En septembre sur Contagions : quo vadis ?

Cette brume insensée où s’agitent les ombres
— est-ce donc là mon avenir ?
Raymond Queneau, Chêne et chien

Les signes des temps ne mentent pas : il faut désormais un quart d’heure pour passer de la fin de la file d’attente au tapis roulant de la caisse, au supermarché. Les étudiants en colocation, revenus des endroits où ils se cachent l’été, errent, l’œil hagard, dans les rayons inconnus : on reconnaît chez les plus jeunes l’ancestral dilemme de l’oiseau tombé du nid. Faut-il s’essayer à un nouveau régime alimentaire ou tenter de retrouver, dans cette jungle hostilement consumériste, les mêmes ingrédients qui composaient jadis — c’était il y a bien longtemps, au mois du juin — les dîners à la maison ? Peut-on raisonnablement vivre de bière et de pâtes bon marché ? Vaut-il mieux acheter des sauces tomates déjà préparées ou presser soi-même la pulpe des baies, pour faire quelques économies ?

Déjà, ils affluent sur le campus, frappés de terreur religieuse devant les petits mystères de ces lieux hiératiques : celui de la porte tournante de la bibliothèque universitaire, qui ne tourne pas, ou celui des étages d’administration auxquels on ne peut aisément accéder qu’en empruntant des escaliers qui ne se trouvent pas dans les mêmes bâtiments. Peu à peu, certains d’entre eux soupçonneront que ces incongruités ont été depuis longtemps conçues pour briser leurs forces vives et les mener d’un pas docile vers la reprogrammation qui fera d’eux des agents de la domination mondiale. Mais cela, c’est pour plus tard.

En attendant, en septembre, sur Contagions, on peaufine les petits travaux de l’été dans l’espoir que cette année, les publications de rentrée apporteront leur lot d’articles depuis longtemps sous presses — même virtuelles, les presses. Avec l’ambition naïve de ne pas attendre vingt-quatre nouveaux mois pour lire son nom sous un titre plein d’hypothèses déjà obsolètes, on concocte de nouvelles élucubrations dans la chaleur mourante des derniers jours de l’été, pour avoir le plaisir, dans deux ou trois ans, de se souvenir combien l’on était audacieux, il y a longtemps, quand on était encore jeunes.

Tout ceci implique trois choses fondamentales : que mon bureau est de plus en plus en désordre (un jour, quand je n’aurai plus aucune pudeur, j’en publierai ici une photographie), que mon agenda est de plus en plus coloré (parce que j’avais, à l’origine, un code couleur — j’imagine) et que ce carnet reprend sa vie anarchique et échevelée, loin de la belle, martiale et thématique organisation de cet été. J’annonce donc que je ne sais absolument pas de quoi ce mois de septembre sera fait et je m’en vais de ce pas vous présenter cette belle incertitude.

Les appels à contributions à traquer

Au cours de l’été, quelques appels ont paru qui ont retenu mon attention. Certains m’ont filé entre les doigts, dimanche dernier, alors que j’étais perdu à Saint-Symphorien-de-Marmagne (mais si, ça existe), pour fêter l’anniversaire de l’une de mes amies, qui a eu le bon sens de faire des études de commerce. Mais il en reste d’autres qui risquent fort de rythmer mon mois de septembre (des appels, non des amies), si l’inspiration m’en vient, comme j’espère évidemment qu’elle le fera.

Ma stratégie dans le domaine est désormais simple. Pendant une année, je me suis volontiers déplacé à toutes sortes de colloques, journées d’études, séminaires et rencontres, aussi bien pour parler de littérature que de séries télévisées, ceci afin de présenter mes hypothèses de travail et mes corpus dans l’un et l’autre domaine, bien sûr, et de rencontrer des collaborateurs. Ceci étant fait et afin de bien organiser mon temps dans une phase de la thèse qui sera plus active que celle de la compilation bibliographique et de la structuration du plan, je ne me déplace à présent que dans trois circonstances, possiblement interconnectées : la manifestation porte exclusivement sur les séries télévisées, la manifestation porte sur une question littéraire ou historique précise en relation avec ma thèse ou la manifestation est interdisciplinaire mais j’y ai été invité par des personnes avec lesquelles je souhaite poursuivre ma collaboration.

À côté de cela, la rédaction d’articles est beaucoup moins exigeante en temps comme en argent : j’y sélectionne donc des appels qui me permettent d’exposer un peu plus largement mes vues. Nous discutions aujourd’hui, sur Twitter, avec Caroline Muller du carnet Acquis de conscience et Maël Goarzin du carnet Comment vivre au quotidien ?, de la question de la dispersion des étudiants en thèse et, si je ne conseille à personne mon activité frénétique et multimédiatique délicate à rendre cohérente pour d’éventuels recruteurs, je ne crois pas non plus que la monomanie soit des plus saines, psychologiquement ou scientifiquement. Ceci étant dit, les appels, donc.

« Violence et culture populaire », Postures, n°19, 15 octobre 2013

L’appel a été repoussé entre temps. J’avais déjà donné un article dans cette même revue, sur un sujet tout à fait différent, dans le numéro 15, un article que l’on peut lire en ligne sous le titre : « La construction d’une identité féministe a posteriori : le cas Madame de Lafayette ». Cet appel sur la culture populaire, quoiqu’il formule ses interrogations d’une manière quelque peu datée, sans doute, aux yeux des spécialistes de la culture populaire en tant que telle (ce que certes je ne suis pas), m’offrirait l’occasion d’explorer un peu plus la franchise Law & Order et ses multiples séries, que je travaille par ailleurs pour un projet, dont je reparlerai un autre jour, sur la violence sexuelle faite aux femmes.

« La contagion scientifique », séminaire de l’Université de Bourgogne, 15 septembre 2013

Naturellement, le titre de cet appel et l’ensemble de son contenu sont faits pour attirer mon attention. On y aborde, un peu plus théoriquement que ne le fait ce carnet, la question de la contagion entre différentes disciplines, à l’intérieur des sciences sociales et humaines particulièrement. Comme je retourne toujours avec plaisir dans la futuriste Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, je médite depuis quelques semaines une proposition autour de la disciplinarité des études littéraires contemporaines, qui avait été l’un des objets du mois d’août ici.

« The Cultures of Popular Culture », Royal Irish Academy, 1 octobre 2013

Cet appel un peu trop large à mon goût, comme à vrai dire l’immense majorité des appels à contributions sur la culture populaire qui nous parviennent en anglais, a le mérite de n’être pas trop loin et d’offrir un axe sur la hiérarchisation et la canonisation des objets culturels, qui recoupe une partie de mes réflexions sur le rôle de l’auctorialisation des séries télévisées dans le développement de méthodes interprétatives et de justifications artistiques à leur propos, que j’évoquais déjà ici il y a quelques mois.

Les textes à rédiger

Ces textes futurs sont précédés de textes présents et bientôt passés : septembre est aussi le mois où l’on abreuve d’autres collègues de nos profondes et subtiles pensées. J’ai déjà passé une partie de l’été à transformer des interventions orales en articles écrits et j’en revois désormais les détails. La plupart sont envoyés et vont probablement circuler dans la boîte mail au courant du mois de septembre. Voici quelques articles que j’ai préparés et qui sont en cours d’évaluation ou de publication :

« La forêt et ses habitants fantastiques dans les séries télévisées anglophones », Belphégor

L’article répondait à un appel à contributions sur les « Narrations fantastiques et le monde naturel », qui faisait lui-même suite à un colloque tenu aux États-Unis dans le courant de l’année 2012, auquel je n’avais pas participé. Le colloque sert de centre au numéro de la revue qui s’accompagne d’articles extérieurs, comme le mien, je l’espère, si les ultimes modifications apportées dans le courant de l’été conviennent aux éditrices. Mon article est un essai de typologie des monstres forestiers dans la télévision fantastique depuis les années 1990 et il répond en partie à mon désir méthodologique de proposer plus souvent des examens synthétiques dans l’étude des séries télévisées, trop généralement concentrée sur l’interprétation de programmes isolés les uns des autres.

« L’agir humain et les apocalypses dans les séries télévisées : une étude comparée de Buffy the Vampire Slayer, Supernatural et Doctor Who », actes du colloque L’Apocalypse, un imaginaire politique

J’avais proposé un résumé de ce colloque ici. Cet article fait suite à un article panoramique, comme celui que je viens d’évoquer sur les forêts, publié cette année dans le Magazine de la communication de crise et que l’on peut lire en ligne, « Fantastique, science-fiction et résolution individualiste des crises globales dans les séries télévisées étasuniennes des années 1990 à nos jours ». Cet article-ci applique à un corpus plus restreint (et néanmoins déjà considérable) les observations d’ensemble d’abord formulées.

« L’attribution de l’auteur a posteriori : théorisation à partir de quelques cas dans la littérature française du XVIIe siècle », actes du colloque Le sujet créateur

J’avais évoqué ce colloque dans les Travaux et les Jours du mois de juin. C’est évidemment un tout autre domaine que celui des deux articles précédents, puisque nous sommes ici au plus près de mon sujet de thèse, à la fois en termes de corpus, puisqu’il s’agit généralement de cas littéraires plus ou moins obscurs de la seconde moitié du dix-septième siècle, et en termes de méthode, puisqu’il s’agit d’une étude historique assez circonstanciée dans le propos final est une réflexion étrangère sur la situation de l’auctorialité et, éventuellement, de la propriété intellectuelle à l’époque contemporaine.

Des cours à donner

Évidemment, outre la thèse, dont par dessein je ne parle pas toujours très précisément sur Contagions, pour rappeler qu’une activité doctorale ne se résume pas à son écriture, je donnerai, à partir de la semaine du 16 septembre, deux cours de douze séances chacun, au sein de l’Université Stendhal, l’un au site de Saint-Martin-d’Hères (à Grenoble, donc) et l’autre au site de Valence.

Le premier est un module pour les premières et secondes années de licence de lettres (modernes, classiques et arts du spectacle), à Grenoble, consacré à la littérature d’idées et, comme je le dis pour l’expliquer plus clairement et, à mon sens, plus rigoureusement, à mes amis non littéraires, à la littérature argumentative. Les séances s’en diviseront probablement en quatre gros morceaux : le premier sera consacré à la rhétorique, qui est une tradition grenobloise, le deuxième aux formes brèves, en balançant entre l’âge classique et l’époque contemporaine, le troisième à l’essai et le quatrième aux formes intermédiaires, par exemple aux traités, aux publications académiques ou, à l’extrême inverse, aux romans.

Le second est un cours magistral pour les troisièmes années de lettres, à Valence, sur la question des théories littéraires. Le cours doit servir d’introduction et, donc, de balayage historique. J’en ai beaucoup parlé tout au long du mois d’août sur Contagions et notamment dans le billet conclusif, en début de semaine. Le cours devrait suivre une marche chronologique nécessairement assez dense, des dialogues platoniciens jusqu’aux études culturelles, en passant par les poétiques (néo-)aristotéliciennes, les esthétiques littéraires, les politiques de la littérature, les études culturelles, les théories éthiques et la sociologie. Présentations générales plutôt que spécialisation, ici, pour permettre aux futurs mémorants des masters de recherche d’envisager diverses méthodes, plutôt que la seule opposition interprétation-formalisation, et pour les futurs professeurs du secondaire de se méfier d’une évidence esthétique et artistique de la littérature, peu plastique aux situations d’enseignement multiculturelles.

Reste à régler la question des documents de cours, pendant la semaine qu’il me reste à la préparation. La solution sera sans doute un volumineux carnet de textes, proposé en ligne sous format PDF, que les étudiants seront libres d’imprimer s’ils le souhaitent, ce qui, étant donnés les tarifs plus que généreux des services reprographiques de l’université, devrait être moins coûteux qu’un livre-poche — un détail important. La difficulté est bien sûr qu’une fois le carnet constitué et imprimé, il commande à l’ensemble du semestre et il est difficile de battre la campagne — je n’ai pas encore arrêté ma décision sur la question.

Quoi qu’il en soit, mon impatience d’enseigner grandit de jour en jour.

***

Bref, en septembre, sur Contagions, nous oscillerons probablement entre la culture populaire et les moyens de son étude, d’un côté, et des questions littéraires générales, plutôt théoriques, de l’autre. La thèse, elle, devrait s’engager normalement vers l’histoire du droit et l’histoire du livre pour un temps, mais cela reste encore à décider. Et bien sûr, au milieu de tout cela, il y aura de la rhétorique — qui est le sel de l’existence.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 octobre 2015

    […] de François-Ronan Dubois et de Caroline Muller qui, sur leurs carnets de recherche respectifs, Contagions et Acquis de conscience, ont précisé leur programme de l’année à suivre, j’aimerais moi […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *