Le problème de la valorisation des époques

J’ai évoqué à plusieurs endroits la propension des sciences humaines et des études médiatiques à défendre leur discipline en défendant leur objet de recherche, c’est-à-dire à tenter de prouver leur valeur en tant qu’activité productrice de connaissances en prouvant celle de ce sur quoi elles produisent ces connaissances. Comme je l’avais dit à propos des Teletubbies, la situation est frappante pour l’étude des séries télévisées, où toutes les séries jugées médiocres ont été promptement évacuées à partir de la montée de ce que l’on pourrait appeller le paradigme Slayage, du nom de la revue consacrée à l’étude de Buffy the Vampire Slayer. Ce n’est à vrai dire qu’une variation des attitudes adoptées souvent en histoire de l’art et en études littéraires — dont le sous-genre académique de la défense des études littéraires est un cas frappant — mais qui touchent également d’autres domaines.

Parmi ces domaines, les études historiques figurent souvent en bonne place. L’enthousiasme des historien·nes pour leurs objets est parfois considérable : l’histoire de la mode en fournit un exemple récent particulièrement saisissant. Cette lutte pour la valeur intrinsèque de l’objet d’étude s’étend parfois à la valorisation d’époques entières : les médiévistes des réseaux sociaux sont ainsi particulièrement engagés dans la déconstruction d’un imaginaire de l’époque jugé à la fois peu engageant et injuste, sans pour autant rejouer le retour d’un refoulé médiéval qui fit les grandes heures du romantisme. C’est qu’aux fantaisies romantiques se substituent désormais les sciences du Moyen-Âge : astrolabes, cartes soignées, tableaux mathématiques et manuscrits arabes occupent le discours de la valorisation historique, pour contredire l’idée qu’une Renaissance quasi miraculeuse aurait balayé des siècles d’obscurantisme.

Il est d’usage de s’offusquer désormais — et à bon droit — contre qui utiliserait « moyenâgeux » pour « barbare » ou « médiéval » pour « brutal ». Cette attitude n’est plus désormais l’apanage des médiévistes, qui furent longtemps en première ligne de ces considérations. Hier, Jonathan Healey, professeur associé d’histoire sociale à Oxford, proposait dans History Today un article intitulé : « Gunpowder, Treason and Civil Lawsuits ». Cet article s’inscrit dans les débats provoqués depuis quelques jours en Grande-Bretagne par la diffusion sur la BBC de la série Gunpowder, consacrée à la Conspiration des Poudres.

Kate Williams avait déjà publié le 25 octobre dernier, dans le Times, un article louant la brutalité de la série ou, pour reprendre ses termes, ses « horreurs ». Pour Williams, Gunpowder était un rappel salutaire de la violence d’un siècle qui jouirait souvent d’un grand prestige culturel, un rappel qui prendrait son sens dans l’essor des discours historiques nationaux et identitaires. Healey, pour sa part, remet en question le commentaire rapide de Williams, qui confondrait situations exceptionnelles et fonctionnement normal des sociétés et négligerait, surtout, les données des archives, qui prouveraient au contraire la régression constante des actes de violence, au profit de nouvelles formes de médiation des conflits au sein de la société. Pour Healey, le XVIIe siècle anglais serait bien une période de stabilisation et de développement du droit civil.

Comme les médiévistes, Healey interroge l’influence de la logique historique des Lumières du XVIIIe siècle dans la réception par l’époque contemporaine des siècles qui le précèdent. Les Lumières mettent en effet en scène la nécessité de réformes politiques et culturelles grâce à un décor historique : c’est pour se tirer d’un obscurantisme qui serait aussi un passéisme qu’il est nécessaire de philosopher et d’écrire l’histoire. La Pologne-Lituanie, que j’évoquais dans une communication récente, est un cas particulièrement représentatif. En Pologne, au XVIIIe siècle, le système politique de la République des deux Nations, qui laisse beaucoup de pouvoir à la szlachta, l’aristocratie, au détriment de la puissance publique royale, est souvent interprété au prisme d’un féodalisme dont la servitude agricole serait un autre exemple. Ce féodalisme empêcherait d’un côté le renforcement des institutions politiques polonaises et de l’autre le développement de l’économie. De ce point de vue, physiocratie et renforcement de l’autorité royale sont des réformes nécessairement modernes, puisqu’elles s’opposent à ces reliquats du Moyen-Âge.

Marc Belissa a bien montré que le consensus n’est pas entier autour de cette analyse néanmoins fort répandue : il cite par exemple l’opinion sensiblement différente de Bonnot de Mably, consulté comme Rousseau pour la réforme constitutionnelle polonaise, un travail qu’il achèvera à temps, à la différence du philosophe genevois. Pour Bonnot de Mably, le monarque des Lumières en forme de despote éclairé n’est pas une solution qui convienne à toutes les situations et, dans le cas de la Pologne-Lituanie, la suppression systématique de tous les héritages féodaux pourraient conduire à accélérer encore un peu plus le processus de satellisation de la Pologne-Lituanie par le Russie, déjà fort avancé. Il est indéniable que le servage est un argument fort dans les critiques adressées par les philosophes de l’Ouest européen au système polonais : l’existence d’un modèle économique selon eux typiquement médiéval permet de présenter les troubles politiques polonais comme une anarchie féodale, conséquence directe de la liberté et du veto dont jouissent les nobles.

Que l’époque contemporaine ait hérité des Lumières une rhétorique historique qui emploie le Moyen-Âge comme instrument dialectique pour la critique politique et les projets de réforme ne doit cependant pas nous conduire à adopter en contrepartie une logique de la réhabilitation, comme s’il était du devoir des historien·nes de faire reluire ce qui a été terni. Travailler comme je le fais sur la profondeur de la politique culturelle polonaise du XVIIIe siècle, sur les réformes de l’éducation, sur les transferts linguistiques, ne doit pas conduire à occulter la violence économique — et donc physique — réelle que subissent les serfs polonais et Healey me parait tirer des conclusions curieusement idylliques de ses observations sur le développement du droit civil en Angleterre au XVIIe siècle.

Il y a tout un monde entre souligner que les gens ne s’égorgent pas à chaque coin de rue et affirmer que l’Angleterre était une « largely peaceful society » et qu’« in fact, by 1700, England had become a remarkably stable, peaceful society ». L’argumentaire de Healey n’a bien sûr rien de naïf : il remarque d’abord l’impossibilité de traiter le XVIIe siècle comme un monolithe, en insistant sur le tournant des années 1620, et rappelle que la paix civile atteinte dans les années 1680 n’empêche pas, bien au contraire, le pays de devenir « a brutal exporter of violence », dans le cadre de sa politique impérialiste. Le problème reste cependant d’évaluer la brutalité d’une société à la seule régulation par la violence physique ou l’appareil judiciaire des conflits entre personnes, tout comme l’énumération des violences physiques meurtrières à laquelle se livre Williams m’apparait profondément insatisfaisante.

L’un et l’autre argumentaires semblent négliger les violences systémiques, à l’instar précisément du servage dénoncé par les Lumières (pour des raisons parfois plus économiques que strictement morales). En particulier, la réalité des inégalités économiques semblent disparaître devant l’exceptionnel des crises et de la violence entre les individus. Les violences psychologiques semblent elles-mêmes anecdotiques au regard du menu terrifiant des tortures affirmées ou contredites. Il faut aussi une géographie habile à Healey pour affirmer que les famines disparaissent en Angleterre en 1623, la restriction au sud de l’île principale permettant en effet d’évacuer la famine écossaise des années 1690, sans parler de la famine des années 1720.

Il faut dire que Healey conteste la qualification de famine pour la crise des Midlands dans les années 1720. Dans « Socially selective mortality during the population crisis of 1727-1730: evidence from Lancashire » (Local Population Studies, 2008). En réalité, Healey est un spécialiste de la pauvreté dans l’Angleterre de la première modernité et on peut difficilement le soupçonner d’ignorer l’approche systémique ou économique des problèmes évoqués ici : ses recherches, largement disponibles, ont contribué de manière précieuse à la compréhension de ces questions. Le problème ne se situe pas, en tout cas pour Healey, dans une volonté formée de méconnaître la violence économique systémique mais bien dans la nécessité perçue par un certain nombre d’historiens de (dé)valoriser telle ou telle époque dans le discours de médiation scientifique.

L’argumentaire de Healey, à mon sens beaucoup plus stimulant que celui de Williams, qui lutte contre une représentation idéale de l’Angleterre de la première modernité que n’importe quelle pièce de Shakespeare devrait suffire à entamer, n’aurait-il pas gagné à faire l’économie de ces qualifications générales ? N’aurait-il pas été plus profitable de faire fonds de ses recherches sur la pauvreté pour suggérer que le spectaculaire de la violence politique, qui s’étale avec complaisance dans Gunpowder comme dans Game of Thrones, tend à occulter des problèmes économiques profonds mais moins cinématographiques ? Comme l’astrolabe ne doit pas cacher la servitude ni le manuscrit la ségrégation culturelle, jeter une lumière nouvelle sur les tableaux trop noirs ne saurait conduire à l’aveuglement.


François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

François-Ronan Dubois

Chercheur à l'Université de Varsovie, agrégé et certifié de lettres modernes, docteur en lettres & arts de l'Université Grenoble-Alpes. Auteur des ouvrages Introduction aux Porn Studies (Bruxelles, Impressions Nouvelles, 2014) et Gouverner l'Amérique, politiques et séries télévisées (Vendémiaire, à paraître en 2017). Spécialiste de l'histoire intellectuelle en Europe à l'époque moderne (1600-1800) et de la culture audiovisuelle de grande diffusion à l'époque contemporaine (1960-2017).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *