’altérité culturelle : examen de cinq longs métrages consacrés à La Princesse de Clèves ». Ces articles s’insèrent eux-mêmes dans deux de mes axes de recherche personnels : la lecture anachronique, sur laquelle j’ai écrit dans L’Atelier de Théorie Littéraire et dans Intensités et l’interprétation de La Princesse de Clèves, à laquelle j’ai consacré plusieurs articles dans différentes revues. Bref, il y a là tout un domaine littéraire où se rejoignent des réflexions théoriques, méthodologiques, interprétatives, à propos du texte, de ses adaptations et de ses éditions.

Ce même mois, j’ai donc écrit, à l’invitation de Marie-Anne Paveau cette fois-ci, pour un numéro de la revue Questions de communication, un article pour l’heure intitulé « Les blogs de la photographie de mode à la photographie pornographique et la question du continuum pornographique ». Il prend la suite à la fois de mes réflexions sur la sérialisation a posteriori des documents pornographiques, initiées dans un article déjà paru sous le titre « La cohérence formelle et visuelle des tubes pornographiques » et des précisions que j’ai apportées sur la question de la sexualisation dans les études pornographiques, pour le troisième chapitre de mon livre Introduction aux porn studies, qui paraîtra en mars 2014 aux Impressions Nouvelles. À nouveau, ici, un domaine indépendant, riche en liens internes. Comme à mon habitude, j’écris mes articles les uns par rapport aux autres et je les envisage comme les parties d’un projet plus vaste qui doit apporter, sur le domaine qui le concerne, quelques éléments de réponse un peu fermes.

Mais bien entendu, cette réflexion sur la sérialisation a posteriori, c’est-à-dire sur le fait que des documents soient mis en série non par les producteurs mais par les utilisateurs (le public, si vous préférez), s’inscrit aussi dans le cadre de mon travail sur les séries télévisées. De fait, j’ai évoqué cet article sur les blogs pornographiques dans la version écrite d’une conférence, « La structuration du sens dans le mythe et la série télévisée », donnée cette semaine à Grenoble dans le cadre d’un séminaire de recherche. Elle est liée en effet à un concept de théorie formelle de la série télévisée que j’ai développé dans un article qui sera (peut-être) publié dans un numéro de la revue Écrans, « Organisation proleptique et clôture narrative dans les séries télévisées », et ce concept, c’est celui d’éléments intégrateurs externes, que j’ai lié depuis avec celui de contexte éditorial. De la même manière, la question de la sexualisation dans les études pornographiques est intimement liée à mes travaux sur l’interprétation féministe des objets culturels, dont l’article sur les éditions de La Princesse de Clèves est un exemple, mais dont on peut lire d’autres morceaux dans deux articles déjà publiés, « La Princesse de Clèves : le problème de l’originalité dans la construction de l’identité » et « La construction d’une identité féministe a posteriori : le cas Madame de Lafayette » — et dans le second de ces deux articles, vous voyez que la réflexion sur les phénomènes qui se produisent a posteriori est un nouveau croisement.

Domaines d’objets indépendants, donc (la littérature classique du dix-septième siècle français, la pornographie audiovisuelle contemporaine, les séries télévisées), et domaines transversaux (les conditions de l’interprétation féministe, le rôle de l’anachronisme dans l’utilisation des objets culturels, la mise en série des documents). Si tout cela est parfaitement clair pour moi, il est évident que ce réseau relativement complexe d’articles adossés les uns aux autres ne saurait être lisible pour une tierce personne. C’est bien sûr le rôle des notes de bas de page que de faire apparaître des rapports trop discrets, mais leur efficacité est discutable. Voilà donc la tâche première de Contagions : montrer comment, au quotidien, ces différents objets, ou plutôt, même, ces objets très différents, s’articulent les uns aux autres. Ce qu’il y a de transmédiatique, c’est donc bien in fine la théorie et j’opère alors dans un univers (ou plutôt des univers) assez distinct de celui de l’équipe du MOOC « Comprendre le Transmedia Storytelling » ou du projet « Narrations sérielles et transmédialité », par exemple.

Contagions devait être originellement un carnet de recherche qui soit un carnet de bord : assez près de ma pratique quotidienne. Je crois m’être fait un peu piégé, de temps à autre, par la tentation d’y rédiger des articles allégés que je n’aurais pas publiés ailleurs, parce qu’entre trois ou quatre domaines, ils s’adaptaient mal aux différents appels à contributions. Ce n’était pas un mal et je pense continuer à le faire de temps à autre, notamment pour proposer des conférences qui n’auraient pas donné de publications, mais cela m’a poussé à la rubrique et aux thèmes, bref, à une organisation éditoriale un peu trop stricte qui perdait de vue l’objet premier de ce carnet : partir dans tous les sens, pour montrer que l’on revient souvent aux mêmes endroits. Contagions rouvre donc ses portes et casse les murs, pour revenir à une forme plus simple : plus de Veille, plus de Cités des Liens, plus de Travaux et de Jours, plus de Jeux, qui passent de catégorie à mots clés, plus de Sons, des billets un peu plus courts peut-être et surtout moins organisés — un peu de désordre, enfin, dans ce monde de brutes !

Vidéo

Générique de Rubicon (Jason Horwtich, AMC, 2010).


François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. François perea dit :

    Très impatient de lire Introduction aux porn studies. Voilà une excellente lecture en perspective qui côtoiera Le discours pornographique de Marie-Anne Paveau aux éditions de la Musardine (bientôt aussi). Merci par avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *