Cité des Liens — 5 : Fabula

 Fabula Bandeau

Bercé par la douce et voisine mélodie d’une scie circulaire, je commence le mois d’août avant d’en annoncer le commencement, avec un désordre de méthode du meilleur augure, en proposant ici dans la cinquième Cité des Liens quelques textes pour l’objet qui nous y occupera : les théories littéraires — ou, on le verra, les théories de la littérature. Il fut un temps, quand on me demandait ce que je faisais, je répondais « de la théorie littéraire » (maintenant, je montre un point dans le lointain et je m’enfuis en courant), l’une des réponses qui, même au sens des études littéraires, permettent de s’attirer un regard réprobateur et un reproche d’inutilité.

Il faut le reconnaître : la théorie littéraire n’est pas exactement le sport le plus respecté au sein des humanités lettrées, parce que souvent elle n’est pas très humaine. C’est même précisément pour ne l’être pas qu’elle a un temps paradé avec ses tableaux à double-entrée, mais nous reviendrons au cours du mois, peut-être, sur ces troublantes et rigoureuses épopées de cases à remplir. Pour l’heure, il faut voir au moins un paradoxe : que le site le plus populaire pour s’informer sur l’actualité des études littéraires soit précisément, en son cœur, un site de théorie.

Je parle bien entendu de Fabula ou, si l’on préfère et qu’on a le temps Fabula, la recherche en littérature, dont le renard louche anime notre quotidien depuis quelques années à présent. On y trouve les offres de postes, les annonces de publication, les appels à contributions, quelques liens, un peu d’actualité et trois revues. La première et la plus régulière, c’est Acta Fabula, répertoire mensuel de recensions — la deuxième, c’est LHT (Littérature, Histoire, Théorie), revue au format courant — la troisième, c’est L’Atelier de Théorie Littéraire, qui est peut-être un peu plus une malle aux merveilles qu’une revue à proprement parler.

Du propre aveu des Fabulaïstes, tout cela n’était pas toujours très aisé à naviguer et le site, de fait, a été jeune en d’autres temps. C’est précisément pour cette raison qu’au cours de l’été, il fait un peu peau neuve. Moi-même, je ne retrouve pas toujours très aisément mes contributions à l’Atelier une fois qu’elles ont disparu de la page d’accueil ; j’y ai pourtant donné une traduction commentée d’un essai de Virginia Woolf et quelques notes sur les lectures actualisantes. Bref, il y a des textes cachés et enterrés dans Fabula : je voudrais en signaler quelques-uns et d’autres, plus visibles encore.

Le lien de la semaine : « Anachronies »

Lancé en 2011 par les départements Littérature et Langage et Sciences de l’Antiquité de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, le séminaire « Anachronies » est entièrement publié dans l’Atelier de théorie littéraire. Dans une certaine mesure, il est en fait une émanation de l’équipe qui anime historiquement Fabula et, par conséquent, le reflet de l’orientation théorique et méthodologique qui est celle du portail depuis sa création. La flexibilité de l’Atelier, qui n’est pas soumis aux mêmes règles de forme et de périodicité qu’une revue, permet d’accueillir les communications et les discussions que suscitent les différentes séances du séminaire et les invités qui s’y croisent.

Le propos d’Anachronies est de confronter les textes anciens et les théories modernes. Il est vrai que la théorie littéraire, quoiqu’elle soit historiquement liée aux poétiques antiques d’une part, et à l’étude d’une littérature pour le moins classique d’autre part, a eu parfois tendance à se replier sur un corpus contemporain, réputé plus expérimental et, par conséquent, plus propre à l’élaboration d’objets conceptuels. La littérature antique est par exemple largement délaissée par les approches théoriques. Le séminaire tend donc à combler un vide, même si l’ancienneté des textes y est assez large et atteint souvent l’âge classique.

Frédérique Fleck, dans un texte d’ouverture intitulé « Anachroni(sm)e : mise au point sur les notions d’anachronisme et d’anachronie » donne le cadre définitoire du projet, tandis qu’Arnaud Welfringer, dans « La théorie littéraire est-elle anachronique ? » l’oriente vers la méthodologie. En effet, Anachronies propose, plus encore qu’une application des théories modernes sur les textes anciennes, une réflexion sur les conditions et les possibilités de cette application, symptomatique de la part réflexive de la théorie littéraire, même en dehors des contextes polémiques. Dans la seconde séance inaugurale, pour la deuxième année du séminaire, en octobre 2012, c’est encore sur cette perspective méthodologique qu’insistent les contributions de et autour de Carlo Ginzburg, « Le donné et le construit ».

Méthodologique toujours la séance autour des lectures actualisantes, telles qu’elles sont présentées dans l’ouvrage Lire, interpréter, actualiser de mon co-directeur de thèse Yves Citton. La publication de l’ouvrage avait été ancrée dans la polémique autour de la place des études littéraires au sein de l’Université et, plus largement, de la société ; quelques années après, Yves Citton y revient dans quelques notes intitulées « Détourner l’actualisation » tandis que Sophie Rabau cherche des voies alternatives, dans « Deux raisons de ne plus actualiser et cinq brèves propositions pour ne plus actualiser », ce à quoi je répondais moi-même, à distance, dans « Ne pas ne plus actualiser : retour sur les lectures actualisantes du côté du monde ».

Autre pas de côté à l’égard de l’actualité et de l’historicité : la théorie des textes possibles, qui donne lieu à une séance autour de l’ouvrage collectif Théorie des textes possibles, largement alimenté par l’équipe de Fabula. Béranger Boulay propose une présentation synthétique de cette théorie dans « Trois aspects de la théorie des textes possibles », en introduction d’une séance où s’exprimaient Marc Douget, Marc Escola, Sophie Rabau et ma co-directrice de thèse, Christine Noille. On y trouve en outre les résumés des articles, l’introduction de l’ouvrage et sa bibliographie.

Les liens de la semaine : varia

« L’Aventure Poétique », LHT

Dans ce dixième numéro de la revue LHT (Littérature, Histoire, Théorie) publiée par Fabula se fait l’histoire d’une autre revue, la fameuse Poétique, lancée en 1970 par Gérard Genette et Tzvetan Todorov, et actuellement dirigée par Michel Charles. S’y mêlent histoire de la revue, continuation de ses propositions, témoignages personnels et doxographies. Ce numéro est accompagné d’un dossier critique dans le numéro 13.9 d’Acta Fabula.

« Écritures du savoir », Acta Fabula

Il arrive que la revue de recensions Acta Fabula propose, pour un mois, un dossier regroupant des recensions aux thèmes voisins, en plus des autres notes de lecture publiées au rythme de leur approbation par le comité de rédaction. C’est dans ce cadre que paraît, en avril 2012, dans le quatrième numéro du treizième volume, ce dossier qui se concentre sur les rapports entre sciences et lettres, aux époques médiévales, modernes et contemporaines.

« Théorie de la théorie », L’Atelier de Théorie Littéraire

Je parlais un peu plus haut de la propension réflexive de la théorie littéraire, qui la transforme en méthodologie des études qu’elle soutient : cette entrée de l’Atelier l’illustre, qui regroupe des textes tentant de cerner les limites et les enjeux de la théorie littéraire. On y retrouve, entre autres, un entretien entre Angela Braito et Yves Citton que j’avais déjà cité sur Contagions et un article conjoint de Sophie Rabau et Marc Escola, « Description et interprétation : l’objet de la poétique ».

« Pourquoi les études littéraires ? », L’Atelier de Théorie Littéraire

Cette entrée, qui reprend le sous-titre de l’ouvrage Lire, Interpréter, Actualiser, est essentiellement nourrie par la difficile situation institutionnelle des études littéraires. Outre l’introduction de l’ouvrage d’Yves Citton, s’y trouvent un texte polémique de Christine Noille, « Modestes propositions pour empêcher les études de lettres d’être à la charge de mon pays », le « Manifesto for the Arts and Humanities » de David McCallam et la synthèse du colloque « Littérature : où allons-nous ? », organisé par Hélène Merlin-Kajman.

***

En d’autres termes : il faut se méfier des pages d’actualité. Il est très utile de voir ce qui se publie de nouveau sur un site, un portail ou au sein d’une communauté, mais on court souvent le risque de survoler ces quelques titres, d’en lire certains, et de ne jamais y revenir. J’avais déjà évoqué, dans l’antépénultième Cité des Liens, la nécessité de fouiller les archives après des blogs et loué en cela la stabilité de l’hébergement proposé par Hypothèses : on peut tirer un grand profit d’un semblable travail d’archéologie virtuelle avec Fabula.

Image

Bandeau du site Fabula (première version).


François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *