C’était en septembre sur Contagions : l’agentivité

Dance there upon the shore;
What need have you to care
For wind or water’s roar?
And tumble out your hair
That the salt drops have wet;
Being young you have not known
The fool’s triumph, nor yet
Love lost as soon as won,
Nor the best labourer dead
And all the sheaves to bind.
William Butler Yeats

Le mois de septembre s’est achevé et il a apporté tout ce qu’il avait promis : telles les déesses moissonneuses les bras chargés de gerbes de blés, les enseignants ont recommencé à errer dans les couloirs de l’université les bras chargés de polycopiés, qu’ils distribuent avec la générosité mystérieuse des entités mystiques aux étudiants perplexes, qui préféreraient de beaucoup savoir où se trouve la fameuse passerelle que relie le bâtiment F au bâtiment B à la lecture de Lucrèce.

Mais une bonne université se doit d’être comme Poudlard et de déjouer les attentes de ceux qui la fréquentent. Ainsi d’une étudiante anglophone qui est ingénument venu me voir au milieu de la première séance de mon cours de littérature d’idées pour me confier qu’elle était persuadée que le cours serait « beaucoup plus contemporain », conclusion qu’elle avait vraisemblablement tirée de la phrase suivante, dans le descriptif de la formation :

Elle [la littérature d’idées] compte des œuvres majeures dont les noms de Montaigne, de Pascal, de Voltaire ou de Sartre, parmi bien d’autres, suffisent à prendre la mesure.

Et sur Contagions, qu’avons-nous fait, tandis que ces pauvres étudiants traumatisés, incapables de situer les passerelles dans les bâtiments ou les auteurs de la suite des siècles, tournaient jusqu’à mourir d’inanition dans les couloirs à la recherche d’une salle plus accueillante et d’un cours plus contemporain ? Eh bien, sur Contagions, on a failli se tourner les pouces, mais on a quand même réfléchi, un peu, de fil en aiguille, et au hasard à vrai dire, au délicat problème de l’agentivité.

L’agentivité — mais on peut dire agency si on parle la langue de Shakespeare et de Tim Burton — c’est, pour aller vite, la capacité d’un agent à agir. Ce polyptote étant posé, que nous reste-t-il ? Que l’agentivité, c’est une façon de comprendre comment un individu opère dans le réseau de contraintes qui le définissent. Autrement dit, c’est un vieux problème, un problème bourdeusien : celui de la réserve de capacités qu’il reste à un individu une fois qu’il est pris dans les structures (ou la structure). L’agentivité observe l’action de l’agent au sein de son champ, non du point de vue de l’expression de la structure, mais du point de vue de l’exercice de sa volonté. Elle concerne donc à la fois l’action effectivement agie et la capacité à agir cette action — donc la réflexivité de l’individu, susceptible de se percevoir comme agent agissant.

Comme le dit Bourdieu au début des « Questions de méthode » contenues dans les Règles de l’art :

En reprenant la notion aristotélicienne d’hexis, convertie par la tradition scolastique en habitus, je voulais réagir contre le structuralisme et son étrange philosophie de l’action, qui, implicite dans la notion lévi-straussienne d’inconscient et ouvertement déclarée chez les althussériens, faisait disparaître l’agent en le réduisant au rôle de support ou porteur (Träger) de la structure […].

Évidemment, comme cette précision intervient après 200 pages d’analyse des champs littéraire et artistique, il faut comprendre que l’agent n’est pas entièrement libre au sein de son champ mais plutôt que, comme Flaubert, il est face à des ensembles de possibles parmi lesquels sélectionner. Ce qui importe, c’est que l’agent, intériorisant les règles structurales de son champ, peut avoir l’illusion d’agir librement, tout comme celui qui retrace le parcours de l’agent a posteriori peut avoir l’illusion d’une stratégie orientée vers sa fin et habilement conduite.

Partant, il y a deux formes d’agentivité : l’agentivité effective, qui est la situation de l’agent dans le champ en tant qu’il est face à des ensembles de possibles et donc à la fois relativement déterminé et relativement indéterminé, et l’agentivité illusoire, qui est la réflexion des actions de l’agent en un récit, par lui-même ou par un tiers, sous les couleurs de la liberté ou de la volonté. L’un des buts de l’analyse sociologique pour Bourdieu, surtout, comme il arrive souvent dans son œuvre, quand elle se fait autoanalyse, est de transférer la réflexivité inopérante qui est le propre de l’agentivité illusoire à l’agentivité effective, c’est-à-dire, et nous sommes là devant une résolution assez classique du problème de la déterminité absolue vs. le libre arbitre, de prendre conscience de ses propres déterminités.

Cette question de l’agentivité, je l’avais évoquée dans un panorama assez général des séries télévisées fantastiques et science-fictives aux États-Unis, dans un article du début de cette année, et précisée dans un autre, encore à paraître dans des actes, en m’intéressant plus spécifiquement à quelques séries typiques. Mon but dans ce duo d’articles était de déterminer quel modèle d’action était le plus populaire ou, si l’on préfère, de quel type d’individu le héros, qui est l’individu par excellence de la culture qui le produit, fait la promotion, et quelle place la médiocrité humaine trouve dans ce tableau.

Je reviendrai probablement en décembre, à l’occasion de ma participation à un séminaire sur les rapports entre mythes et séries télévisées, sur les enseignements relatifs aux spécificités structurales de la forme sérielle qu’une semblable étude thématique de l’agentivité permet de dégager — un projet que j’avais commencé à mettre en œuvre dès ma première communication académique, plus tard parue sous forme d’article, et qui concernait la présence du mythe herculéen, à partir de Diodore de Sicile, dans quelques séries américaines. Pour l’heure, je voudrais dire quelque chose du bénéfice externe d’une pareille analyse.

J’appelle bénéfice externe ce que d’autres, par exemple Yves Citton, appellent un gain éthique de la pratique gestuelle de l’interprétation — une théorie de l’interprétation que j’avais brièvement évoquée ici, il y a quelques mois, en mai. Gain éthique, en effet où, dans une conception finalement vaguement platonicienne, les objets culturels seraient toujours des représentations à mi-chemin entre les simulacres matériels et les formes intelligibles et que le commentaire interprétatif, à la différence de l’amplification de l’aède, relèverait d’un savoir technique de ces formes — quelque chose comme une philosophie. En d’autres termes, non seulement l’interprétation de l’agentivité dans une œuvre de fiction nous donne une connaissance sur cette œuvre, mais également une connaissance sur notre agentivité.

L’autre versant de cette démarche est alors naturellement de réfléchir à ce qui se passe dans le monde — si toutefois l’on continue à distinguer les représentations et le monde, ce qui certes est un autre problème. Dans un premier temps, la question de l’agentivité mondaine, des vrais agents dans un vrai champ que l’on peut toucher avec ses petits doigts, me concernait assez peu. C’est même l’un des buts de ma thèse que d’étudier la question de l’auteur sans beaucoup s’intéresser aux personnes physiques, à l’écrivain, à son action, etc., mais en prenant des biais qui touchent aux dispositifs plutôt qu’aux agents.

Mais bien sûr, j’ai dû faire le travail bibliographique qui balaye la question de l’auteur avant de songer à la contourner. Or, depuis quelques années, des concepts comme la posture, que j’ai évoqué dans le billet précédent, essayent de résoudre la difficulté centrale de l’agentivité. Tout l’enjeu est évidemment de décrire le comportement des agents dans le champ littéraire sans se fermer à l’interprétation, donc en comprenant à la fois les actes et les œuvres — ce qui était, de fait, déjà, le problème fondateur des Règles de l’art, à travers le cas flaubertien. La posture, comme l’hexis Bourdieu, implique non seulement des discours sur sa propre activité et sur l’activité des autres, mais également des comportements et une existence matérielle.

L’ensemble de ces descriptions peut être réinvesti dans la compréhension de sa propre agentivité au sein du champ universitaire, dont j’ai proposé, d’une manière parsemée à travers les récents billets, de le considérer sous plusieurs aspects : champ thématique, champ disciplinaire, champ institutionnel, etc. Y être un agent conscient de soi n’implique pas simplement d’être en mesure d’établir des stratégies, par exemple de concevoir une thèse en adéquation avec les postes susceptibles d’être ouverts, de décrire un projet de recherche dans le vocabulaire propre aux institutions qui seront sollicitées pour le financer ou de sélectionner la spécialité dans laquelle on rencontrera le moins de concurrence pour la conquête des positions-clés et d’admettre, c’est le point important, que ces différentes actions ne sont pas indignes, mais propres au fonctionnement du champ, mais implique encore d’avoir conscience que nos actions construisent et sont construites par une existence au sein du champ, que nous avons à la fois héritée et cmposée, et qui dépend tout autant des perceptions matérielles que nous pouvons produire que de la compréhension intellectuelle que les autres agents du champ ont de nos travaux.

J’avais évoqué par exemple l’activité de recension, dans le billet sur la posture déjà cité et dans un billet plus spécifiquement consacré au compte-rendu académique. Écrire une recension, me semble-t-il, c’est à la fois produire un discours intellectuel avec son contenu propre, prendre position à l’intérieur d’un champ (thématique et/ou disciplinaire) et adopter une posture. On voit bien en quoi l’agentivité effective dépend d’une compréhension structurale du champ : ce n’est que parce qu’il y a d’autres agents qui ont produit le texte que l’on recense (ou les textes que l’on cite dans l’article, qui accompagnent l’article dans le volume collectif, le volume dans la collection, la collection dans le marché de l’édition savante, etc.) que notre posture propre acquiert un sens et donc une effectivité.

Il y aurait évidemment beaucoup à dire sur les apports d’une compréhension fictionnelle de l’agentivité des héros dans les univers fictifs qui sont les leurs et qui, quoique susceptibles de fonctionner de manière relativement indépendante comme des mondes, sont néanmoins inscrits, dans notre compréhension, dans un héritage culturel, à la compréhension de l’agentivité réelle des agents d’un champ, particulièrement d’un champ intellectuel comme le champ académique, qui dépend aussi de la capacité de ces agents à hériter ou refuser d’hériter des séries de références culturelles censément communes. De la même façon, il faudrait s’intéresser à la manière dont la corrélation entre âge biologique et âge symbolique conditionne le choix de postures de l’agent dans le champ : on pense bien sûr à la différence considérable qui distingue le doctorant de 50 ans qui reprend une carrière du doctorant de 24 ans, qui sort de ses études en stricte ligne droite ou, inversement, la jeune maîtresse de conférences tout juste recrutée et la professeure en fin de carrière.

Ce mois de septembre était donc pour moi une manière d’effleurer des questions qui découlaient en droite ligne de mon analyse, au mois de juin, des paratextes académiques. Je poursuivrai vraisemblablement une partie de ces réflexions en janvier prochain, pendant mon séjour dans la Villa Réflexive. Septembre était propice à sentir ma position changer, comme j’enseignais pour la première fois ; le semestre fini, janvier le sera tout autant pour en tirer un premier bilan.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *