Cité des Liens — 8 : Blogographie

Langues de Feu

Alors que mes Pokémons sont presque au niveau 100 et mes cours presque finis, je profite de la quiétude de cette fin d’été pour proposer un nouveau tour des carnets de recherches et des blogs, dans la Cité des Liens de cette semaine. Avec la fin de l’été justement, et la fin des vacances, les nouvelles fleurissent, les appels à contributions reviennent, les emplois du temps se chargent, se changent et se corrigent. De même pour Hypothèses, qui reprend peu à peu, semblerait-il, son rythme de croisière. C’est la fin du pastis et de la pétanque.

De mon côté, je surveille de près la naissance de quelques carnets qui devraient nous rejoindre au cours de l’année 2014 : certains sont en projets, d’autres sont déjà en construction. Je les guette au tournant de la route, pour les envelopper brusquement et sans crier gare d’une tapageuse publicité : il y sera question de littérature populaire, il y sera question de séries télévisées, il y sera question de chansons. Mais pour l’heure, tout cela se pense et se mature, se négocie quand on écrit à plusieurs et se désespère quand on affronte seul les problèmes techniques.

La semaine dernière, en tout cas, il était déjà question de carnets et de blogs dans la Cité des Liens — avec l’angle thématique de la thèse. Nombreux sont de fait les doctorants à venir partager leurs expériences, douloureuses ou non, de la thèse et du monde de la recherche. J’avais cherché dans cette précédente Cité des Liens à mettre l’accent sur tout ce qui, à vrai dire, ne concernait pas directement le contenu de la thèse — mais le reste : la petite vie d’un chercheur, les grandes politiques de gestion des formations doctorales (quand elles existent), les ruses et les conseils de sioux.

Cette semaine, je propose quelques liens dont le rapport avec le contenu même de Contagions est un peu plus étroit : comme d’habitude, nous y trouverons de nombreux familiers d’Hypothèses et quelques visiteurs d’ailleurs.

Le lien de la semaine : Langues de Feu

Claire Placial entretient avec beaucoup de constance ce carnet où la traductologie rencontre le comparatisme — deux termes qui, peut-être, ne sont pas immédiatement familiers aux non-littéraires : la traductologie, c’est bien sûr, en gros, l’étude des techniques et philosophies de la traduction et le comparatisme, la mise en rapport de textes d’époques et d’aires linguistiques différentes, nous y reviendrons. Au croisement, donc, de ces deux disciplines, ce sont les textes sacrés qui retiennent d’abord l’attention de Claire Placial.

Parmi les catégories de Langues de Feu, j’aimerais m’arrêter sur une rubrique qui, en bon adepte de méthodologie, m’intéresse particulièrement : celles que Claire Pacial consacre aux paratextes des traductions, « En marge des traductions ». Comme le prospectus d’une pièce de théâtre que l’on distribue avant sa représentation, il est rare qu’une traduction ne s’accompagne pas d’une note d’intention, particulièrement dans les éditions contemporaines. Or, il n’y est jamais question que du texte traduit, mais toujours, généralement, des techniques de la traduction. Claire Placial ne s’y intéresse pas qu’à la traduction des textes sacrés : ainsi met-elle en perspective les intentions Frédéric Boyer, traducteur de Shakespeare, de la même façon qu’elle propose une réflexion sur l’œuvre de Sébastien Castellion.

L’étude des paratextes, je m’y étais intéressé moi-même sur Contagions, est un moment important de la recherche sur les textes eux-mêmes : elle en éclaire certes l’histoire et la sociologie, la situation culturelle si je puis dire, mais elle est aussi indispensable à l’établissement de données philologiques. Souvent, une mention dans une préface initie un jeu de piste qui peut devenir labyrinthique. C’est une semblable expérience que propose la rubrique « Enquêtes » des Langues de Feu. On y retrouve le billet inaugural du carnet, « Le cas Jacobi, ou expérience traductologique du samsara », consacré à une remarquable enquête philologique, de bibliothèque en bibliothèque et de pays en pays. C’est que même à l’heure du numérique, il n’est pas toujours possible aux spécialistes des siècles anciens de résoudre toutes les incertitudes grâce au réseau.

À côté de cette recherche, Claire Placial consacre également une part de son carnet à l’enseignement, du collège à l’université. S’y articulent l’expérience de la spécialiste à celle de l’enseignante généraliste, dans un bel exemple de la réflexion sur la pratique professorale à partir d’un thème de recherche qui, à première vue, pourrait paraître éloigné des préoccupations du tronc commun collégien. On lira par exemple avec un intérêt le passionnant billet intitulé : « Les collégiens et leurs langues de feu » ainsi que le billet « Madame, pourquoi tous les profs de français, ils sont français ? ».

Les liens de la semaine : varia

Août 2013 — Espaces réflexifs

Ne quittons pas tout de suite Claire Placial, puisque nous avons pu la lire aussi, ce mois d’août, dans la Villa Réflexive. Elle y proposait quelques réflexions qui peuvent fort bien servir d’introduction aux Langues de Feu, quand on s’y trouverait un peu perdu. Certains billets de méthodologie sont très proches de ce que l’on aborde sur Contagions, notamment un billet sur le partage disciplinaire (« Ce que (l’étude de) la traduction a à dire à la littérature comparée ») et un billet sur l’actualisation anachronique (« Anachronies et uchronies des comparaisons »).

Indústrias Culturais

Dans un domaine a priori tout à fait différent, ce carnet rédigé en portugais par Rogério Santos s’intéresse au développement historique et aux fonctionnements contemporains de l’industrie culturelle portugaise, notamment à la radio. Composé de billets généralement brefs, il s’agit peut-être du carnet le plus actif du versant lusophone d’Hypothèses. On peut lire par exemple le billet « Estudar a televisão », qui offre quelques conseils bibliographiques (toujours en portugais) sur la question.

Patrimoine et télévision

Toujours sur la télévision, ce carnet, ouvert au début de l’année par Thibault Le Hégarat, relate la progression d’une recherche doctorale en histoire sur l’utilisation du concept de patrimoine dans la télévision française. La perspective y est très différente de ce que l’on trouve dans Contagions, où il est question de séries plutôt que de télévision — et c’est tant mieux. Parmi tous les billets, on peut commencer par le fort intéressant « Culture et télévision ».

The Dissident Porn Scholar

Dans la culture visuelle en mouvement, encore, mais dans un domaine souvent peu télévisuel, ce carnet de thèse d’Emi Amelia, par ailleurs gestionnaire du réseau XCircle_edu s’inscrit au sein des porn studies. Ce carnet naissant explore la stratégie de positionnement académique dans un domaine de recherches encore peu stable et explique, avec une certaine pédagogie, la définition d’objets peu familiers encore à la communauté scientifique. Ainsi du dernier billet, « Post-porn in the UK ».

The Obscenity Lawyer

Blog professionnel et non académique que celui de Myles Jackman, avocat britannique spécialisé dans la défense de l’industrie pornographique et des consommateurs, notamment de pornographie violente. Y sont abordées les questions de droit relatives à ce domaine particulier de la représentation, sur lesquelles je vais moi-même avoir l’occasion de revenir à la parution de mon livre Introduction aux études pornographiques, dans le courant de l’année 2014. Les derniers billets sont consacrés à la question problématique du rape-porn (représentation simulée de viols). On peut en lire une présentation dans « Is the rape porn cultural harm argument another rape myth ? ».

***

Des traductions renaissantes de la Bible à la pornographie violente de l’époque contemporaine et son encadrement juridique, il y a tout un monde. Pourtant, il s’agit à chaque fois de produits culturels problématiques, qu’il s’agit de transmettre, d’encadrer et de contrôler : traduire un texte sacré, légiférer sur les fantasmes que l’on peut représenter, développer une radio et une télévision nationales, sont autant de techniques de gestion et de hiérarchisation des discours. En préparant mes cours pour la rentrée, il est de ma préoccupation constante que de faire comprendre aux étudiants qu’aucun texte, même le plus littéraire qui soit, ne vient au monde comme une œuvre purement transcendante et libre du jeu des pouvoirs culturels.

Image

En-tête du carnet de recherches Langues de feu (détail).


François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Je me rends compte que je n’ai pas encore pris le temps de te remercier de ce billet, et de la lecture attentive que tu as fait des Langues de feu! (à ma décharge, j’étais le 29 septembre en haut d’une montagne Corse dépourvue de connexion) Ça m’a fait bien plaisir. Bonne continuation à tes recherches et à ton carnet, dont la diversité me ravit.

  2. Thibault Le Hégarat dit :

    Merci pour cette mise en valeur, et bonne reprise des travaux de recherche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *