Cité des Liens — 7 : Thèse

Thesis Whisperer

Le statut du doctorant au sein de l’Université française est pour le moins incertain. Dans les disciplines les moins scientifiques notamment, où les laboratoires n’existent pas, où les manipulations et l’établissement de protocoles expérimentaux ne font pas partie de l’élaboration d’une thèse, où, en somme, toute la recherche est solitaire de sa conception à sa rédaction en passant par sa mise en œuvre, le doctorant n’est pas a priori un chercheur salarié par l’université. Dans les études littéraires par exemple, les contrats industriels sont rarissimes et les contrats universitaires n’excèdent guère la demi-douzaine par année, dans les grandes universités de province. Au-delà du problème financier, cette pénurie de postes entame les perspectives de valorisation professionnelle du doctorat.

À la fois titre, diplôme et distinction, le doctorat est fondé sur l’ambiguïté entre l’exercice d’une activité professionnelle (chercheur et, parfois, enseignant) et la poursuite d’études. Dans certaines disciplines et dans certaines universités, la formation doctorale est inexistante et, sans cursus imposé à proprement parler, le doctorant valide des crédits d’enseignement grâce à des activités qui correspondent, en réalité, à sa profession de chercheur : il gagne un peu de son diplôme en publiant dans une revue ou en donnant une conférence dans le cadre d’un colloque. Très pratiquement, le doctorant contractuel peut ainsi ranger dans son portefeuille et sa carte professionnelle d’enseignant-chercheur, et sa carte d’étudiant.

La prise de conscience des multiples difficultés de l’expérience doctorale, loin d’être toutes réductibles aux aléas de la rédaction d’une thèse ou, même, plus généralement, de la recherche académique, a conduit au fil des décennies, et particulièrement ces dernières années, à l’apparition à la fois de recherches en sciences de l’éducation consacrées à l’enseignement supérieur dans son ensemble et à l’enseignement doctoral en particulier, et à des témoignages, enthousiastes, angoissés ou désabusés, de doctorants de diverses disciplines. Ces recherches et ces témoignages constituent des ressources précieuses, tant pour les enseignants-chercheurs engagés dans un doctorat que pour ceux qui en sont désormais à les encadrer. En voici quelques exemples.

Le lien de la semaine : The Thesis Whisperer

Comme bien des témoignages réflexifs sur l’expérience doctorale, le Thesis Whisperer se présente sous la forme d’un blog. Collaboratif, il accueille des billets de doctorants de disciplines et, parfois, d’origines diverses, sous la direction d’Inger Mewburn, de l’Université de Melbourne en Australie, qui s’est spécialisée dans le domaine de la formation doctorale. On peut d’ailleurs retrouver quelques-uns de ses articles sur son profil Academia.

Le principe de Thesis Whisperer est de collecter des témoignages de doctorants qui soient compréhensibles indépendamment de l’ancrage disciplinaire de leur rédacteur. En d’autres termes, les billets n’explorent pas les problèmes de méthode ou de contenu qui peuvent être rencontrés, mais plutôt l’expérience professionnelle et personnelle du chercheur en formation, ses interrogations et ses problèmes pratiques. Le blog est donc loin d’adopter le style impersonnel de l’écriture académique.

Cette ligne éditoriale permet au Thesis Whisperer de ne pas redoubler d’autres publications virtuelles et notamment les carnets des doctorants qui y participent, dont le blog propose d’ailleurs une liste indicative. Comme bien souvent, la transcription publique de l’expérience doctorale occupe différents lieux, selon ce qu’il s’agit de dire, et les rédacteurs se croisent et se recroisent, dans leurs blogs personnels, dans les blogs généraux ou dans des lieux de discussion, comme le fameux #phdchat, dont le Thesis Whisperer fournit par ailleurs un guide.

Les sujets abordés sont variés et, si certains sont étroitement liés au contexte universitaire australien voire, plus largement, anglo-saxon, d’autres peuvent aisément résonner avec les préoccupations des doctorants continentaux. J’en prends pour exemple quelques billets récents : celui de Laura McInerney sur la taille des programmes de colloques (« In praise of the small conference »), celui de Paula Hanasz sur la difficulté à évoquer l’expérience doctorale avec des non-universitaires (« PhD Lifestyle Guilt ») ou encore celui de Cassily Charles sur les manières de discuter des processus d’écriture (« Are your on the same page as your supervisor ? »). Nombre de billets donnent lieu à des commentaires de la part des lecteurs, qui poursuivent la discussion après une publication dont le format est ordinairement assez bref. Le blog s’accompagne évidemment d’un compte Twitter.

Les liens de la semaine : varia

Speculative Diction

Ce carnet de recherches est tenu par Melonie Fullick de l’université de York, qui étudie l’enseignement supérieur canadien. On y trouve de nombreux billets sur l’expérience doctorale et la gestion de l’enseignement doctoral par les institutions universitaires canadiennes. On a pu y lire récemment un billet sur les doctorats arrêtés avant leur terme (« War of attrition — asking why PhD students leave ») et un billet sur la question de la publication virtuelle des thèses avant leur édition en livre (« The stakes in (no) change : the AHA and academic careers »).

Infuse ! Nos rapports aux sciences

Le carnet de recherches bien connu sur Hypothèses de Mélodie Faury, consacré dans son ensemble, comme son sous-titre l’indique, à la réflexivité scientifique, propose la section dont j’ai donné le lien ici : les témoignages et la série « Paroles de doctorat », où des doctorants de disciplines très variées partagent leur expérience. On retrouve aussi des témoignages et des réflexions à ce sujet dans la catégorie Perspectives.

Les aspects concrets de la thèse

Autre carnet d’Hypothèses, qui se repose pendant l’été mais s’anime tout au long de l’année, les ACT sont fondés sur un séminaire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Tous les billets ne concernent pas, cependant, les séances du séminaire et le carnet propose également un suivi de l’actualité des réflexions en français sur l’expérience doctorale en général et l’écriture de la thèse en particulier. La publication devrait reprendre à l’automne.

Ressources pour la thèse et au-delà

Toujours sur Hypothèses, ce carnet est lui joint à une association doctorale de l’École Normale Supérieure de Lyon. Plus récent que les ACT, ces Ressources présentent une ligne éditoriale similaire, à ceci près qu’elles se concentrent peut-être moins précisément sur la thèse que sur les autres aspects de l’expérience doctorale : participation à des projets de vulgarisation, valorisation professionnelle, rédaction de propositions, etc. De mon expérience, les deux carnets ne sont pas redondants et peuvent se consulter conjointement avec profit.

***

Ces quelques liens n’épuisent pas la grande diversité des ressources virtuelles pour la thèse et, surtout, des témoignages sur la thèse, puis plus largement sur l’expérience doctorale : nous aurons l’occasion sans doute de recroiser à l’avenir, dans la Cité des Liens, ce sujet. Il est impossible d’exagérer l’importance de ces réflexions, dans des contextes universitaires où bien des processus de formation doctorale pratique sont laissés à la charge d’initiatives personnelles de doctorants, au lieu d’être conçues et financées dans le cadre d’un programme de formation cohérent. Le danger pour le doctorant est bien sûr de s’exagérer sa marginalité dans le monde de la recherche, c’est-à-dire de ne concevoir ses travaux qu’à l’aune de la thèse et du doctorat, plutôt que de chercher à se légitimer comme enseignant-chercheur à part entière : entre la défense des intérêts propres et l’intégration de plein droit aux communautés institutionnelles, l’équilibre est souvent difficile à trouver.

Image

En-tête du Thesis Whisperer.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *