Centres de recherche et archivage des documents non-scientifiques

Comme certains d’entre vous le savent déjà, je suis depuis quelques semaines chercheur au Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones de l’Université de Varsovie. Le CCFEF (ou OKFiSF, en polonais) fait partie de ces organismes de recherches maintenus par la France à l’étranger, dans le cadre de sa politique diplomatique et de sa politique de recherche. Ces organismes peuvent avoir des missions, des tailles et des formes juridiques très diverses, les plus connus étant d’un côté les Écoles françaises et de l’autre les centres qui participent du réseau des IFRE, les Instituts Français de Recherche à l’Étranger.

De pareils organismes abritent souvent des fonds d’archives méconnus ou mal exploités, sans parler d’ensembles documentaires qui restent à organiser et indexer correctement. Ces documents joueraient pourtant un rôle essentiel dans l’écriture de l’histoire des politiques scientifiques et étrangères depuis les années 1960 au moins. Il s’y trouve des informations des plus variées, des grandes orientations stratégiques aux menus détails du fonctionnement quotidien de ces institutions particulières. Je voudrais donner ici un rapide aperçu de la situation à Varsovie.

Le CCFEF, tel qu’il existe actuellement, fut fondé en 1958 par Michel Foucault, qui est dépêché sur place pour organiser une action de maintien de l’influence intellectuelle française en Pologne, après l’expulsion des membres de l’Institut français de Varsovie, en 1950. L’Institut français lui-même reprendra son fonctionnement en 1979, après une remise en route plus modeste en 1967. Entre 1958 et 1967 au moins, les missions du CCFEF (qui porte lui-même différents noms au fil des décennies) et de l’Institut Français se confondent, sous une direction commune, avant que le premier ne se spécialise dans une activité de recherche et le second dans une activité de promotion de la francophonie, sans pour autant que les deux sphères soient parfaitement distinctes.

Si le séjour de Foucault à Varsovie sera bref, puisqu’il quitte la ville en 1959, notamment pour se soustraire à la surveillance policière, le Centre, lui, perdure. Il connait des transformations dont il reste encore presque entièrement à écrire l’histoire : transformations dans la composition du personnel, dans les missions, dans les rapports entretenus avec l’ambassade de France, l’Institut Français et l’Université de Varsovie mais avec son jumeau, le Centre de Civilisation Polonaise, désormais à l’Université de Paris-Sorbonne, transformations dans son statut. La dernière refonte de celui-ci, par exemple, en 2011, a visé à intégrer plus étroitement le CCFEF à l’Université de Varsovie et aux impératifs de la recherche académique, tout en lui conservant un statut particulier, puisqu’il se situe à l’extérieur des facultés et sous l’autorité directe d’un vice-recteur et d’une commission rectorale spécifique.

Les évolutions administratives du Centre, qui se traduisent par la mutation de ses missions, reflètent des perspectives différentes, de la part des acteurs successifs des côtés polonais et français, des rapports entre diplomatie et recherche, en particulier, en l’occurrence, recherche en sciences humaines et sociales. Elles témoignent de stratégies parfois sensiblement opposées, de la recherche d’une influence directe et orientée au développement de partenariats relativement égalitaires. Elles témoignent aussi dans les parcours des chercheurs d’une adaptation variable aux pratiques des mondes diplomatiques et politiques, souvent à eux étrangères, une adaptation qui peut passer par toutes les nuances de l’opposition franche à la tentative d’assimilation et de capitalisation socio-professionnelle.

Au-delà de l’histoire propre d’un centre, les documents conservés par celui-ci peuvent servir à d’autres histoires. Récemment, par exemple, en rangeant le bureau que j’occupe désormais, j’ai exhumé des lettres autographes, parfois manuscrites, de Foucault, de Barthes, de Yourcenar et de Le Goff. Je n’ai pas encore pu vérifier si elles étaient déjà connues par les différentes collections consacrées à ces personnalités. Elles montrent comment celles-ci s’occupaient de leurs voyages professionnels, comment elles s’adressaient à d’autres intellectuels, à des assistants, à des directeurs et ainsi de suite. Elles constituent par conséquent des documents précieux pour l’histoire des relations intellectuelles dans l’Europe contemporaine.

Ce sont bien sûr ces lettres qui attirent d’abord l’attention et en particulier le reste des documents de Foucault conservés dans notre bibliothèque. Elles ne doivent cependant pas masquer l’intérêt du reste du fonds documentaire. Ainsi ai-je retrouvé récemment plusieurs listes d’invitations pour des dîners organisés à l’Ambassade de France ou des plans pour la visite de tel ou tel intellectuel. Si ces listes de noms, de fonctions et d’adresses ne sont accompagnées d’aucun commentaire, elles donnent à comprendre ce que les acteurs successifs ont considéré comme des relations pertinentes pour le développement de la recherche. Le dîner diplomatique, parfois autant que le programme d’un colloque, est un indicateur de la manière dont un discours intellectuel s’inscrit dans un nouveau contexte national.

Il en va de même pour les fichiers de contacts. J’ai ainsi retrouvé une liasse d’une quarantaine de pages qui recensent tous les personnels scientifiques, culturels et diplomatiques étrangers en fonction à Varsovie au début du XXIe siècle. Quelques coups de surligneurs en faveur de diplomates témoignent — tels que je les interprète — d’une réflexion quant à la réorientation du Centre en direction de la francophonie africaine. De la même manière, n’est-il pas remarquable que parmi les centaines de cartes de visite soigneusement conservées, celle de l’ambassadrice de Finlande revienne plus souvent que n’importe quelle autre ? Naturellement, ces informations éparses, seules, ne disent rien qui n’aurait besoin d’être complété par une recherche approfondie et systématique.

Un autre lot de documents permet d’envisager d’autres sortes de réflexion. Dans un petit dossier, j’ai trouvé tous les documents relatifs aux demandes de congé de l’une des bibliothécaires du Centre, dans les années 1980 et 1990, ainsi que les détails de son détachement à la Société Française d’Études du Dix-Huitième Siècle, de sa réintégration, de sa rémunération et ainsi de suite. C’est une carrière qui évolue ici, entre deux pays, entre deux régimes politiques pour la Pologne, entre deux monnaies, entre deux langages administratifs. Ailleurs encore, des mots de remerciement, des e-mails conservés, des correspondances, montrent les pratiques de sociabilité et les usages de politesse trilingues, en français, en polonais et en anglais, qui servent de cadre à l’activité scientifique proprement dite.

Le directeur actuel du Centre est bien conscient de la richesse d’un fonds documentaire qu’il faudrait désormais exploiter — une mission qui ne saurait hélas devenir prioritaire sans financement spécifique. C’est dans cette perspective que l’exploitation du fonds pour servir à l’histoire des relations internationales et du développement scientifique prend peu à peu sa place dans les propositions de collaboration du Centre, dans le cadre d’appels à projets. Il est très probable que d’autres centres à l’étranger, et à vrai dire un certain nombre de centres français, disposent de documents du même genre, qui courent le risque d’être détruits au rythme des déménagements et des réorganisations des espaces de travail.

La question de l’archivage des documents de la recherche est à ce titre d’autant plus délicate que les chercheurs paraissent plus portés à conserver les textes qu’ils estiment véritablement essentiels, c’est-à-dire les contributions scientifiques, voire, dans le meilleur des cas, les réponses à des appels à projets. Les correspondances, surtout quand elles se dématérialisent, les cartes de visite, les invitations, les formulaires administratifs, eux, disparaissent souvent quand leur utilité immédiate est révolue. La disparition progressive des bibliothèques d’unités au profit d’une intégration accrue de la masse documentaire aux grandes bibliothèques universitaires complique encore la mise en place de missions d’archivage spécifiques. Au CCFEF, une partie de l’archivage des documents du Centre a été assurée par les bibliothécaires de sa salle de lecture, une initiative qui n’aurait pas pu voir le jour si la bibliothèque scientifique elle-même avait été complètement absorbée par la bibliothèque de l’Institut de Romanistique ou pour la Bibliothèque Universitaire.

S’il y a peu de chances que les réorganisations d’échelle conduisent à la suppression de pièces aussi chargées symboliquement qu’une lettre manuscrite de Foucault, un stock de cartes de visite ou une liste d’invitations à dîner n’auront pas les mêmes chances. Le contexte international peut poser à ce titre des défis d’archivage spécifique, si les fonds sont récupérés par des professionnels qui n’ont pas la pleine maîtrise de la langue et de la culture d’origine : le nom de Barthes, beaucoup moins significatif en Pologne que celui de Foucault, pourrait bien ne pas suffire à garantir une lettre de la destruction.

Une première tâche essentielle de ce point de vue serait pour chaque centre d’établir un état au moins informel de ses archives, afin de donner naissance à un argumentaire commun en faveur de la mise en place d’un projet d’archivage et de valorisation de grande ampleur.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *