Porn Wars

Dans un précédent billet, j’avais rapidement évoqué l’appel à contributions de la revue Regards sociologiques, qui prévoit de consacrer un numéro à la pornographie. L’actualité de cette recherche est dense, tout du moins si on la compare à son peu de popularité en France, quand on considère que pendant ce temps l’appel à contributions pour le premier numéro de Porn Studies court toujours et jusqu’au 30 juin et que la revue d’esthétique du cinéma Proteus vient de publier son cinquième numéro sur la question, avec le titre « Pornographies, entre l’animal et la machine ».

J’ai moi-même soumis une note de recherche au comité de rédaction de Porn Studies, sous le titre « Is There A Porn Continuum? From Hunk-Of-The-Day to NSFW Blogs », une affaire à suivre, et publié un article dans ce numéro de Proteus intitulé « La cohérence formelle et visuelle des tubes pornographiques : le cas de la catégorie Asian sur un tube gay ». C’est donc tout naturellement qu’il y a quelques jours, pris de curiosité, j’ai parcouru quelques dizaines de tweets pour le hashtag #pornstudies.

Ce qui en ressortait était l’apparente résurrection d’un phénomène marquant qui, des années 70 à 90, a caractérisé les études sur la pornographie, ce qu’on a pu appeler la ou les Porn Wars. De fait, l’annonce de la publication, à partir de 2014, du périodique académique Porn Studies a suscité des réactions symptomatiques de l’époque et motivé certains à proposer un bilan transitoire des Porn Wars, tel qu’on peut le lire par exemple sur le site Sociology Lens, dans un article intitulé « Revisiting the Porn Wars ».

Un pareil climat de tension a été, je crois, propice au repli sur des positions éthiques, qui sont loin de se trouver sans conséquence sur le matériau traité par les porn studies. De ce point de vue, le matériel pornographique constitue un cas d’école de la contagion entre valorisation culturelle, légitimation académique et considérations morales, contagion qui plus est prise dans un nœud d’interdisciplinarité extrêmement difficile à défaire, depuis la publication de l’ouvrage collectif programmatique, Porn Studies, dirigé par Linda Williams.

La polarisation du débat

Dans un billet de son blog daté du 1er juin, la psychologue Meg Barker, figure éminente de la recherche sur la sexualité, expliquait les raisons de son engagement au sein du comité éditorial de la revue Porn Studies en y soulignant qu’elle y voyait une chance de « sortir de la polarisation » (moving away from polarisation) qui affecte depuis longtemps le domaine. En d’autres termes, que les opposants à Porn Studies avaient tort de considérer que le journal serait ouvertement pro-pornographie.

Pour résumer grossièrement l’antagonisme que tous les acteurs de cette micro-polémique évoquent comme s’il devait être des plus évidents, disons qu’il se fonde sur l’opposition, au sein du féminisme, de deux attitudes à l’égard de la pornographie : l’une voit en elle la dégradation systématique des femmes sans aucune ressource pour une amélioration et l’autre une possible subversion des normes sexuelles. Cette opposition assez simple, de principes, est rapidement compliquée par des oppositions de méthodes.

En fait, la définition pour le moins extensive de la pornographie qui sous-tend les travaux des féministes anti-pornographies tend à faire perdre au concept toute valeur opératoire, dans la mesure où la pornographie y est susceptible de recouvrir n’importe quel rapport sexué (mais non nécessairement sexuel) entre un homme et une femme qui impliquerait une forme de domination (peu importe sa nature). La pornographie devient alors moins un champ spécifique de la production culturelle qu’un état d’esprit ou même un quasi synonyme de la société patriarcale.

Le point dangereux de cette abstraction de la pornographie, qui rejoint par là des concepts aussi vagues et inopérants que le « phallogocentrisme » ou la « société patriarcale » elle-même, est sa propension à effacer les dimensions pratiques et existentielles des expériences particulières en les repliant sur une idée globale censée pouvoir rendre compte de tous les phénomènes. L’exemple de le plus frappant de cette dérive a été, selon Linda Williams, ainsi qu’elle l’explique dans l’introduction de l’ouvrage Porn Studies, la vitalité du slogan emprunté par Catharine MacKinnon à Susan Brownmiller : « pornography is the theory and rape is the practice ».

Cette extension conceptuelle, dont les défauts ont été analysés par exemple par Ian Halley dans « Queer Theory By Men », a semblé particulièrement pernicieuse à Linda Williams quand elle a conduit Catharine McKinnon à analyser les viols collectifs de la guerre au Kosovo, dans le cadre du génocide, comme une expression de la pornographie. Dans son introduction intitulée « Teaching Pornography », où elle retrace les étapes qui l’ont menée à donner son premier cours sur la question, Williams explique :

Catherine MacKinnon wrote an article for Ms. that entirely changed my mind. She argued that the Serbian rapes of Muslim and Croatian women in Bosnia constituted an unprecedented policy of extermination caused by pornography: […] The real culprit in these rapes was, for MacKinnon, not the Serbian rapists, but the supposed saturation of Yugoslavia with pornography. Such an argument encourages us to shift attention from the real crime of politically motivated rape to the supposedly more heinous crime of filming it. Instead of concentrating on how Muslim and Croatian women became the targets of sexual crimes, MacKinnon preferred to blame pornography as their cause. We come away from her article with the impression that it is pornography that we must fight, not rape.

In cauda venenum, puisque les derniers mots de ce paragraphe mettent précisément les féministes anti-pornographie face à une contradiction que Williams perçoit interne à leur méthode. En effet, la question des dégâts (harm) causés par la pornographie av été l’un des arguments légaux majeurs pour contourner l’amendement sur la liberté d’expression et imposer des mesures de censure aux États-Unis : la pornographie conduirait au viol, donc elle menacerait les citoyennes, donc elle devait être interdite. Un autre argument majeur est que la pornographie ne pourrait être protégée par la liberté d’expression (freedom of speech), puisque précisément elle ne serait pas un discours (speech) : sans contenu, elle serait purement efficiente, autrement dit, une aide à la masturbation. C’est un argument semblable à celui qui avait permis de réguler la publicité.

Partant, pour les féministes pro-pornographie, qui voient d’un mauvais œil l’alliance de circonstance entre féminisme et réaction religieuse sur le terrain des mœurs sexuelles, le discours, qui est une réaction à ces critiques, portent sur deux points : 1) mettre en évidence l’inanité scientifique des conclusions (souvent peu concluantes, justement) des études psychologiques censées démontrer l’influence de la pornographie sur la violence sexuelle et 2) souligner la densité intellectuelle du matériau pornographique et ses possibilités de subversion.

Délimiter les objets d’étude

C’est la seconde stratégie qui, historiquement, occupe le plus de terrain, d’abord parce qu’aucune étude n’a été capable d’établir très clairement le rapport entre consommation de pornographie et violence sexuelle et ensuite parce que c’est un ouvrage en analyse filmique, le Hard Core de Linda Williams, qui devient le fer de lance du féminisme pro-pornographie. D’un certain point de vue, la lutte est aisée : la plupart des articles anti-pornographie témoignent en effet d’une ignorance si complète de ce qu’est, de facto, la pornographie, qu’il n’y a guère de spécialistes que celles et ceux qui en ont, eux, consulté — les féministes pro-pornographies.

Le combat est d’ailleurs d’autant plus inégal que seules les porn studies sont susceptibles d’accueillir l’étude de ce qui ne relève pas du schéma hétérosexuel global sur lequel repose la définition anti-pornographie de la pornographie et donc offrir une place à la pornographie gay, industrie de plus en plus florissante, et à la pornographie lesbienne, comble de la subversion. Tandis qu’en France on continue à se bercer du charme un peu désuet des affirmations générales plus ou moins psychanalytiques, dans le domaine anglophone, les porn studies ont quasi occupé tout le terrain.

Il faut donc se méfier un peu, non pas des porn studies, mais de l’affirmation de Meg Barker qui prétend qu’une dé-polarisation est possible avec la publication de la revue Porn Studies. L’historique récent du hashtag #pornstudies montre assez que les initiatives sont toutes marquées par une certaine forme de valorisation de la pornographie. J’en prendrai deux exemples. Le premier est la création d’un réseau (network) pour jeunes chercheurs en pornographie, XCircle, qui ne fait une place qu’au potentiel subversif du matériau, comme le signale sa page d’invitation  :

If you are a young academic, researching alternative / ethical / DIY / marginalised / queer / feminist porn / post-porn or a closely related topic, or you research/analyse/write about pornography from a feminist and/or queer perspective, then you would fit in perfectly in XCircle_edu!

Le deuxième est le sommaire d’un récent dossier du site Nonfiction, « Penser le porno aujourd’hui », où l’on retrouve pêle-mêle tous les indices d’une valorisation du matériau étudié : « le hors-champ de la baise et la poésie qu’il recèle », « esthétique et pornographie », « la pornographie comme une forme d’art », « (micro)-politique du porno version femmes », « corps en résistance », « explore les désirs », etc.

L’une des caractéristiques les plus récurrentes des porn studies, même si elle n’est pas systématique, est de présenter la pornographie comme une terre des possibles en insistant volontiers sur ses expressions les plus subversives et les plus originales. Par conséquent, la pornographie étudiée est loin, très loin d’être la même que celles que visent les féministes anti-pornographie, c’est-à-dire celle des femmes nues aux tours de poitrine improbables, étoiles sur les tétons, souplement offertes sur la couverture des magazines du buraliste de quartier.

Les porn studies courent donc un danger exactement inverse à celui des études anti-pornographiques : celui de réduire la définition de la pornographie à un tout petit corpus de productions valorisées. C’est tout du moins ce qu’avance Anne Sabo dans un article intitulé « Highbrow and Lowbrow Pornography : Prejudice Prevails Against Popular Culture. A Case Study », paru en 2009 dans le Journal of Popular Culture, mais resté, à ma connaissance, sans grande influence. L’idée de Sabo (la disqualification au sein des porn studies du gros de la production pornographique) est en fait incomplète, c’est-à-dire en partie inexacte, dans la mesure où une bonne part de la nébuleuse porn studies en constitution se consacre à une pornographie assez courante.

C’est notamment le cas des fameuses études en réception d’Alan McKee chez les acheteurs et acheteuses de pornographie en Australie, comme ses analyses filmiques qui rassemblent leur corpus plutôt à partir de ce que le marchand local propose en vidéos gays qu’à partir d’un quelconque jugement de valeur, mais c’est aussi plus généralement le cas de toute la composante sociologique, de plus en plus importante, dans le domaine et notamment de l’analyse du star system et des méthodes de production.

La polémique permanente

En fait, l’analyse de Sabo ne vaut que pour une partie du discours des porn studies, mais précisément sa partie la plus visible : celle qui, préfacielle et virulente comme l’introduction de Williams, procède à la légitimation des recherches sur le matériau pornographique lui-même plutôt que sur ses effets. En d’autres termes, alors que des disciplines assez scientifiques, typiquement la sociologie, travaillent dans le domaine des porn studies, ce sont les disciplines plus artistiques, comme les études cinématographiques, qui reçoivent la charge des relations publiques du champ.

On pourrait en effet tout à fait imaginer, a contrario, une ligne de défense de la forme suivante : la pornographie est l’industrie cinématographique la plus prospère au monde, elle se compose de milliers de films, elle a des millions et des millions de téléspectateurs, elle est soumise à des législations particulières, c’est donc un objet important de la société et l’on doit l’étudier. Une pareille justification, qui fait l’économie de toute réflexion sur la valeur intrinsèque de l’objet étudié, serait tout à fait recevable ; mais c’est bien sur la valeur de la pornographie que roulent les débats passés et actuels.

Il y a sans doute plusieurs raisons à cela, pour lesquelles j’aurais du mal à définir un ordre de préséance. L’importance du rôle de Linda Williams dans la constitution historique des porn studies implique une prégnance des traditions des études cinématographiques, d’une théorie esthétique du matériau et donc de sa valorisation intrinsèque. Le contexte antagoniste de la polémique invite à une inversion des arguments adverses et donc à une dé-dévalorisation. Le rôle affirmé de la pornographie dans la construction des identités sexuelles non-hétérosexuelles et la place faite à la pornographie non-hétérosexuelle dans les porn studies peuvent également jouer en ce sens.

Tous ces phénomènes ne me paraissent pas propres aux porn studies et, à bien des égards, les porn studies se présentent comme un lieu de convergence de différents traits de la légitimation d’objets dans le champ académique. J’ai signalé récemment la manière dont l’interprétation libertine et donc subversive des Liaisons dangereuses était plus naturellement adoptée, dans la réception contemporaine, que son opposée moraliste ; plus anciennement, j’ai également souligné la manière dont les études sur les séries télévisées, quand elles se faisaient interprétatives, impliquaient une valorisation esthétique du contenu.

De ce point de vue, je ne suis pas sûr que dans un contexte de crise de légitimité, au sein de l’Université, dans un champ d’études interdisciplinaires portant sur un objet émergeant, les disciplines non-scientifiques soient nécessairement les plus menacées ; au contraire, riches d’une tradition de valorisation automatique de l’objet sur lequel elles portent (par définition artistique), elles fournissent beaucoup plus de réponses, peu complexées par les opérations de sélections partiales d’un corpus au profit d’un autre, elles fournissent beaucoup plus d’armes dans un débat éthique et moral que la seule défense de l’intérêt scientifique et objectif.

***

Ma propre position sur la question est mêlée. Je suis clairement, par mes contributions (très) très ponctuelles, à la marge de la nébuleuse des porn studies. Dans les porn studies, parce qu’aucune version de l’antipornographisme ne me convainc, même de loin, même approximativement ; à la marge, parce que je suis de plus en plus persuadé que l’interprétation peut et doit s’étendre même aux matériaux a priori dépourvus de tout profondeur, qu’il s’agisse du gros de la production littéraire du dix-septième siècle, loin des chefs-d’œuvres classiques, des séries qui ne rentrent pas dans le canon de HBO, ou de la pornographie mainstream, gay mais pas queer, faussement lesbienne, très hétéro — ce qui n’exclue pas du champ des recherches les formes les plus subversives, mais une subversion privée de la compréhension de ses références est une coquille vide.

Vidéo

Cathy Verney, Hard, saison 1, épisode 3.


François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Agrégé et certifié de lettres modernes, doctorant en littérature française et francophone à l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle de la France à l'époque moderne (1650-1780) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1990-2015).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *