En août sur Contagions : théories littéraires

Dans le cadre de mon contrat doctoral au sein de l’Université de Grenoble 3, je commencerai, à la rentrée, à donner quelques cours de licence : en plus de trois séances d’histoire du théâtre du XVIIIe siècle pour la licence d’art du spectacle et d’une option consacrée à la littérature d’idées, j’assurerai, dans notre antenne valentinoise, le premier semestre du cours de théorie littéraire, en troisième année. Ce service d’enseignement, à l’exception peut-être de sa composante théâtrale, correspond précisément aux vœux que j’avais formulés : la théorie littéraire a constitué pendant plusieurs années le cœur de mes réflexions sur la littérature.

Elle tient également, en théorie si je puis dire, une place importante dans la formation des futurs enseignants de français, dans la mesure où les compétences théoriques sont évaluées par la plupart des épreuves des concours de recrutement et ces concours constituent, bien entendu, l’une des principales perspectives de carrière pour les étudiants en lettres modernes. Pourtant, la part effective de la théorie littéraire dans le cursus de lettres modernes, variable selon les universités, peut parfois paraître bien réduite au regard des exigences implicites des concours.

Plus largement, les rapports entre la théorie littéraire et le reste des études littéraires, du point de vue de la recherche comme de celui de l’enseignement, sont notoirement complexes. Depuis quelques mois, alors que je me détache d’une approche philosophique qui avait d’abord été la mienne pour adopter une perspective de plus en plus historique, je m’interroge sur les raisons qui continuent, aujourd’hui encore, à diviser le champ de la discipline entre pratiques théoriques et pratiques du commentaire. S’il est devenu un lieu commun d’affirmer les rapports étroits qui unissent l’interprétation, l’histoire et la théorie, dans les études littéraires, et de se détacher de clivages largement hérités d’un contexte polémique, l’enseignement de la théorie littéraire et, plus largement, sa gestion au sein des institutions académiques, continuent à favoriser des séparations simplificatrices.

Je voudrais consacrer un ou deux billets, au cours de ce mois d’août, à examiner quelques problèmes propres à la théorie littéraire, à ce qui se qualifie ou non comme telle, à sa perception. À mesure que mes cours prennent peu à peu forme, des interrogations anciennes refont surface et de nouvelles se précisent à leur tour : c’est le trait d’union qui lie les mots « enseignant » et « chercheur » sur ma carte professionnelle.

Littéraire en théorie

J’ai déjà beaucoup parlé de théorie littéraire sur Contagions, par exemple en commentant l’approche éthique de l’interprétation littéraire proposée par Yves Citton ou les enjeux philosophiques du narrativisme à partir d’un colloque consacré à Paul Ricoeur. Mais, la plupart du temps, j’ai appliqué quelques éléments simples de théorie littéraire à des domaines médiatiques différents : la musique rap , les livres-jeux, les séries télévisées, les textes académiques, etc. De mon point de vue, la théorie littéraire peut être la théorie d’autre chose que de la littérature et c’est parfois par accident que la littérature devient l’objet privilégié de telle ou telle approche.

La place du fait littéraire dans la théorie littéraire est une évidence et un principe : non une nécessité. Certaines théories littéraires contemporaines n’accordent d’ailleurs pas à la littérature un rôle plus important qu’à d’autres objets culturels : c’est souvent le cas au sein des différentes branches des études culturelles, dont les théorisations politiques et philosophiques ne s’intéressent pas toujours aux spécificités médiatiques des objets considérés, c’est encore le cas pour une partie de la littérature comparée, préoccupée par des mises en rapport plus générales que celles d’une confrontation de textes. L’introduction, au sein des études littéraires, d’une élaboration conceptuelle non formelle entraîne nécessairement l’abandon d’une spécificité médiatique.

À ce mouvement centrifuge, qui conduit la théorie littéraire, par sa propre dynamique, à se préoccuper d’autre chose que de la littérature, il faut ajouter un décadrage extérieur, c’est-à-dire l’emprunt de la théorie littéraire pour étudier des objets culturels nouveaux, sans chercher à établir entre eux et les objets traditionnels de la théorie source un rapport quelconque. C’est le cas par exemple de l’approche textualiste en analyse des médias, qui conçoit toute production culturelle comme un texte susceptible de s’offrir aux mêmes techniques interprétatives et, par conséquent, aux mêmes théorisations que le texte littéraire — une approche qui informe la plupart des pratiques interprétatives contemporaines au sein de l’Université et, plus particulièrement, de l’Université anglo-saxonne.

Dans un article encore à paraître au sein d’un volume consacré aux méthodes interdisciplinaires, j’ai moi-même présenté une position médiane, en proposant de considérer l’existence de différents rangs théoriques : les théories de rang faible peuvent être considérées comme des archi-théories, des ensembles conceptuels abstraits dont découlent des théories de rang plus élevé, appliquées, elles, à des objets concrets. Cette approche synchronique, dans une perspective méthodologique, permet de ne pas s’arrêter aux filiations effectives pour imaginer les rapports dynamiques, dans l’état actuel des disciplines, entre différentes théories parentes : ainsi, ce n’est pas parce que la narratologie cinématographie découle de la narratologie littéraire que les deux doivent être hiérarchisées l’une par rapport à l’autre, soit en valorisant la solidité de l’ancêtre littéraire, soit en mettant l’accent sur le progressisme du rejeton cinématographique.

Cette présentation synchronique, dont je ne crois pas qu’elle doive occulter une présentation diachronique qui mette en évidence les mécanismes des enfantements institutionnels et intellectuels des nouvelles théories et des disciplines qu’elles forment et soutiennent, présente à mes yeux, entre autres, l’avantage d’être insensible a priori aux médias et donc à la hiérarchisation culturelle implicite. Elle permet aussi d’envisager une recherche théorique spéculative, aspiration fréquente de la théorie littéraire des années 1970 et 1980, mais jamais tout à fait satisfaite, tant le fétiche du texte littéraire est difficile à bazarder.

Réflexivités théoriques

De pareilles suggestions correspondent à ce que j’ai appelé (mais je ne sais plus où) le versant réflexif de la théorie littéraire, particulièrement sensible à l’âge de la justification éthique ou politique des institutions d’enseignement et de recherche littéraires, dans des contextes de polémique autour de l’intégration de l’Université à la société contemporaine. La réflexivité constitue indubitablement la partie ou la plus charmante, ou la plus agaçante de la théorie littéraire : charmante, parce qu’elle propose un renouveau des études littéraires qu’une densité historique empêche souvent d’aller de l’avant, agaçante, parce qu’elle tend parfois à devenir abyssale et à enfanter des théories de la théorie des théories de la théorie […] de la littérature.

Il est vrai qu’une certaine partie de la théorie littéraire contemporaine semble se complaire dans le solipsisme de son propre examen, de la même façon que certaines branches des études culturelles, notamment dans un contexte anglo-saxon, paraissent ne jamais produire autre chose que des commentaires de discussions sur des commentaires de discussions de Michel Foucault. De fait, la partie la plus philosophique de la théorie littéraire est souvent coupable d’une certaine complaisance conceptuelle dénoncée de temps à autre par de patients critiques. Agiter des débats en vase clos permet d’acquérir à peu de frais l’aura des polémistes et la précieuse casquette de la subversion intellectuelle, si utile dans certains contextes institutionnels — au détriment, hélas, de tout progrès disciplinaire sensible.

D’un autre côté, la théorie littéraire ne saurait être autre chose qu’un commentaire sur la manière d’étudier la littérature : c’est parce qu’elle s’oppose traditionnellement à l’interprétation et à la chronologisation simple des phénomènes que la théorie littéraire, même lorsqu’elle ne rend pas explicites ses conséquences sur l’une et l’autre de ces pratiques, en constitue néanmoins une critique. Perçue (à tort) comme la dernière venue des études littéraires, la théorie, en cherchant à justifier sa propre légitimité, attaque de facto celle des approches qui, jusqu’à lors, vivaient sur un mérite communément admis. Mais puisque la théorie littéraire, pendant un temps, détient le quasi monopole de la réflexion épistémologique au sein des études littéraires, toute nouvelle tentative du même ordre s’y trouve automatiquement annexée. Se distinguent finalement deux théories : celle des textes littéraires et celle de la manière de les étudier.

La confusion de ces deux théories tend à priver les pratiques interprétatives de leur propre réflexivité. Le classement de certains textes, comme le fameux Forme et signification de Jean Rousset, somme toute pour l’essentiel un commentaire de textes, au sein de la théorie littéraire, simplifie une situation en réalité beaucoup plus complexe. Les textes interprétatifs importants ne sont pas rares, qui s’accompagnent d’un volet théorique, en post- ou préface ­— le Sur Racine de Roland Barthes en est sans doute l’exemple le plus connu. De la même façon, il est difficile de ne pas considérer le « Discours du récit » comme un commentaire de la Recherche en même que comme une élaboration théorique des principaux concepts de la narratologie.

La perspective méthodologique

Mon propos n’est pas d’affirmer, dès lors, l’inutilité de la catégorie de théorie littéraire en soulignant combien chaque pratique interprétative est portée à produire elle-même sa propre théorie. D’abord, il importe de ne pas confondre les textes désormais classiques du corpus académique des études littéraires avec la masse éditoriale de la discipline : l’immense majorité des commentaires est dépourvue de tout accompagnement théorique explicite. Ensuite, l’accentuation théorique de la réflexivité a le mérite de souligner l’importance de l’élaboration conceptuelle abstraite : il y a bien une partie théorique de l’interprétation, qui est une théorie de l’interprétation. La liaison des deux par la formule unique de « théorie littéraire » a remis en question, et avec succès, le mythe de l’élucidation du sens du texte — en d’autres termes, elle a dé-naturalisé les produits de l’interprétation.

Mais le danger d’une séparation radicale de la théorie littéraire et de l’interprétation, malgré tous les efforts pour les réunir et la tendance naturelle des deux approches à converger en effet, est bien réel. C’est pourquoi, au fil de mes propres travaux, j’ai jugé plus prudent d’annexer la théorie de l’interprétation à la méthodologie, comprise comme une théorie des pratiques interprétatives orientée vers ces pratiques mêmes. En d’autres termes, la perspective méthodologique est un détour par le concept pour favoriser le retour à l’interprétation. Elle ne recouvre donc pas totalement la théorie de l’interprétation, ni la théorie littéraire, dans la mesure où elle ne contient pas sa propre fin.

Des cours de méthodologie existent déjà dans la plupart des cursus de formation, mais ils souffrent, souvent, du déficit de prestige d’un terme peu populaire. Pour beaucoup d’enseignants, la méthodologie est le détour obligé d’un travail autrement plus intéressant sur l’objet même de la discipline, cadre pour des exercices d’évaluation : méthodologie de la dissertation, du commentaire composé et, plus tard, du mémoire. La méthodologie est alors un temps dans la formation de l’étudiant et, à proprement parler, le cours est un cours de méthode augmentée d’un suffixe clinquant. Seuls certains masters de recherche en littérature, dont on ne peut pas dire qu’ils draguent la plus grande part des étudiants en lettres, proposent des cours de méthodologie (et non des séminaires).

Et c’est peut-être précisément le problème : l’idée qu’une méthodologie n’est nécessaire qu’une fois un degré d’expertise atteint. Pourtant, il est difficile d’affirmer que seuls les étudiants susceptibles de rédiger un mémoire font acte d’interprétation. Est-il pour autant possible et même souhaitable de proposer des examens réflexifs dès les premières années de formation, à l’époque même où l’étudiant opère une transition parfois difficile entre les cours de français du lycée et les méthodes indépendantes des études littéraires, dans l’enseignement supérieur ? Pour le professeur de l’autre côté de l’amphithéâtre, il est toujours aisé de souhaiter que les étudiants en sachent autant que lui et soient assez conscients de toutes les difficultés du propos pour qu’il ne soit jamais nécessaire de le simplifier et d’en sacrifier la complexité — mais l’enseignement n’a pas les mêmes exigences que la recherche.

***

En somme, l’enseignement et la recherche en théories littéraires, même plusieurs décennies après les polémiques des années 1970, sont loin d’être pacifiés. Des oppositions héritées, ni tout à fait justifiées, ni tout à fait inutiles, compliquent la compréhension d’approches complémentaires qui opèrent, de manière plus ou moins implicite, au sein des études littéraires. Entre réflexivité et autonomie, centralité et marginalité, la théorie littéraire peine aujourd’hui encore à trouver une voix non tant au sein des institutions de la recherche, qu’elle a su se créer, qu’au sein des institutions de l’enseignement.

Vidéo

Doctor Who, Saison 3, épisode 10, 2007.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *