Cité des Liens — 1 : La documentation non académique

joueur du grenier

Comme promis dans le billet précédent, j’inaugure en ce début de semaine, après avoir survécu à la tempête de grêle qui s’est momentanément abattue sur Saint-Martin-d’Hères hier soir (qu’on se rassure, j’ai sauvé les plantes du balcon), une nouvelle rubrique censément hebdomadaire : la Cité des Liens. Le principe en est des plus simples : proposer chaque semaine quelques liens intéressants, qui entretiennent ou non un rapport avec les thèmes du mois en cours — vous voyez que je ne m’engage pas trop. On retrouvera bien sûr ici des billets d’autres carnets d’Hypothèses et d’autres blogs scientifiques, mais également des documents moins académiques.

Et c’est précisément avec ces documents que je souhaite aujourd’hui inaugurer cette rubrique. Chaque semaine, j’entends proposer un lien à l’honneur, qui aura un développement plus long que les autres, et quelques liens accompagnés, eux, d’un commentaire plus bref. Le but n’est bien sûr pas de fournir une description systématique des sites, blogs, vidéos, journaux, réseaux et autres entités de l’Internet ici évoqués, mais d’inviter les lecteurs de Contagions à découvrir ou re-découvrir quelques endroits remarquables de notre espace réticulaire partagé, mais bien souvent labyrinthique. Certains de ces endroits seront de notoriété publique, d’autres peut-être plus confidentiels — mais il est temps de se mettre en route.

Cette semaine, je voudrais considérer un cas typique de la documentation des études sur les produits de la culture populaire : les sources non académiques. Pour des produits culturels entourés par des communautés de récepteurs nombreuses et rompues à la communication, il existe souvent de vastes ensembles documentaires, à la fois informatifs et évaluatifs, susceptibles d’accompagner le chercheur dans son référencement du matériau et, souvent, dans l’identification d’intertextes. Ces sources, peu plastiques aux systèmes bibliographiques et aux normes des références universitaires, ont souvent un statut pour ainsi dire interlope, évoquées peut-être à l’oral, au détour d’une conversation, mais rarement référencées dans les formes écrites.

Bien entendu, ces sources seraient plus aisées à intégrer si elles étaient purement informatives. La collection de données par des organismes autres que ceux de l’Université n’est pas rare : ainsi l’Internet Movie Database paraît-elle constituer une ressource légitime pour de nombreux chercheurs engagés dans les études cinématographiques ou télévisuelles, alors même qu’en dépit de son nom, cette base de données se présente aussi comme une parution périodique et un instrument publicitaire. Mais le problème des sources issues du fandom est double : non seulement le contenu est évaluatif autant qu’informatif, mais la forme qu’il adopte peut-être parfois des plus artisanales — or, l’aspect esthétique d’une source virtuelle, du professionnalisme, en quelque sorte, de sa mise en page, joue un rôle tacite mais essentiel dans sa réception par les chercheurs.

Loin de moi l’idée de dire que ces difficultés tiennent seulement à des habitudes d’évaluation des matériaux scientifiques des plus superficielles et qu’il faudrait un grand mouvement de libération des hiérarchies bibliographiques. Mais entre l’ostracisme systématique des informations et des analyses qui ne sont pas passées sous les yeux de deux relecteurs académiques et l’intégration irréfléchie de ces mêmes éléments aux travaux des chercheurs, il existe vraisemblablement une solution médiane qui passe — au risque de souligner une évidence — par l’examen des sources en question. En voici quelques-unes.

Le lien de la semaine : Le Joueur du Grenier

En accord avec le thème ludique du mois, le premier lien d’honneur de la Cité est consacré à un objet culturel important dans le paysage vidéoludique francophone sur Internet : les vidéos du Joueur du Grenier. Généralement hébergées sur la plateforme de diffusion Youtube, les vidéos du Joueur du Grenier s’inscrivent dans l’ensemble plus vaste des séries de vidéos publiées sur Internet par des amateurs ou des professionnels et dont le contenu peut être très divers. Des vidéos sur la manière de réaliser de parfaits maquillages, comme les productions de Michelle Phan  (pour ne citer que la plus connue), aux vidéos humoristiques, ces webséries, fictionnelles ou documentaires, se sont multipliées avec l’amélioration et l’expansion des techniques de production et de diffusion.

Cette activité peut accompagner ou conduire à une professionnalisation, comme l’attestent les exemples de Michelle Phan ou, dans le domaine français, du désormais très connu Cyprien. En fait, il est souvent difficile, pour les créateurs les plus populaires et les mieux installés, de partager très nettement les activités professionnelles et para-professionnelles de celles qui relèveraient simplement d’une pratique amateur. De fait, les vidéos produites par Michelle Phan ou l’équipe du Joueur du Grenier témoignent d’une expertise technique considérable dans le domaine abordé et, le plus souvent, dans la réalisation cinématographique elle-même.

Le Joueur du Grenier, en particulier, est une initiative collective dont la qualité visuelle, le montage, les décors, les accessoires et le filmage dépassent de très loin le tout-venant de la production vidéo et des podcasts. Il n’est d’ailleurs pas rare que les vidéos, au-delà de la participation emblématique de leur présentateur Frédéric Molas, fassent la démonstration de cet effort collectif, en mettant en scène la prise de son ou grâce à la participation d’acteurs récurrents.

La série elle-même est inspirée du travail de James Rolfe dans The Angry Video Game Nerd. Les rapports entre les deux séries ont fait l’objet de quelques contestations, dont on retrouvera les grandes lignes sur la page Wikipédia du Joueur du Grenier déjà citée ici. De fait, elles présentent d’abord un format assez voisin : une critique de jeux vidéos jugés de piètre qualité, généralement dans le cadre du rétro-gaming. Mais la sphère d’intérêts du Joueur du Grenier s’est rapidement étendue, comme en témoigne une récente vidéo sur les super-héros, principalement consacrée au Batman de Martinson en 1966.

Mais si de pareils épisodes sont catalogués dans les hors-séries, c’est que l’essentiel du Joueur du Grenier est consacré aux tests de jeux vidéos, soit que le jeu soit isolé dans une vidéo qui lui est propre, soit qu’un ensemble de jeux soit traité de front. Le test des Schtroumpfs sur Megadrive constitue un exemple d’une vidéo sur un jeu particulier tandis que la vidéo sur les jeux de simulation, elle, témoigne d’une approche plus générique.

On le voit, dans le Joueur du Grenier se mêlent étroitement une expertise technique sur la conception des jeux vidéos, une vaste connaissance documentaire sur l’histoire et les classifications propres à l’objet et une constante évaluative.

Les liens de la semaine : varia

Supernatural Wiki : A Supernatural Canon & Fandom Resource

Le Supernatural Wiki est un excellent exemple de l’ampleur des ressources documentaires qui peut caractériser une production non académique. Consacré à la série du même nom, ce wiki propose des articles sur la plupart des personnages, épisodes, thèmes et objets évoqués dans la fiction, sur l’actualité de sa production, sur la production des fans, etc. Il constitue une source remarquable à la fois par l’exactitude et l’abondance de ses informations. J’aurais pu citer de la même manière le Tardis Data Core, à propos de la série Doctor Who.

Tric Trac

Rares sont les bases de données sur les objets de la culture populaire. On peut évidemment citer, dans une approche historique et muséographique, l’excellent EPOP, mais dans le domaine de la production contemporaine, les choses sont plus délicates. Tric Trac constitue une base de données, si ce n’est exhaustive, du moins très complète des jeux de société européens des vingtième et vingt-et-unième siècles, qui permet d’en retrouver aisément les concepteurs, éditeurs et dates de publication.

Queer Zine Archive Project

Le QZAP est un exemple intermédiaire entre la documentation académique et non académique. En effet, le projet a été ponctuellement financé par l’Université du Wisconsin, mais il est né d’une initiative indépendante et conserve encore cette indépendance. Surtout, il archive un contenu documentaire marqué à la fois par une expertise dans un domaine donné et une forme éloignée de celles privilégiées par l’Université. Je rappelle que les zines sont des publications périodiques de formats divers, produites généralement par des amateurs.

***

Ainsi s’ouvrent les portes de la Cité des Liens. Ce premier épisode a eu pour ambition de souligner l’existence, en parallèle des publications universitaires, de leurs circuits ainsi que de leurs critères d’évaluation et de style, d’une production érudite et spécialisée, dont les critères d’exploitation par la recherche académique demeurent encore largement indéfinis.

Image

Logo du Joueur du Grenier2012


François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l’Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l’Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l’Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l’histoire intellectuelle en Europe à l’époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l’époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *